Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

L’Origine et antiquité de la cité de Lyon et l’Histoire de Palanus. Édition du ms. Paris, Arsenal, 5111

Paris, Classiques Garnier, 2011
Stéphane Marcotte
Référence(s) :

L’Origine et antiquité de la cité de Lyon et l’Histoire de Palanus. Édition du ms. Paris, Arsenal, 5111, éd. par Giovanni Palumbo, Paris, Classiques Garnier, « Textes littéraires du Moyen Âge », n° 20, 2011, 198 p.

Texte intégral

1Cette nouvelle livraison de la collection de textes médiévaux des éditions Classiques Garnier nous offre un très court texte inédit qui relate l’origine mythique de Lyon (L’Origine et antiquité de la cité de Lyon), ainsi qu’un petit roman de chevalerie (l’Histoire de Palanus) – dont l’édition procurée en 1833 par Alfred de Terrebasse laissait beaucoup à désirer – tous deux parvenus jusqu’à nous par un seul et même manuscrit conservé à l’Arsenal. Ce manuscrit aurait été réalisé entre 1510 et 1520, selon diverses données tant externes qu’internes. Le premier texte, composé en latin par Symphorien Champier, fut traduit en français par Guillaume Ramèze, à la demande de Jean Sala, demi-frère du plus illustre Pierre. Tout ce beau monde est assez bien connu. Le premier, auquel est parfois attribuée sans argument très probant l’Histoire de Palanus, né dans les monts du Lyonnais en 1471, fut médecin auprès du duc de Lorraine avant de se consacrer à la vie municipale de Lyon où il exerça la charge consulaire ; il y mourut vers 1540. Son traducteur est un littérateur et philologue normand établi à Lyon, où il se fit connaître, entre 1508 et 1530, par de nombreux travaux d’érudition. Le commanditaire du premier ouvrage, Jean Sala, né vers 1460, fut capitaine de Lyon à diverses reprises, entre 1511 et 1535.

2Le premier ouvrage est fort court (p. 81-87) ; il s’agissait vraisemblablement d’un discours latin, effectivement prononcé par S. Champier en une occasion solennelle, en 1504 ou 1507, et traduit à cette même époque par G. Ramèze. Cette œuvrette de circonstance relate l’installation mythique d’un groupe de philosophes athéniens fuyant Minos sur l’île d’Ainay (issu d’Athanacus ab Athenis, selon notre émule de Pausanias, p. 82/12) et signale quelques monuments chrétiens remarquables ainsi que plusieurs « nobles et sainctz hommes », rhéteurs, saints ou martyrs, qui ont illustré la ville natale de l’empereur Claude (dont le nom n’apparaît d’ailleurs pas ici). Le second opuscule (p. 89-133), dont l’auteur est anonyme (p. 23), composé vers 1511-1520 (p. 55), offre un récit de chevalerie dont le motif est relativement banal (ou du moins largement répandu comme on le voit par la comparaison de différentes versions, catalanes, anglaises, germaniques, aux p. 25-31) : un jeune homme – le comte de Lyon parti en Angleterre pour y apprendre la chevalerie – sauve du bûcher la reine injustement accusée à laquelle il s’est voué cœur et corps. Plusieurs éléments de ce joli récit méritent néanmoins de retenir l’attention. D’une part l’absolue chasteté de cette relation courtoise (la reine est pourtant l’épouse d’un vieux mari) ; d’autre part le réalisme des descriptions (p. 37-44), qui le rapproche du Saintré et d’autres œuvres de mesme billon ; enfin la période tardive de la composition de ce pur produit de l’imagination médiévale quelque peu égaré en ce début de XVIe siècle (l’éditeur propose d’intéressantes remarques sur ce point aux p. 55-58). La langue de ces deux textes est le « français littéraire de l’époque » (p. 59) ; elle comporte toutefois quelques méridionalismes intéressants, comme l’emploi prédicatif de la forme accomplie de l’infinitif avec une valeur temporelle (« et luy estre descendu, demanda de la bonne santé de sa mere », p. 116, 21/25) et l’emploi de la périphrase aller + infinitif avec la valeur d’un passé (« …ilz luy demanderent congié pour eulz en retourner. A quoi le conte va dire qu’ilz pouoient partir… », p. 117, 22/3-4).

3L’édition procurée par G. Palumbo est parfaite, ou très peu s’en faut ; extrêmement bien documentée, l’introduction (p. 7-78), dont l’impeccable étude de la langue (p. 60-76), et les parties finales (notes, glossaire, index et bibliographie, p. 135-196) répondent à toutes les exigences que l’on saurait formuler pour ce type de travail et apportent beaucoup au linguiste qui y trouvera de quoi se repaître de curiosités. L’éditeur est un bon lecteur de la Revue de linguistique romane (le soin porté au lexique est digne d’éloges) et l’on ne trouvera à redire que quelques minuties. Peut-être pourrait-on formuler une légère réserve (qui d’un autre point de vue n’en serait même pas une) : le désir de guider le lecteur conduit parfois l’éditeur à un excès d’attentions, comme par exemple lorsqu’il signale, à tout coup ou presque, après l’avoir fait dans l’étude de la langue, les multiples cas d’échange entre les graphies s et c (p. 65, n° 19 et p. 142, 1/5, p. 145, 4/6, et passim) ou la forme de pluriel il (p. 67, n° 27, et p. 146, 5/2, 155, 13/7, et passim) ; cela conduit à multiplier les astérisques (qui signalent les notes) dans le texte et tend à rompre la lecture pour un maigre profit ; à mon avis, un seul rappel, initial, suffisait (du moins pour le lecteur aguerri que vise l’édition). D’autres notes auraient pu, je crois, être économisées pour leur faible apport (sur a rez de, p. 141, 1/1 ; que consécutif, p. 146, 5/3, durant le temps que, p. 158, 17/23, pendant le temps que, p. 160, 20/1). Bizarrement, en revanche, nulle mention n’est faite de l’emploi erratique de la forme forte du pronom régime devant les formes verbales non finies (« pour soy excercer », p. 82, 8 ; « sans soy remuer », p. 103, 12/2 ; « prestz a eulx embarquer », p. 114, 20/11 ; mais « en me offrant d’estre vostre dame », p. 112, 19/5, « en le recevant », p. 119, 26/2 ; « pour me vouloir combatre », p. 128, 36/29 ; « de ce [ = se] rencontrer », p. 129, 36/36).

4Un autre point, de nature littéraire, qui aurait peut-être mérité un commentaire détaillé, qui en tout cas intrigue le relativement familier de la matière arthurienne que je suis, est le statut du héros. En effet, p. 24, l’éditeur désigne Palanus comme « preux chevalier » et, dans son analyse, il écrit qu’il se rend en Angleterre pour « parfaire son apprentissage chevaleresque » et « devenir digne de l’ordre de chevalerie » (p. 32) ; mais cette formulation est fort ambiguë au regard du texte qui dit précisément que le héros quitte Lyon afin d’être « digne de recepvoir l’ordre de chevalerie que tant il desiroit » (p. 91, 3/5) ; il n’est donc pas chevalier, lorsqu’il s’en va, mais aspire à le devenir. Or, sauf erreur (et si quelque chose m’a échappé j’accepte le ridicule de ce qui suit), rien ne sera jamais dit de son adoubement, alors même qu’il se comporte en toute chose comme un chevalier : on parle encore de lui comme de « l’escuyer estrange(r) » (p. 100, 9/7 et p. 104, 13/3 et passim) quand il est déjà considéré comme « ung des bons jousteurs du paÿs » (p. 100, 9/8). Au vrai, « escuyer » est ici lui-même un terme ambigu, car Palanus est nommé « escuyer tranchant » du roi (p. 100, 11/5), puis de la reine (p. 100, 10/4), fonction qui ne préjuge pas de sa qualité, d’écuyer (au sens propre et ancien) ou de chevalier ; il est donc difficile de préciser si ce mot, par lequel Palanus est sporadiquement, mais tout au long du roman, désigné, se réfère à l’état de pré-chevalier ou à l’office qu’il remplit à la cour. La reine, qu’il sert comme écuyer tranchant et dont il est l’amant spirituel, est la seule, si je ne me trompe, à le qualifier aussi à quelques reprises de « chevalier » (p. 112, 19/5,6 et 27/5, 38/20), les deux appellations étant parfois par elle associées (« Escuyer, mon bon chevalier », p. 132, 38/20). Le narrateur quant à lui ne le désigne jamais ainsi ; il est pour lui « le conte » (passim), « le gentil homme » (infra), « le gendarme » (infra), « l’escuyer » (p. 113, 19/10, p. 114, 21/1). Ainsi, dans le combat (§ 36) qui oppose Palanus au sénéchal, cousin du roi qui a calomnié la reine, celui-là est désigné comme « gendarme » (lignes 22, 32), « gentil homme » (lignes 25, 27, 37, 37, 40, 42, 44), « homme d’armes » (ligne 34) ; il convient d’ailleurs de souligner que le champion de la reine devait être « chevalier ou aultre gentil homme » (p. 119, 26/5 et p. 120, 26/9). Il se peut, mais je ne voudrais pas commettre d’impair en m’aventurant sur un terrain qui ne m’est pas familier, qu’il y ait dans ce roman un adoubement symbolique (p. 112, 19), lorsque la reine, émue par le désintéressement de son écuyer tranchant, qui s’offre à elle sans espoir de récompense charnelle, lui met « au col » (19/6) une précieuse chaîne d’or et son pendentif d’agate entaillée, puis le baise « monlt amoureusement, en luy disant qu’elle le retenoit a tous jours mais son chevalier » (ibid.) – ce qui expliquerait qu’elle seule désigne Palanus comme « chevalier » – scène après laquelle le narrateur continue cependant de l’appeler « escuyer » (p. 113, 19/10).

5Le texte est très bien établi et très bien compris ; les leçons rejetées figurent commodément en pied de page et presque toutes les difficultés de ces deux textes sont relevées et honnêtement commentées. Quelques remarques de ponctuation : pour des raisons syntaxiques, suppr. les virgules dans « car, ainsi qu’on leur avoit dit, y estoit le roy » (p. 93, 5/5), et les ajouter dans « car seullement pour avoir digné avecquez luy en recompense le bracellet luy avoit donné » (p. 95, 7/2) ; « Car l’endemain aprés disné il le vint trouver » (p. 95, 7/3) ; suppr. la virgule dans « A quoy le conte va respondre que de aller au roy, le feroit il tout a gré » (p. 98, 8/16).

6Voici quelques menues observations ou suggestions pour conclure sur la recension de ce beau travail, très utile pour tous ceux qui s’intéressent au Moyen Âge tardif, non seulement parce qu’il offre une précieuse édition d’un texte plaisant, mais parce qu’il donne les moyens d’en tirer beaucoup : p. 35, dans l’analyse, l’éditeur écrit que la reine d’Angleterre « reçoit froidement » Palanus (qu’elle croit s’être dérobé à son save my soul) ; certes, elle lui reproche vivement son peu d’empressement, mais le texte n’en dit pas moins, ce qui aurait mérité commentaire, qu’elle « le receut monlt joyeusement » (p. 131, 38/5) ; p. 63, n° 13, les six formes « poyne » peuvent certes marquer l’évolution orientale de la diphtongue /ei/ devant nasale, mais aussi le traitement particulier de cette diphtongue derrière consonne labiale en francilien, fait que l’on peut rapprocher des cas de « poyé » (payé) ou « foys » (fais) commentés p. 62, n° 8 ; p. 63, n° 15, l’éditeur évoque à propos de certaines fermetures de /o/ en /u/ (« cousté », « toust », « pouvre », « chouse ») un allongement compensatoire ; cela me surprend, car, outre qu’on discerne mal le mécanisme compensatoire pour les deux derniers, les voyelles ouvertes sont, toute chose égale d’ailleurs, réputées plus longues que les voyelles fermées (G. Straka, Les Sons et les mots, Paris, 1979, p. 167 : « plus l’aperture est petite, et plus la durée de la voyelle s’abrège ») ; p. 64, le n° 18 renvoie aux notes pour le commentaire des formes « chieux » et « reaulme », mais il ne s’y trouve qu’un renvoi bibliographique ; p. 69, n° 41 (et p. 143, 3/7), je n’aurais personnellement pas utilisé le terme d’« attribut » pour désigner « mere » dans « sa dame de mere » (p. 91, 3/7) : l’auteur se réfère à Christiane Marchello-Nizia (La Langue française aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1997, p. 330), qui parle plus justement d’« apposition » ; p. 82, 12, « qui denommerent », lire plutôt qu’i d. ; p. 86, 27, noter la séquence « y en » ; p. 94, 6/3, si l’on considère, comme l’éditeur (gloss. p. 179, s. v. permener), que l’emploi du verbe est pronominal dans « en leur permenans par l’esglise » (i. e. en se/soy/eux promenant), il serait utile de relever la forme très insolite du pronom régime, ainsi que l’accord au pluriel du gérondif (ces deux bizarreries disparaissent si l’on voit en « permenans » une forme substantivée au sens de ‘allées et venues’, ‘déambulations’, avec la forme originelle du déterminant possessif pluriel) ; p. 95, 7/1, 2, 3 noter l’emploi de « leans » avec la valeur de ceans ; p. 95, 7/3, « les dancer », je crois qu’il vaut mieux comprendre « les dancers » (i.e. ‘les bals’) plutôt que les danses, avec une graphie inverse qui serait particulièrement insolite, comme cela est suggéré p. 148 ; p. 97, 8/2, malgré la note (p. 150, 8/2), je suis sceptique, étant donné le contexte et la personnalité du héros, sur le sens de ‘maison de débauche, bordel’ que l’éditeur donne à la lexie bon lieu ; p. 101, 10/12, noter un emploi très insolite de l’imparfait « maintenoit » avec la valeur d’un passé simple ; p. 113, 20/1, la note correspondante manque à « dangier* » ; p. 117, 23/5, douter et sa construction méritaient une glose dans « jamais ne s’en doubta moins qu’il ne fust ung bien grant seigneur » ‘jamais il n’avait pensé qu’il fût moins qu’un très grand seigneur’ ( ?) ; p. 124, 32/7, 8, id. la lexie beau père ‘bon père’ pour désigner un cordelier ; p. 124, 33/2, id. « pendant » ‘cependant’ ; p. 124, 33/2, id. « (logis assez) incongneu » ‘discret, écarté’, acception absente du DMF (à moins de donner à « assez » le sens rare signalé par ce dictionnaire de ‘tout-à-fait’) ; p. 128, 36/21, noter « qui fust voulu venir » ‘qui eût voulu venir’ ; p. 148, 6/6, je n’aurais pas parlé de valeur prépositionnelle pour sauve dans « mon honneur sauve » (p. 94, 6/6), qu’il faut comprendre comme mon honneur [étant] sauve.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Marcotte, « L’Origine et antiquité de la cité de Lyon et l’Histoire de Palanus. Édition du ms. Paris, Arsenal, 5111 », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 30 janvier 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/5262

Haut de page

Auteur

Stéphane Marcotte

Maître de conférences à l’université Paris IV – Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page