Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Tristan et Yseut. Les Tristan en vers

Paris, Classiques Garnier, 2010
Stéphane Marcotte
Référence(s) :

Tristan et Yseut. Les Tristan en vers, éd. par Jean-Charles Payen, Paris, Classiques Garnier, « Textes littéraires du Moyen Âge », n° 7, 2010, 356 p.

Entrées d’index

Mots clés :

Tristan, Iseut

Keywords :

Tristan, Iseut

Parole chiave :

Tristan, Iseut

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Chèvrefeuille, Folie Tristan, Marc, Tristan, Tristan et Iseut, Iseut

Index des médiévaux et anciens :

Béroul, Marie de France, Thomas
Haut de page

Texte intégral

1Les éditions Classiques Garnier rééditent le corpus tristanien dû au regretté Jean-Charles Payen (1931-1984). Ce n’est assurément pas une mauvaise idée, et c’en serait même une excellente si l’éditeur prenait la peine de signaler qu’il s’agit, précisément, de la reprise d’un ouvrage dont les deux premières éditions publiées du vivant de l’auteur datent de 1974 et 1980, et non d’une publication nouvelle. Cette façon de faire, s’agissant d’éditions savantes, me paraît pour tout dire assez peu honnête ; à tout le moins aurait-on pu mettre à jour la bibliographie et son complément (p. xxiii-xxxvi et p. 351-354) qui ne signalent aucune des éditions plus récentes du corpus tristanien (par ex. Ph. Walter [1989], H. Braet et G. Raynaud de Lage [1989, puis t. 1, 1999 et t. 2, 2012], Chr. Marchello-Nizia [1995]), ni bien sûr aucun des travaux postérieurs à 1980. Signalons aussi que les seize illustrations qui figuraient dans l’édition de 1980 ne sont pas reprises ici. Le lecteur innocent ne s’apercevra de rien ; tout au plus s’étonnera-t-il de la mauvaise qualité de l’impression pour les numéros de vers, point toujours bien lisibles comme cela est habituel dans les livres de cette facture.

2Reste que l’initiative, qui coïncida avec la mise au programme des Agrégations de lettres du Tristan de Béroul de l’année 2011, a son intérêt et qu’il s’agit d’un riche volume dans lequel on trouvera les principaux textes du corpus tristanien : les Tristan de Béroul et de Thomas, les Folie Tristan de Berne et d’Oxford, le Chèvrefeuille de Marie de France. À ma connaissance, J.-Ch. P. est le premier à avoir eu l’idée de réunir ces textes pour en faciliter la confrontation. On regrettera peut-être que la disposition adoptée mette en vedette la traduction, verticalement comme dans les éditions de la Pléiade, ce qui n’est pas bien plaisant pour qui veut lire les œuvres en version originale. L’ensemble textuel est précédé d’une introduction de 36 pages ; il est suivi de la lectio varia (p. 307-324) et de notes (p. 327-350) ; comme il est malheureusement d’usage dans les éditions bilingues, l’ouvrage ne comporte pas de glossaire ni d’index (ce dernier point est fâcheux).

3Je ne crois pas utile de rendre compte dans le détail d’un travail aussi ancien et déjà recensé, pas toujours très favorablement du reste (v. notamment Colette Van Coolput, Le Moyen Âge, 83 [1977], p. 565-566 et Grace Armstrong Savage, Romance Philology, 32 [1978-1979], p. 122-127), que son auteur ne peut plus guère défendre ni améliorer (quod scripsit, scripsit). Je ne me prononcerai pas, en particulier, sur les principes ecdotiques ni sur les discordances que présentent les éditions de J.-Ch. P. avec les éditions antérieures ou postérieures (le Tristan de Béroul compte ainsi 4457 vers pour 4485 dans l’édition Muret-Defourques [Champion, CFMA, 1974] ou Braet-Raynaud de Lage [Peeters, Ktemata, 1989] ; celui de Thomas compte 3146 vers pour 3298 dans l’édition de Chr. Marchello-Nizia, qui intègre il est vrai le fragment de Carlisle édité par Ian Short).

4Je m’attarderai en revanche un instant sur les principes de traduction annoncés en introduction, illustrant la pratique de l’auteur de quelques exemples tirés principalement du Béroul qui occupe près de la moitié du volume. Quelques-uns de ces principes, considérés en eux-mêmes, ne prédisposent assurément pas en faveur du traducteur, tel l’objectif avoué que « la version moderne [soit] écrite avec simplicité et agrément » (p. xxii), pour que le lecteur ait envie de « lire les Tristan dans leur langue originale » (ib.) ; mais le fait est qu’en général on lit en traduction faute de connaître ladite langue originale et que la fin d’une traduction – celle-ci, sans rugosité, se lit en effet agréablement, conformément au vœu de son auteur – n’est pas d’être un moyen (sans compter que le texte, en petits caractères et pied de page, n’est pas fort accueillant, comme on l’a dit). De même, on peut éprouver un petit haut-le-cœur devant le refus de traduire « de manière uniforme un terme répété à plusieurs reprises dans un passage, même si ce terme a d’un bout à l’autre une acception constante », au motif que « l’ancien français ne craint pas les répétitions », tandis que « le français moderne y répugne » (p. xxi). Le résultat est qu’une même unité pourra recevoir deux traductions différentes et que deux unités différentes pourront avoir la même traduction : deux occurrences d’« amis » (v. 2764 et 2768) sont traduites respectivement par ‘très cher’ et ‘mon bien aimé’, tandis que « amis » et « beaus douz amis » (v. 2768 et 2783) sont traduits tous deux par ‘mon bien aimé’. Le même principe conduit à la disparition des jeux d’homophonie ; ainsi la série poisse/poers/poüst des vers 450, 451, 452 du Tristan de Thomas (p. 159), dont il ne reste absolument rien. C’est assez dire que la poétique du texte est délibérément ignorée, ce qui ne laisse pas d’étonner de la part du subtil médiéviste qu’était J.-Ch. Payen. Au demeurant, si l’auteur élague les répétitions, il ne se fait pas faute, en d’autres circonstances, d’augmenter le texte sans nécessité ni bonheur ; ainsi (je reviens à Béroul) « As tu besoin ? » (de Marc à Tristan venu dans la nuit lui porter un message, au v. 2438) devient ‘Que se passe-t-il de si urgent ?’ qui gauchit fortement le sens en transformant une question personnelle (de je à tu) en demande impersonnelle, pour ainsi dire abstraite. Parfois, c’est le ton du texte qui est affecté par l’emploi d’un mot sémantiquement propre mais dont la connotation ne convient absolument pas : « Par mer en fu jusqu’en Horlande » (v. 2531) est traduit ‘Pour elle, j’ai bourlingué par les mers jusqu’à Kinsale’. Dans ce dernier exemple, notons au passage la disparition du très évocateur et poétique Horlande, qui fait un peu mal, d’autant que la solution proposée est purement hypothétique malgré le souci de précision géographique censé l’inspirer (p. 335, n. 93), lequel est profondément étranger à l’univers des récits médiévaux (sinon par choix, du moins par nécessité). Dans le même ordre d’idée (celui de la précision oiseuse et anachronique), on regrettera que l’allusif, mais puissant dans la nudité de sa formulation absolue, « puis que la loi fu jugie » (v. 2676) devienne ‘depuis que la Loi fut donnée à Moïse’, quand on pouvait s’en tenir, comme fait le texte, à ‘depuis que la Loi fut établie’ (la précision donnée par le traducteur relève éventuellement de la note) ; ainsi encore, lorsque « par la saisine » (v. 2704) devient ‘manifestant ainsi qu’il est son homme lige’, où la précision est non seulement superflue mais gauchissante, puisque ladite « saisine » ne concerne pas le seul Tristan (Tristan et Yseut s’embrassent après avoir échangé leurs « drueries », chien contre anneau) ; je proposerais ‘pour se garantir mutuellement leurs possessions’. Enfin, cette traduction pourrait se recommander par son refus de la médiévalerie encore en vogue dans les années soixante-dix au profit d’une version contemporaine, comme cela est annoncé à la p. xxi. Mais dans ce cas, pourquoi rendre « parlement » (v. 2737) par ‘retrouvance’, qui non seulement fleure bon l’archaïsme, mais est au surplus inexact, ‘pourparlers’ ou ‘négociation’ (que je préfère à ‘rencontre’ proposé par quelques traducteurs) faisant aussi bien l’affaire ? À l’inverse, si l’on peut dire, on peut se demander pourquoi « reparlance » (v. 1993) est traduit par ‘rencontre’, alors qu’il s’agit ici clairement des ‘vilains propos ou vilaines rumeurs ou vilaine réputation’ qui auront cours si le roi tue son neveu. Je m’arrête à ces exemples, pour la raison que j’ai dite au troisième paragraphe de cette recension. Qu’il me suffise de dire que cette traduction n’est malheureusement recommandable ni par sa scrupuleuse fidélité ni par sa belle infidélité.

5Je m’aperçois que je ne suis guère bienveillant sur cette reprise, dont je n’ai pas fait grand éloge. Je persiste pourtant à penser qu’elle n’est pas inutile, par ses travers mêmes : il s’agit d’un moment de l’édition-traduction des Tristan et comme telle elle n’est pas dépourvue d’enseignements. Ajoutons que les notes sont intéressantes, qui justifient les choix d’édition et de traduction, qu’elles confrontent aux éditions antérieures. Pour des textes aussi difficiles, on ne saurait recourir à trop de lumières, et celles de J.-Ch. Payen, malgré les défauts de sa traduction, ne sont pas de celles que l’on doit négliger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Marcotte, « Tristan et Yseut. Les Tristan en vers », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/5342

Haut de page

Auteur

Stéphane Marcotte

Maître de conférences à l’université Paris IV – Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page