Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Caroline Prud’Homme, Le Discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge

Paris, Champion, 2012
Élisabeth Gaucher-Rémond
Référence(s) :

Caroline Prud’Homme, Le Discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge, Paris, Champion, « Essais sur le Moyen Âge » n° 54, 2012, 290 p.

Entrées d’index

Mots clés :

réflexivité, voyage

Keywords :

reflexivity, journey

Parole chiave :

riflessività, viaggio

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Chroniques, Méliador
Haut de page

Texte intégral

1La diversité des modes de voyages, tant religieux que laïques, explique celle des récits qu’ils ont suscités et des commentaires qui les ont analysés : l’ouvrage de Caroline Prud’Homme, issu du remaniement de sa thèse de doctorat soutenue à l’université de Toronto en 2008, s’inscrit dans la vogue que connaissent, depuis une trentaine d’années, les études consacrées à la littérature médiévale du voyage.

2Dans ce vaste corpus d’étude, Caroline Prud’Homme a choisi une voie spécifique, qui s’intéresse non aux genres « viatiques » mais aux discours sur le voyage : les textes qu’elle a sélectionnés se définissent par leur « vision parcellaire » (p. 22), au sens où l’expérience itinérante ne constitue pas leur seule matière, et par le statut de leurs auteurs, non pas voyageurs écrivains mais écrivains voyageurs et, à ce titre, profondément attachés à l’exercice de l’activité poétique. L’apparition de cette littérature géographique fait l’objet de rapprochements convaincants : d’une part, elle coïncide, dans la pratique historiographique, avec les Mémoires, tout aussi favorables à l’expression du moi ; d’autre part, le discours sur le voyage participe de deux tendances observables à la fin du Moyen Âge, la dimension réflexive de la littérature, attachée à la production de l’objet-livre, et l’intérêt accru pour les récits de voyages.

3Le titre de l’ouvrage pourrait suggérer un champ d’investigation étendu, mais Caroline Prud’Homme, dans cette « première approche » qui « ne vise […] pas l’exhaustivité » (p. 38), s’est limitée à deux auteurs, auxquels elle consacre respectivement la première et la seconde partie de son essai : « Eustache Deschamps, voyageur malgré lui » et « Jean Froissart », pris dans la nécessité de « voyager pour écrire, écrire pour voyagerUBO2014-01-30T15:18:00 ».

4Tirant profit des définitions de Claude Thiry sur la poésie de circonstance, Caroline Prud’Homme oppose, dans la production d’Eustache Deschamps, deux types de poèmes, les uns « allusivement circonstanciels » et les autres « ouvertement circonstanciels », selon la place qu’ils accordent au thème du voyage. Mais son propos n’est pas tant d’interroger l’expérience itinérante que d’analyser sa transposition dans le texte poétique, la posture énonciative qu’y adopte l’écrivain voyageur, le lien qu’il tisse entre sa « matière » et la forme littéraire, les usages stylistiques auxquels il recourt pour représenter l’ « étrange » (effets de liste, anecdotes, rhétorique de l’adieu, vituperatio et laudatio visant à souligner le contraste entre le pays visité, inhospitalier, et les agréments de la France)… Même si les choix de l’écrivain sont examinés en rapport avec la tendance générale de son époque (ainsi l’attention au quotidien serait « l’un des traits caractéristiques de la littérature de voyage au Moyen Âge », p. 104), Caroline Prud’Homme n’en souligne pas moins l’insuffisance de sa perspective, qu’il faudrait, de son propre aveu, élargir, d’abord à l’œuvre entière d’Eustache Deschamps, ensuite au discours de ses contemporains pour comparer leurs impressions sur les lieux traversés. De fait, la présente étude repose sur des microlectures, qui ne se prêtent guère à une approche synthétique.

5S’agissant de Froissart, dont Caroline Prud’Homme reconnaît qu’il a déjà suscité de nombreuses études sur la littérature de voyage, l’éclairage se concentre sur sa conception de l’écriture et de l’écrivain. La notion d’auteur/« acteur » est au cœur de cette problématique, mais fait l’objet d’une trop rapide présentation : des outils bibliographiques plus spécifiques (tel l’ouvrage collectif Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale, dir. Michel Zimmermann, Paris, École des Chartes, « Mémoires et documents de l’École des Chartes », 2001, 592 p.) auraient été bien venus. Il est vrai que l’objectif de Caroline Prud’Homme s’attache spécifiquement au portrait de l’historien, dont l’itinérance répond aux besoins de l’enquête. La réciprocité des progrès de l’une et de l’autre se dégage nettement de l’analyse : « la chevauchée est […] associée à l’obtention d’informations nouvelles » (p. 168). Le recours à la distinction entre Froissart auteur et Froissart personnage permet de montrer leur interaction, puisque le « personnage » se caractérise par son habileté à soutirer des informations des interlocuteurs qu’il croise au cours de ses pérégrinations, et donc à alimenter le travail de l’« auteur ». Le voyage devient lieu d’échanges et le récit de voyage prétexte à interroger l’art de conter : lors de ses déplacements, Froissart auditeur recueille les propos de ses informateurs tandis que Froissart écrivain lit son roman (Le Meliador) ou travaille à la rédaction de ses Chroniques. Un parallélisme se dessine, entre le cheminement spatial et l’élaboration/la diffusion du livre. Froissart reporter s’intègre dans un ensemble d’écrivains voyageurs, tels Boccace et Chaucer, dont Caroline Prud’Homme souligne les similitudes. Mais on glisse aussi du discours sur le voyage aux discours dans le voyage et sur l’expérimentation du texte… Au fil de ces pages, on perd un peu de vue le voyage référentiel pour entrer dans les configurations de l’œuvre en gestation : il s’agit alors plutôt d’un discours sur la méthode de Froissart, où interviennent la mémorisation, la transcription rapide des témoignages oraux, même si l’utilisation de l’itinéraire géographique peut servir à authentifier le récit ou à renforcer la cohérence narrative … Caroline Prud’Homme semble parfois oublier le cadre de sa réflexion : quel rapport au voyage faut-il trouver dans la présentation du livre au mécène (p. 204 sq.) ou dans le portrait des grands hommes dont Froissart fréquente la cour (Gaston III de Foix-Béarn ou Richard II, p. 222 sq.) ? De même, on pourrait regretter que reviennent certaines citations (sur l’image de la « forge », p. 181 et p. 202, ou sur les difficultés auxquelles s’expose Froissart pour lire de nuit son roman à Gaston Fébus, p. 189 et p. 221).

6Devançant ses éventuels détracteurs, Caroline Prud’Homme répond, dans la conclusion, aux reproches qui pourraient lui être opposés quant à certains silences. S’étonne-t-on de ne trouver ici aucune réflexion sur l’art de la description ? La raison en est historique : les voyageurs médiévaux ne s’y adonnent guère car « le paysage est une idée récente […], qui s’est développée au cours des siècles, notamment grâce à la découverte de la perspective » (p. 236). Quant à l’évocation des coutumes étrangères, elle n’intéresse pas la perspective choisie par Caroline Prud’Homme, qui diffère du point de vue ethnographique adopté, par exemple, dans l’ouvrage de Marie-Thérèse de Medeiros (Hommes, terres et histoire des confins. Les marges méridionales et orientales de la Chrétienté dans les Chroniques de Froissart, Paris, Champion, « Essais sur le Moyen Âge » n° 30, 2003, 376 p.).

7En annexe, on trouve les chronologies et itinéraires des voyages réalisés par les deux auteurs étudiés. La bibliographie relève les travaux publiés sur chacun et, au-delà, sur la littérature de voyage ou son contexte culturel et socio-historique au Moyen Âge (une rubrique vaste, intitulée « Rhétorique, histoire littéraire, histoire sociale, histoire de l’art », qui gagnerait à être subdivisée). Peut-être l’ajout de quelques études, dépassant le cadre médiéval, aurait enrichi l’analyse sur la réflexivité des œuvres (Lucien Dällenbach, Le Récit spéculaire : essai sur la mise en abyme, Paris, Seuil, 1977, 248 p.) ou sur le réajustement de l’espace référentiel aux catégories de l’écriture (Christine Montalbetti, Le Voyage, le monde et la bibliothèque, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, 260 p.).

8En définitive, malgré les menus défauts qui nous sont apparus, cet essai offre une lecture agréable, qui nous entraîne sur les pas de deux écrivains majeurs du xive siècle, au croisement de la poésie et de l’histoire, et sur lesquels Caroline Prud’Homme a su porter un regard et un questionnement tout à fait pertinents, au-delà des frontières génériques qui circonscrivent, d’ordinaire, la littérature des voyages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Gaucher-Rémond, « Caroline Prud’Homme, Le Discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/5357

Haut de page

Auteur

Élisabeth Gaucher-Rémond

Professeur de littérature française du Moyen Âge à l’Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page