Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Katarzyna Dybeł, Entre la connaissance et l’amour : le regard dans l’univers romanesque de Chrétien de Troyes

Cracovie, Księgarnia Akademicka, 2012
Anna Gęsicka
Référence(s) :

Katarzyna Dybeł, Entre la connaissance et l’amour : le regard dans l’univers romanesque de Chrétien de Troyes, Cracovie, Księgarnia Akademicka, 2012, 210 p.

Texte intégral

1Le motif du regard revient dans la littérature mondiale de toutes les époques, fournissant matière à une vaste littérature critique. Il en va de même pour les lettres médiévales françaises, à commencer par le topos de la poésie troubadouresque, puis le roman courtois, jusqu’à la production (pluri-générique) satirique anti-courtoise.

2Katarzyna Dybeł en est pleinement consciente lorsqu’elle interprète – dans une étude qui est une version abrégée et mise à jour de sa thèse de doctorat (1995) – le motif du regard dans l’univers romanesque de Chrétien de Troyes. Au début de son « Introduction », elle écrit : « C’est une idée un peu dangereuse que de choisir comme objet de ses recherches les romans de Chrétien de Troyes. Vu le nombre d’ouvrages consacrés à cet auteur, il faut être conscient des difficultés que représente le projet de jeter quelque lumière nouvelle sur son œuvre. Pourtant, il y a des zones d’ombre. Tout n’a pas été dit » (p. 9).

3Le titre de l’ouvrage contient une thèse : le regard chez Chrétien de Troyes est un facteur favorisant la connaissance et l’amour. La notion-clé en est la contemplation, dans un sens non seulement esthétique, mais aussi « quasi-religieux » (p. 11). Katarzyna Dybeł examine le rôle et la fonction du regard dans l’œuvre de Chrétien sur le plan de la construction de ses romans, de la psychologie des personnages et de l’idéologie.

4La composition de l’ouvrage garantit une approche multiple du problème. Tout d’abord, Katarzyna Dybeł annonce de façon précise l’ordre de son analyse et détermine les champs lexico-sémantiques relatifs au regard, dans les romans de Chrétien de Troyes (« Introduction », p. 9-13). Le chapitre théorique qui suit (« Le thème du regard dans le contexte du XIIsiècle », p. 15-54) expose l’héritage culturel du motif du regard, dont les traces se retrouvent chez Chrétien, dans le contexte philosophique (Platon et néoplatonisme), théologique (Bible, Philocalie, Bernard de Clairvaux entre autres sources) et littéraire (Ovide, André le Chapelain, proverbes, Carmina Burana, troubadours). Ce parcours des sources possibles de l’inspiration de Chrétien fournit un solide savoir fondamental, tout en pénétrant l’essence de la pensée des auteurs choisis.

5Ensuite viennent deux grandes parties analytiques, subdivisées en chapitres. La partie première se concentre sur la fonction cognitive du regard (« Le regard et la connaissance », p. 55-120). En premier lieu, Katarzyna Dybeł étudie la circonstance de la première rencontre. Le premier regard joue un double rôle : celui d’un élément important de la narration qui dynamise l’action et celui de module de spectacle qui ralentit la narration, mais approfondit le processus de connaissance. Ensuite, elle analyse l’aspect d’une « double connaissance ». Se référant aux symboles du miroir et de la verrière, elle examine une dichotomie cruciale pour son approche : regard des yeux (mouvement vers l’extérieur) et regard du cœur (mouvement vers l’intérieur). Enfin, elle souligne la complémentarité nécessaire de ces deux types de regard pour pouvoir « saisir la réalité telle qu’elle est et non comme telle qu’elle se présente » (p. 120), donc accéder à une vraie connaissance et éviter le piège de la « fausse connaissance ».

6 La partie deuxième, partant des topoï littéraires classiques, est consacrée à la relation entre le regard et l’amour (« Le regard et l’amour », p. 121-186). La naissance de l’amour s’effectue en stades successifs : contemplation de la beauté (topos de la beauté féminine), rencontre des yeux des amants, blessure amoureuse des yeux et du cœur, yeux en fonction d’ennemis ou de complices des amants. C’est par l’intermédiaire du regard que l’amour se développe. Les yeux deviennent guide dans la quête amoureuse, l’amour se nourrit du regard, le regard peut soumettre l’amour à l’épreuve, mais, aussi bien, il peut lui-même subir une transformation. Ce dernier aspect du regard (actualisé uniquement dans Perceval) participe de la dimension néoplatonicienne. En une double fonction, le regard devient médiateur entre l’amour et la lumière : entre la lumière terrestre et l’amour terrestre, entre la lumière spirituelle et l’amour spirituel.

7Dans une brève « Conclusion » (p. 187-190), Katarzyna Dybeł récupère les résultats de ses analyses : le regard dans les romans de Chrétien de Troyes intervient à chaque étape de la vie des protagonistes. Dans le texte, il peut remplir un rôle passif ou actif. Il s’avère polyvalent, il peut varier selon le caractère des personnages ou suivant la situation. Il n’est jamais négatif. En revanche il marque de son empreinte le début de la connaissance et de l’amour.

8Le lecteur sera certainement sensible à l’effort susceptible de Katarzyna Dybeł d’aller au plus profond de la question examinée afin de découvrir toute la richesse et complexité de celle-ci. L’exposé est intelligible et suscitant l’intérêt. La méthode adaptée s’appuie strictement sur l’analyse comparative des textes. Reste à souligner la précision d’introductions et conclusions partielles sur les étapes successives de l’examen, de pertinentes analyses grammaticales et stylistiques des fragments cités, ainsi que l’utilité des statistiques relevées de divers aspects du motif du regard qui mettent en évidence son importance et ses transformations dans cinq romans analysés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Gęsicka, « Katarzyna Dybeł, Entre la connaissance et l’amour : le regard dans l’univers romanesque de Chrétien de Troyes », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/5385

Haut de page

Auteur

Anna Gęsicka

Université Nicolas Copernic de Toruń – Pologne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page