Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Claude Fauriel, Histoire de la poésie provençale

Paris, Classiques Garnier, 2011
Valérie Fasseur
Référence(s) :

Claude Fauriel, Histoire de la poésie provençale, réimpression de l’édition de 1846, accompagnée d’une préface, d’une introduction et d’une bibliographie par Udo Schöning, Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales », 2011, 3 tomes, (550, 454 et 518 p.).

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons volontairement les intitulés et dénominations qui sont ceux qu’emploie Fauriel, et n (...)

1L’Histoire de la poésie provençale est en réalité un cours dispensé par Claude Fauriel, pour qui fut créée en 1830 à la Sorbonne la chaire de littérature étrangère. Ce cours fut publié de manière posthume par Mary Clarke et Jules Mohl ; les éditions Garnier, qui en proposent un reprint, le rendent accessible dans sa forme originale. Alors que le syntagme « poésie provençale » nous conduit spontanément à penser « poésie des troubadours », c’est en fait l’ensemble de la littérature du Midi qu’explore Fauriel, sur fond historique, force rappels de faits de croisade et d’idéal chevaleresque : l’exposé sur la littérature est très souvent prétexte à de longs développements sur la civilisation médiévale censée l’éclairer, ou plutôt, la civilisation médiévale est dévoilée à la lumière de ce qu’est censé en révéler la littérature. Par ailleurs, si cette « littérature provençale » fait l’objet d’un cours de « littérature étrangère », ainsi que l’indique l’intitulé de la chaire, ce n’est pas que le Midi soit considéré comme un pays étranger, mais parce que la littérature du Midi y est traité comme un centre de gravité vers lequel converge et à partir duquel rayonnent toutes les traditions littéraires européennes médiévales. La démarche préfigure donc celle du comparatisme, mais repose sur un a priori embarrassant, puisqu’il s’agit de considérer que toute production littéraire médiévale doit être éclairée par son rapprochement avec la « poésie provençale », prise dans son acception la plus large. Ordonnant chronologiquement son propos, et après avoir posé le principe d’une influence de la « poésie provençale » sur l’ensemble des littératures européennes médiévales, puis exploré les influences des cultures grecques, latines et arabo-andalouses sur la production littéraire méridionale, Fauriel consacre plusieurs chapitres à la formation de la langue provençale puis plusieurs autres à l’épopée de Walther d’Aquitaine, comparée successivement aux légendes nordiques et germaniques des Nibelungen, qui remonteraient donc à une lointaine source méridionale, comme l’indique l’origine du héros aquitain dont il les rapproche. C’est même l’épopée européenne dans son ensemble qui s’originerait dans la production littéraire du Midi, bien qu’il ne reste pas trace de ces productions primitives. Sur la lancée de cette réflexion, la légende carlovingienne, avec son épicentre pyrénéen, et celle de « Guillaume au Court-nez »1, héros du sud, sont aussi rapportées à des sources méridionales hélas invariablement perdues.

2Ce n’est qu’ensuite que l’ouvrage aborde la production des troubadours, avec un chapitre consacré à Guilhem IX d’Aquitaine. Mais le même présupposé oriente toujours l’analyse : les débuts de la poésie provençale ne peuvent être que largement antérieurs à ses premiers témoins connus. Les conjectures de l’historien de la littérature parasitent constamment les données factuelles, sans qu’aucune conscience de subjectivisme vienne nuancer le caractère assertif de l’exposé, et cela de manière d’autant plus pernicieuse que la reconstruction du processus littéraire se fonde sur le savoir, apparemment indiscutable, de l’historien de la civilisation. Les chapitres sur la poésie lyrique s’enchaînent, abordant successivement la poésie amoureuse à travers ses divers représentants, puis la poésie réputée « populaire » (pastourelles, ballades, aubes ainsi que tensons et partimens), les poèmes de croisade, la poésie satirique (sirventès). L’exposé se limite toujours à des considérations historiques et biographiques, ainsi qu’à quelques commentaires généralement péjoratifs de citations circonscrites (toujours données en traduction) mues en emblèmes représentatifs. Les jugements de valeur sont récurrents et peu variés, même si Bernart de Ventadour, Giraut de Borneil, Arnaut de Mareuil ou Folquet de Marseille trouvent quelque peu grâce aux yeux du philologue, tandis qu’un Cercamon, un Arnaut Daniel ou un Guiraut Riquier sont condamnés sans appel.

3Le cours revient ensuite sur le genre épique, et cela au beau milieu du tome II. Dans la continuité de l’ouvrage, ce retour sur un pan de littérature déjà longuement étudié dérange. Il s’explique par le fait qu’il inaugure la deuxième année de cours, où Fauriel privilégie le « roman de chevalerie », en le situant dans le prolongement de l’épopée antique. L’étude est d’abord conduite sur le mode d’une comparaison entre les « romans de Charlemagne » et les « romans de la Table ronde », de sorte que le propos excède largement les frontières du domaine d’oc. Fauriel expose la théorie selon laquelle tous ces textes ont été d’abord écrits en vers, leur éventuelle mise en prose n’intervenant qu’après. Dans ce chapitre, une courte digression est consacrée à Aucassin et Nicolette, qui se singularise par son mélange de vers et de prose. Les deux catégories de « romans » sont ensuite explorées indépendamment l’une de l’autre, la geste de Guillaume « au Court-nez » étant rattachée, pour la forme, au genre du roman « karlovingien ». La théorie d’une forte influence des sources méridionales, d’une antériorité de l’épopée provençale sur l’épopée française (romans karlovingiens et bretons confondus) s’élabore à partir d’un effort méthodologique minutieux et explicite, qui prolonge le cours de l’année précédente consacré en particulier à Walther d’Aquitaine et aux autres récits épiques primitifs méridionaux. Il y a quelque chose d’un peu pathétique à observer un tel déploiement d’énergie et de rigueur intellectuelles au service d’une démonstration aussi sûre d’elle-même que fallacieuse.

4Le début du troisième tome rassemble une série de chapitres très descriptifs, pour ne pas dire paraphrastiques, centrés non plus sur de grands genres, mais sur quelques-uns des « romans épiques en provençal » dont Fauriel a présenté ainsi la répartition en « trois classes » : « La première, de ceux qui subsistent dans leur texte provençal. La deuxième, de ceux qui n’existent plus que dans des traductions ou des imitations en un idiome étranger, et dont l’origine provençale est attestée par des témoignages historiques. La troisième, de ceux qui n’existent de même que dans des imitations étrangères, et dont l’origine provençale est attestée, non par des témoignages historiques, mais par des preuves et des raisons intrinsèques ». On ne saurait faire de manière plus éloquente du Midi l’alpha (et l’oméga) de toute littérature médiévale. Les deux dernières catégories comportent, « deux ou trois des plus anciennes branches de Guillaume au Court-nez ; le petit roman d’Aucassin et Nicolette, et le Tristan, compositions incontestablement traduites ou imitées d’originaux provençaux » ; le « Titurel et le Perceval de Wolfram d’Eschenbach, et un Lanclot [sic] du Lac d’Arnaut Daniel, traduit (...) par Ulrich de Zachichoven ». Fauriel sélectionne dans les trois catégories les œuvres qui lui semblent majeures : « Ferabras », « Gérard de Roussillon », « Guillaume au Court-nez », « Blandin de Cornouailles », « Jauffre et Brunissende », « Perceval » ; « La guerre des Albigeois » et « Aucassin et Nicolette », enfin.

5Quatre derniers chapitres renouent avec la démarche comparatiste en replaçant la littérature provençale dans une perspective plus large, d’abord par l’étude de son « organisation matérielle » : il faut entendre par cette expression l’étude des modes de circulation et de transmission des textes, ici limitée à ce que Zumthor nommera plus tard la « performance ». Fauriel traite ensuite de la « Poétique des Provençaux ». C’est l’occasion d’aborder des questions de métrique, en particulier l’origine de la rime qui, selon un tropisme auquel nous sommes désormais rompus, est attribuée à des sources plus lointaines que celles qui lui sont ordinairement reconnues : alors que la « poésie provençale » a été si souvent traitée comme une source qu’elle n’est pas, son usage de la rime est maintenant attribué à des sources arabo-andalouses et aux hymnes liturgiques latins. Fauriel consacre ensuite un chapitre à l’étude des relations entre « troubadours et trouvères » ; c’est surtout le phénomène de diaspora troubadouresque qui est traité, ainsi que, grâce à quelques relevés lexicologiques, son impact sur les minnesanger et les trouvères. La démarche s’inverse dans le chapitre suivant, consacré au « rapport entre la poésie arabe et celle des Provençaux ». Fauriel y précise des arguments jusque là exposés de manière un peu éparse.

6À la suite du cours, sont joints quelques appendices, au nombre desquels l’introduction à l’édition de la « chronique des Albigeois », publiée par Fauriel en 1837. Le style en est commenté par comparaison avec la tradition épique romane antérieure. Mais c’est surtout à une peinture de la civilisation que donne lieu l’exploration de la narration. Le second appendice consiste en une liste de romans provençaux perdus, élaborée à partir de références rencontrées dans les œuvres connues. À cette rubrique sont intégrées les références à des personnages mythologiques ou bibliques.

7Outre quelques absences criantes dans ce panorama, comme Flamenca, Daurel et Beton, Barlaam et Josaphat, le Breviari d’Amor, ou les novas, on est évidemment frappé par le préjugé qui, d’un bout à l’autre, oriente la démarche de Fauriel et s’efforce à tout prix de ramener toute littérature européenne à son objet d’étude méridional. Cette histoire littéraire sent son xixe siècle, et c’est à ce titre qu’elle mérite l’intérêt.

8La substantielle introduction d’Udo Schöning, au demeurant, invite à lire l’ouvrage avec le recul approprié : en soulignant les limites du genre du cours, et non du livre achevé, en le replaçant dans le contexte historique et intellectuel qui l’a vu naître, elle relativise la fiabilité scientifique de recherches largement caduques pour en éclairer le réel intérêt épistémologique. Une petite biographie de Fauriel rappelle dans quel réseau intellectuel (quelques grandes figures intellectuelles comme Constant, Mérimée, Stendhal, Cousin, Guizot, ou encore Madame de Staël et le groupe de Coppet, Mary Clarke) évoluait l’auteur. C’est l’occasion pour U. Schöning de rappeler les présupposés idéologiques qui président à la méthode historiciste dont Fauriel a été l’initiateur en matière de littérature provençale, à l’époque où François-Juste Marie Raynouard explorait cette même littérature sur le versant de l’étude de la langue. Tout en montrant clairement les limites de la méthode de Fauriel, U. Shöning rend hommage à son caractère pionnier.

  • 2 Cette question a été largement étudiée, de diverse manière, dans l'ouvrage qui constitue désormais (...)

9Alors que depuis quelques années, la médiévistique se décentre de plus en plus volontiers vers l’étude de la réception et de l’épistémologie, à l’heure où fleurissent les ouvrages et les articles consacrés non à l’objet médiéval, mais à l’histoire de la médiévistique, cette réédition des cours de Claude Fauriel rend justice au pan invariablement sacrifié, et actuellement en complète perdition dans le champ des études françaises, de la littérature en ancien occitan. En replongeant le médiéviste aux sources de sa discipline, elle attire son attention sur l’abîme méthodologique creusé en deux siècles : limites de la démarche historiciste, agglutination abusive de textes appartenant à des horizons lointains, études littéraires limitées à des résumés, des traductions, de la paraphrase. Elle lui donne à voir l’origine oubliée de quelques-unes des polémiques les plus célèbres de son histoire : c’est Fauriel qui pose le premier les questions des sources de la lyrique troubadouresque, de la place de l’épopée dans la culture médiévale du Midi de la France ; il défend l’idée qui prendra corps plus tard sous le nom de de translatio studii, propose les premiers jalons de la théorie des cantilènes chère à Gaston Paris, ou encore distingue dans la pratique de ce qu’il appelle « amour chevaleresque » (Gaston Paris n’ayant pas encore inventé la notion d’« amour courtois »), une codification réglée par une théorie des degrés ; c’est Fauriel aussi qui annonce les débuts de la littérature comparée ou pose incidemment les prémisses d’une interrogation sur les frontières dialectales. À lire Fauriel, l’on prend mieux conscience des enjeux idéologiques qui motivent la naissance de la médiévistique : nationalismes aigus qui s’approprient, contre toute objectivité factuelle, l’invention de tel genre littéraire ou de telle légende ; préjugé positiviste au nom duquel l’histoire est récrite en dépit de la réalité événementielle, volonté progressiste prompte à jeter l’anathème sur une époque invariablement jugée « barbare », « naïve », « obscure », « dénaturée »... La lecture de Fauriel, outre son intérêt intrinsèque, deviendra l’occasion d’un questionnement du médiéviste d’aujourd’hui sur son propre travail : comment, se demandera sans doute celui-ci, est-il possible de consacrer sa vie à l’étude d’un objet sur lequel on porte un jugement si sévère et si peu nuancé ? Plus généralement, par quel processus paradoxal le xixe siècle, dont le discours de Fauriel est représentatif, a-t-il pu redécouvrir le Moyen Âge et le remettre au goût du jour tout en l’enfermant dans une imagerie si négative et si prégnante2 que le travail du médiéviste d’aujourd’hui, héritier rebelle par la force des choses, consiste encore pour une part à l’en affranchir ? À quelle vérité, se demandera-t-il encore, l’historien de la littérature peut-il prétendre, quand le cas de Fauriel, représentatif de toute une époque, se révèle à la fois si exemplaire du point de vue de l’ampleur érudite, de la tension méthodologique, de l’effort intellectuel, et si inquiétant du point du vue de la véracité du discours, qui ne peut plus guère être appréhendé que comme le témoignage des errements auxquels condamne toute concession à l’air du temps, tout flanc prêté à la pensée unique qui pèse inévitablement, à une époque donnée, sur tout objet d’étude ? Le médiéviste d’aujourd’hui ne pourra s’offrir la consolation de se dire, sans éprouver le malaise de réitérer l’erreur fondamentale à laquelle le renvoie la prose qu’il a sous les yeux, que beaucoup de temps s’est écoulé depuis la rédaction de ces pages, et que les progrès accomplis dans sa discipline ne peuvent que le rapprocher de la vérité scientifique dont il est en quête ; un tel retour sur le passé de sa discipline ne devrait pouvoir que l’encourager à consentir à l’éphémère ; heureux si son travail parle au présent et, quelque jour, est jugé digne d’être exhumé pour servir de jalon dans la chronologie de l’erreur momentanément tenue pour vérité scientifique.

Haut de page

Notes

1 Nous reprenons volontairement les intitulés et dénominations qui sont ceux qu’emploie Fauriel, et nous les plaçons, tels quels, entre guillemets.

2 Cette question a été largement étudiée, de diverse manière, dans l'ouvrage qui constitue désormais la somme de référence sur la réception du Moyen Âge au XIXe siècle, La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle, sous la direction de Simone Bernard-Griffiths, Pierre Glaudes, Bertrand Vibert, Paris, Champion, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Fasseur, « Claude Fauriel, Histoire de la poésie provençale », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/5465

Haut de page

Auteur

Valérie Fasseur

Université de Pau et des Pays de l’Adour CRPHL - CNRS 

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page