Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Chloé Lelong, L’Œuvre de Nicolas de Vérone. Intertextualité et création dans la littérature épique franco-italienne du xive siècle

Paris, Champion, 2011
Muriel Ott
Référence(s) :

Chloé Lelong, L’Œuvre de Nicolas de Vérone. Intertextualité et création dans la littérature épique franco-italienne du xive siècle, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » n° 105, 2011, 672 p.

Texte intégral

1Chloé Lelong s’intéresse de façon globale à l’œuvre apparemment hétérogène de Nicolas de Vérone, poète de cour du milieu du xive siècle, auteur de trois poèmes composés, en franco-italien, sur le modèle formel de la chanson de geste, une Pharsale, une Passion, une Continuation de l’Entrée d’Espagne ou Prise de Pampelune (Chloé Lelong préfère ce dernier titre, car, comme elle l’écrit p. 42, ce texte « peut être lu comme un récit autonome ayant une logique propre et […] l’intertextualité n’est que le terreau sur lequel le poète impose sa propre création artistique »), afin de mettre en évidence « la cohérence d’un projet littéraire d’ensemble » dans lequel l’épopée « ne se résume pas à la célébration de personnages héroïques mais […] cherche à proposer une vision plus globale de l’homme » (p. 46).

2Cette remarquable étude, issue d’une thèse soutenue en 2009, est très clairement légitimée par le fait que la critique, qui s’était jusqu’alors contentée d’analyses partielles, sinon ponctuelles, et souvent rapides, « va des louanges les plus enthousiastes aux griefs les plus profonds » (p. 49). Tout au long de son ouvrage, Chloé Lelong met en évidence avant autant de clarté que d’érudition la qualité et l’originalité de l’œuvre de Nicolas de Vérone dont elle dégage la profonde cohérence.

3Les poèmes de Nicolas de Vérone s’inspirent de modèles « identifiables sinon désignés par le poète lui-même » (p. 53) : le contenu de la Pharsale est emprunté à la compilation française des Fet des Romains, celui de la Prise de Pampelune à l’Entrée d’Espagne de l’Anonyme padouan, au Pseudo-Turpin et à la materia di Spagna – à savoir « aux différents épisodes de la geste de Roland en Espagne » (p. 53) –, la Passion s’appuie sur les Évangiles, l’Ancien Testament, des apocryphes. Signant ses œuvres, le poète « cherche à s’affirmer malgré, ou grâce à l’utilisation de sources contraignantes » : l’intertextualité est « la condition de sa propre création » (p. 55). Aussi, la comparaison entre les sources et ce qu’en a retenu Nicolas de Vérone, ainsi que la confrontation de ses trois œuvres, doivent permettre de « préciser la vision du monde qui organise l’œuvre, l’esprit et la pensée » (p. 55-56) de l’auteur.

4L’enquête est menée harmonieusement, progressivement et précisément, en trois temps. Dans une première partie, intitulée « Un idéal épique et héroïque » (p. 59-216), Chloé Lelong montre que l’ensemble de la production de Nicolas de Vérone est animé par un idéal à échelle humaine qui s’incarne dans des personnages historiques, et, notamment, que l’auteur s’écarte radicalement de ses sources, qui font la part belle au surnaturel ou au merveilleux, en présentant « un monde exempt de toute manifestation de la transcendance divine au profit de la peinture d’un univers humain » (p. 211). C’est ainsi que le regard du poète « se focalise sur l’humain de la même façon que les penseurs pré-humanistes du xive siècle placent l’homme au centre de leurs préoccupations » (p. 216).

5La deuxième partie, « Un idéal humaniste » (p. 217-410), précise la vérité qui se dégage de l’œuvre du poète en montrant comment celle-ci s’inscrit dans le courant pré-humaniste de son époque. Les personnages de Nicolas de Vérone ne sont pas des types figés mais des individus complexes et évolutifs qui, « tout en participant au destin du groupe auquel ils appartiennent, […] vivent désormais une aventure intérieure et personnelle » (p. 280), dans un univers résolument terrestre. Dans ces conditions, le poète propose un projet politique dans lequel « le pouvoir ne tire sa légitimité d’aucun élément extérieur mais trouve ses fondements au sein même de la cité » (p. 340), un projet qui s’affranchit de l’opposition entre Guelfes et Gibelins et où s’esquisse « un autre type de gouvernement, plus proprement laïc et comparable à celui de l’humanisme politique et civique qui milite pour le modèle romain de la république et des libertés » (ibid.). Ce projet politique est sous-tendu par un idéal moral fondé sur la prudence.

6L’idéal de sagesse ainsi défini se précise encore dans la troisième partie, « Un idéal stoïcien » (p. 411-591), qui met en avant chez les héros la vertu première de l’humilité, le soin constant de la maîtrise de soi, l’impassibilité. Chloé Lelong conclut alors sur l’originalité de l’œuvre de Nicolas de Vérone, qui réside « dans cette coexistence d’une littérature propre à exalter des valeurs guerrières et d’une construction rhétorique mettant en œuvre des schémas moraux » (p. 591) ; chez le Véronais, « la chanson est devenue fable, l’épopée, morale, le compagnon d’armes, incarnation d’une vertu remède, le héros, sage, et l’épique, éthique » (p. 603).

7Cette étude aussi vaste que précise (les notes infrapaginales sont à cet égard d’une grande qualité) se fonde sur la maîtrise d’un corpus important et de très nombreux travaux critiques, dont témoigne une bibliographie bien à jour et exemplairement organisée (p. 607-633). Des index soignés (personnages, notions, œuvres et auteurs anciens jusqu’à 1800, auteurs postérieurs à 1800) facilitent la circulation dans un ouvrage qui se signale autant par la hauteur de ses vues que par la pertinence de ses analyses de détail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Ott, « Chloé Lelong, L’Œuvre de Nicolas de Vérone. Intertextualité et création dans la littérature épique franco-italienne du xive siècle », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://peme.revues.org/5519

Haut de page

Auteur

Muriel Ott

Professeur de littérature française du Moyen Âge à l’université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page