Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Philippe de Remi, La Manekine

Paris, Champion, 2012
Claude Thiry
Référence(s) :

Philippe de Remi, La Manekine, édition bilingue, publication, traduction, présentation et notes par Marie-Madeleine Castellani, Paris, Champion, « Champion Classiques Moyen Âge » n° 35, 2012, 712 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Manekine, Coutumes du Beauvaisis

Index des médiévaux et anciens :

Philippe de Remi
Haut de page

Texte intégral

1 Comme les éditions précédentes de La Manekine (la dernière, due à Barbara Sargent-Baur, datant de 1999), celle-ci se base — forcément — sur le manuscrit unique conservé de cette première œuvre de Philippe de Remi : Paris, BnF fr. 1588, de propriétaire apparemment inconnu, et dans un état qui laisse à désirer (cf. description p. 8-10).

2 Ainsi que le rappelle l’éditrice d’après une hypothèse généralement admise, le roman aurait été composé par le père du jurisconsulte auteur des Coutumes du Beauvaisis « dans les années 1230-1250 » (p. 27), en milieu picard. .

3 Après une description du manuscrit bien développée (en ce compris l’étude de la ponctuation des deux copistes successifs et des miniatures), l’éditrice propose une étude littéraire très développée, où elle s’attache notamment aux rapports du roman avec le conte de la fille aux mains coupées, au traitement du thème de l’amour et au style de Philippe (en particulier à son usage des proverbes). Elle souligne la dimension multiple d’une œuvre qui est plus qu’un simple roman : « La leçon religieuse passe par un récit d’aventure qui s’appuie sur des motifs de conte, mais qui, à travers une géographie signifiante, met en œuvre , appuyée sur une relecture de ces proverbes qui disent la sagesse des nations et des hommes, une leçon morale visant à donner, à travers l’héroïne du récit, l’image d’une sagesse de nature supérieure qui est celle de la sainteté » (pp. 88-89).

4 Cette riche étude littéraire est suivie de celle, également développée, de la langue de la copie, assez homogène malgré les deux mains successives, et présentant « les traits les plus caractéristiques du dialecte picard » (p. 138). La langue de l’auteur, pour sa part, ne fait l’objet que d’une page, renvoyant à des travaux antérieurs. La métrique fait ensuite l’objet de quelques remarques, concernant le compte des syllabes et les rimes.

5 L’édition du texte est soignée et appelle peu d’observations. On aurait aimé un usage plus fréquent du tréma pour indiquer la correction du mètre (par exemple v. 85 « räenchon », ou v. 106, « D’ëage ne deüisciés mie ») et quelques corrections supplémentaires (par exemple v. 1253 « gaai[n]g » pour rimer avec « amaing »), mais ce sont là des détails. La traduction pour sa part réussit le tour de force d’allier fidélité et élégance.

6 Au total, un excellent travail, que l’on peut espérer suivi d’une édition semblable de Jehan et Blonde.

7

8

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Thiry, « Philippe de Remi, La Manekine », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/5689

Haut de page

Auteur

Claude Thiry

Professeur émérite à l’université catholique de Louvain - Belgique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page