Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Éthique et droit du Moyen Âge au siècle des Lumières

Paris, Classiques Garnier, 2012
Stéphane Marcotte
Référence(s) :

Éthique et droit du Moyen Âge au siècle des Lumières, études réunies par Bénédicte Boudou et Bruno Méniel, Paris, Classiques Garnier, « Esprit de lois, esprit des lettres », n° 1, 2012

Texte intégral

1C’est encore un bel ensemble qui nous est offert ici par les éditions Classiques Garnier. Ce nouveau livre jaune comporte dix-neuf contributions, issues d’un colloque tenu à l’université de Picardie en juin 2010, dans le cadre du projet ANR Juslittera, toutes très dignes d’intérêt, même si le Moyen Âge n’y occupe qu’une place modeste (quatre contributions). Le titre en dit assez précisément le sujet, qui met en regard les deux notions, voisines mais opposables, que sont l’éthique, « qui s’attache à la vertu subjective » et le droit, « qui établit un ordre normatif dans les affaires humaines » (p. 9) ; la base de départ en est, si l’on veut, l’opposition immémoriale entre la conscience d’Antigone et l’ordonnateur de la cité, Créon. Tout l’intérêt de ce volume est d’affiner cette opposition en l’explorant dans une large période de temps et à travers un grand nombre d’œuvres.

2L’ouvrage, introduit par Bénédicte Boudou (p. 9-15), comporte cinq partie : (I) Normes et valeurs dans le monde médiéval ; (II) Critique humaniste de la rationalité juridique ; (III) Souci de l’équité ; (IV) Dépasser l’ordre de la loi ; (V) Contestation de la justice institutionnelle. Il est pourvu d’une ample bibliographie (p. 339-360) et de deux index (nominum et rerum).

3La première partie s’ouvre sur la contribution de Philippe Haugeard (p. 19-35), consacrée au procès intenté par l’empereur Agoulant pour trahison (désertion sur le champ de bataille et abandon de leur seigneur, Eaumont) à deux rois sarrasins, Aprohant et Maragon, aux vers 5614-6193 de la Chanson d’Aspremont (xiie siècle). L’auteur met en regard de ce procès celui de la Chanson de Roland ; contrairement à ce dernier, centré sur le duel judiciaire, celui d’Aspremont accorde toute l’importance aux débats judiciaires. Il met en lumière, à partir de rapprochements avec la pratique réelle du droit féodal de l’époque, « ensemble mouvant et complexe de normes éthiques et sociales » (p. 34), l’originalité littéraire et idéologique de ce procès qui « montre […] comment une collectivité exprime son désir de vengeance en le médiatisant, voire en le sublimant » (p. 34) et de ce fait contient, sans l’abolir, le principe et le désir de vengeance collective. La contribution suivante, de Mireille Demaules (p. 37-55), bien qu’elle ne puisse guère être originale dans ses conclusions tant le sujet a fait couler d’encre, illustre au mieux le conflit entre droit et éthique, à partir de l’épisode bien connu de la fausse Guenièvre dans le Lancelot propre dont l’auteur propose une relecture centrée autour des deux notions qui font l’objet de ce volume ; cette longue péripétie du Lancelot (§ 80-165, p. 1012-1100 de l’édition de M. Demaules dans la Bibliothèque de la Pléiade), qui oppose le droit du roi-mari (lequel use de sa qualité pour refuser de reprendre sa légitime épouse, la reine Guenièvre, après que son innocence a été prouvée) à la justice du chevalier-amant (qui se comporte en ami chaste avec l’épouse du roi, pourtant sa maîtresse), conduit à une totale inversion des valeurs, selon laquelle « l’amour courtois, pourtant fondé sur une transgression morale, religieuse et sociale, est paré d’une plus haute valeur spirituelle et morale que l’amour conjugal qui, pourtant, a la loi religieuse de son côté » (p. 53). Nous restons dans la société chevaleresque avec l’article de Didier Veillon (p. 57-71) ; l’auteur rappelle opportunément ce qu’il convient de savoir sur cette classe sociale apparue, autour de l’an mil, dans l’entourage de seigneurs qui en usèrent d’abord comme d’une police, ou plutôt d’une milice (militia), et dont les membres pouvaient être d’origine modeste. Il s’intéresse en particulier à la progressive constitution de l’idéal chevaleresque mais aussi aux inquiétudes de guerriers qui, à l’instar des terribles sauriens du jurassique qui furent incapables de s’adapter à de nouvelles conditions environnementales, étaient trop parfaitement adaptés à l’univers féodal pour pouvoir survivre à sa transformation. L’un des grands intérêts de l’article, outre la commode synthèse qu’il offre sur le sujet, est de mettre en regard sources littéraires et sources juridiques médiévales, les premières se proposant généralement d’exalter un corps d’élite menacé dans ses prérogatives par les transformations de la société qui les avait vus s’épanouir. (Une mini-remarque, ici, sur la note 1 où le nom de l’éditeur du Jourdain de Blaye en alexandrins doit être corrigé en T. Matsumura). Le dernier article de cette première partie, dû à Bernard Ribémont (p. 73-85), nous amène au cœur des réflexions de deux juristes, Philippe de Beaumanoir et Philippe de Mézières, rapprochés ici pour des raisons tout à fait plausibles, dont le fait qu’ils esquissent tous deux le portrait du magistrat idéal où dominent les vertus de piété et de sagesse (ce qui est partiellement la définition du preudomme) ; ici encore, cet article n’apporte rien de fondamentalement nouveau mais offre une excellente synthèse sur la manière dont les meilleurs esprits conçoivent, aux xiiie et xive siècles, l’exercice de la justice.

4Marie Houllemare (p. 89-101) ouvre la deuxième partie avec une contribution consacrée aux récits de voyage aux Amériques, du Brésil à la Floride, au xvie siècle (le plus ancien date de 1504 et relate l’expédition de Paulmier de Gonneville). Est en particulier évoquée l’expédition de Villegaignon et son installation calamiteuse dans la baie brésilienne de Guanabara (1555). L’auteur attire l’attention sur « la tension permanente entre les principes fondamentaux du droit et la réalité du Nouveau Monde, qui ne peut être dépassée que par la rupture entre droit divin et [droit] naturel » (p. 100) et sur le fait que, « plutôt que de favoriser le relativisme juridique », la rencontre des civilisations amérindienne et européenne « renforce la certitude d’une supériorité du système patriarcal » (p. 101). Ces réflexions sont naturellement à mettre en relation avec la littérature surabondante ayant trait au Bon Sauvage. Nicolas Lombart enchaîne avec Ronsard (p. 103-126), chez lequel il étudie la figure du roi législateur dans les Discours des misères de ce temps (1560-1563) ; la présentation tourne surtout autour du concept de loi, centrale dans les textes cités. L’auteur suggère que Ronsard, au-delà de sa défense et illustration de la loi du roi comme « expression positive de la raison et de la vertu » (p. 104), établit une analogie entre la loi et le poème, émanations respectives de l’éthos du roi et du poète, l’un et l’autre ayant pour mission de contraindre les libertés en créant, pour un plus grand profit éthique et poétique, des règles qui concourent à l’amélioration sociale. Le propos de Ronsard, dirigé contre les Réformés rebelles à la volonté royale, le conduit à s’autoproclamer modestement « modèle indépassable et infiniment fertile de toute poésie » (p. 124). Nous passons ensuite au Gargantua, où Bruno Méniel (p. 127-146) examine les notions de droit et d’éthique appliquées au domaine de la guerre. L’auteur propose de lire l’épisode picrocholin comme une critique de la vision érasmienne de la guerre injustifiable, laquelle est fondée sur des considérations éthiques et non juridiques ; il montre, arguments et citations à l’appui, que Rabelais, sans répudier la vision évangélique qui invite au pardon, s’appuie sur une solide connaissance de la philosophie thomiste et du droit romain et canonique lorsqu’il juge recevable la théorie de la guerre juste. Sa position, qui allie les points de vue juridique et éthique, lui permet de trouver un équilibre et une saine hiérarchie entre des notions qui peuvent, jusqu’à un certain point, s’avérer antagonistes, telles que le droit naturel et le droit des gens. Frédéric Gabriel (p. 147-166) met en scène Gabriel Naudé et son Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement soupçonnés de magie (1625), dans laquelle il s’en prend aux démonographes et tente de définir la notion, au vrai ambiguë, de démon, faussement interprétée par les ignorants comme une figure démoniaque, alors qu’il ne s’agit souvent que d’une métaphore de la conscience. Plus largement, c’est à une critique de la justice et de la procédure inquisitoire de son temps qu’il se livre, à l’occasion notamment de sa réfutation des accusations portées par certains contre Mazarin dans leurs pamphlets, en démontrant la fragilité des aveux obtenus par la question (p. 150). Cette critique du système judiciaire est elle-même critiquée par le capucin Jacques d’Autun (1608-1678), en réaction à la tendance à la décriminalisation de la sorcellerie qui s’opère sous ses yeux, au nom des fondements bibliques.

5Valérie Hayaert (p. 169-188) introduit la troisième partie par une contribution érudite consacrée aux mises en image de la notion, essentiellement ambiguë, d’aequitas (l’epieikeia aristotélicienne) à l’âge moderne pour « envisager la continuité d’invention entre la sphère de droit et la création symbolique » (p. 169). Elle s’intéresse donc à la littérature emblématique et aux images associées à ces notions, en particulier sous forme de vignettes dans les imprimés dont elle propose des commentaires subtils : règle de plomb des architectes de Lesbos (qui permet d’adapter la règle à la disposition des pierres quand on ne peut faire l’inverse), Justice bifrons, scènes mythologiques (tel le jugement de Tirésias). Elle suggère que ces mises en images « jouent un rôle dans l’espace social du temps […], participent activement au rituel de la justice en actes » (p. 188) dans la mesure où elles résolvent, chacune à leur manière, la dialectique induite par la relation du Droit (pratique du droit) et de la Justice (idéal de justice). Ullrich Langer (p. 189-203) se propose « de relier droit, éthique et fiction littéraire dans le cas de la nouvelle » (p. 189), précisément dans les débats et jugements qui encadrent les nouvelles de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre, lesquelles sont une collection de « cas ne ressemblant pas à ceux recueillis dans les arrêts ou ayant été prévus par les législateurs » (p. 194) et donnent donc lieu à des réflexions, non conditionnées par une quelconque jurisprudence, qui doivent conduire à des jugements équitables ; les acteurs du débat sont là « dans la position du législateur hypothétique qui prendrait connaissance d’un cas pertinent et imprévu » (p. 200). Notons que l’auteur fait précéder son excellente contribution, qui envisage les différentes manières de manifester la vertu d’équité dans le cadre défini par les protagonistes du recueil, d’un court mais très appréciable rappel des principaux emplois classiques des termes aequitas/epieikeia (p. 189-192). Stéphan Geonget (p. 205-220) livre quant à lui une fort intéressante contribution à contenu censément général (bien qu’elle repose pour l’essentiel sur l’œuvre d’un auteur), sous-intitulée : « De l’usage de l’équité dans l’œuvre des juristes de la Renaissance ». L’article tourne en particulier autour des conflits liés à la coexistence du droit coutumier et du droit romain, ainsi qu’au travail, herméneutique et philologique, considérable des juristes renaissants pour retrouver la lettre du Corpus juris civilis et harmoniser les sources du droit français tout en les adaptant aux conditions sociales nouvelles. L’auteur met en relief la critique philosophique du droit romain à la fin du xvie siècle, au nom de l’équité (chrétienne), en particulier celle de Louis Le Caron (p. 209-220), « ardent promoteur d’un droit civil français » (p. 209) ; quelques autres auteurs sont évoqués beaucoup plus succinctement (Jean Imbert, Charles Dumoulin, Jean Duret).

6La quatrième partie s’ouvre par un article de Bénédicte Boudou (p. 223-242) dont le sujet est le recueil de nouvelles de Bonaventure des Périers (Nouvelles récréations et joyeux devis), œuvre qui, comme la plupart des collections de nouvelles contemporaines (v. supra), comporte une authentique réflexion juridique et sociale. L’auteur s’intéresse précisément en ces pages à la manière dont le narrateur met en lumière l’ethos et le for interne des juges et justiciers – ici défini, quelque peu abusivement à mon avis, comme « affirmation de la liberté individuelle en face de la souveraineté d’autrui » (p. 225) – ce qui le conduit à « une prise de distance par rapport au for externe, à la juridiction ou au tribunal » (p. 225). L’étude, étayée d’un grand nombre d’exemples (qui donnent grande envie de relire le texte), fait ressortir, dans la narration des Nouvelles récréations, le rôle majeur de la conscience individuelle, et de son langage, dans l’appréciation de situations que la communauté humaine tend à juger du seul point de vue social. Daniel Ménager (p. 243-255) nous entraîne ensuite, heureuse initiative, du côté de l’Antigone de Robert Garnier (1580). Cette pièce, qui combine les motifs des pièces de Sophocle et de Sénèque (Les Phéniciennes) – cette dernière consacrée aux luttes fratricides des fils d’Œdipe – est en forte résonnance avec l’actualité trouble de son temps, temps de guerres civiles et d’atrocités diverses. L’auteur attire l’attention sur l’unité de la pièce, malgré sa double source, qui « offre au dramaturge la possibilité de mettre au premier plan les questions de droit » (p. 244), et montre comment Garnier infléchit le caractère autonomique de l’héroïne de Sophocle, à l’endroit duquel le magistrat qu’il est semble éprouver quelque difficulté, pour le tirer du côté de la seule pietas. Ainsi, la désobéissance civile d’Antigone, qui fait d’elle un personnage fondamentalement éthique, est-elle estompée au profit de son obéissance à la loi naturelle (piété due à l’égard des siens, respect de la loi divine). Paul-Alexis Mellet (p. 257-268) examine le problème de la hiérarchie des droits chez les calvinistes. L’article commence par une bonne présentation des droits naturel, divin et civil, avec une première hiérarchisation « liée à leur capacité d’évolution ou d’adaptation et à leur antériorité » (p. 261). Vient ensuite la question, cruciale pour les Réformés, du pouvoir royal, de sa définition et de ses limites, qui conduit certains théoriciens, au nom de principes éthiques, à prôner la résistance armée à la volonté du monarque (parti des « monarchomaques »). La dernière partie de l’article est consacrée à la question de la succession royale, aux rapports entre élection et hérédité, laquelle question devint épineuse à la mort du duc d’Alençon (1584), frère d’Henri III, qui faisait du Huguenot Henri de Navarre l’héritier présomptif de la Couronne. Cécile Huchard (p. 269-283) consacre une étude, qui n’est pas sans rapport avec la précédente, aux réflexions du pasteur « monarchomaque » Simon Goulart sur la justice, dans ses Histoires admirables (1600-1610), recueil d’anecdotes d’origines diverses et portant sur des sujets qui ne le sont pas moins, allant de la médecine à la morale, tous présentant des exemples sordides mais exemplaires d’iniquités remarquables, dans lesquelles l’auteur explore, par des chemins variés, le lien entre la justice des hommes et la justice de Dieu.

7La dernière partie est ouverte par Emmanuel Bury (p. 287-299) qui traite d’un sujet plus général, savoir « les aspects juridiques de la pensée des moralistes classiques ». Après avoir introduit son propos par des considérations générales, fondées en partie sur la pensée du romaniste Michel Villey qui invite fortement à distinguer droit et morale, l’auteur examine la façon dont la pensée des moralistes du xviie siècle (dont quelques-uns peu connus des non-spécialistes, tels Guy du Faur de Pibrac ou Pierre Matthieu), tous peu ou prou héritiers de Montaigne, est en bonne partie structurée par le droit, qui d’ailleurs, en cette époque, connaît une profonde mutation, due en partie à l’influence de la Réformation, en partie à celle de la Contre-Réforme et de la nouvelle scolastique. Avec Fabrice Hoarau (p. 301-313), dont la contribution porte sur les Caractères, nous demeurons dans la même période et le même genre littéraire. L’auteur aborde l’œuvre de La Bruyère, imprégnée de la connaissance du droit de son auteur, juriste lui-même, sous l’angle de la critique de la justice monarchique, de son (mauvais) fonctionnement, de sa légitimité douteuse et de son inhumanité. Comme toujours, et comme il y excelle, ce sont d’abord les apparences, spectacles et rituels, que le moraliste dénonce, en particulier ceux qui ont cours lors des exécutions capitales dont l’inhumanité le rebute. La critique de La Bruyère porte également sur la procédure, dont la longueur favorise les chicanes et conduit à une relative incohérence (mais la corruption des juges est passée sous silence, p. 310). Il est à noter que La Bruyère proposait la création d’une école de magistrats pour remédier aux travers qu’il énonce (p. 312). Gabriele Vickermann-Ribémont (p. 315-329) évoque trois utopies imaginées par l’Abbé Prévost dans Le Philosophe anglais ou Histoire de M. Cleveland, en particulier celle qui met en scène une colonie protestante de La Rochelle exilée à Sainte-Hélène après 1628, confrontée au problème de sa propre perpétuation et qui, soumise à la pénurie d’hommes et de femmes à marier, édicte, pour régir les unions matrimoniales, des règles qui entrent en conflit avec les sentiments des jeunes gens concernés. L’article montre la correspondance entre le récit de Prévost et l’Éthique à Nicomaque, dont il est l’illustration narrative ; ce qui est en cause, dans ce récit et d’autres du même auteur, c’est « la question juridique du mariage » qui sert « à pointer, à pousser à l’extrême le conflit entre le bonheur individuel et la société » (p. 328). Bruno Méniel (p. 331-338) conclut cet ensemble par une « note sur éthique et droit » qui met en perspective les acquis de ce recueil, en soulignant notamment les rapports complexes qu’entretiennent entre eux l’éthique et la loi, que la philosophie et la théologie peinent à hiérarchiser (quelle, de l’éthique ou de la loi, précède ou suit ?). De fait, la littérature, avec ses mises en narration de leur dialectique, avec sa fascination pour la transgression (on pense aussitôt qu’il aurait été intéressant de consacrer un chapitre aux utopies du marquis de Sade), avec sa constante invention de ‘cas’, « comble les lacunes du droit positif » (p. 337), sans pour autant prétendre substituer sa parole à celle des hommes que la société investit de la mission de juger.

8J’espère avoir suggéré que la lecture de ces articles, érudits et rigoureux, est riche d’enseignements ; ils ouvrent assurément, ou contribuent à ouvrir, une voie d’accès peu empruntée à la littérature, dont il faut bien dire, et redire, qu’elle enrichit la conscience du lecteur justement par une création permanente de mondes possibles, topiques ou utopiques, qui sont autant de miroirs ou l’Homme peut se réfléchir avant d’agir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Marcotte, « Éthique et droit du Moyen Âge au siècle des Lumières », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://peme.revues.org/6066

Haut de page

Auteur

Stéphane Marcotte

Maître de conférences à l’université Paris IV – Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page