Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Charles d’Orléans, Le Livre d’Amis. Poésies à la cour de Blois (1440-1465)

Paris, Champion, 2010
Didier Lechat
Référence(s) :

Charles d’Orléans, Le Livre d’Amis. Poésies à la cour de Blois (1440-1465), édition bilingue, publication, traduction, présentation et notes par Virginie Minet-Mahy et Jean-Claude Mühlethaler, Paris, Champion, « Champion Classiques Moyen Âge » n° 28, 2010, 752 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Livre d’amis

Index des médiévaux et anciens :

Charles d’Orléans
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une malencontreuse coquille, aux p. 48 et 54 de l’introduction, donne la cote BnF fr. 25459.

1L’édition des poésies post-carcérales de Charles d’Orléans par Virginie Minet-Mahy et Jean-Claude Mühlethaler ne manquera pas de retenir l’attention de tous ceux qui s’intéressent à la mise en recueil de la poésie à la fin du Moyen Âge et aux pratiques d’écriture collaborative. Le titre donné par ses auteurs à cette édition indique clairement le point de vue adopté. Le manuscrit retenu, conservé à Paris, est le BnF fr. 254581, traditionnellement qualifié de « manuscrit personnel du duc », qui servait déjà de base à l’édition en deux tomes des Poésies de Charles d’Orléans par Pierre Champion, il y a presque cent ans. Mais il est considéré ici comme un Livre d’Amis, c’est-à-dire comme une anthologie collective à l’élaboration de laquelle ont contribué, outre Charles d’Orléans et son épouse Marie de Clèves, nombre de serviteurs et amis, de grands seigneurs et de poètes de passage. Les poèmes recueillis dans ce manuscrit ne transcrivent donc pas seulement l’activité personnelle d’un je, ils reflètent les pratiques littéraires d’un cercle réuni autour de lui par Charles d’Orléans dans les années 1440 à 1465. Les éditeurs ont cependant dû faire l’impasse sur un certain nombre de pages du manuscrit, notamment celles qui contiennent les pièces du concours de Blois, qui auraient difficilement trouvé leur place dans un ouvrage en un seul volume.

2L’approche du recueil comme fruit d’une collaboration littéraire, et comme témoin de jeux poétiques liés à des formes nouvelles de sociabilité amène Virginie Minet-Mahy et Jean-Claude Mühlethaler à des choix éditoriaux dont ils s’expliquent avec beaucoup de clarté dans leur introduction. Au type de lecture du manuscrit « par strates » préconisé par Pierre Champion, qui s’appuyait sur la reconstitution de l’ordre de composition des pièces, les auteurs de la présente édition préfèrent une lecture « verticale », qui suit l’ordre de succession des poèmes dans la mise en page du manuscrit.

3Cette présentation des poèmes fidèle à l’ordre du manuscrit est en étroite corrélation avec une réorientation de la lecture habituelle des productions de Charles d’Orléans de cette période. De nouvelles pistes interprétatives sont suggérées par les auteurs, étayées par une connaissance approfondie de l’abondante littérature critique sur la question. Ils ouvrent de la sorte des perspectives nouvelles et invitent à considérer le manuscrit personnel non seulement sous l’angle d’un journal intime mais aussi en tant qu’espace de communication et de débat. Entre les pièces de Charles d’Orléans et celles des autres contributeurs du manuscrit se tissent des reprises formelles, ainsi que des liens au plan des images. Dans l’apparat critique, un très précieux index des images et registres thématiques permet au lecteur d’identifier les échos dont les divers contributeurs au Livre d’Amis ont consciemment parsemé le manuscrit.

4On ne peut que louer l’intérêt et la qualité remarquables de l’appareil critique : 85 pages de notes en fin de volume replacent très utilement le texte dans son contexte d’histoire littéraire en le situant par rapport à ses prédécesseurs, et apportent aux pièces du recueil des éclairages lexicologiques ou critiques fort utiles. Les éditeurs ont eu la bonne idée d’accompagner les notes de chaque poème d’un renvoi entre parenthèses aux numérotations de ces mêmes pièces dans l’édition de Pierre Champion et dans celle qu’a procurée Jean-Claude Mühlethaler dans la collection « Lettres Gothiques ». La table des incipits de toutes les pièces, celle des refrains des ballades, les index des contributeurs, des noms propres et des personnifications sont des instruments de travail extrêmement appréciables, établis avec une grande méticulosité. Peut-être, toutefois, le glossaire aurait-il gagné à être plus complet. L’exercice périlleux de la traduction de ces pièces lyriques, dont un bon nombre n’avait encore jamais été mises en français moderne, est un pari tenu avec bonheur. Nul doute que cette édition soignée et les riches instruments critiques qui l’accompagnent, en mettant Le Livre d’Amis à la portée de tous, feront progresser la connaissance de la poésie du xve siècle et susciteront de nouveaux travaux sur les pratiques poétiques de cette période.

Haut de page

Notes

1 Une malencontreuse coquille, aux p. 48 et 54 de l’introduction, donne la cote BnF fr. 25459.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Lechat, « Charles d’Orléans, Le Livre d’Amis. Poésies à la cour de Blois (1440-1465) », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/6303

Haut de page

Auteur

Didier Lechat

Maître de conférences en littérature médiévale à l’Université de Caen Basse-Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page