Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Le Jeu d’Adam

Paris, Champion, 2012
Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Le Jeu d’Adam, édition bilingue, établie, traduite, présentée et annotée par Véronique Dominguez, Paris, Honoré Champion, « Champion Classiques du Moyen Âge » 34 , 2012, 368 p.

Entrées d’index

Mots clés :

théâtre

Keywords :

theater

Parole chiave :

teatro
Haut de page

Texte intégral

1Composé au xiie siècle et considéré à juste titre comme le texte fondateur du théâtre français médiéval, le Jeu d’Adam, ou mieux l’Ordo representacionis Ade selon le titre qu’il porte dans le manuscrit unique Tours, Bibliothèque municipale 927 (xiiie siècle) ne manquait jusqu’ici ni d’éditions ni de traductions en français moderne. Cette publication de V.D. constitue une nouveauté dans la mesure où elle s’efforce de faire le point sur la bibliographie précédente et en même temps de revenir au manuscrit pour en tirer le plus d’informations possibles sur le ou les usages au(x)quel(s) le texte était destiné.

2L’Introduction est organisée en deux parties, dont le plan ne paraît pas toujours suffisamment clair. La première aborde : le sujet de l’Ordo et ses sources (aux pièces également inspirées du péché originel et aux conséquences de la chute et citées ici p. 19, on pourra ajouter le premier des Mystères de la procession de Lille, ca 1470 : cf. éd. A.E. Knight, Genève, Droz, 2001), les questions encore irrésolues liées à sa composition et à sa difficile collocation dans le calendrier liturgique, l’unité de contenu des f. 20-46v du manuscrit – c’est-à-dire Ordo, Défilé des prophètes, Dit des quinze signes, que la critique a souvent traités séparément –, le milieu de composition et de copie (espace Plantagenêt, le copiste venant vraisemblablement de la zone méridionale de ce domaine), la question du bilinguisme et par conséquent du public, laïque ou monastique, auquel la pièce s’adressait prioritairement.

3La deuxième section paraît plus spécialement consacrée à la performance théâtrale : V.D. interroge tour à tour les didascalies en latin et le texte en vernaculaire pour en tirer les informations essentielles concernant l’espace (organisé en trois lieux fondamentaux : paradis, sinagoga, ecclesia), puis les éléments accessoires du jeu. Si l’on accepte de voir dans le manuscrit de Tours le lieu d’enregistrement d’une représentation, les didascalies indiquant les prises de parole des différents personnages s’avèrent essentielles : la fidélité extrême au manuscrit adoptée par l’éditrice l’amène ainsi à présenter dans les détails les lieux controversés afin de les expliquer et de justifier la conservation des leçons originales. De même, les nombreuses variations dans les rimes et dans le mètre (rimes orphelines, anisométries et strophes incomplètes abondent), souvent corrigées par les éditeurs précédents, sont longuement discutées et finalement maintenues comme témoignage d’« un mode d’écriture de l’écart » (p. 105), réalisation d’une « métrique des contrastes » (p. 128). Cette vision ramène finalement sur le plan esthétique des questions traitées jusqu’ici par la critique comme des problèmes de langue ou de métrique ; voici alors que, loin de représenter des fautes sur lesquelles l’éditeur se devrait d’intervenir, ces irrégularités, grâce aux ruptures qu’elles créent, seraient le reflet d’un usage virtuose de la langue, soumise à l’objectif édifiant du texte (p. 137).

4Une lecture de la pièce qui privilégie les parties en langue vernaculaire – selon V.D. les didascalies en latin seraient secondaires à tous points de vue : moins importantes que le reste, et composées dans un deuxième temps – montrerait que quatre seuls acteurs auraient pu suffire pour la mise en scène du Jeu tout entier. Si, en revanche, on se concentre sur les didascalies (et ce sera la dernière hypothèse formulée par l’éditrice), le manuscrit de Tours pourrait encore avoir été conçu comme support à la méditation.

5L’existence d’un nombre important d’éditions, parmi lesquelles celle de W. Noomen (CFMA, 1971) fait toujours autorité, permet à V.D. de s’abstenir tant d’une nouvelle description du manuscrit – d’ailleurs aujourd’hui inaccessible – que d’une étude linguistique globale ; on lui sera reconnaissant d’avoir réuni une importante bibliographie raisonnée aux p. 155-171.

6L’édition se veut la plus fidèle possible à la lettre du manuscrit de Tours, manuscrit unique comme on l’a dit pour l’Ordo Ade ; pour ce qui concerne le Dit des quinze signes, dont plus de 20 manuscrits subsistent, V.D. a transcrit le texte des f. 40v-46v, en l’accompagnant des notes et variantes de l’édition Von Kraemer (Helsinki, 1966). Cette fidélité à toute épreuve disparaît cependant pour ce qui est des leçons et répons liturgiques, dont seuls les incipits sont donnés dans le manuscrit, mais que V.D. a décidé de compléter en choisissant « dans les responsoria et les versus proposés par le Corpus Antiphonarium Officii ceux qui [lui] semblent le mieux à même d’avoir dialogué avec le texte en langue vernaculaire consigné dans ce même manuscrit » (p. 176).

7L’édition et la traduction sont proposées, selon les habitudes de cette collection, en regard. On regrettera quelques décalages dans la mise en page (par ex. p. 198-199, 282-283, 284-285, 290-291), les interlignes n’étant pas toujours les mêmes dans le texte en ancien français et en français moderne ; de même, on se demande pourquoi avoir eu recours si souvent aux points d’exclamation dans la traduction, alors que dans l’édition la ponctuation finale apparaît judicieusement plus sobre ; on donnera deux exemples tirés des tout premiers vers : [Figura :] « Fourmé te ai/ de limo terre. » [La Figure :] « Je t’ai formé/ de limo terrae ! » (v. 1-2 ; sic : l’hémistiche est resté en latin, bien que réécrit selon l’orthographe classique) ; à peine plus loin : [Figura :] « Je te ai fourmé a mun semblant,/ A ma imagene t’ai feit, de tere,/ ne moi devez ja mais mover guere. » [La Figure :] « Je t’ai formé à ma semblance,/ à mon image je t’ai fait, en terre :/ jamais il ne faudra me faire la guerre ! » (v. 3-5). On aurait aussi aimé un peu plus de régularité dans les initiales des vers, alternant majuscules et minuscules comme dans les citations ci-dessus, sans qu’un critère soit reconnaissable.

8L’édition paraît soignée dans l’ensemble, malgré quelques imprécisions : un accent de trop au v. 79 (« Qu’à toi servir ne soit tote ma cure »), une coquille au v. 284 (« Nel fra par [lire pas], car nel crerai »), et d’autres sur lesquelles il serait injuste d’insister.

9Les notes au texte « original » contiennent des remarques sur le texte et sur le manuscrit ; celles qui accompagnent la traduction, beaucoup moins nombreuses, discutent le sens à attribuer à certains vers ou mots et renvoient à des passages précis de l’Introduction.

10L’édition-traduction est accompagnée de deux glossaires réduits, l’un pour le latin (p. 347-349), l’autre pour l’ancien français (p. 349-361), sans que les critères de sélection du lexique soient spécifiés ; on se demande alors pourquoi V.D. aura retenu maisons (v. 1123 : « Que devendront lors vos maisons ? »), glosé par ‘habitations’, pour ne donner que cet exemple, alors que des mots comme conservage (v. 22, traduit p. 187 par ‘entraide’, alors que ce serait plutôt ‘confraternité dans la servitude’ [envers Dieu]) , ou curcer ( « Ne te curcerai de rien », répond Ève au serpent, traduit par « Tu seras très content de moi », v. 213) manquent à l’appel. Quelques traductions soulèvent un doute : ainsi Adam, repoussant une première tentation du diable, s’adresse à lui par ces mots : « Fui tei de ci, tu es Sathan !/ Mal conseil dones », traduit par « Déguerpis, car tu es Satan ! Mais quel conseil ! » (v. 195-196) ; une expression analogue : « ele me dona mal conseil ! » sera traduite par « c’est d’elle que vint ce conseil » (v. 355). De même au v. 332, « En emfer serra ma demure », devenu « L’enfer, l’enfer, c’est ma demeure » (c’est Adam qui s’exprime, après avoir cédé à la tentation) ; ou aux v. 336-337 : « dont me vendra iloec socors ?/ Ki me trara d’itel dolors ? » : « d’où viendra-t-il, ce grand secours ?/ Qui me tirera de douleur ? » (même tirade). L’effort de garder le rythme original, ici celui de l’octosyllabe (cf. la note sur la traduction p. 177), ne suffit pas pour justifier entièrement ces choix. L’index des noms (p. 363-364) semble ne renvoyer qu’aux toutes premières occurrences.

11Sans remplacer vraiment l’édition Noomen, cette nouvelle édition du Jeu d’Adam a le mérite d’en renouveler la lecture et de donner une plus large diffusion à une pièce de théâtre qui – selon les buts de la belle collection de Champion où elle a paru – mérite certainement d’être mieux connue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Le Jeu d’Adam », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/6375

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Professeur à l’Università degli Studi di Milano – Italie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page