Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Nicole Chareyron, Éthique et Esthétique du récit de voyage à la fin du Moyen Âge

Paris, Champion, 2013
Élisabeth Gaucher-Rémond
Référence(s) :

Nicole Chareyron, Éthique et Esthétique du récit de voyage à la fin du Moyen Âge, Paris, Champion, 2013, coll. « Essais sur le Moyen Âge », 57, 539 p.

Entrées d’index

Mots clés :

voyage

Keywords :

journey

Parole chiave :

viaggio
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu de la synthèse que Nicole Chareyron présenta devant l’université de Montpellier III en vue de l’Habilitation à diriger des recherches, quelques mois avant son décès survenu en 2007. Grâce à Jean Meyers et Michel Tarayre, assistés de Liliane Dulac et Pierre André Sigal, le document original a été relu et remanié en vue de sa publication. Nicole Chareyron, qui avait déjà consacré aux récits de voyage plusieurs ouvrages et de nombreux articles, délaisse ici la description de l’altérité et de l’étranger pour mettre en lumière le portrait de l’homo viator. Plus de 130 œuvres sont ainsi analysées ; datées, pour la plupart, des xive et xve siècles, elles sont rédigées dans diverses langues (latin, italien, espagnol, portugais, allemand, anglais) et Nicole Chareyron accompagne certaines citations d’une traduction personnelle. Ces textes, éloignés dans le temps mais aussi dans l’espace géographique qui les a inspirés (Terre sainte, Afrique noire, Chine, Amérique, sans oublier l’Europe), sont une véritable invitation au voyage, dont le présent ouvrage fournit un guide précis et stimulant.

2 La première partie s’attache à situer le récit viatique dans son rapport aux autres genres. L’évaluation de l’intentio auctoris fournit un critère définitionnel ainsi que l’analyse, quantitative et qualitative, des procédés littéraires : degré variable de l’« implication identitaire » (p. 54), clivage entre les tonalités narrative et descriptive, rédaction provisoire ou définitive, contenu référentiel ou fictionnel... Les frontières sont perméables avec les chroniques, les guides de pèlerinages, les traités géographiques ou encyclopédiques : le récit de voyage s’offre sous le signe de l’innutrition et du polymorphisme. Certes, son enjeu réside dans la relation autobiographique d’un déplacement authentique ou imaginaire, mais la « pureté du genre, s’il est définissable, est souvent mise à mal » (p.79).

3 Dans la deuxième partie, Nicole Chareyron nous donne à voir une galerie de portraits qui témoignent de la diversité des statuts endossés par les écrivains. Les récits de voyage, outre qu’ils peuvent répondre à un usage privé ou public, résulter d’une écriture immédiate ou rétrospective, émanent de différentes catégories socio-professionnelles : missionnaires au service d’une autorité, pèlerins dévots ou curieux, descripteurs initiés aux « mystères de l’ailleurs » (p.124) pour le profit et le plaisir des sédentaires, humanistes et savants attentifs aux règles du récit… Se dessine une typologie du héros viatique : le philosophe héritier d’illustres prédécesseurs, l’aventurier fier de ses découvertes pionnières, le serviteur des princes et des nations, auxquels s’ajoutent d’autres figures, teintées de romanesque, tels le voyageur infortuné ou l’ « hidalgo globe-trotter ».

4 Défini comme une «  fable à trois personnages : l’acteur, l’auteur, le lecteur » (p. 173), le récit de voyage fait l’objet, dans la troisième partie, d’une attention toute particulière au rapport dialogique entre l’instance productive et la figure réceptive. Nicole Chareyron évalue les taux et modes de présence de la « voie organisatrice », identifie différents types de lecteurs (« le jaloux », « l’inexpérimenté », « le curieux ou le studieux », p.209) et pointe les stratégies d’effacement de la figure auctoriale, qui délègue la parole à d’autres informateurs. Elle distingue le voyageur et le narrateur, l’un du côté de l’action, l’autre du côté de la pensée, auxquels s’adjoignent d’autres relais, éditeurs, traducteurs, autant de « substituts artificieux » (p. 241) qui opacifient les contours du moi existentiel dans le texte.

5 L’objectif de la quatrième partie consiste à mettre en lumière les mécanismes de transfert, de l’expérience sensorielle à la transposition esthétique du monde visité. Le récit de voyage restitue l’expérience du corps itinérant : l’« estrange » se mesure à son impact physique (gustatif, olfactif, auditif, tactile et, bien sûr, visuel). S’y ajoute l’affectivité du voyageur, attentif à évoquer les sensations de plaisir ou de déplaisir qu’il a connues au contact d’une réalité qu’il ne peut décrire objectivement. Nicole Chareyron montre, en effet, combien la description, aux approches multiples, est contaminée par des points de vue subjectifs, voire des souvenirs littéraires. Chez certains voyageurs, le texte s’assortit de dessins explicatifs. Toutes ces analyses sur la « traduction du monde » posent des questions essentielles : la lisibilité de l’altérité (qui requiert des comparaisons avec le déjà-vu), le crédible, le mémorable, l’indicible… Enfin, l’approche phénoménologique ne doit pas faire abstraction du temps : la traversée de l’espace s’inscrit dans une chronologie qui peut être universelle (calendaire), individuelle (psychique), culturelle (attentive à l’histoire et aux légendes locales) : diverses temporalités s’enchâssent dans l’écriture du voyage.

6 Dans la cinquième et dernière partie, l’éclairage est focalisé sur les questions d’identité culturelle. Tout d’abord, Nicole Chareyron répertorie les créations lexicales ou transcodages destinés à rendre compte de la nouveauté : « à chaque voyageur, son lexique » (p. 359), selon sa sensibilité ou la finalité de son entreprise. Mais si les mots sont neufs, les modèles sont anciens : les récits de voyage, en réactualisant des traditions littéraires, thématiques, affichent une tendance « palimpsestueuse ». Dans ce va-et-vient entre l’inconnu et le déjà-dit, le savoir se confirme ou se corrige, tandis que l’authenticité du vécu cède le pas devant les projections imaginaires : le genre viatique convie son lecteur à voyager à travers les livres. Quant au face-à-face entre l’explorateur et l’autochtone, il donne lieu à deux types de mise en scène : l’assimilation ou la distanciation. Tantôt le voyageur se donne à voir sous les traits d’une instance agissante (tant par son errance que par sa conscience critique), tantôt il restitue l’image que l’autre a de lui, valorisante ou dévalorisante, dans une approche qui annonce le relativisme des cultures. Mais toujours, il occupe la place centrale dans son récit.

7 La conclusion, en dégageant trois notions inhérentes au récit de voyage (diversité en soi, expression de soi, poétique du soi), ouvre la perspective sur la postérité du genre, après le Moyen Âge. Au terme de ce livre, le lecteur, appelé à poursuivre le voyage, ne peut qu’être comblé par l’étendue du chemin que Nicole Chareyron lui a permis de découvrir : au fil des pages, l’exploration gagne du terrain, les textes sont scrutés avec précision et enthousiasme (on appréciera, dans le choix des citations, les saynètes où le pittoresque se colore d’humour), à l’aide d’ instruments critiques qui, dépassant largement le cadre de la période étudiée, révèlent toute leur efficacité herméneutique. Dans la mouvance des travaux de Christiane Deluz, Michèle Guéret-Laferté et Pierre André Sigal, pour n’en citer que quelques-uns, ou des synthèses de Friedrich Wolfzettel et d’Odile Gannier, ou encore, pour un corpus plus tardif, des études de Frank Lestringant et Marie-Christine Gomez-Géraud, l’enquête de Nicole Chareyron offre un regard nouveau sur l’écriture du voyage, révélatrice d’une « quête de soi ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Gaucher-Rémond, « Nicole Chareyron, Éthique et Esthétique du récit de voyage à la fin du Moyen Âge », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://peme.revues.org/6381

Haut de page

Auteur

Élisabeth Gaucher-Rémond

Professeur de littérature française du Moyen Âge à l’Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page