Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Laurent Smagghe, Les Émotions du prince. Émotion et discours politique dans l’espace bourguignon

Paris, Classiques Garnier, 2012
Alexandra Velissariou
Référence(s) :

Laurent Smagghe, Les Émotions du prince. Émotion et discours politique dans l’espace bourguignon, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque d’histoire médiévale » 6, 2012, 473 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue par l’auteur en novembre 2010 à l’Université Paris IV – Sorbonne. Il s’ouvre sur une préface (Pr. Élisabeth Crouzet-Pavan) qui donne des précisions sur la démarche entreprise par l’auteur. Ce dernier a jugé nécessaire d’effectuer un choix strict des sources utilisées, notamment d’inclure dans le corpus des textes littéraires, car ces derniers sont perméables à la réalité contemporaine et, par conséquent, sont susceptibles de refléter la réalité émotionnelle de leur temps. Ils peuvent aussi être sources d’inspiration pour les émotions du prince. Est aussi mise en valeur la démarche pluridisciplinaire de l’auteur, qui emprunte aux travaux théoriques, à la politique, aux neurosciences, à l’anthropologie, à l’histoire de la médecine, de même qu’à la philosophie. L’ouvrage s’intéresse à la « vérité des émotions », à leur stylisation, à leur marginalité parfois, ainsi qu’à leur économie.

2L’introduction rappelle quelles furent les théories sur les émotions et comment, à partir de recherches menées dès les années soixante, cette notion a pu acquérir le statut d’objet historique. Sont ensuite abordés les problèmes lexicaux suscités par le terme même d’« émotion », souvent délaissé par les auteurs médiévaux au profit des mots « passion » ou surtout « affect », terme employé couramment dès le xiie siècle. L’auteur a cependant choisi d’utiliser le substantif « émotion », qui n’apparaît dans son sens le plus courant qu’au début du xvie siècle : de fait, « toutes les approches scientifiques de cette notion s’accordent […] sur le fait que les émotions constituent les manifestations les plus saillantes et les plus expressives, voire les plus paroxystiques, des états affectifs » (p. 21). Puis L. Smagghe s’interroge sur la pertinence d’une étude des émotions du prince bourguignon : si ce dernier est soumis, comme tout individu, aux élans de son affect, il n’en reste pas moins contraint de respecter un certain discours des émotions. L’étude a donc pour objectif de montrer « en quoi et pourquoi une émotion particulière (ou un faisceau émotionnel) évoquée à un moment précis du récit vient servir ou desservir l’exercice du pouvoir et introduire une rupture dans sa trajectoire » (p. 23). Rappelant l’existence d’une « double dimension de l’affectivité princière » (p. 23), née d’une tension entre l’idéal et la réalité, l’auteur soulève la question de la « vérité de l’émotion » (p. 23), difficile à déterminer dans la majorité des cas. Est aussi justifié le choix de travailler sur une période (xive-xve siècles) et une aire géographique précises (l’espace des Pays-Bas bourguignons). En effet, les émotions des quatre ducs de Bourgogne ont joué un rôle essentiel dans la gestion des crises auxquelles ils furent confrontés. De même, l’ascendance imaginaire et mythologique de ces princes a influé sur leurs états émotionnels. En outre, le contexte historique, abondant en guerres et épidémies, relève d’une « atmosphère passionnelle » (p. 30) à laquelle participaient les ducs. Ensuite est évoqué le choix difficile du corpus, qui privilégie les chroniques, les mémoires et les récits. Les archives manuscrites, exemptes d’évocations émotionnelles, ont été mises de côté. Il en va ainsi des lettres de rémission, qui n’y réfèrent que de manière stéréotypée.

3La première partie (« Corpus, motus, habitus : anatomie des émotions ») est organisée autour de deux points, respectivement intitulés « Invention du corps d’émotions » et « Complexion et portraits émotionnels du prince ». La première sous-partie traite des notions suivantes : les représentations de la société comme corps (le corps de policie), le corps naturel vu comme véhicule de l’émotion, les pertuis du corps (en particulier la bouche et les yeux) considérés comme des lieux de perception et de transgression. Ainsi apprend-on que l’assimilation d’un groupe à un corps remonte à l’Antiquité égyptienne, et que la métaphore fut ensuite récupérée par l’Église. De même, les liens tendus entre politique et médecine permirent de représenter allégoriquement la société comme un corps souffrant de pathologies et nécessitant la guérison. De nombreux écrivains (par exemple Eustache Deschamps, Christine de Pizan, Jean Gerson) utilisent ainsi des images anatomiques pour décrire l’ère difficile dont ils sont les témoins. Le corps naturel constitue un modèle pour l’organisation de la société, où sont essentiels les principes de solidarité et de hiérarchie. Dans ce corps, la tête et le cœur se disputent la prééminence et la fonction génératrice d’émotions. Est également mise en avant l’importance des humeurs, masculines ou féminines, ainsi que celle de la gestuelle comme moyen d’expression des émotions. L’auteur montre ensuite comment les yeux et le regard peuvent être vecteurs émotionnels et révélateurs des états d’âme, tout comme les paroles issues de la bouche, qui nécessitent chez le prince un contrôle sévère. La seconde sous-partie traite d’abord de la morphologie idéale du prince : équilibré dans ses parties, le corps doit se distinguer par sa taille élevée, sa force et sa vigueur. Certains détails, tels une poitrine puissante et une pilosité importante, viennent renforcer la majesté princière. Puis L. Smagghe s’attarde sur la physionomie du prince, miroir – réel ou déformant – de ses émotions. Nécessairement beau, le visage change de teint selon les états d’âme, offrant au public un reflet de l’humeur du prince. Cependant, ce dernier peut aussi maîtriser sa mine, feindre ou cacher des émotions. Sont ensuite donnés deux portraits de princes (Charles V et Charles le Téméraire), vus d’après des sources littéraires, de même que des informations sur le rôle des dames dans l’économie émotionnelle des princes.

4La deuxième partie de l’ouvrage, qui s’intéresse à la « rhétorique du courroux », comporte trois subdivisions : « L’ira principis : un outil pour la pratique du pouvoir », « Économie et manifestations du courroux princier », et « L’errance sylvestre de Philippe le Bon : une colère évitée ? ». La première sous-partie traite des manifestations de la colère du prince, et de la légitimation progressive de cette émotion dans le cadre de la mise en scène du pouvoir. Sont aussi évoquées les limites du courroux princier et sa nécessaire modération. Il y est notamment question de Charles le Téméraire, incarnation par excellence de la colère négative. Dans la deuxième sous-partie, le courroux princier apparaît comme une émotion de dernier recours, dont les dénominations et les représentations revêtent de multiples formes, lexicales et imagées. Il est montré que les princesses jouent un rôle non négligeable dans la répression ou la modération de cette ire. Dans la troisième sous-partie, l’attention est attirée sur un épisode précis de la Chronique de George Chastelain, où Philippe le Bon, à la suite d’une querelle l’opposant à son fils, le Téméraire, se réfugie, seul et en proie à la fureur, dans la forêt de Soignes, lieu propice à la libre expression des émotions. À son retour de ce périple symbolique, le duc retrouve sa cour et un retour à l’ordre émotionnel. Cette deuxième partie montre les paradoxes du courroux princier, émotion qui influe fortement sur l’entourage du prince.

5Dans la dernière partie du livre (« Il y a peu du rire aux larmes »), sont soulevés les trois points suivants : « Les travaux et les jours des princes », « Les lieux de souffrance », et « Du rire aux larmes : au théâtre des émotions ». Y est étudiée la notion de souffrance, indissociable de l’acte de gouverner. Dans un premier temps, il est question du « travail » princier, c’est-à-dire de la fatigue et de la souffrance morale. Sont évoquées les souffrances endurées par Philippe le Bon dans ses dernières années, la mort d’Édouard IV d’Angleterre, les émotions négatives exprimées par le Téméraire après la défaite de Grandson. Il est aussi question du lexique de la souffrance princière, de la nécessité de contrôler l’expression de cette dernière, du rôle de la vengeance dans la gestion de cette émotion. L’auteur se penche sur le cas précis de Louis XI, dont la fin de vie fut marquée par la souffrance, physique et morale. Les « lieux de la souffrance », c’est-à-dire les situations générées par la peine, sont ensuite abordés grâce à l’étude de deux cas précis : l’affliction de Philippe le Bon lors de l’assassinat de Jean sans Peur (1419) ; la souffrance manifestée par Marie de Bourgogne lors de son plaidoyer devant les bourgeois gantois, après la mort de son père, Charles le Téméraire (1477). La dernière sous-partie traite de la proximité de deux émotions antagonistes, la joie et la peine, parfois reliées par le biais des larmes. Sont ainsi abordés le bonheur du prince, le symbolisme des larmes, la difficulté de faire la part, dans certaines situations, entre la joie et la peine. Tout au long de cette partie, une attention particulière est accordée à l’iconographie médiévale de ces émotions.

6Outre une conclusion générale, l’ouvrage contient une liste des nombreuses sources utilisées, précédée d’une présentation où l’auteur justifie ses choix. S’ensuit une abondante bibliographie, trois index (auteurs, personnages et lieux) et la table des matières.

7D’une grande érudition, cette étude impressionne par sa richesse et par la multiplicité de ses approches. Elle constitue à coup sûr un apport essentiel pour l’étude des émotions à l’époque médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Velissariou, « Laurent Smagghe, Les Émotions du prince. Émotion et discours politique dans l’espace bourguignon », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/6383

Haut de page

Auteur

Alexandra Velissariou

Docteur en littérature française du Moyen Âge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page