Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Histoires des Bretagnes 3. La Petite Saga de Tristan et autres sagas islandaises inspirées de la matière de Bretagne

Brest, Université de Bretagne Occidentale, 2012
Anne Berthelot
Référence(s) :

Histoires des Bretagnes 3. La Petite Saga de Tristan et autres sagas islandaises inspirées de la matière de Bretagne, textes présentés et traduits par Ásdis Magnúsdóttir et Hélène Tétrel, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Brest, Université de Bretagne Occidentale, 2012.

Texte intégral

1Ce mince volume des « Histoires des Bretagnes » surprend de prime abord, l’Islande n’étant pas considérée en général comme une partie de la Bretagne, ou même des Bretagnes, en donnant à ce terme la valeur générique qui était la sienne au Moyen Âge. Cette surprise fait rapidement place au plaisir de découvrir des textes largement ignorés, et il faut saluer l’initiative des éditrices de l’ouvrage.

2Celui-ci comporte une assez brève introduction qui clarifie la notion de « saga romancée » ou « saga de Bretagne » puis présente les textes offerts à la lecture, en précisant en particulier quels sont les problèmes qui se posent au niveau du choix des éditions de base et des partis-pris de traduction. Une « Bibliographie sélective » fournit un certain nombre de pistes de lectures, à condition bien sûr que l’on connaisse l’islandais – ou au minimum l’allemand ; ces quatre pages ont le mérite de rappeler au lecteur français que ce n’est parce qu’il ignore tout d’un texte que celui-ci n’a pas été étudié ou apprécié ailleurs. Il est dommage que cette introduction se réduise à une petite vingtaine de pages : on aimerait en savoir plus sur ces « sagas romancées », dont la connexion avec la « matière de Bretagne » dans son acception classique n’est pas toujours évidente.

3ÁM et HT se bornent le plus souvent à exposer des faits, sans s’aventurer sur le terrain miné de l’interprétation. Ce choix d’une neutralité parfois frustrante pour le lecteur se retrouve au niveau de l’apparat critique : il n’y a guère qu’une poignée de notes dans tout le volume, alors même que chaque page ou presque pourrait en contenir une dizaine. Mais il est vrai que le plaisir de la lecture serait sans doute diminué s’il fallait s’arrêter à chaque pas pour obtenir des explications. Telle quelle, l’étrangeté du matériau narratif produit un effet d’exotisme qui contribue puissamment à la séduction du récit.

4La première saga présentée dans le volume est celle de Tristram et Ísodd (Tristrams saga og Ísoddar) : c’est la « petite saga » du titre, par opposition à la version plus connue, et plus développée, du Frère Robert, la Tristrams saga ok Ísöndar. Sans doute plus récente, elle revisite la légende en faisant des choix originaux qui peuvent déconcerter ou choquer : ainsi de l’évolution du caractère de Tristan, présenté ici comme rusé et cynique. Il est frappant de voir que ce texte assez bref (moins de trente pages) n’en contient pas moins une version complète de la légende, de l’histoire des parents de Tristan à celle du fils qu’il a eu de la seconde Iseut. En fait, l’histoire de Kalegras et Blenzibly occupe près d’un tiers de la saga, et présente des caractéristiques quelque peu étranges par rapport à la Vulgate tristanienne ; de même, les « enfances » de Tristan et les aventures qui aboutissent au mariage du roi Morodd avec Îsodd s’étirent sur 8 pages, et s’achèvent, curieusement, par une offre du roi à Tristan : il est prêt à lui faire épouser Îsodd et à lui donner son royaume, et c’est Tristan qui refuse en disant qu’il ne veut pas régner du vivant de son oncle, sans paraître tenir compte de son amour pour Îsodd. Les circonstances qui entourent la mort du héros sont peu claires : la responsabilité d’Îsodd la Noire, épouse de Tristan qui « ne se sent pas aimées de son mari », mais n’en a pas moins un fils de lui, est engagée puisqu’elle annonce que la voile est noire, mais ses motivations ne sont jamais élucidées. La générosité du roi Morodd/Marc, qui non seulement laisse partir Îsodd en priant qu’elle puisse guérir son neveu, mais encore se retire dans un monastère après la mort des amants et cède le trône à Kalegras, le fils de Tristan, est exceptionnelle. D’une certaine façon, comme le disent les éditrices, et bien que la trame de la légende reste à peu près intacte, le parti-pris de linéarité et d’exhaustivité de l’auteur islandais détruit le mystère et la dimension tragique de l’histoire : on reconnaît les grandes lignes du scénario, mais l’atmosphère est radicalement différente.

5Les trois textes qui suivent sont encore plus déconcertants, dans la mesure où ils n’ont pas d’équivalents dans d’autres langues européennes, et présentent une accumulation d’aventures dont les liens logiques ne sont pas toujours apparents. La Saga de Samson le Beau affirme être une sorte de prologue à la Möttuls saga, ou « saga du manteau », qui reprend le motif du « mantel mautaillié ». Le héros en est le fils du roi Arthur, mais la dimension arthurienne du récit s’arrête là. L’élément le plus intrigant du récit est la présence du « magicien » Kvintalin, dont ÁM et HT soulignent les ressemblances avec le Merlin sylvester de la tradition française ; j’y verrais personnellement aussi une réécriture de la figure de Maugis telle qu’elle apparaît dans la Karlamagnussaga.

6La Saga de Vilmundur va-tout-seul associe un schéma narratif qui est celui du Perceval de Chrétien, auquel Vilmundur ressemble beaucoup, avec le scénario de base du conte de Cendrillon. En dépit de la connexion affichée du récit avec le monde breton, il est beaucoup plus « nordique » qu’autre chose, en particulier dans son traitement du surnaturel qui s’imbrique dans la vie quotidienne des personnages sans effets spectaculaires. La Saga d’Ali-à-la-tache repose sur un présupposé étrange : le père du héros, le roi Richard d’Angleterre, intime à sa femme l’ordre de le faire mourir afin de lui éviter les tribulations qui l’attendent s’il vit longtemps. Les nombreuses péripéties de ce texte, qui est le plus court du volume (environ la moitié de la longueur des autres), le rapprochent plus du conte de fées que du roman arthurien.

7En définitive, le lecteur ressort perplexe de cette expérience : l’écart culturel entre les textes auxquels il est habitué et ces quatre « sagas romancées » est tel qu’il n’est pas vraiment à même de les apprécier. Le plaisir de lecture est considérable, mais la frustration aussi ! Le volume constitue en tout cas une occasion unique de découvrir un univers esthétique complètement autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Histoires des Bretagnes 3. La Petite Saga de Tristan et autres sagas islandaises inspirées de la matière de Bretagne », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/6450

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Professeur de français et d’études médiévales à l’université du Connecticut – Etats-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page