Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Du bruit à l’œuvre. Vers une esthétique du désordre

Genève, MétisPresses, 2013
Aurélie Barre
Référence(s) :

Du bruit à l’œuvre. Vers une esthétique du désordre, éd. Christopher Lucken et Juan Rigoli, Genève, MétisPresses, « Voltiges », 2013, 252 p.

Entrées d’index

Mots clés :

bruit, son, voix

Keywords :

noise, voice, sound

Parole chiave :

rumore, suono, voce

Index des médiévaux et anciens :

Donat, Priscien, Aristote, Platon
Haut de page

Texte intégral

1Les articles réunis pour ce collectif par Christopher Lucken et Juan Rigoli font entendre la voix de Paul Zumthor qu’ils ramènent à la mémoire, cette voix non éteinte dont la rumeur murmure à nos oreilles en un léger bruit qui peu à peu se fait parole intelligible. À moins que ce ne soient des paroles gelées réchauffées par la lecture des textes. Zumthor s’est attaché à retrouver dans les textes médiévaux la trace d’une oralité primitive, d’une noise originelle de laquelle émerge l’œuvre mais qui fait encore vibrer de son grain le tissu du texte. La voix « s’entend là où se trouve l’écriture », écrit Daniel Heller-Roazen dans « De Voce », qui compose une phénoménologie de la voix à travers Donat, Priscien, Aristote. Au fil des articles, les réflexions de Zumthor sur l’émergence et la diffusion de l’œuvre médiévale sont redéployées : est-ce un bruit, un son, ou déjà une voix que l’œuvre fait entendre à son origine ? Et comment les définir ? S’opposent-ils ? Se complètent-ils ? Le bruit, celui de l’interjection, par exemple, est-il un langage qui excède son apparence et excite l’imagination (Jacqueline Cerquiglini-Toulet) ? Est-ce un cri d’horreur devant la réalité et sa barbarie que le langage ne suffit plus désormais à rendre ? Le seul son capable d’appréhender l’expérience de la mort (Alexis Nouss) ?

2La pensée de Paul Zumthor se voit également prolongée au-delà de la littérature médiévale vers les siècles ultérieurs, de Rabelais à Furetière, Ramuz ou Paul Celan. Les espaces romanesques de Volodine en sont presque une métaphore : ils reçoivent ainsi dans leurs êtres caverneux des échos de voix déformées par le temps et l’espace qu’elles ont eu à parcourir (Marie-Pascale Huglo). Comme une page manuscrite, l’espace est un corps conducteur, transportant des sons et les métamorphosant en paroles audibles puis compréhensibles. De même, la mer sur laquelle naviguent Pantagruel et ses compagnons laisse échapper la rumeur confuse d’une bataille que le texte tente de rendre, inventant une langue pour dire le bruit, le son (Olivier Pot). Les œuvres répètent leur genèse à partir du bruit, la trace qu’il a laissée en elle.

3Ainsi, malgré son organisation en grande partie chronologique, Du bruit à l’œuvre fait entendre, en filigrane, les actualisations sans cesse renouvelées et les combinaisons multiples entre l’œuvre et le bruit. Les « soubassements sonores » d’Artaud et de Novarina analysés par Natacha Allet semblent ainsi recueillir l’écho des « corps bruyants » de la période médiévale évoqués par Jean-Marie Fritz, se souvenir que chez Rabelais le bruit est à l’origine d’une poétique qui relie le tumulte à la scatologie (Olivier Pot). Alors même que l’on n’écrit plus désormais sur de la peau de bête, avec son corps, comme le faisaient les copistes, que l’imprimerie en a « assourdi les effets » (Éric Méchoulan), les textes gardent le souvenir, la trace mémorielle de cette matérialité dans l’écriture et ils vocalisent le corps et ses entrailles. Ils plongent dans une intériorité dangereuse où l’homme retrouve l’autre absolu en soi, le diable ou la bête.

4Excédant ce double trajet, du bruit à l’œuvre – par tâtonnement ou par fracas – ou de l’œuvre au bruit lorsqu’il devient sa visée même, cet ensemble d’articles recherche en outre une pensée esthétique. Le sous-titre du livre, Vers une esthétique du désordre, explicite cette autre voie, contiguë. Son tracé est d’un côté orienté vers la négativité d’un bruit qui fait peur et menace l’homme et la cité par la charge de discorde qui lui est attachée dans la pensée platonicienne (Christopher Lucken). Le bruit recèle en lui un fond d’inquiétude collective, l’entrée « bruit » du dictionnaire de Furetière en porte la trace (Éric Méchoulan) ; il participe en outre d’un imaginaire de la destruction (Sylviane Dupuis, à propos de Ramuz). Mais, d’un autre côté, le bruit et la disharmonie sont des accès privilégiés au sublime : ils contiennent en eux ce tumulte effrayant, dionysiaque, qui surpasse la beauté de l’harmonie. Selon l’article-essai de Christopher Lucken qui dessine un parcours sensible de Platon à Nietzsche, la dissonance, figure emblématique de la modernité donne accès, comme la tragédie, à la jouissance dans la terreur et la douleur : « la dissonance surgit en quelque sorte d’une rencontre avec le mal auquel l’art comme la vie ne sauraient échapper » (Christopher Lucken, p. 235). Elle conduit, par l’inouï, au ravissement que la consonance et l’harmonie, ignorant toute défaillance, ne peuvent atteindre.

5Du bruit à l’œuvre renouvelle la pensée de Paul Zumthor et tend l’oreille vers les bruits et les sons, les voix encore audibles au-delà de la lecture silencieuse des textes à laquelle nous sommes aujourd’hui habitués. Il ouvre une réflexion fascinante sur la poïétique des œuvres et nous adresse une invitation à écouter à notre tour les textes, leur texture et leur tessiture, à prêter attention au bruissement des pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Barre, « Du bruit à l’œuvre. Vers une esthétique du désordre », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 29 mai 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/6563

Haut de page

Auteur

Aurélie Barre

Maître de conférences de langue, littérature et arts du Moyen Âge à l’université Jean Moulin-Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page