Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Le Royaume de Bourgogne autour de l’an Mil

Chambéry, Publications de l’Université de Savoie, 2008
Valérie Guyen-Croquez
Référence(s) :

Le Royaume de Bourgogne autour de l’an Mil, textes réunis par Christian Guilleré, Jean-Michel Poisson, Laurent Ripart, Cyrille Ducourthial, Chambéry, Publications de l’Université de Savoie, « Sociétés, Religions, Politiques », 2008, 286 p.

Entrées d’index

Parole chiave :

Borgogna, storia politica

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Lyon, Marseille, Vienne, Lyonnais, Provence, Savoie, Savoie-Dauphiné, Transjurane, Viennois, Vivarais

Index des médiévaux et anciens :

Bourchard II, Conrad le Pacifique
Haut de page

Texte intégral

1Le volume reprend les dix communications présentées lors du séminaire « Le Royaume de Bourgogne autour de l’an Mil », organisé à Lyon les 15 et 16 mai 2003 par Jean-Michel Poisson et Cyrille Ducourthial. Son but : dresser un bilan de la recherche française sur les territoires alpins et rhodaniens, du Jura au Grand Saint-Bernard, de Sion à Marseille, le long du Rhône, entre la fin du ixe siècle et le xie siècle. Les contributions adoptent des angles variés : anthroponymie, diplomatie, justice, politique, et traitent de territoires différents : Transjurane, Provence, Lyonnais, Vivarais, Viennois, Savoie. Nous présentons une courte synthèse de chacune.

2En introduction, Michel Parisse souligne la difficulté à désigner une réalité transnationale sans unité linguistique, Francia media ou axe lotharingien.

3Les évolutions politiques sur la période courant de part et d’autre de l’an Mil ont fait l’objet d’analyses minutieuses. La stabilité politique de la Transjurane, liée à la longévité de Conrad le Pacifique (937-993), présentant une sortie du monde carolingien organisée par le souverain et ses fidèles, est mise en valeur par François Demotz.

4Le phénomène d’enchâtellement en baronnies préalpines prend son essor durant cette période : il est l’occasion d’une étude micro-régionale d’archéologie médiévale menée par Marie-Pierre Estienne. Pierre-Yves Laffont, dans son étude du Vivarais qu’il caractérise comme un pays de marche, relève une multiplication des châteaux dans la seconde moitié du xe siècle. En Savoie, elle contribue à asseoir la puissance de la dynastie humbertienne. La maîtrise des fiscs du comté de Savoie a été l’autre élément déterminant de la réorganisation du pouvoir au xie siècle, comme le montre Cyrille Ducourthial.

5Laurent Grimaldi dans son « Étude de la justice comme élément révélateur de la crise de l’an Mil en Viennois », fait le constat de la fin de la justice royale au profit de l’archevêque de Vienne. Cette justice ne pouvant imposer ses décisions, faute de moyens coercitifs, se transforma en cour arbitrale dont un signe est la multiplication des conventiae.

6La puissance de l’Église autour de l’an Mil se retrouve en Lyonnais : Pierre Ganivet insiste notamment sur la figure de Bourchard II. En Provence, c’est la maîtrise des honores ecclésiastiques qui permet la dynastisation précoce du pouvoir des comtes et vicomtes de Marseille. Comme l’indique Florian Mazel « pour plus d’un siècle l’interpénétration des structures ecclésiastiques et aristocratiques constitue le fondement de la puissance dans le cadre local de chaque pagus ». De manière analogue, la réorganisation des pouvoirs, en Savoie-Dauphiné, entre la royauté bourguignonne du xe siècle et les principautés comtales du xie siècle réside dans les episcopatus du xie siècle : les sièges de Lyon et de Vienne furent ainsi occupés par les frères ou fils illégitimes des souverains rodolphiens, véritable « chaînon manquant » suivant l’expression de Laurent Ripart. La puissance des structures installées est telle que les communautés religieuses autonomes ont du mal à rester en marge des établissements ou ordres plus puissants, comme le montre Eliana Magnani s’attache à l’exemple des communautés de femmes en Provence.

7La dette due aux grands précurseurs comme René Poupardin, Georges Duby ou Jean-Pierre Poly est rappelée dans ce volume, tout comme la rareté des sources et les difficultés de la documentation.

8La mutation de l’an Mil, ou mutation féodale, est abordée dans de nombreuses communications. L’amorce de ce mouvement est établie – enchâtellement et apparition des « hommes nouveaux » sont les indices d’un changement radical autour de l’an Mil – mais les modalités de son développement font encore débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Guyen-Croquez, « Le Royaume de Bourgogne autour de l’an Mil », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/6591

Haut de page

Auteur

Valérie Guyen-Croquez

Équipe Hiscant Moyen-Age, EA 1132, université de Lorraine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page