Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Martine Gallois, L’Idéal héroïque dans Lion de Bourges, poème épique du XIVe siècle

Paris, Champion, 2012
François Suard
Référence(s) :

Martine Gallois, L’Idéal héroïque dans Lion de Bourges, poème épique du XIVe siècle, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » 107, 2012, 468 pages.

Texte intégral

1Il fallait une certaine audace pour entreprendre l’étude d’une des chansons de geste les plus volumineuses du xive siècle, Lion de Bourges (LdB, 34298 alexandrins), éditée en 1980 par William Kibler, Jean-Louis Picherit et Thelma Fenster, et pour frayer au lecteur un chemin dans une multitude d’aventures se déroulant à peu près sur la totalité de l’univers connu et faisant intervenir une myriade de personnages. Disons tout de suite que cette audace a permis à Martine Gallois, dans cette publication issue d’une thèse soutenue à l’Université Lyon 2, sous la direction de Jean-Claude Vallecalle, de proposer, en même temps qu’un guide de lecture pertinent de l’œuvre, des interprétations intéressantes de cette « chanson de geste tardive », pour reprendre l’expression devenue classique pour désigner les épopées médiévales postérieures au xiiie siècle. L’ouvrage est ample, mais d’une lecture aisée, grâce notamment à l’organisation des chapitres et à l’usage fréquent de conclusions provisoires jalonnant l’exposé ; tout au plus peut-on regretter l’absence dans les Annexes d’une Table des noms de personnages, qui aurait permis de mieux les suivre dans les diverses parties de l’étude.

2Au lieu de reprendre, au grand risque de se perdre, une succession de thèmes tels que personnages, actions mises en scène, espaces du récit, recours aux motifs folkloriques, l’auteur a choisi d’étudier la matière foisonnante de la chanson à travers trois regards successifs centrés sur le parcours des héros, interprété comme une recherche de l’ordre au niveau politique, un désir d’harmonie dans les relations familiales et la quête d’un ordre intérieur.

3La première partie (p. 21-117) s’inscrit dans une perspective socio-historique, qui associe le constat d’une crise de la relation entre pouvoir royal et classe chevaleresque et celui d’un échec des tentatives de cette classe pour instaurer, par la pratique des valeurs féodales, un ordre social. Prises isolément l’une de l’autre, ces deux orientations ne suffiraient pas à montrer l’originalité de LdB : le conflit du chevalier avec le pouvoir royal joue déjà un rôle essentiel dans les chansons de révolte du xiiie siècle (Chevalerie Ogier, Renaut de Montauban) ; en revanche l’instauration ou le rétablissement, par la solidarité féodale, d’un ordre social reste, même dans ces textes, une constante, quelles que soient les menaces qui pèsent sur elle. Martine Gallois a donc raison, pour analyser le parti suivi par la chanson, d’associer ces deux transformations de l’univers épique : dégradation de l’image royale, inefficacité relative du héros dont l’action « au service des autres n’apporte pas de stabilité dans un monde désorganisé par la naissance perpétuelle de nouveaux conflits » (p. 109).

4La deuxième partie (p. 119-251) décrit les conséquences de ces transformations pour l’action épique, qui se trouve désormais orientée vers la recherche, toujours à reprendre, d’un ordre familial lui aussi voué à l’instabilité par la renaissance de conflits dus aux traîtres ou à des personnages malveillants (p. 122). Les relations lignagères – la parentèle large – comme la famille restreinte apparaissent comme fragiles, et les conflits qui s’y manifestent mettent en cause le statut du héros par la perte des biens qui conduit à son exclusion sociale et à la perte de son identité. Cette dernière privation peut toutefois, lorsqu’il s’agit de personnages féminins, être l’occasion d’une valorisation morale, voire religieuse pour des héroïnes comme Joïeuse/Tristouse ou Alis, dont Martine Gallois présente ici l’itinéraire de manière originale

5La troisième partie, la plus développée (p. 253-425), élargit à une perspective d’itinéraire spirituel la question, qui ne pouvait être évitée, de la construction du personnage héroïque : « Perpétuellement en quête de son identité, il ne peut guérir qu’en retrouvant l’image de son père et la certitude de ses attaches par le sang » (p. 258). C’est, là encore, de manière originale que Martine Gallois reprend l’étude de la thématique de « l’enfant merveilleux » en quête de ses origines, avec la longue liste des obstacles qu’il trouve devant lui (anonymat, pauvreté, absence d’éducation, bâtardise éventuelle). Elle montre la lente genèse du héros, placé sous le regard des autres, jusqu’à la reconnaissance et la réintégration dans le lignage, en même temps que la découverte de soi-même.

6Dans un dernier chapitre (« Vers la perfection », p. 345), Martine Gallois s’attache à montrer que l’itinéraire des héros n’est pas orienté seulement vers la découverte de l’identité et de la pratique chevaleresque, mais par un souci de dépassement incluant « une certaine exigence de perfection, que sous-tend une volonté d’accéder à la sainteté » (p. 346). C’est l’occasion pour l’auteur de montrer l’originalité du rôle du Blanc Chevalier. Ce personnage, lié au conte du Mort Reconnaissant, semble en effet dépasser les données habituelles du conte folklorique, qui célèbre les conséquences éminentes pour l’itinéraire du héros d’un acte qui le distingue de tous ceux qui l’entourent. Si l’ascension sociale de Lion, sa protection contre les malheurs qui le guettent sont comme dans d’autres récits assurés par le personnage à qui une sépulture a été donnée, c’est le rôle spirituel du Blanc Chevalier qui est ici accentué : il aide le héros dans ses combats contre les forces du mal en le mettant en garde contre ses propres fautes, en jouant le rôle d’intermédiaire entre monde terrestre et monde céleste et en relativisant l’efficace des objets proprement magiques dont bénéficie le protagoniste : le cor, par exemple, n’a plus le pouvoir qu’il avait dans Huon de Bordeaux. Ici « l’intercession d’une créature merveilleuse [est nécessaire] pour établir un lien entre l’humanité et le sacré » (p. 402).

7Analysant ensuite le choix fait par Lion de la vie érémitique puis le renoncement à celle-ci, malgré le vœu qu’il a prêté, afin de venir en aide à ses fils, et enfin le retour définitif du héros dans le royaume de féérie, M. Gallois considère que ce parcours chaotique signe l’échec, au moins relatif, d’une aspiration au dépassement surnaturel : « En restituant une vision certainement un peu désenchantée de l’idéal chevaleresque, la chanson de Lion de Bourges propose une conception plus réaliste de la destinée humaine, dans ses limites et son imperfection » (p. 425).

8Tout en reconnaissant le vif intérêt de lecture d’ensemble de l’œuvre et la solidité générale de l’argumentation, nous aurions tendance à nuancer cette conclusion, en insistant tout d’abord sur le caractère littéraire de certaines transformations opérées par le poète. Ce dernier, les éditeurs de LdB et après eux Martine Gallois l’ont montré, a beaucoup lu, qu’il s’agisse de chansons de geste ou de romans. Il semble qu’une partie de ses innovations puisse être attribuée à la volonté de se distinguer de ses prédécesseurs : ainsi il doit beaucoup à Huon de Bordeaux, mais il donne le nom de Malabron, personnage tout à fait positif dans cette œuvre, aussi bien à un géant combattu et tué par Lion (16442-16719) qu’au frère de la fée Gloriande (34047) ; de même Otinel, héros éponyme d’une chanson du xiiie siècle, adversaire de Roland puis guerrier chrétien redoutable, est ici « li anemis felon » (27213). Il nous semble que l’explication de l’itinéraire chaotique des héros se trouve plutôt du côté de l’individualisation des parcours personnels, ce qu’a très bien montré Martine Gallois dans ses deux premières parties, et de la volonté d’introduire une nouvelle forme de tragique dans ces itinéraires, non pas celui de la mort glorieuse au terme d’une lutte contre l’ennemi de la foi ou du seigneur, mais celui que cause la désagrégation imprévisible des liens sociaux, que suggérait déjà le retournement de Gérard contre son frère dans Huon : contrairement à ce texte, dont l’influence nous paraît vraiment décisive, les héros ne triomphent pas d’une telle inversion, et le coup de folie de Girart, bâtard de Lion, qui s’éprend de l’épouse d’Henri, provoque à la toute fin du poème sa propre mort ainsi que celle de Guillaume et d’Olivier, fils légitimes du héros, dont le lignage se trouve ainsi presque anéanti. Ce type de tragique nous paraît plus sensible que l’échec du héros dans son aspiration à la perfection.

9En dépit de ces quelques nuances, on ne peut que souligner la grande qualité du livre de Martine Gallois, excellente introduction à la lecture et à l’interprétation de Lion de Bourges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Suard, « Martine Gallois, L’Idéal héroïque dans Lion de Bourges, poème épique du XIVe siècle », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://peme.revues.org/6859

Haut de page

Auteur

François Suard

Professeur émérite de littérature du Moyen Âge – Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page