Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Le Chevalier aux deux épées. Roman arthurien anonyme du xiiie siècle

Paris, Classiques Garnier, 2012
Anne Berthelot
Traduction de Damien de Carné
Référence(s) :

Le Chevalier aux deux épées. Roman arthurien anonyme du xiiie siècle, texte présenté et traduit par Damien de Carné, « Moyen Âge en traduction » 2, Paris, Classiques Garnier, 2012

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Bel Inconnu, Chevalier aux deux épées
Haut de page

Texte intégral

1Le Chevalier aux deux épées fait partie de ces « romans arthuriens en vers » du xiiie siècle qui ont été longtemps relativement négligés, en partie du fait que leur tradition manuscrite réduite suggérait une qualité et un succès moindres que ceux des grands classiques du xiie siècle, à commencer bien sûr par Chrétien de Troyes, et en partie parce que l’absence notoire du Graal dans leurs pages les faisait considérer comme marginaux aux yeux d’une critique retraçant l’évolution de la littérature arthurienne à l’aune des apparitions du Saint Vessel.

2Comme les Merveilles de Rigomer auquel on le compare souvent, le Chevalier aux deux épées figure dans un seul manuscrit, le Bibliothèque nationale de France, français, 12603 ; il a en revanche été édité trois fois, ce qui est assez exceptionnel ; la traduction de Damien de Carné, basée largement sur l’édition de Wendelin Foerster qui reste celle de référence, est la première en français, alors même que l’édition de Paul Rockwell (2006) comporte aussi une traduction en anglais en regard. C’est une belle initiative des Éditions Garnier que de la publier dans la série « Moyen Âge en traduction ».

3Damien de Carné explique ses choix de traduction dans son introduction, et ils ont le mérite d’être cohérents. Cependant, ses efforts pour rendre avec naturel ce qu’il considère comme le style familier du texte médiéval vont parfois un peu trop loin : bien qu’il se justifie de traduire « braies » par « pantalon » (v. 2656), ce terme n’est pas aussi gênant, de mon point de vue, que le « haut » qui suit immédiatement pour traduire « cemisse ». De même, traduire « sire vassaus » par « mon petit monsieur » (v. 4643) non seulement ne me paraît pas nécessaire, mais produit l’effet inversé de celui qui est recherché, en accentuant la différence entre un roman, disons moderne, et un texte médiéval dont le charme repose en partie sur l’étrangeté. Si ces deux exemples sont les plus marquants, il y en a d’autres, qui ne laissent pas d’irriter le lecteur.

4Dans d’autres cas, ce n’est pas l’usage d’un vocabulaire anachronique qui gêne, mais l’emploi d’une syntaxe maladroite ou confuse : il arrive qu’on ne saisisse pas exactement ce que le texte signifie avant de s’être référé à l’original. Cependant, ces hoquets deviennent de moins en moins perceptibles, soit qu’on s’habitue au style personnel du traducteur, soit que celui-ci prenne de l’assurance et de l’aisance. Il faut avouer que le Chevalier aux deux épées n’est pas un texte facile et que la tradition manuscrite n’est pas toujours de grande qualité. Damien de Carné explique dans sa note de traduction pourquoi il a choisi de limiter sévèrement le nombre des notes en bas de pages, afin d’éviter de rompre le rythme de lecture ou de s’égarer dans des conjectures philologiques invérifiables. Quoique ce choix puisse se comprendre, on peut néanmoins parfois regretter une disette de notes qui va jusqu’à la famine, ce qui est extrêmement frustrant pour un lecteur abandonné du coup à ses propres talents. Quelques coquilles, heureusement peu nombreuses, n’arrangent pas les choses, dans la mesure où on peut se demander s’il s’agit en effet d’une erreur typographique, d’une maladresse d’expression, ou d’un locus desperatus.

5C’est que le Chevalier aux deux épées est un roman dont la richesse et la complexité n’ont d’égales que son ampleur, et la manière dont les attentes du public sont à la fois comblées et déçues. L’introduction de Damien de Carné met en valeur à la fois cette étrangeté, et la virtuosité avec laquelle le Chevalier aux deux épées joue des stéréotypes du roman arthurien. Bien que je ne sois pas tout à fait d’accord avec la valeur négative que Damien de Carné semble accorder au terme de « pastiche », celui de « centon », qu’il lui préfère me paraît tout à fait judicieux, dans la mesure où rien ne nous permet d’affirmer catégoriquement que le corpus arthurien est suffisamment affirmé au moment de la rédaction du Chevalier aux deux épées pour que son auteur dispose de la distance nécessaire à un pastiche. Qu’il s’agisse d’une sorte de revue de tous les motifs arthuriens courants, tirant avantage à la fois du schéma du Bel Inconnu et de la popularité de Gauvain me paraît indéniable, même si le Conte du Graal n’est pas nécessairement le premier, ou le plus important, modèle du texte. L’auteur se livre sans aucun doute aux joies de la citation intertextuelle, et procure au lecteur le plaisir d’un « conte » à la fois familier et novateur.

6En revanche, Damien de Carné est un peu sévère avec la figure féminine centrale, dont l’originalité me semble mériter d’être soulignée ; c’est après tout l’un des rares cas d’héroïne qui n’attend pas qu’on vienne à son secours mais parvient à renverser le cours des événements en accomplissant une prouesse que tous les chevaliers craignent d’entreprendre ! Certes, une fois qu’elle a décidé d’obtenir le mystérieux « Chevalier aux deux épées » comme mari, elle se montre passablement encombrante, ne cessant de harceler Arthur pour qu’il retrouve le jeune homme et tienne sa promesse. Compte-tenu des habitudes dilatoires du roi, cependant, et de la manière dont de nombreux textes « mettent sur la touche » les personnages féminins une fois qu’ils ont servi de déclencheur à l’aventure chevaleresque, on peut comprendre l’insistance de la Dame de Caradigan !

7Au total, ce volume présente le double avantage d’enrichir la « bibliothèque » arthurienne disponible et de procurer un pur plaisir de lecture ; on peut évidemment regretter qu’il n’aille pas de pair avec une édition du texte, qui en faciliterait l’étude au niveau universitaire, mais on ne peut pas tout avoir…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Le Chevalier aux deux épées. Roman arthurien anonyme du xiiie siècle », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://peme.revues.org/6876

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Professeur de français et d’études médiévales à l’université du Connecticut – Etats-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page