Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Laurence Mathey-Maille, Arthur, roi de Bretagne

Paris, Klincksieck, 2012
Anne Berthelot
Référence(s) :

Laurence Mathey-Maille, Arthur, roi de Bretagne, Paris, Klincksieck, « Les grandes figures du Moyen Âge», 2012

Texte intégral

1Dans la collection « Les grandes figures du Moyen Âge», qui possède déjà une Guenièvre et un Charlemagne, l’absence d’Arthur se faisait indubitablement remarquer ; cette lacune est désormais comblée, grâce à l’ouvrage de Laurence Mathey-Maille, qui présente de manière concise mais efficace les principaux aspects du personnage d’Arthur et les grandes articulations de la « légende » qui s’est construite autour de lui. Comme on pouvait s’y attendre de la part d’une spécialiste de Geoffroy de Monmouth, Laurence Mathey-Maille prête une attention particulière aux premiers grands textes arthuriens, l’Historia regum Britanniae et le Brut de Wace ; si elle élargit son analyse aux romans des xiie et xiiie siècles, elle s’en tient à peu près exclusivement aux domaines français, et à la rigueur anglais, sans entrer dans le détail des différences de représentation que l’on pourrait noter dans d’autres espaces culturels. L’image d’Arthur y gagne en cohérence ce qu’elle pourrait y perdre en diversité.

2Après une introduction qui reprend la très célèbre anecdote racontée par Césaire de Heisterbach et un bref chapitre préliminaire qui fournit une mise au point bienvenue sur la notion de mythe littéraire et le droit d’Arthur à être considéré comme tel, Laurence Mathey-Maille commence tout naturellement son étude avec le récit de la naissance d’Arthur dont elle montre qu’elle correspond à l’archétype de la naissance héroïque ; c’est dans ce chapitre qu’elle étudie les relations complexes qui unissent à Arthur le « prophète » Merlin. Suit l’important chapitre 2, « Arthur, roi guerrier et conquérant », qui s’intéresse de près à la figure du souverain telle qu’elle apparaît dans les plus anciens textes latins, l’Historia Brittonum et l’Historia regum Britanniae, mais aussi dans le Roman de Brut de Wace ; c’est dans cette section que Laurence Mathey-Maille aborde la question de l’épée d’Arthur, et du même coup des autres pièces de son armement, comme par exemple le bouclier portant l’image de la Vierge Marie. Laurence Mathey-Maille passe également en revue les opposants dont Arthur vient à bout à titre « personnel », c’est-à-dire en jouant le rôle du héros guerrier et non seulement du chef de guerre (il s’agit principalement le géant du Mont Saint-Michel, et le « Chapalu » du Lac de Lausanne), et s’interroge sur la symbolique animale liée à Arthur, du dragon à l’ours. Le troisième chapitre, « Arthur, souverain courtois », s’attache à l’évolution d’Arthur, de simple dux bellorum à prince modèle, dont la cour est le centre de diffusion des « nouvelles » valeurs que l’on dit justement courtoises, basées sur le respect du droit, la défense des faibles, et la déférence vis-à-vis des femmes : la création de la Table ronde, quelles qu’en soient les modalités, emblématise cet « Âge d’or » qui se met en place autour d’Arthur, aimant qui attire tous les bons chevaliers du monde.

3En même temps, comme le montre le chapitre 4, la présence de ces figures hautes en couleurs dans l’entourage d’Arthur conduit à l’affaiblissement de celle du roi lui-même qui demeure le garant des vertus chevaleresques et courtoises, mais n’est plus au premier plan des « aventures » ou même des guerres. Laurence Mathey-Maille montre comment, à la différence des chroniques ou des textes historiques, les romans se focalisent sur des chevaliers individuels, qui font de l’ombre au souverain ; elle s’attarde plus précisément sur Keu, le sénéchal, Gauvain, le neveu et champion, et Lancelot, le « meilleur chevalier » du monde dont l’amour adultère pour la reine Guenièvre fait basculer la légende vers la tragédie. Guenièvre, reine aux origines féeriques qui incarne le principe de Souveraineté, n’est cependant que l’une des figures féminines problématiques qui contribuent à la chute d’Arthur, à l’instar de Morgane, la demi-sœur du roi, et de cette autre (demi-)sœur avec laquelle il commet l’inceste qui donne naissance à sa némésis Mordret.

4Laurence Mathey-Maille effleure à ce moment la question du Graal, mais ne s’y attarde pas, reconnaissant que d’une certaine façon ce motif est marginal par rapport à la figure d’Arthur. Elle enchaîne sur un très beau chapitre sur « La mort du roi Arthur », dans lequel elle étudie les deux fins d’Arthur, historique à partir de l’Historia regum Britanniae et romanesque à partir de la Mort le roi Artu, en analysant avec une grande finesse les textes dont elle dégage particulièrement bien la dimension mythique. La lecture symbolique et anthropologique des motifs conduit à l’étude de la problématique de l’espoir breton, avec ses prolongements politiques mais aussi sa portée en quelque sorte humaniste : la mort d’Arthur ne peut jamais être certaine.

5Le dernier chapitre, « Arthur à l’épreuve du temps », est assez différent de ce qu’on attendrait : s’il s’agit bien essentiellement d’une étude de la réception de la légende arthurienne, elle se focalise en grande partie sur les débuts de cette réception : le rôle que la légende, encore en formation, peut jouer dans la sphère d’influence Plantagenêt, la série d’événements qui aboutit à la découverte de la tombe royale sur les terres de l’abbaye de Glastonbury, la fonction que remplissent l’historien polygraphe Girart de Cambrie, et après lui les historiens des xiie et xiiie siècles qui rejettent la « pseudo-histoire » du roi Arthur – tous sujets qui constituent la spécialité de Laurence Mathey-Maille, sur lesquels elle est particulièrement éloquente. En revanche, une ouverture sur la survie du mythe à l’époque contemporaine fait choix de trois exemples à la fois mal assortis et relativement banals (surtout pour le premier) : le film Excalibur de John Boorman, la trilogie de Michel Rio, Merlin, Morgane, Arthur (sans mentionner le volume unique Merlin, le faiseur de rois, paru en 2006, ce qui est une omission significative), et le Graal-Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud, hélas réduit à la portion congrue. Laurence Mathey-Maille ne s’y attarde pas, et n’apporte pas grand-chose de nouveau à l’étude de ces œuvres.

6Elle enchaîne au contraire rapidement sur une très brève conclusion : est-il bien utile de chercher à répondre à la question de l’existence d’Arthur, en effet posée en introduction ? Non, parce que son existence historique ne se compare pas à son existence mythique, indéniable, et peut-être unique dans le monde occidental (ce qui n’a tout de même pas été vraiment démontré par trois exemples). Quoiqu’indubitablement juste, ce jugement n’en demeure pas moins assez sommaire, et un peu décevant par rapport à ce qui précède ; mais sans doute est-il difficile de continuer d’écrire, au-delà du récit de la mort d’Arthur, et de sa survie dans l’imaginaire médiéval.

7Très raisonnablement, Laurence Mathey-Maille n’a pas essayé de donner une bibliographie exhaustive sur Arthur et la légende arthurienne, mais a choisi d’opérer une sélection parmi les ouvrages récents et ceux dont elle s’est servie au cours de la rédaction de son livre, tout en mentionnant l’existence, et en recommandant l’usage, du Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne (BBSIA). On peut peut-être s’étonner des choix effectués en matière d’éditions-traductions des textes de base, ou regretter que la rubrique « Réécritures arthuriennes », à l’image des quelques pages qui lui correspondent dans le corps du texte, ne soit pas un peu plus ample. Dans l’ensemble cependant, cette bibliographie remplit parfaitement son rôle en proposant des pistes pour aller plus loin ; une seule perplexité : pourquoi l’ouvrage déjà ancien de Edmund K. Chambers, Arthur of Britain, paru en 1927, fait-il partie des très rares ouvrages anglo-saxons qui figurent dans cette liste sélective ?

8Mentionnons enfin pour terminer une note originale : le volume présente huit illustrations représentant des moments importants de la vie d’Arthur (Arthur en majesté, le jeune Arthur tirant l’épée de l’enclume dans le perron, Arthur portant le bouclier à la Vierge, Arthur combattant contre un géant, Arthur siégeant sous un dais à la Table ronde, Arthur roi « aux trois couronnes », et enfin la main qui reçoit Excalibur devant Arthur mourant ; le premier baiser de Lancelot et Guenièvre apparaît un peu comme un intrus dans cette belle série) ; mais au lieu qu’il s’agisse, de manière traditionnelle, d’enluminures tirées des manuscrits arthuriens, ces images sont ici des peintures originales réalisées par Éric Mathey à partir de telles enluminures.

9Au total, on a là un livre qui répond parfaitement aux attentes de la collection où il est publié, et qui apporte au lecteur les connaissances indispensables concernant Arthur. Par définition, on ne peut demander davantage, même si parfois on reste sur sa faim en parcourant ces pages paradoxalement peu inspirées, à l’exception de quelques unes, en particulier dans « La mort du roi Arthur ». Mais la toute première qualité de l’ouvrage de Laurence Mathey-Maille, comme le suggère sa bibliographie, c’est de donner envie d’en savoir plus sur Arthur : plus qu’une somme, il s’agit d’un portail ouvrant sur l’univers arthurien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Laurence Mathey-Maille, Arthur, roi de Bretagne  », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/6880

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Professeur de français et d’études médiévales à l’université du Connecticut – Etats-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page