Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Ji-hyun Philippa Kim, Pour une littérature médiévale moderne. Gaston Paris, l’amour courtois et les enjeux de la modernité

Paris, Champion, 2012
Bénédicte Milland-Bove
Référence(s) :

Ji-hyun Philippa Kim, Pour une littérature médiévale moderne. Gaston Paris, l’amour courtois et les enjeux de la modernité, « Essais sur le Moyen Âge » 58, Paris, Champion, 2012, 218 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Guenièvre, De Amore, Lancelot, Amour

Index des médiévaux et anciens :

Chrétien de Troyes, André le Chapelain
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Études sur les romans de la Table Ronde : Lancelot du Lac », Romania 12, 1883, p. 459-534.
  • 2 Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, 2004, p. 608-619 (« Amour courtois – cours d’am (...)

1 Que l’expression amour courtois ait été forgée par Gaston Paris, en 1883, dans un article de la Romania consacré au Chevalier de la charrette1 est un fait connu de tous les médiévistes, tout comme les débats nés autour de la validité du terme et de la notion qu’il recouvre. La remarquable étude d’Ursula Bähler avait déjà proposé une relecture utile de cet article fondateur, souvent cité mais finalement rarement lu dans son entier2.

  • 3 Voir Gaston Paris dreyfusard : le savant dans la cité, Paris, CNRS Éditions, 1999. Parmi les autres (...)

2 Le livre de Ji-hyun Philippa Kim est, par rapport à cet ouvrage fondamental et aux autres travaux de la chercheuse suisse, en position intersticielle et complémentaire : il reprend la question de l’invention de la notion d’amour courtois en la reliant à une interrogation plus large sur les rapports de Gaston Paris aux mouvements idéologiques et esthétiques de son temps. Ursula Bähler montrait Gaston Paris en « savant dans la cité », en prise avec l’actualité politique3. À travers l’examen des amitiés intellectuelles de Gaston Paris, de son rôle mondain, des jugements qu’il a portés sur la littérature qui lui était contemporaine, Ji-hyun Philippa Kim confirme les liens entre le philologue et son époque en montrant ce qui l’unit aux courants littéraires fin de siècle, annonciateurs de la modernité.

3 L’auteur le constate en introduction : dans le discours métacritique, seul le Romantisme est présent en tant que mouvement littéraire ayant influencé les médiévistes du xixe siècle. Si la première génération (celle de Paulin Paris) est fréquemment reliée à cette École, celle de son fils est vue avant tout dans son opposition à ce mouvement. L’affirmation de la philologie comme science implique-t-elle la rupture de tout lien avec « la littérature créative contemporaine » (p. 13) ? C’est cette idée fausse que le livre se propose de réfuter. Partant du simple constat d’une simultanéité (le mouvement littéraire de la Décadence se développe dans le même temps et selon la même conception de l’histoire que la « nouvelle philologie » dont Gaston Paris est le chef de file), l’auteur démontre grâce à l’examen des écrits de Gaston Paris l’existence d’une influence forte, qui peut même permettre de relire l’invention de l’amour courtois.

4 Pour ce faire, l’auteur procède par cercles concentriques et place au centre de l’ouvrage les considérations sur l’amour courtois. Le chapitre 1 « La décadence : fin d’un monde et commencement d’un autre » dresse aux yeux du lecteur le tableau général d’une fin de siècle marquée par la hantise de la décadence, et tente de donner sa place au mouvement littéraire du même nom dans ce contexte idéologique. Il souligne que le pessimisme de l’idéologie décadente est contrebalancé par une conception dialectique de l’histoire. Du sentiment de crise et de perte caractéristique de l’idéologie décadente, peut naître la Modernité, notamment par la dissociation de l’art et de la nature qui en est un trait majeur. L’avènement de la philologie, par la séparation que cette discipline instaure entre un métadiscours désormais distinct du champ général des Belles Lettres et la création littéraire, est également le signe d’une réorganisation moderne du champ littéraire.

5 Le deuxième chapitre (« Les amitiés intellectuelles de Gaston Paris ») poursuit la démonstration sur un plan beaucoup plus concret. Comme Ursula Bähler, Ji-hyun Philippa Kim s’oppose à l’image d’« érudit farouche » que la postérité a pu attacher à Gaston Paris et rappelle que ses « dimanches », pendant plus de trente ans, ont été fréquentés par la fine fleur des intellectuels et hommes du monde de l’époque. Les articles de journaux cités dressent des listes où figurent Taine, Gabriel Monod, James Darmesteter, Paul Bourget, Sully Prudhomme, Renan, Melchior de Vogüé, Heredia… Divers documents (dont des inédits) sont transcrits et attestent du rôle actif de Gaston Paris dans les échanges littéraires de son temps. L’auteur examine ensuite la correspondance de Gaston Paris avec Paul Bourget et Sully Prudhomme. Les éléments cités concernant les femmes, la vision de l’amour, le conflit entre le cœur et la raison préparent le chapitre 3 en confortant l’idée d’une imprégnation, chez Gaston Paris, par la vision désenchantée de ses contemporains, qui insistent sur la dégénérescence du sentiment amoureux, ou luttent pour le rétablir dans toute sa vigueur.

  • 4 Avant 1883, on trouve des indices de cette analyse dans la leçon d’ouverture au Collège de France d (...)

6 Le chapitre 3 (« L’amour courtois de Gaston Paris : entre le bizarre et le naturel ») propose donc une relecture des articles où Gaston Paris établit l’apparition d’une forme singulière d’amour dans les romans de la Table Ronde, sur le modèle du couple formé par Lancelot et Guenièvre4. Ji-hyun Philippa Kim insiste notamment sur l’opposition qui traverse les propos de Gaston Paris entre l’amour courtois et l’amour tristanien. Ce dernier est associé à une forme primitive et vigoureuse d’amour, ayant gardé la force du mythe originel de la passion amoureuse, alors que l’amour courtois est un amour « de tête », dégradé, bref, un amour décadent : « l’amour courtois se dote dans l’esprit de Gaston Paris de l’image de l’amour moderne décadent, dépeint dans les œuvres de Paul Bourget et les lettres de Sully Prudhomme comme amour-culture raffiné de sa propre ère » (p. 127).

7 Le chapitre 4 parachève le raisonnement en proposant une synthèse des relations entre Gaston Paris et ses contemporains. À travers divers écrits qui montrent, là encore, l’attention portée par Gaston Paris aux productions contemporaines – un compte-rendu très négatif de L’Amour de Jules Michelet (à qui il reproche son caractère trop normatif), ou au contraire son goût pour Wagner ou pour la poésie de Frédéric Mistral, Ji-hyun Philippa Kim peut établir, comme elle le dit en conclusion, que la vision décadente ne cantonne pas Gaston Paris dans un pessimisme stérile mais encourage l’espoir d’une renaissance et d’une appréciation de la modernité.

  • 5 Voir Paul Zumthor, La Lettre et la Voix, Paris, Seuil, 1972, p. 59. On aurait pu penser que la diff (...)
  • 6 Voir par exemple le dossier Poétique de la philologie, Revue LhT 5, 2008, http://www.fabula.org/lht (...)

8 Le lecteur ne peut être que convaincu par l’idée d’une influence du contexte décadent sur la naissance des idées du philologue. Cette mise en lumière de l’« imagination critique »5 du plus positiviste des Médiévistes confirme l’importance des études historiques et épistémologiques, permettant seules de comprendre une discipline. La philologie se voit ici comme « repoétisée »6 : les concepts fondamentaux qui la gouvernent sont aussi des notions idéologiques, en lien avec un projet esthétique.

  • 7 On trouvera ces éléments dans les articles de Rüdiger Schnell, « L’amour courtois en tant que disco (...)
  • 8 L’expression est de Gustave Lanson, grand lecteur de Gaston Paris (Histoire de la littérature franç (...)

9 Le chapitre le moins abouti du livre reste cependant celui sur l’amour courtois lui-même. La démonstration est souvent lourde (on comparera par exemple les schémas évolutifs, montrant la place respective occupée par rapport à l’origine par la légende tristanienne et les textes arthuriens, avec ceux, nettement plus clairs, d’Ursula Bähler). De plus, si la confrontation entre les différents écrits de Gaston Paris met parfaitement en valeur les connotations négatives qu’il attachait au caractère savant, raffiné, codifié de l’amour tel qu’il le repérait chez Chrétien de Troyes ou dans le De amore d’André le Chapelain, les conclusions sur la signification actuelle de la notion et la possibilité d’en pérenniser l’usage font défaut7. Le lecteur qui relit l’article de 1883 est pour sa part surtout frappé par l’absence de jugement négatif explicite sur l’amour courtois, et par l’importance accordée à cet idéal nouveau, accompagnant l’épanouissement d’une vie de cour brillante et un certain adoucissement des mœurs. Le terme courtois s’y trouve justifié par l’importance d’une étiquette rigoureuse dans les relations sociales et amoureuses, ainsi que par la citation d’une chanson de Chrétien (« Nus, s’il n’est cortois et sages / ne puet riens d’amors apprendre »). De même que plus personne, aujourd’hui, ne considère Chrétien de Troyes comme le « Bourget » du xiie siècle8, la méfiance attachée par la critique moderne au terme d’« amour courtois » n’est pas liée à la perception décadente de ce sentiment, mais plutôt à la trop vaste utilisation du terme, qui va d’ailleurs plutôt dans le sens d’une idéalisation.

10 Un dernier élément nuit enfin à l’appréciation des qualités de l’ouvrage. Même si l’on aurait mauvaise grâce à reprocher à une chercheuse d’origine coréenne les imperfections formelles, celles-ci, cependant, assez nombreuses, gênent la lecture, et le livre a donc manqué d’un bon relecteur français capable de réviser l’ensemble. L’on ne peut que se féliciter que le français reste une langue de publication internationale… Mais un plus grand soutien de l’éditeur serait parfois nécessaire, avec, par exemple l’intervention d’un relecteur-correcteur professionnel.

Haut de page

Notes

1 « Études sur les romans de la Table Ronde : Lancelot du Lac », Romania 12, 1883, p. 459-534.

2 Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, 2004, p. 608-619 (« Amour courtois – cours d’amour »).

3 Voir Gaston Paris dreyfusard : le savant dans la cité, Paris, CNRS Éditions, 1999. Parmi les autres publications récentes sur Gaston Paris, citons également Le Moyen Âge de Gaston Paris, Michel Zink (dir.), Éditions Odile Jacob, 2004.

4 Avant 1883, on trouve des indices de cette analyse dans la leçon d’ouverture au Collège de France de 1879-1880, et dans le premier article consacré au Lancelot paru dans la Romania en 1880.

5 Voir Paul Zumthor, La Lettre et la Voix, Paris, Seuil, 1972, p. 59. On aurait pu penser que la différence entre Paul Zumthor et Gaston Paris tiendrait à « l’illusion scientiste » dans laquelle aurait travaillé ce dernier. La citation sur laquelle Ji-hyun Philippa Kim conclut son ouvrage (p. 165) démontre cependant le contraire : « Ne craignons pas de juger, sur tel ou tel point, autrement que nos devanciers les plus chers et les plus éminents, d’apprécier différemment la valeur absolue ou l’importance relative de tel ou tel phénomène appartenant à l’histoire des idées, des sentiments ou des faits. En nous révélant l’impression que produisaient sur eux les objets de leur étude, leurs jugements nous font connaître non seulement la tournure propre de leur esprit, mais le milieu où cet esprit avait été formé et s’était développé ; nos jugements serviront à leur tour à l’histoire intellectuelle de notre temps ».

6 Voir par exemple le dossier Poétique de la philologie, Revue LhT 5, 2008, http://www.fabula.org/lht/5.

7 On trouvera ces éléments dans les articles de Rüdiger Schnell, « L’amour courtois en tant que discours sur l’amour », Romania 110, 1989, p. 72-126 et Alain Corbellari, « Retour sur l’amour courtois », CRM 17, 2009, p. 375-385 (ce dernier article n’est pas cité dans la bibliographie).

8 L’expression est de Gustave Lanson, grand lecteur de Gaston Paris (Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1920, p. 58 – 1e édition 1894).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Milland-Bove, « Ji-hyun Philippa Kim, Pour une littérature médiévale moderne. Gaston Paris, l’amour courtois et les enjeux de la modernité », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://peme.revues.org/6894

Haut de page

Auteur

Bénédicte Milland-Bove

Université Paris III – Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page