Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Livre della vie des sainz apostres. Légendier en scripta franco-italienne (début xive siècle)

Chambéry, Université de Savoie, 2006
Stéphane Marcotte
Référence(s) :

Livre della vie des sainz apostres. Légendier en scripta franco-italienne (début xive siècle), éd. par Jean-Pierre Perrot, Chambéry, Université de Savoie, « Corpus » 3, 2006, 374 p.

Texte intégral

1Le recenseur du présent ouvrage s’excuse du grand retard avec lequel paraît la recension de ce livre qui ne lui est parvenu que voici quelques mois. On se consolera en songeant que le temps de l’édition scientifique n’est pas celui de l’édition marchande et que ce compte rendu trop tardif en notre revue ne devrait guère être préjudiciable à l’éditeur.

2Il s’agit donc d’une édition d’un texte rare, que l’on connaissait par une description d’Antoine-François Delandine faite en 1812 et par une analyse de Paul Meyer publiée en 1888, jamais édité jusqu’à ce jour (jusqu’à 2006 pour être précis), qui donne à lire, dans une scripta franco-italienne, la vie et le martyre des apôtres et de quelques autres. Compte tenu de l’importance de ces traditions dans la société médiévale, et qui imprègnent l’art des églises jusqu’en leurs moindres recoins, il va de soi qu’il s’agit d’un travail qu’on ne peut que considérer comme utile a priori. L’édition de Jean-Pierre Perrot comporte une introduction (p. 7-99), une série de reproductions en couleur des dix-sept enluminures – une pour chaque légende – du manuscrit 866 de la Bibliothèque municipale de Lyon (p. 103-111), ainsi que, après le texte (p. 115-351), un index des noms propres (p. 352-359) et un glossaire (p. 360-372). On regrettera fort l’absence de bibliographie et de notes textuelles. Ce second point surtout est bien dommageable, car le texte, très lisible dans son ensemble, comporte néanmoins des difficultés pour lesquelles on aurait aimé disposer des interprétations de l’éditeur, et les citations ou allusions scripturaires ne sont pas relevées. Ce travail est précédé d’une courte notule sur la Bibliothèque municipale de Lyon d’où provient le manuscrit (p. 7), lequel est décrit aux p. 9-10.

3L’introduction situe le texte dans l’ensemble des légendiers et des passionnaires d’apôtres, en particulier des « légendiers méthodiques » que l’auteur définit comme des « légendes hagiographiques en prose, qui ont constitué à elles seules des légendiers à part entière et qui sont aussi entrées selon des proportions variables dans la formation de recueils composites », dont le fonds « s’est constitué progressivement à partir des années 1250 », par réunion de vies de saints classées, non selon l’ordre des fêtes liturgiques, mais, plus ou moins méthodiquement, par « genres » : apôtres, martyrs, confesseurs, saintes femmes, vierges martyres (p. 13).

4Les dix-sept textes édités sont de longueurs très inégales, allant de trois pages, pour le plus court (saint Philippe), à quarante-trois pages, pour le plus long (saint André). À toutes fins utiles, voici les textes édités : « Dispute des apôtres Pierre et Paul contre Simon le Magicien » (p. 115-130) ; « Passion de saint Pierre » (p. 131-141) ; « Passion de saint Paul » (p. 142-154) ; « Passion de saint Jean l’évangéliste » (p. 155-167) ; « Passion de saint Mathieu » (p. 168-184) ; « Passion de saint Simon et Jude » (p. 185-202) ; « Passion de saint Thomas » (p. 203-214) ; « Passion de saint Philippe » (p. 215-217) ; « Passion de saint Jacques le Mineur » (p. 218-221) ; « Passion de saint Jacques le Majeur » (p. 222-243) ; « Passion de saint Barthélémy » (p. 244-256) ; « Passion de saint Marc » (p. 257-262) ; « Passion de saint André » (p. 263-305) ; « Passion de saint Longin » (p. 306-312) ; « Passion de saint Denis » (p. 313-329) ; « Passion de saint Côme et Damien » (p. 330-343) ; « Passion des sept Dormants d’Éphèse » (p. 344-351). Une remarque au passage : comme on l’a déjà suggéré, le terme d’apôtres présent dans le titre est à prendre lato sensu, et même lorsque l’éditeur indique que les treize premières légendes sont « consacrées aux apôtres » (p. 11), il faut encore en rabattre, car ni Paul ni Marc ni Jacques le Mineur ne furent apôtres au sens étroit du terme ; d’autre part, ni Jacques fils d’Alphée ni Matthias, remplaçant de Judas, n’y figurent. Pour rester sur ce sujet, l’auteur commet une erreur assez bizarre (p. 35), qu’on croit pouvoir appeler lapsus, en faisant du fils de Zébédée, Jacques le Majeur, le frère de Jean le Baptiste (il s’agit bien sûr du frère de l’apôtre Jean, généralement assimilé à l’évangéliste, comme cela est d’ailleurs précisé p. 222).

5Le légendier de Lyon appartient sans doute à un groupe très ancien de légendiers méthodiques, que Paul Meyer désignait sous la lettre A (p. 16), dont les manuscrits de la Bibliothèque municipale de Tours (1008) et celui de la Biblioteca Estense de Modène (Estero 116), qui serviront à l’éditeur de manuscrits de contrôle, furent également copiés par des Italiens au début du xive siècle, sans que l’on sache avec précision comment ces textes français ont abouti, à partir d’un foyer de production arrageois, en Italie du nord ; on peut seulement supposer, écrit l’éditeur, que « le Passionnaire français a suivi, comme d’autres productions littéraires, l’itinéraire des échanges commerciaux » (p. 21). Une longue et érudite sous-section de l’introduction (p. 21-58) fait le point sur la difficile question des sources des légendes ici présentées, lesquelles sont bien sûr à chercher au premier chef dans les écrits apocryphes. L’étude de la langue du manuscrit (p. 81-95), assez courte et moyennement rigoureuse, indique que l’on a affaire à l’amalgame de « traits propres aux scriptae du nord, du nord-est et de l’est du domaine d’oïl et des pratiques relevées dans les textes franco-italiens » (p. 81). L’auteur s’est explicitement refusé à entreprendre une étude exhaustive et s’est borné à signaler « traits caractéristiques et tendances majoritaires, afin notamment de faciliter la lecture du texte » (p. 81), ce qui a pour résultat de laisser dans l’ombre une énorme quantité de phénomènes rares et intéressants. On regrettera le fait que les traits franco-italiens, moins familiers aux lecteurs, ne soient pas mieux distingués formellement des traits des scriptae septentrionales et, surtout, l’absence totale de références aux textes cités. Ainsi, lorsque l’auteur nous allèche avec des cas très curieux de nasalisations apparentes (p. 83), qu’il analyse comme des graphies inverses, on ne sait trop ou rechercher ces aiguilles dans la botte de foin et c’est pour tout dire agaçant et frustrant (v. par ex. « aunques » pour auques, 284, 36, 2). À ce sujet, on signalera – les références que je donne ci-dessous renvoient à la page, au paragraphe du texte et à la ligne du paragraphe depuis son début – comme graphie particulièrement remarquable l’emploi de gn pour /ž/, peut-être propagée à partir de couples du type songe/sogno, qui crée une sérieuse perturbation phono-graphique. L’auteur n’indique pas (p. 90), sauf erreur de ma part, que ce digramme s’emploie aussi pour /g/, comme dans « lingnagez » (p. 170, 3, 20, langages), que l’on trouve, sur la même page, sous les formes « lingagez » (21) « linguagnez » (29), « linguagez » (32), « lingagnez » (40) – la différence entre u et n étant selon l’éditeur nettement marquée dans le ms. (p. 96). Il ne signale pas non plus (p. 90) qu’à l’inverse la graphie ng peut noter /ñ/ devant voyelle (« compangie », p. 285, 36, 3 et p. 324, 12, 21). D’autre part, l’explication de formes aberrantes telles que « ahut » (p. 152, 14, 6, haut), « ahitiés » (p. 277, 24, 30, haitiés) n’est pas très poussée, même s’il est vrai que le scripteur use du h de manière très personnelle (cf. crier « ha aute voix », p. 340, 15, 19). On peut encore signaler l’emploi de z pour (s)s qui occasionne, là encore, quelques confusions (par ex « enzi » = issi p. 171, 4, 14 et ainsi, p. 172, 5, 11). Certaines graphies rares, parfaits exemples de syncrétisme entre le français d’oïl et sa compagne cisalpine, permettent de rêver à une possible koiné franco-italienne, telle la forme « gior » (p. 192, 7, 16). En morphologie, on aurait apprécié une remarque sur des formes comme « mennuez » (p. 248, 6, 33, mengiez), « menue » (p. 308, 4, 17, menjue), et je ne crois pas avoir trouvé d’observation sur le morphème de négation adverbiale « ni » (passim). En morphosyntaxe, on signalera l’absence presque systématique d’élision des possessifs ma, ta, sa devant voyelle (« sa arme », p. 123, 8, 17) et l’absence d’enclise de en devant le/les (« en lle ciel », p. 144, 4, 20). Le lexique, est, au dire de l’éditeur, ce que confirme en effet la lecture, peu italianisé (p. 95), encore pourrait-on parmi les exemples qu’il donne, en discuter quelques-uns, où tel trait savant, septentrional, voire simplement phonétique expliquerait aussi bien la forme (« torme » [lat. turma], « singnorie », « sain » [saint], cf. p. 92 pour ce dernier).

6Je ne puis examiner en détail l’établissement du texte, très satisfaisant au demeurant pour un manuscrit « souvent fautif » (p. 98), voire très fautif, qui a nécessité de nombreuses interventions, lesquelles sont intelligentes et bien signalées, et me contenterai de brèves remarques, au premier chef desquelles le regret que les lignes des paragraphes ne soient pas numérotées, ce qui aurait facilité le repérage des occurrences dans le glossaire, lequel se borne à renvoyer à la page et au §. Du coup, on ne sait pas toujours quelle occurrence est glosée. Ainsi, on trouve dans le glossaire, sous « li » (p. 367), la mention laconique « y, XI.5 », or ce § 5 comporte deux occurrences remarquables de « li » (p. 247, 5, 11 et 17), dont on aimerait savoir s’il faut les entendre toutes les deux de la même manière, ce qui n’est pas évident pour la seconde. Ce glossaire, du reste, aurait gagné à être plus complet ; des mots relativement rares tels que brai ‘boue’ (p. 314, 2, 1), oreillier ‘écouter’ (p. 347, 7, 27) ou soi repropenser d’aucune chose ‘se remettre quelque chose en tête’ (p. 285, 36, 7) méritaient d’y figurer. Voici quelques autres menues observations, sans souci d’exhaustivité : introduction, p. 91, sous « n mouillé », la forme « arengia » (sans réf.) me paraît se rattacher à haranguer, d’ailleurs emprunté par le français à l’italien au début du xive siècle, plutôt qu’à aresnier (cf. « arrengia », p. 176, 11, 5, bien distingué de « areznna », p. 178, 13, 17) ; p. 115, 1, 3 et 2, 2, pourquoi pas de majuscule au gentilé « hebreuz » ? ; p. 116, 2, 39, supprimer la virgule devant « dist il » ; id. p. 155, 1, 2, devant « fist D. » ; p. 119, 4, 52 et p. 350, 9, 20, curieuses occurrences, isolées, de « li », avec le sens, apparemment, de ‘leur’, non signalées en introduction (p. 92) ; p. 135, 5, 4, « ni », je lirais plutôt n’i ; p. 166, 17, 13, l’emploi de « tres » (correction) ‘depuis’ aurait pu figurer au glossaire (comme aussi la locution conjonctive tres que tant que (p. 190, 5, 33 et passim) ; p. 199, 13, 22, on aurait aimé voir commenté « une evesque » (avec référent masculin) ; p. 263, 2, 5, « li » me paraît être un adverbe plutôt que le pronom adverbial ‘y’ comme cela est dit dans le glossaire (p. 367, sous li, XIII.2) ; p. 278, 26, 13, « demore et habite », lire demoré et habité ; p. 285, 36, 14, « et quant il demandoit ou Trophina sa feme estoit » doit être corrigé pour le sens : et quant il demandoit sa feme [à sa f.] ou Trophina estoit ; p. 337, 11, 17, « nen », je lirais plutôt n’en.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Marcotte, « Livre della vie des sainz apostres. Légendier en scripta franco-italienne (début xive siècle) », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://peme.revues.org/7020

Haut de page

Auteur

Stéphane Marcotte

Maître de conférences à l’université Paris IV – Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page