Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Vanina Kopp, Le Roi et les Livres. Collection, utilisation et fonction de la bibliothèque royale à la cour parisienne au bas Moyen Âge

thèse de doctorat en co-tutelle préparée sous la direction de MM. Jean-Claude Schmitt et Neithard Bulst, soutenue le 8 juin 2013 à l’université de Bielefeld – Allemagne
Vanina Kopp
Référence(s) :

Vanina Kopp, Le Roi et les Livres. Collection, utilisation et fonction de la bibliothèque royale à la cour parisienne au bas Moyen Âge, thèse de doctorat en co-tutelle préparée sous la direction de MM. Jean-Claude Schmitt et Neithard Bulst, soutenue le 8 juin 2013 à l’université de Bielefeld – Allemagne

Notes de la rédaction

jury de thèse composé de Madame Danielle Régnier-Bohler (professeur émerite à l’université de Bordeaux 3) et Messieurs Neithard Bulst (professeur émerite à l’université de Bielefeld – Allemagne), Martin Kintzinger (professeur à l’université de Münster – Allemagne, président du jury), Jean-Claude Schmitt (directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris) et Peter Schuster (professeur à l’université de Bielefeld – Allemagne). Mention très honorable avec les félicitations du jury.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Christine de Pizan, Le Livre des faits et bonnes meurs du sage roi Charles V, éd. Suzanne Solente, (...)

1« Ne dirons nous encore de la sagece du roy Charles, la grant amour quʼil avoit a lʼestude et a la science ; et quʼil soit ainsi bien le demoustroit par la belle assemblée de notables livres et belle librairie quʼil avoit de tous les plus notables volumes […]»1. Cʼest par ces mots que Christine de Pizan, écrivaine et biographe du roi, transmit lʼimage dʼun roi sage à la postérité. En effet, dans l’imaginaire médiéval, seul un roi sage et érudit était capable de mener équitablement les affaires du gouvernement et d’être un bon souverain. Pour Christine de Pizan, Charles V correspondait à un tel roi et elle lui attribua le qualificatif de « roi sage », surnom qui allait survivre au roi. Quant à l’extraordinaire collection de livres manuscrits, il s’agissait de la bibliothèque du Louvre qui exista dans la résidence du Louvre de 1368 à 1429.

  • 2 Cf. le choix très étroit de Simone Balayé, La Bibliothèque Nationale des origines à 1800, Genève 19 (...)

2Elle se trouvait sur trois étages dans une tour angulaire de la résidence royale, jusqu’à ce que le régent de France, Jean de Bedford, la transfère à Rouen puis probablement en Angleterre. Cette bibliothèque avec ses fonds d’environ 900 manuscrits fut la plus grande collection laïque et la première librairie dans le milieu des cours princières au Moyen Âge européen. À cette époque, seule la bibliothèque des papes à Avignon et la bibliothèque universitaire du collège de la Sorbonne comptaient davantage de livres. Il faudra attendre le xvie siècle et le règne de François Ier pour voir de nouveau l’établissement dune bibliothèque royale à Fontainebleau, puis à Paris.2

  • 3 Voir Étienne Dennery, (directeur général de la Bibliothèque nationale de 1964 à 1975), « Préface », (...)

3Aucune autre représentation de Charles V ne marqua plus profondément la mémoire collective historique que celle du roi érudit dans sa bibliothèque. Malgré tous les bouleversements historiques, spatiaux et fonctionnels, on a régulièrement recours à ce mythe pour essayer de mettre en évidence les origines de l’actuelle BnF, notamment en soutenant que « la Bibliothèque [sic] de Charles V a vraiment constitué la première ébauche, si timide fût-elle, de ce que fut, au cours des siècles, la Bibliothèque [sic] royale et de ce quʼest devenue aujourdʼhui la Bibliothèque nationale »3.

4Cela dévoile plusieurs dimensions : dʼune part une continuité institutionnelle imaginaire, dʼautre part une association politique de la bibliothèque et de la sphère du pouvoir, accompagnée dʼune connotation culturelle. Le contenu de la bibliothèque du Louvre est ainsi réduit aux quelques manuscrits de luxe qui furent exécutés pendant son règne et qui intégrèrent la collection sans que leur statut de « commande royale » soit remis en question ni le reste de la collection pris en compte et sans cependant en tirer des conclusions pour leur utilisation.

5La problématique de la thèse sʼinterroge sur la façon dont fut utilisée, dans une perspective historique, la bibliothèque royale avec ses fonds. Comment et quand la collection, lʼordre et le transfert des savoirs de la bibliothèque du Louvre furent-ils utilisés par les rois de France dans le cadre de la politique et de la vie de cour ? Comment se manifestait lʼexercice du pouvoir dans la bibliothèque ? Comment lʼaccumulation de manuscrits participait à lʼélaboration de lʼimage royale et à la légitimation politique ?

  • 4 Marc Bloch, Les Rois thaumaturges. Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale (...)

6À travers cette étude, nous voulons démontrer que la bibliothèque livra une contribution politique à la conception de la religion royale et du lien dynastique. Nous examinons dans le détail, dans une approche dʼhistoire culturelle, comment lʼemploi des livres, leur circulation et leur utilisation sʼinsérèrent à la cour royale et dans les pratiques politiques et sociales. Nous renouons avec les recherches sur le développement de la « religion royale » française4 et avec une histoire culturelle de lʼutilisation de bibliothèques. Lʼattention se concentre sur le développement de la bibliothèque, sur ses fonds de manuscrits et sa circulation ainsi que son utilisation, en cherchant à contextualiser la bibliothèque comme endroit de transferts, de savoirs et de connaissances.

  • 5 Voir les approches de Nadezda Shevchenko, Eine historische Anthropologie des Buches. Bücher in der (...)
  • 6 La technologie de numérisation offre de nouvelles approches et de nouveaux moyens de publication, c (...)

7Cette étude tente de livrer une contribution à lʼanthropologie historique de lʼhistoire du livre et des bibliothèques et ainsi, dans un cadre plus large, à lʼhistoire des sciences.5 En même temps, il faut surmonter la dichotomie de matérialité et dʼimmatérialité : plus de 900 manuscrits faisaient de la bibliothèque du Louvre une des collections majeures de lʼOccident européen. Il nʼen reste plus quʼune petite centaine, conservée dans des musées et des bibliothèques à travers le monde.6

  • 7 Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « LʼImaginaire du livre à la fin du Moyen Âge. Pratiques de lecture, (...)

8Cette approche essaye dʼappréhender la collection comme résultat social et intellectuel de son environnement spécifique. Ce sont en premier lieu les processus intellectuels et pratiques qui gouvernent lʼutilisation des livres dans le cadre des pratiques du pouvoir et de lʼemploi du livre-objet.7 Ce nʼest donc pas le manuscrit individuel qui est important, mais la collection dans sa totalité. Deuxièmement, nous nous intéressons à la fonction de cette collection de livres et à ses stratégies discursives et réfléchissons à la fonction politique de la bibliothèque, aux tendances de collection, à la circulation des manuscrits et à leur emploi.

9Nous travaillons à partir de plusieurs type de sources : beaucoup de livres parvenus jusquʼà nous sont des manuscrits de luxe, uniques par leurs illustrations et leurs contenus. En outre, quelques manuscrits portent des traces de leur utilisation : couvertures, notes dans les marges, signatures ou bien annotations ainsi que des notes autographes détaillées.

10À côté des manuscrits, il faut également mentionner le programme iconographique des ouvrages les plus somptueux, car tout comme les composantes matérielles des manuscrits, les miniatures sont inséparables de leur support matériel. Les illustrations des ouvrages dédicacés sont une autre source pour la compréhension de la fonction du livre-objet.

11Dans le cadre d’une étude dʼensemble sur des bibliothèques médiévales et leur emploi dans le cadre de leur époque, les listes dʼinventaires représentent les sources les plus importantes, mais aussi les rapports sur lʼadministration de la bibliothèque : des factures, des quittances et des bons de paiement issus des livres de comptes royaux donnent des informations sur les fonds, la qualité et la circulation des manuscrits et le fonctionnement de la bibliothèque.

  • 8 Claire Richter Sherman, The Portraits of Charles V of France (1338–1380), New York, 1969 et Imaging (...)
  • 9 Serge Lusignan, La Langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris 2004 (...)
  • 10 Cf. note 4 ; actuellement : Martin Kintzinger, « Beatus Vir. Herrschaftsrepräsentation durch Handsc (...)
  • 11 En allemand, approche appelée « Rezeptionsgeschichte » ; pour la France cf. La Fabrique du Moyen Âg (...)

12Lʼétude dʼune collection royale de livres touche à plusieurs champs de recherches : lʼhistoire de lʼart,8 les lettres,9 la philosophie politique10 ainsi que lʼhistoriographie11. Lʼambition de cette étude est dʼy insérer la bibliothèque du Louvre afin de saisir son importance pour la cour royale. Cette problématique se développe en trois parties.

Première partie : la bibliothèque du Louvre dans lʼhistoire

13Dans un premier temps, nous avons rassemblé toutes les informations concernant la bibliothèque royale afin dʼexaminer les tendances générales de la collection. Par ce biais, nous avons pu constater une certaine continuité : premièrement la création de la bibliothèque dʼabord sur deux, puis sur trois étages dans une tour de la résidence du roi ne signifiait pas que des collections de livres étaient inexistantes à la cour royale lors des générations précédentes. Deuxièmement, les fonds rassemblés dans la collection du Louvre existaient déjà : la nouveauté était leur rassemblement dans la tour du Louvre à partir de 1368, après le départ du roi du palais de la Cité pour le Louvre aménagé. Troisièmement, elle devenait ainsi le point de départ de la circulation de manuscrits à la cour du souverain mais aussi dans les autres demeures royales. La nouveauté résidait dans la concentration de tous les manuscrits dans un endroit spécifique. À partir du règne de Charles VI, la bibliothèque fut mise sous la tutelle et la surveillance des membres de lʼadministration royale et s’institutionnalisa. À chaque changement de pouvoir, les nouveaux gouvernants révoquèrent le titulaire du poste de bibliothécaire pour y placer un de leurs fidèles.

14Une politique dʼacquisition continuelle, englobant commandes, dédicaces, héritages, achats et confiscations conduisit à un accroissement rapide des fonds. La Chambre des comptes sʼempara de la bibliothèque, en dressant des inventaires et en nommant le bibliothécaire. Elle joua un rôle de plus en plus prépondérant dans lʼadministration de la bibliothèque et favorisa ainsi son institutionnalisation, laquelle se manifesta par les techniques dʼadministration et les inventaires, et resta inédite dans le milieu des cours princières, soulignant la place singulière de la bibliothèque du Louvre dans le milieu culturel laïque.

15La bibliothèque du Louvre ne constitua pas uniquement une collection de livres précieux réunis par un souverain bibliophile cultivé, intéressé par les arts et la littérature. En effet, sous Charles V le premier étage, accessible par les espaces privés du roi, rassembla les textes concernant la pratique de la politique et la théorie du droit souverain, traductions ou compilations commandées par le roi et qui portèrent une dimension politique et augmentèrent la force du pouvoir. On y retrouve réunis les éléments qui doivent démontrer la suprématie de la légitimité des Valois sur le trône de France face à la maison Lancastre/Plantagenêt et face au roi de Navarre.

16Les livres de la collection furent intégrés dans lʼaction politique, ne serait-ce quʼà travers des mises par écrit des revendications politiques du roi de France. En effet, la bibliothèque du Louvre sʼintégra dans le cadre de mesures mémorielles qui devaient renforcer la légitimité des Valois. Les compilations juridiques y prirent une place spéciale afin de devenir de véritables manuels à la portée du roi.

17Certains titres de la bibliothèque du Louvre s’orientèrent aux besoins concrets et politiques. Le Livre du sacre, ordo pour la cérémonie du sacre et du couronnement du roi, fut composé et augmenté sous le règne de Charles V afin de souligner la « religion royale » et le caractère sacré de la dynastie. La commande du Somnium Viridarii en latin, puis plus tard de sa version française plus détaillée, du Songe du Vergier, visa le même objectif : la compilation de la propagande et de lʼidéologie politique du règne. Les idées politiques furent fixées par écrit. La collection du Louvre servit de base et dʼinstrument de travail. Les nouvelles œuvres mirent lʼaccent sur lʼintégration légitime des Valois dans la généalogie royale et se référèrent avec force à dʼillustres prédécesseurs. Cʼest ainsi que fut reprise la tradition des Grandes Chroniques de France afin de combler la lacune entre les Capétiens et les Valois.

18Ces ouvrages soulignent fonction de la bibliothèque : non seulement lʼaccumulation de textes et de manuscrits de luxe dédiés aux rois, mais surtout la légitimation par le passé et la mise en place dʼune idéologie du futur. Les livres sont à la fois les porteurs de la mémoire affirmant le pouvoir, lʼélaboration ou le résultat des actions gouvernementales.

Deuxième partie : la bibliothèque du Louvre et la lecture royale

19Dans cette partie, lʼattention est mise sur les manuscrits de la bibliothèque du Louvre, leur usage et leurs modes de lecture. Nous y étudions les raisons pour lesquelles des livres furent sortis de la bibliothèque ainsi que les traces laissées lors de leur usage.

20La première partie étudie les lectures à la cour de Charles V et de Charles VI. Deux contextes de lecture sont différenciés : dʼune part la lecture muette dans le cadre de la piété personnelle du roi qui était parfois accompagné par un chapelain ; dʼautre part la lecture à haute voix devant un public. Cette dernière fut le mode de lecture le plus courant, notamment pour les livres de la bibliothèque du Louvre.

21Cependant, les notes dans les inventaires révèlent que les manuscrits furent échangés entre les membres de la cour, quʼils soient auteurs ou dignitaires. Les livres faisaient partie des objets qui circulèrent dans le système courtois dʼéchanges et de services réciproques. La collection du Louvre se trouva au centre du système de donation, de prêt et de circulation à la cour royale.

22Les notes autographes, les quittances pour lʼachat de couvertures, mais également les annotations dans les listes de prêts et lʼanalyse des commandes permettent de se rendre compte des habitudes de lecture à la cour. Nous observons ainsi le succès de certains genres littéraires qui furent favorisés selon les rois. Chez Charles V, il sʼagissait dʼouvrages dʼastrologie et de piété. Son jeune fils préférait en revanche les chroniques et les romans quʼil emportait avec lui en voyage. Ces constats recoupent dʼautres indices historiques prêtant à Charles V un faible pour lʼastrologie et la littérature de la théorie politique, tandis que lʼaspect courtois et chevaleresque trouva son apogée à la cour de Charles VI. La lecture à la cour possédait, en dehors du divertissement, toujours un volet socio-politique, car la lecture et les textes transmettaient un sentiment d’appartenance communautaire, un lien à une mémoire de noblesse et monarchique commune, et en particulier les valeurs chevaleresques.

23Les manuscrits signés étaient des livres dédiés aux rois, ou bien des commandes royales de textes ou de compilations. Ces dernières possédaient en plus de la signature souvent des ex-libris autographes détaillant les circonstances de la commande royale. Les notes autographes démontrent le rapport étroit entre les rois et leurs manuscrits : cet acte nʼétait pas anodin, car nous ne possédons pas beaucoup de documents signés de la main royale. Au contraire, le fait que les manuscrits furent signés et annotés par le souverain marque la prise de possession des œuvres et souligne lʼimportance de la bibliothèque du Louvre et de son contenu.

24Les notes concernant les prêts démontrent plusieurs spécificités : premièrement, le noyau historique de la collection ne fut jamais touché par les deux rois ; deuxièmement tous les prêts furent liés à des circonstances, à un emploi concret et à un bénéficiaire spécifique ; et troisièmement de nombreux manuscrits retrouvèrent leur place. Ceci montre le lien étroit de la bibliothèque du Louvre avec le milieu de la cour et comment les manuscrits devenaient un moyen de communication entre le roi et ses sujets ainsi que ses alliés politiques et courtisans. De même, les courtisans utilisèrent des dons de livres pour entrer en communication avec le roi lors de présentations publiques.

Troisième partie : construction, représentation et réception. La bibliothèque dans son contexte

25La troisième partie étudie lʼutilisation des manuscrits de la bibliothèque à travers les représentations et la réception historique de la figure du roi sage et de la bibliothèque du Louvre. Premièrement, nous avons examiné les traductions qui furent réalisées pendant le règne de Charles V en les intégrant dans le contexte de la cour et des rapports de réciprocité. L’analyse de ces œuvres, que lʼhistoriographie qualifie généralement de « commandes royales », permet de comprendre leurs arrière-plans politiques et de savoir si toutes ces traductions furent véritablement des commandes royales. Deuxièmement, partant de ce constat, il est possible dʼétudier les représentations de Charles V en tant que roi « sage » véhiculées par les prologues et images des œuvres. Troisièmement, ces modes de représentation jouèrent un rôle déterminant dans la réception historique de lʼimage de Charles V à travers lʼhistoriographie française. Cette mise en scène du personnage est examinée du Moyen Âge à nos jours, en insistant sur le xixe siècle.

26Il faut analyser ces traductions dans le cadre de lʼétablissement progressif du français dans la sphère politique et administrative, langue qui, selon les contextes et les bénéficiaires, fut de plus en plus utilisée par la chancellerie royale. Toutefois, il serait faux dʼen déduire une élimination du latin ou un passage au tout-français en politique. Il sʼagirait plutôt dʼune utilisation dépendant des circonstances. Les documents parlementaires et les textes relatifs à la papauté restèrent en latin, la langue de prestige du pouvoir et des institutions.

27Considérer les traductions uniquement sous un aspect linguistique permet certes de cerner le développement de la langue et les difficultés des traducteurs médiévaux qui durent trouver et adapter en français des équivalences de concepts, de mots spécifiques propres au latin, langue de la science. Mais cette approche n’est pas entièrement satisfaisante en ce qui concerne les fonds de la collection du Louvre et nʼexplique pas la fonction des commandes royales.

28Nous avons évalué les traductions et commandes dans leur contexte de rédaction, notamment les manuel juridiques, compilations qui furent ensuite conservées dans la bibliothèque royale et qui étaient destinées à un usage pratique. Lʼexistence de ces textes peut être attribuée à une commande royale. Le choix des traducteurs ou compilateurs était réfléchi, car qui mieux que des juristes (Evrard de Trémaugon, Raoul de Presles), un savant universitaire (Nicole Oresme) ou un chancelier, voire un archiviste (Pierre dʼOrgemont et Gérard de Montaigu) pouvaient exprimer le point de vue du roi sur la royauté et le mettre par écrit pour mieux le défendre ?

29Parmi les traductions qui sont généralement appelées dans lʼhistoriographie « commandes royales », la situation est moins bien étudiée et documentée. Certaines commandes sont clairement identifiées. En étudiant les traductions strictu sensu, nous pouvons identifier dʼautres commandes royales où valeur scientifique et fonction politique se mêlèrent.

30En outre, plusieurs auteurs traduisirent des textes de leur propre initiative. Ils devaient savoir que le roi aimait ce genre de dédicaces et particulièrement les textes classiques, et quʼen retour ils pourraient recevoir des charges intéressantes ou des commandes supplémentaires. La plupart des ouvrages traduits dédiés à Charles V et Charles VI tombent dans cette catégorie. La situation est identique à la cour de Charles VI. Elle est caractéristique du système de pactes tacites entre le traducteur et le dédicataire. Sous Charles VI le travail de traductions continua, mais de nombreux membres de la famille royale en furent les récipiendaires. Ceci explique que lʼon ne trouve pas de nouvelles traductions dans la bibliothèque du roi.

31Lʼimaginaire populaire, qui limite la dynastie des Valois au personnage de Charles V, roi sage, a une longue tradition, notamment au xixe siècle. Cette légende trouva son origine au Moyen Âge, dès le vivant de Charles V. Les prologues et dédicaces des œuvres ne se lassèrent pas de mettre en exergue la sagesse du roi, sa curiosité scientifique et lʼutilité des traductions. Cette image fut également élaborée par les représentations iconographiques dans les manuscrits. Contrairement aux scènes de dédicaces « conventionnelles » devant une large audience à la cour, nous assistons à un changement dans les représentations de Charles V. Lʼimage la plus innovante est la représentation « intime » du roi dans un entourage savant, l’existence de signes célestes et en même temps la réduction de la symbolique royale hiérarchique.

32Nous avons examiné l’adaptation du topos de la « sagesse » à travers le discours médiéval, de la représentation de la « sagesse » de Charlemagne en passant par Louis IX et autres « rois sages », discours à lʼorigine de ce topos. Alors quʼau début, une solide éducation biblique et morale suffisait et que trop de lectures et trop dʼinstruction étaient considérées comme nuisibles pour lʼexercice militaire du pouvoir, les exigences intellectuelles attribuées au roi comme « rex literatus » augmentèrent, jusquʼà atteindre un socle de connaissances selon lequel un roi aurait effectivement dû lire lʼensemble de la bibliothèque du Louvre.

33Charles V et la bibliothèque du Louvre deviennent ainsi un idéal culturel et politique ; en outre le personnage royal devient une figure de consensus politique et national transmise jusquʼà nos jours. Cette représentation de Charles V possède une telle force parce quʼelle focalise lʼattention sur les aspects culturels du développement linguistique et de la collection du Louvre. En effet, cette représentation du roi sage et savant trouva une longue réception au Moyen Âge et dans lʼhistoriographie.

34Pour finir, nous étudions et démêlons les raisons et les biais par lesquels passait cette construction dans lʼhistoriographie au xixe siècle : les historiens de la Troisième République mirent leur science au service dʼune historiographie nationale, malgré leur revendication dʼobjectivité et leur accès méthodologique aux sources historiques. Ils interprétèrent les règnes des Valois selon leurs besoins idéologiques et politiques ; ils en tirèrent certains aspects en les actualisant. Pour eux, la sagesse du roi sʼexprimait à travers ses adroits pourparlers juridiques et son habile diplomatie qui auraient été à la base de son succès militaire contre les Anglais. Selon eux le roi eut un tel succès en raison de sa sagesse qu’il mettait au service de la politique. Ainsi, ils célébrèrent le « renouveau national » du « règne réparateur » de Charles V, en mettant cette situation historique en parallèle avec la situation quʼils vécurent lors des débuts difficiles de la Troisième République. À travers cette réception historique furent projetés des rêves contemporains, presque des fantasmes, sur la période du Moyen Âge.

Conclusion et résultats

35Dans la présente étude, nous avons analysé la composition de la bibliothèque du Louvre des rois de France, la fonction et lʼutilisation de cette collection ainsi que son importance pour lʼévolution de la religion royale et de la légitimité des rois. Nous avons montré que la bibliothèque du Louvre et lʼemploi des ouvrages par les rois de même que la circulation des livres servaient à consolider la position royale et la dynastie des Valois et leur politique en rassemblant, en diffusant et en mettant à la disposition des souverains un contenu fonctionnel et spécifique.

36Nous avons choisi deux fils conducteurs dans cette étude : le premier est la contextualisation des processus la rédaction de compilations juridiques et leurs échanges avec la bibliothèque du Louvre, le deuxième est la contextualisation historique des pratiques culturelles de l’utilisation des manuscrits à travers les sources. Seule cette approche méthodique permet de reconstituer lʼusage médiéval dʼune collection de livres et dʼen dresser un panorama dans une perspective dʼhistoire culturelle de son développement, de son emploi et de sa fonction.

37La bibliothèque faisait partie de lʼéconomie et des rapports de réciprocité à la cour, tout en étant la mémoire du programme politique et idéologique de la royauté. Lʼestime et la considération que les rois et la cour portaient aux manuscrits aboutirent à la construction idéale et paradigmatique de lʼimage du roi sage, image qui allait être transmise à la postérité à travers les siècles et lʼhistoriographie. Les dédicaces publiques, lʼélaboration dʼun programme iconographique cohérent à travers ces dédicaces et la circulation des œuvres montrent la place prépondérante que possédait la bibliothèque dans les besoins politiques du roi Charles V, de la noblesse et de lʼensemble de la société de cour.

Haut de page

Notes

1 Christine de Pizan, Le Livre des faits et bonnes meurs du sage roi Charles V, éd. Suzanne Solente, Paris, 1977, (réimpression de lʼédition de 1936), 2 volumes, vol. 2, p. 42.

2 Cf. le choix très étroit de Simone Balayé, La Bibliothèque Nationale des origines à 1800, Genève 1988 ; Yann Potin, « À la recherche de la librairie du Louvre. Le témoignage du manuscrit français 2700 », Gazette du livre médiéval 34, 1999, p. 25-36 et « Des inventaires pour catalogues ? Les archives d’une bibliothèque médiévale : la librairie du Louvre (1368-1429) », Bibliothek als Archiv, éd. Hans Erich Bödecker, Anna Saada, Göttingen, 2007, p. 119-140.

3 Voir Étienne Dennery, (directeur général de la Bibliothèque nationale de 1964 à 1975), « Préface », La Librairie de Charles V, éd. François Avril, Jean Lafaurie, Paris, 1968, p. IX–XIV, p. IX.

4 Marc Bloch, Les Rois thaumaturges. Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale particulièrement en France et en Angleterre, Paris, 1983, (nouvelle édition avec une préface de Jacques le Goff ; édition originale 1929) ; sur la royauté voir Percy E. Schramm, Der König von Frankreich. Das Wesen der Monarchie vom 9. bis 16. Jahrhundert, Darmstadt 1960, 2 volumes ; Jacques Krynen, LʼEmpire du roi. Idées et croyances politiques en France, xiiiexve siècle, Paris, 1993 et Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Age (13801440). Étude de la littérature politique du temps, Paris 1981.

5 Voir les approches de Nadezda Shevchenko, Eine historische Anthropologie des Buches. Bücher in der preußischen Herzogsfamilie zur Zeit der Reformation, Göttingen, 2007 ; Joyce Coleman, Public Reading and the Reading Public in Late Medieval England and France, Cambridge, 1996 ; Roger Chartier, L’Ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre le xive et le xviiie siècle, Aix-en-Provence, 1992.

6 La technologie de numérisation offre de nouvelles approches et de nouveaux moyens de publication, comme le démontre le projet Europeana regia dans lequel des manuscrits existants et attribués à la maison du roi (donc pas uniquement à la bibliothèque du Louvre mais également ceux de Jean II, Jean de Berry ou les livres des reines) sont numérisés et mis à la disposition du public sur internet : 164 manuscrits ont été mis en ligne sur http://www.europeanaregia.eu/fr/collections-historiques/librairie-charles-v-famille (dernier accès le 29/10/2012).

7 Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « LʼImaginaire du livre à la fin du Moyen Âge. Pratiques de lecture, théorie de lʼécriture », MLN 108, 1993, p. 680-695 ; Florence Bouchet, Le Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles : pratiques, poétique, imaginaire, Paris 2008.

8 Claire Richter Sherman, The Portraits of Charles V of France (1338–1380), New York, 1969 et Imaging Aristotle. Verbal and Visual Representation in Fourteenth-Century France, Londres, 1995 ; Anne Dawson Hedeman, The Royal Image. Illustrations of the Grandes Chroniques de France, 1274-1422, Berkeley 1991, « Copies in Context. The Coronation of Charles V in his Grandes Chroniques de France », Coronations. Medieval and Early Modern Monarchic Ritual, éd. János M. Bak, Berkeley 1990, p. 72–87 et « Valois Legitimacy. Editorial Changes in Charles Vʼs Grandes Chroniques de France », Art Bulletin 66, 1984, p. 97–117 ; Carra Ferguson OʼMeara, Monarchy and Consent. The Coronation Book of Charles V of France, British Library MS Cotton Tiberius B VIII, Londres, 2001 ; Bernd Carqué, Stil und Erinnerung. Französische Hofkunst im Jahrhundert Karls V. und im Zeitalter ihrer Deutung, Göttingen, 2004.

9 Serge Lusignan, La Langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris 2004. Pour une comparaison de lʼutilisation de la littérature française en Angleterre, cf. Ardis Butterfield, The Familiar Enemy. Chaucer, Language, and Nation in the Hundred Years War, Oxford 2009.

10 Cf. note 4 ; actuellement : Martin Kintzinger, « Beatus Vir. Herrschaftsrepräsentation durch Handschriftenpolitik bei Karl V. von Frankreich », Zwischen Pragmatik und Performanz. Dimensionen mittelalterlicher Schriftkultur, éd. Christoph Dartmann et al., Turnhout, 2011, p. 443–460, « Symbolique du sacre, succession royale et participation politique en France au xive siècle », Francia 36, 2009, p. 91-111, « Liberty and Limit. Controlling and Challenging Knowledge in Late Medieval Europe », Knowledge, Discipline and Power in the Middle Ages, éd. Joseph Canning et al., Leyde, 2011, p. 201–229.

11 En allemand, approche appelée « Rezeptionsgeschichte » ; pour la France cf. La Fabrique du Moyen Âge au xixe siècle. Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature du xixe siècle, éd. Simone Bernard-Griffiths, Pierre Glaudes, Bertrand Vibert, Paris, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanina Kopp, « Vanina Kopp, Le Roi et les Livres. Collection, utilisation et fonction de la bibliothèque royale à la cour parisienne au bas Moyen Âge », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://peme.revues.org/7143

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page