Navigation – Plan du site
Études & travaux
Analyses

La transmission universitaire des textes médiévaux : pleine propriété ou usufruit d’un héritage ? Imaginaires critiques du proche et du lointain

Sarah Delale

Résumés

La fin du xxe siècle a vu fleurir dans des médias récents (jeux vidéos, séries télévisées...) des productions que les spécialistes ont qualifiées de « médiévalisantes » et qui entretiennent avec le Moyen Âge une relation plus stylistique qu’historique. Cette même période a également vu émerger à l’université des méthodes d’analyse textuelle venant concurrencer l’histoire littéraire et proposant de revenir sur l’interdiction d’anachronisme qui fondait jusqu’alors l’étude des lettres médiévales. Cet article souhaite proposer un panorama de ces méthodes (de l’histoire littéraire à la théorie des textes possibles) et des rapports qu’elles entretiennent avec l’âge du texte médiéval. Le texte vieilli permet au lecteur de choisir entre une impression d’altérité ou de familiarité, entre proximité ou distanciation, et d’établir ainsi des limites interprétatives variables d’une méthode à l’autre. Alors que les œuvres médiévalisantes ont modifié leur rapport au médiéval, quel type d’héritage les étudiants de l’université française peuvent-ils tirer de ces textes, entre un usufruit réglé par l’idée de vérité historique et une pleine propriété ouvrant à la fois sur la nouveauté et sur le solipsisme interprétatifs ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gustave Lanson, « L’immortalité littéraire. À propos d’un livre de M. Paul Stapfer », Hommes et Liv (...)

Le critique est un professeur : quand il prend sa retraite, son œuvre est faite, et il n’y a pas de raison pour qu’elle se prolonge après lui. Il a dit à ses contemporains ce qu’il voyait dans les œuvres littéraires et ce qui devait les séduire ou les choquer. Il l’a dit avec le goût et selon les idées de son temps. Mais la génération suivante aura besoin d’autres critiques qui lui parleront son langage, qui répondront à ses préoccupations, qui l’aideront à prendre dans les ouvrages nouveaux le plaisir ou l’instruction qu’il lui faudra1.

  • 2 « 100 écrivains dévoilent les livres de leur vie », Télérama, 19 mars 2009. On peut consulter ce su (...)

1Dans un supplément imprimé à l’occasion du salon du livre 2009, Télérama présentait les dix livres préférés de cent écrivains francophones2. Les œuvres du Moyen Âge occidental s’y résument aux suivantes : La Divine Comédie de Dante citée cinq fois, le Canzoniere de Pétrarque, les Cansos de Raimbaut d’Orange, les « poèmes de Jaufré Rudel », Flamenca, le Breviari d’amor de Matfre Ermengaud, les poèmes et lettres spirituelles de Hadewijch d’Anvers, les Méditations de Guigues Ier le Chartreux, les « romans de la table ronde de Chrétien de Troyes », « le cycle du Graal » et Tristan et Iseut. À côté de Pétrarque et de La Divine Comédie, on dénombre deux troubadours, trois références à la matière arthurienne et quelques lectures faites, semble-t-il, au gré du hasard. Le goût des écrivains francophones semble ainsi offrir un contrepoint à la mode du médiévalisant tant étudiée ces dernières années par les médiévistes, et qui toucherait moins les membres de l’institution littéraire que le public dit « profane ».

  • 3 À propos de l’expression de « texte vieilli », voir le colloque organisé par Michel Zink du 1er au (...)
  • 4 Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Le syndrome d’Alceste », Livres anciens..., op. cit., p. 107-117 ( (...)
  • 5 « 100 écrivains... », Télérama, supplément cité.
  • 6 Michel Zink, « Le bénéfice de l’âge », Livres anciens..., op. cit., p. 7-19 (p. 19).
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid., p. 8.

2Pourquoi les écrivains d’aujourd’hui auraient-ils besoin de lire des textes médiévaux ? Et plus généralement, pourquoi lire les textes vieillis3 ? Ou, comme se le demandait Jacqueline Cerquiglini-Toulet à propos des lecteurs du xvie siècle, comment hériter de ces textes4 ? Le goût de l’ancien n’est pas perçu par les lecteurs comme une nécessité ; un des commentateurs du supplément Télérama n’écrivait-il pas sur Internet : « Intéressant, mais beaucoup de classiques. Posez la même question en demandant des livres de moins de vingt-cinq ans, cela changerait tout »5 ? Les créateurs, comme le grand public, pourraient donc s’adonner à deux types de lecture : le canon littéraire d’une part et d’autre part la production de l’extrême contemporain, marquée par une liberté qui tient peut-être à sa représentation moins importante dans les programmes universitaires. Ces deux types de lectures s’opposeraient comme le font présence et absence, proche et lointain temporels. Cette différenciation est renforcée par un sentiment assez courant que « les formes de la culture et [...] les langues elles-mêmes changent aujourd’hui à une telle vitesse que la fuite des textes vers le passé en est soudain accélérée »6. C’est ainsi que « les œuvres littéraires vieillissent presque à la vitesse d’un journal », et que surtout « les modes mêmes de la lecture et d’une façon générale de l’appréhension du réel et de l’imaginaire se modifient, dans des directions d’ailleurs souvent inattendues, au rythme de la révolution numérique »7. La lecture du texte ancien apparaît souvent comme une difficulté : « L’intérêt et le plaisir que nous y prenons tiennent pour une part au peu de crédit que nous lui faisons a priori, persuadés que nous sommes que nous pourrons tout au plus l’admirer avec froideur, mais qu’il ne nous dira rien »8, écrit encore Michel Zink en se référant au narrateur de la Recherche du temps perdu.

  • 9 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, Paris, Éditions de Minuit, 1980, 112 p.

3Pour le chercheur médiéviste, la question de la nécessité d’une telle lecture ne peut cependant que difficilement se poser : le choix qui l’a porté vers le Moyen Âge l’incite la plupart du temps à croire fermement en l’utilité d’une transmission scolaire et universitaire des lettres médiévales. Or les futurs membres de l’institution littéraire et une partie des lecteurs du grand public se trouvent momentanément face à lui sur les bancs de l’université. Une opération délicate s’avère alors nécessaire, qui consiste à conjuguer dans un enseignement universitaire la culture sociale du « classique », l’héritage méthodologique du xxe siècle, la date de composition au contraire lointaine des textes étudiés et l’aide précieuse (mais perçue également comme dangereuse) que peut constituer la mode médiévalisante actuelle. Comment ajuster entre elles ces données pour ouvrir les œuvres médiévales à un lectorat plus large qu’il ne semble l’être aujourd’hui, et comment utiliser à cette fin le goût du grand public pour la stylisation d’un Moyen Âge résolument infidèle à l’histoire ? L’histoire littéraire, telle qu’elle fut pratiquée à travers les exercices des concours de l’enseignement durant les trois premiers quarts du xxe siècle, a longtemps prévalu à l’université. Visant l’objectivité, cette méthode percevait les textes dans un éloignement presque toujours irréductible. D’autres méthodes ont ensuite pris le contrepied de l’histoire littéraire : sans renoncer aux exercices universitaires traditionnels et en réinvestissant ceux-ci de nouvelles perspectives littéraires, ces méthodes ont cherché à inventer de nouvelles pratiques d’enseignement, telles que l’analyse d’œuvres dites médiévalisantes ou la comparaison de textes modernes avec des œuvres médiévales. Le mélange des époques littéraires implique un changement dans la perception du temps des œuvres vieillies, dont les caractéristiques deviennent comparables à celles du temps présent. On voudrait revenir ici sur l’attitude de l’histoire littéraire face à la temporalité des œuvres, en retraçant les fondements de cette critique à partir d’un ouvrage qui fait encore référence aujourd’hui, Parler du Moyen Âge de Paul Zumthor9. On décrira ensuite certaines des approches chronologiquement alternatives en s’interrogeant sur leurs visées pédagogiques face au temps médiéval et aux lecteurs du xxie siècle.

1. Le droit de l’histoire10

  • 10 Id., « Médiéviste ou pas », Poétique 31, 1977, p. 306-321 (p. 318).
  • 11 R. Howard Bloch, « New Philology and Old French », Speculum 65, 1990, p. 38-58 (p. 39-46).
  • 12 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 38.

4La méthode de l’histoire littéraire, rattachée dès son origine à la discipline historique11, prit pour base méthodologique le temps linéaire tel qu’il apparaît dans la ligne chronologique : l’histoire constituait un terrain d’accord puisque, « en commun avec les autres sciences humaines, [elle] fonctionne aujourd’hui parmi nous à la façon des mythes dans les sociétés traditionnelles »12. La datation et la mise en contexte des œuvres a ainsi valorisé, dès la fin du xixe siècle, une distanciation du critique face à des ouvrages envisagés comme profondément inactuels.

1.1. Distanciation et contextualisation

5L’objectivité que vise l’histoire littéraire, et qui induit une distanciation avec l’objet, permet de comprendre l’identité du Moyen Âge dans sa différence, dans l’écart qui ressort de sa comparaison avec le présent. L’actualité du Moyen Âge constitue un danger potentiel pour Zumthor : celui de

  • 13 Ibid., p. 37.

la facilité trompeuse avec laquelle ce déjà-vu se laisse museler à notre porte, enliser dans nos ressemblances. Or, la (seule ?) chance de survie de nos études réside dans une remise en question de la proximité médiévale ; non pour affirmer ce qui reste, à vue de Sirius, l’évidence, mais afin de fonder un intérêt pour ce déjà-vu en tant que tel13.

  • 14 Hans Robert Jauss, « Littérature médiévale et expérience esthétique. Actualité des Questions de lit (...)
  • 15 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 97 : « dans l’écriture se prononce, à une extrémité (...)
  • 16 Ibid., p. 40.
  • 17 Umberto Eco, Lector in Fabula, trad. Myriem Bouzaher, Paris, Le Livre de Poche, « Biblio essais » n (...)
  • 18 La simulation de pensée que propose Umberto Eco au critique est pleinement éthique : « le critique (...)
  • 19 Voir Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 40.
  • 20 Ibid., p. 71-72, p. 91-92 et p. 100. Nous ne pouvons croire avec Zumthor que dire « qu’il n’y a pas (...)
  • 21 Id., « Médiéviste ou pas », art. cit., p. 311.
  • 22 Raymond Picard, « Racine et la “Nouvelle critique” », Revue des Sciences Humaines 117, janvier-mars (...)
  • 23 Voir par exemple Pierre-Yves Badel, « Pourquoi une poétique médiévale ? », Poétique 18, 1974, p. 24 (...)
  • 24 Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, op. cit., p. 130. Voir aussi Paul Zumthor, Parler du (...)

6L’exemplarité littéraire du Moyen Âge repose donc sur son « altérité »14. La distanciation du critique rend justice à la spécificité poétique et sociale d’un contexte qui ne ressemblera jamais parfaitement au nôtre : le temps écoulé est perçu comme une rupture définitive. C’est cette rupture que cherche à confirmer la théorie de la double historicité du texte15, laquelle s’impose non comme méthode mais comme vérité irrémédiable16. Les anachronies inhérentes à la subjectivité du lecteur ont donc donné naissance, dans la pratique historiciste du xxe siècle, à une théorie intransigeante de l’interprétation. Cette théorie oppose des pratiques de lecture sur une échelle axiologique dont les extrémités ont pu être nommées interprétation et utilisation du texte17. Le texte nécessite une actualisation : pour avoir un sens, il doit entrer en résonance avec l’univers de son lecteur. Il se pourvoit donc nécessairement d’une signification qu’il ne pourrait avoir dans un autre univers de référence. Cependant, c’est le respect envers le geste créateur de l’œuvre, inscrit dans un passé perdu, qui doit dicter la conduite du lecteur. La critique rejoint une éthique historique qui repose essentiellement sur la bonne volonté de ses acteurs18, et il devient nécessaire d’en établir clairement les règles et les interdits19. Le médiéviste devra porter son choix vers le sens historique qui, bien que possiblement ambigu20, est porteur d’une plus grande authenticité que les transpositions dans le monde moderne ; « l’universalité pure, achronique, lui est interdite »21. D’où, chez les spécialistes des textes anciens, une peur récurrente du « n’importe quoi ». La formule, qui était apparue notamment dans le débat entre Picard et Barthes autour de Racine22, reparaît régulièrement au cours des années 197023. Le problème essentiel consiste à trouver un critère permettant d’étiqueter comme telle l’utilisation ou l’interprétation abusive d’une œuvre, le péché de mésusage du texte correspondant à « lui faire dire ce qu’il ne dit pas »24.

  • 25 Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin Mi (...)
  • 26 Umberto Eco, Confessions d’un jeune romancier, trad. François Rosso, Paris, Grasset, 2013, 240 p., (...)

7Du point de vue de l’histoire littéraire, l’anachronisme est perçu à travers la définition de Lucien Febvre qui y voyait « le péché des péchés – le péché entre tous irrémissible »25. Cette faute temporelle peut exister sur le plan factuel : Umberto Eco invalide ainsi comme utilisation du texte une interprétation de Finnegans Wake de Joyce s’appuyant sur des faits survenus ultérieurement au dépôt du manuscrit de Joyce chez son imprimeur26. L’anachronisme peut également intervenir sur un plan théorique, dans la discordance entre date de l’œuvre et date des concepts servant à l’étudier. Une telle ligne de conduite amène Zumthor à rejeter

  • 27 Paul Zumthor, « Médiéviste ou pas », art. cit., p. 317.

telle interprétation psychanalyste des romans de Chrétien de Troyes, analyse présupposant une universalisation de thèmes critiques dont nul n’a montré si, en diachronie et sur une période assez longue, ils fonctionnent comme des archétypes ou comme des fantasmes individuels généralisés dans notre situation de culture27.

  • 28 Ibid., p. 307.
  • 29 Id., Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 80.
  • 30 Ibid., p. 71. Voir aussi les remarques de Zumthor sur les notions de texte et d’écriture qui nécess (...)

8La contextualisation historique ne peut en effet que se méfier de l’universalisation. Zumthor interroge cette démarche à propos de la lecture28 comme de la poétique29 et choisit de renoncer à toute utilisation de concepts forgés ultérieurement à la réalité qu’ils pourraient désigner30.

1.2. Une œuvre vieillie est-elle morte ou vivante ?

  • 31 Patrick Moran, « La poétique et les études médiévales : accords et désaccords », Perspectives Médié (...)
  • 32 Henri Garric, « Révolutionner l’histoire littéraire », art. cit.
  • 33 À ce sujet, voir Lee Patterson, « On the Margin : Postmodernism, Ironic History, and Medieval Studi (...)

9En choisissant l’histoire, le médiévisme est toujours resté handicapé face aux siècles plus récents par le contexte même qu’il cherche à reconstituer : si la littérature moderne « peut se reposer sur le fantasme (bénin) de l’archivage complet », les « médiévistes en revanche sont confrontés à une impossibilité de circonscrire exactement un canon »31 en raison de l’incomplétude de leurs propres archives. Cette difficulté donne l’avantage aux spécialistes de l’« extrême contemporain » qui restent aujourd’hui, selon Henri Garric, « les plus “contextualisants” parmi les spécialistes littéraires, les plus soumis à la logique de l’histoire littéraire »32. Les lacunes documentaires étant assimilées à un manque de réflexivité littéraire des auteurs – l’absence et la perte potentielle se muant en non advenu – le contexte troué du Moyen Âge a permis aux siècles modernes de développer une histoire littéraire dont les textes médiévaux constituent la préhistoire et qui rend la lecture de ces textes d’autant plus superflue33.

  • 34 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 99.

10Pour asseoir sa légitimité et pour définir un domaine qui lui soit propre, l’histoire littéraire médiévale a donc d’abord cherché à différencier son activité de celles du grand public et des créateurs. Le grand public est souvent décrit par sa volonté d’interprétation débridée, qui rejoint l’utilisation du texte (surinterprétation, emphase de certains éléments de la diégèse, utilisation de données qui n’existaient pas lors de l’écriture du texte...). Les créateurs chercheraient à réutiliser les textes à des fins créatives, opération qui nécessite forcément un rapprochement entre des temporalités conçues comme définitivement séparées les unes des autres. Créateurs et grand public sont ainsi caractérisés par leur trop grande proximité avec le texte et par leur volonté de percevoir dans le livre un objet encore vivant, transformable et assimilable. Cependant, pour Zumthor, « la com-préhension à laquelle j’aspire procède d’un désir capable de suspendre l’effet d’altérité », mais le discours sur le Moyen Âge « instaure la mise en scène de l’autre dans notre présent ; il ne recrée pas ce qui est mort »34.

  • 35 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge, éd. Vincent Ferré, Pa (...)
  • 36 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, p. 71-72, p. 91-92 et p. 100.
  • 37  Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », Le Moyen Âge contemporain. Persp (...)
  • 38 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 102. Voir aussi id., « Médiéviste ou pas » art. cit (...)
  • 39 Ibid., p. 103.

11L’histoire littéraire a ainsi tendance à penser les activités de la lecture et de la critique à travers des systèmes oppositifs marqués axiologiquement. Par leur méthode de lecture, les chercheurs s’opposent eux-mêmes au grand public (dont la lecture est souvent qualifiée de « naïve »35). Les anachronismes sont opposés à la vérité historique (qui, renonçant à son univocité36, continue cependant d’incarner un Bien désirable auquel s’oppose la faute du « contretemps »). À travers l’opposition entre interprétation et utilisation du texte, il est aisé de percevoir une volonté de coupure entre interprétation et création, la première étant connotée positivement par le chercheur, la seconde négativement. Nul besoin d’insister longuement sur la fragilité de ces frontières, puisque « le médiéviste “de profession” lui-même a souvent bien du mal à faire la part entre lecture personnelle et lecture studieuse, tant tout processus de lecture [...] est par essence un processus d’invention »37. Au centre de ces travaux réside d’ailleurs une incertitude, qui pousse le médiéviste à inventer « les fables où [il] essaie d’épuiser une nécessité. Tout ce à quoi [l’historien de la littérature] aspire, c’est qu’à la fin, bien après [lui], l’incertitude se résolve, assumée par la nécessité »38. Une telle méthode, en reportant la jouissance des travaux humains à une autre vie, rejoint la morale chrétienne. Le renoncement du critique à toute acquisition prend d’ailleurs chez Zumthor l’allure d’un vœu de pauvreté : « Quoi qu’on fasse, on ne possédera jamais rien »39. Zumthor avait beau en appeler au plaisir du texte, un tel dépouillement de l’intellect n’a rien de très rassurant. L’histoire littéraire s’est ainsi caractérisée par son attitude distanciée à l’égard du médiéval : elle transmet en fait bien souvent aux étudiants un usufruit du texte et non sa pleine possession. Dans le primat historique réside l’idée que le texte se transmet de génération en génération sans que celui-ci puisse faire l’objet d’une altération. Si l’étudiant acquiert la capacité de jouir du texte, c’est seulement à travers un certain nombre de lois qui lui interdisent d’en faire n’importe quoi : d’en disposer comme d’un bien propre, c’est-à-dire de l’exposer une interprétation libre et personnelle, quitte à en trahir le sens et à l’exposer aux aléas d’une diffusion biaisée (activités qui correspondraient à l’endommager, voire le détruire).

1.3. La simplicité des mondes possibles

  • 40 Sur les problèmes de relation théorique entre texte et contexte, voir Gabrielle M. Spiegel, « Histo (...)
  • 41 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 45.
  • 42 Id., « Médiéviste ou pas », art. cit., p. 318.
  • 43 Hans Robert Jauss « Littérature médiévale... », art. cit., p. 335 : « Le sens vécu, que le texte du (...)
  • 44 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 32-35.
  • 45 Voir par exemple Tzvetan Todorov, « Les catégories du récit littéraire », Communications 8, 1966, p (...)
  • 46 Pierre Bayard, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus, Paris, Éditions de Minuit, « Paradoxe » (...)

12Ce renoncement à ressusciter les textes a pu venir du sens restreint que l’histoire littéraire donnait à la notion de contexte40. L’historicisme cherchait à reconstituer, le plus fidèlement possible, l’époque de création des œuvres. Mais s’il est vrai qu’un texte ne peut exister qu’à travers sa lecture et non indépendamment d’elle, la vérité historique réside moins dans l’intention d’auteur au sens strict du terme (notion qui a depuis longtemps montré ses faiblesses) que dans l’esprit des lecteurs contemporains de sa création et de sa diffusion (pour autant que ces dernières aient été temporellement concomitantes). Zumthor « tente de percevoir, dans le texte, un homme [...] comme cause, effet et circuit de toute signification ; et, à travers lui, un existant socialisé »41, car « [s]’il est vrai que le texte n’est pas, de façon primaire, communication, il n’en est pas moins pratique, visant, à travers et par le moyen de son produit, un terme extérieur »42. L’objet de l’historicisme se situerait entre l’œuvre et sa réception, dans le contexte d’une communication passée. Or la double existence temporelle d’un texte lors de la lecture n’est pas sans poser de problème au crédit scientifique des interprétations. Si le temps peut être découpé en tranches totalement hermétiques, il n’en est pas de même pour les sens dans l’activité interprétative de la lecture43. L’atemporalité de la mémoire humaine et de l’expérience subjective du monde que possède le lecteur a été étudiée par les spécialistes de la réception et entérinée par les médiévistes44, malgré les efforts de certains théoriciens pour distinguer un sens émanant purement du texte de la signification qu’y trouverait le lecteur45. Ce que Pierre Bayard appelle « la bibliothèque intérieure »46 du lecteur fonctionne en effet par libre association, en parallèle et indépendamment du temps historique.

13Par réaction contre cette subjectivité anhistorique du lecteur, l’approche historique du fait littéraire a eu tendance à simplifier ce contexte de communication passé. Yves Bonnefoy écrit à propos du vieillissement des textes :

  • 47 Yves Bonnefoy, « Vieillir non vieillir : deux sonnets de Pétrarque », Livres anciens..., op. cit., (...)

Alors qu’à leur époque on pouvait, en lisant ces œuvres, prendre pleinement part à leur expérience, faire corps ou presque avec leurs intuitions, leurs désirs, nous devons, nous lecteurs de plus tard, déchiffrer des textes, d’abord, décider de ce qui en reste ou s’y est perdu47.

  • 48 Au sujet du préjugé de clarté porté sur les lettres médiévales, voir R. Howard Bloch, art. cit., p. (...)

14À un obscurcissement progressif de l’œuvre s’opposent la clarté de sa langue et des relations entre intériorité et extériorité textuelles dans le contexte d’origine48.

  • 49 Patrick Moran, « La poétique... », art. cit.
  • 50 Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, op. cit., p. 214.
  • 51 Ibid., p. 224.
  • 52 Ibid.

15La théorie des mondes possibles d’Umberto Eco s’oppose en partie à cette définition du contexte comme référenciation majoritairement extérieure au texte et comme renvoi au monde réel du lecteur. Comme l’explique Patrick Moran, « Umberto Eco rappelle que la chaîne verbale des textes narratifs n’est qu’un moyen et non une fin, et que le propre du récit est de susciter des mondes possibles »49. Lors de la lecture, le texte cherche à « déclencher une interprétation de la part du Lecteur Modèle. Cette interprétation [...] représente le monde possible dessiné au cours de l’interaction coopérative entre le texte et le Lecteur Modèle »50. Le monde auquel le texte fait référence et qui se construit donc dans l’activité de lecture possède un certain nombre de propriétés mais « n’est pas un état de choses maximal et complet »51 : « les mondes narratifs sont des mondes parasitaires car, si les propriétés alternatives ne sont pas spécifiées, nous donnons pour acquises les propriétés valables dans le monde réel »52. Il est alors envisageable que le lecteur historique d’un texte n’ait jamais possédé certaines propriétés du monde réel que reprenait implicitement le monde possible construit par le livre, et que ces propriétés aient été, pour un nombre variable de lectures, perdues dès l’abord. Ce processus d’invention des données manquantes du réel est illustré par Umberto Eco à partir de la description de la Gascogne et des berges de la Garonne qui occupe les premières pages des Mystères d’Udolphe.

  • 53 Ibid., p. 231.

Le Lecteur Modèle était probablement tenu d’imaginer un environnement typique de l’Europe méridionale avec des vignes et des oliviers, mais il n’est pas certain qu’un lecteur habitant Londres et n’ayant jamais quitté la Grande-Bretagne fût en mesure de concevoir un panorama de ce genre, vert clair et bleu. Peu importe. Le Lecteur Modèle de Radcliffe était invité à faire semblant de savoir tout cela. Le Lecteur Modèle était et est engagé à se comporter comme si les collines françaises lui étaient familières. Le monde qu’il dessine est sans doute différent de celui que Ann Radcliffe avait en tête lorsqu’elle écrivait, mais cela n’a aucune importance. Aux fins de l’histoire, une quelconque conception stéréotypée d’un paysage français peut fonctionner53.

  • 54 Ibid., p. 230.

16Ce n’est sans doute pas seulement par « pur hasard »54 qu’Umberto Eco prend l’ouvrage d’Ann Radcliffe en exemple : ces lignes font curieusement écho à un passage de L’Abbaye de Northanger.

  • 55 Jane Austen, L’Abbaye de Northanger, trad. Pierre Arnaud, dans Œuvres romanesques complètes, éditio (...)

« Je ne regarde jamais cette colline, dit Catherine tandis qu’ils se promenaient le long de la rivière, sans songer au sud de la France.
– Vous êtes allée à l’étranger ? demanda Henry, légèrement surpris.
– Oh ! non, je ne parle que de ce que j’en ai lu. Cette colline me rappelle toujours le pays que traversent Emily et son père dans Les Mystères d’Udolphe »55.

  • 56 Umberto Eco, Confessions d’un jeune romancier, op. cit., p. 54-55.

17Le roman de Jane Austen s’amuse d’une lectrice capable par sa lecture immersive de confondre réel, fiction et imagination, mais il témoigne en même temps de l’existence de tels lecteurs dans la réalité. Si l’on cherche à atteindre la lecture d’un lecteur contemporain de la composition des Mystères d’Udolphe, on doit noter qu’il a pu exister autant de Garonnes et de Gascognes qu’il y eut de lectures contemporaines. Confondre celles-ci avec les rives de la Garonne et la province de Gascogne tels qu’ils existaient dans la réalité du xviiie siècle constitue un geste assez semblable à celui de l’héroïne de Jane Austen, qui parle d’un paysage imaginé comme s’il s’agissait du paysage réel. Identifier uniformément le monde possible de la fiction au monde réel de l’auteur ou du lecteur historique revient à adopter l’attitude de cet homme qui avait écrit à Umberto Eco après avoir consulté tous les journaux du 24 juin 1984 et lui demandait pourquoi le personnage du Pendule de Foucault ne fait pas mention d’un feu qui s’était déclenché, dans la réalité parisienne de cette nuit-là, au coin de la rue Réaumur, alors même que le personnage était censé être passé dans la rue vers la même heure, dans le roman56.

  • 57 « Le plus souvent, nous savons discerner ce qui, dans le domaine du récit, est remploi, allusion, é (...)

18De même, si l’actualisation intertextuelle peut primer dans la littérature médiévale sur l’actualisation réaliste, une telle opération n’engage pas le contexte de référence du lecteur ; tout au plus suppose-t-elle une encyclopédie plus ou moins commune à celle des lecteurs d’une époque57. Le référent ne sera plus cherché dans le réel, mais dans la littérature elle-même, et la facilité de référenciation dépend des connaissances littéraires du lecteur, en-dehors de toute situation temporelle de lecture.

  • 58 Umberto Eco, Confessions d’un jeune romancier, op. cit., p. 55-56.

19Comme le prouvent deux étudiants de l’École des beaux-arts de Paris qui avaient retrouvé un bar décrit au chapitre 115 du Pendule de Foucault alors même que ce bar était sorti de l’imagination de l’auteur, et qui voulaient « transformer le Paris “réel” en un lieu qui existait dans [le] livre »58, réel et fiction ont tendance à se confondre dans l’interprétation des textes et dans la perception du passé littéraire. À bien des égards, le passé qui ne fut pas en lui-même fictif requiert de nous les mêmes efforts que la fiction :

  • 59 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », art. cit., p. 36.

Les vestiges du Moyen Âge – les manuscrits, les sculptures, la configuration des champs, et ainsi de suite – se réfèrent à des mondes passés, des mondes qui existaient mais qui n’existent plus, et qui sont donc des mondes possibles, des mondes hypothétiques que nous devons imaginer à peu près de la même manière que nous imaginons les mondes hypothétiques projetés par une fiction59.

  • 60 Yves Bonnefoy, « Vieillir non vieillir... », art. cit., p. 21.

20Quelle serait alors exactement la valeur d’une lecture médiévale si l’on parvenait à la reconstituer ? Serait-il possible de la généraliser ? Le lecteur n’était-il pas sujet aux mêmes erreurs d’anachronisme et d’universalisme qu’un lecteur d’aujourd’hui, dans la mesure où il n’était pas plus un spécialiste de la lecture que ne le sont aujourd’hui les lecteurs « grand public » ? Même en « faisant corps »60 avec le monde de référence de l’auteur, faisait-il jamais corps avec les référents de l’œuvre ? Ou du moins, faisait-il mieux corps avec l’œuvre que les lecteurs du futur que nous sommes ? On perçoit toute la complexité d’un constituant de l’historicisme qui a souvent été saisi en bloc : l’identité de la lecture idéale, celle à laquelle l’histoire littéraire tente de remonter, n’est ni pleinement sociale, ni véritablement généralisable. Elle est ouverte au manque (manques dans l’encyclopédie des lecteurs de toutes époques, manque de rigueur historique) et constitue moins une activité de référenciation qu’un recours à l’imagination.

2. Proximité et ressemblance

  • 61 On ne reviendra pas ici sur le rôle bien connu que joua la période structuraliste dans la « mort » (...)
  • 62 Ibid.

21La complexification de la notion de contexte littéraire a pu favoriser la promotion de lectures moins distanciées de textes médiévaux61. Si le désir de vérité qui caractérise globalement les sciences humaines est encore très largement partagé dans les études littéraires, les médiévistes ont depuis longtemps reproché à l’historicisme son refus d’universalisme et sa conception extrêmement rigide de l’anachronisme. Le péché d’anachronisme est toujours craint aujourd’hui, moins pour son rapport problématique à l’histoire (on redit aujourd’hui sans cesse à quel point l’histoire est elle-même une construction culturelle62) qu’en raison du danger qu’il représenterait pour les non-initiés. Les lecteurs jeunes ou peu familiers du contexte médiéval, le grand public, les étudiants de licence, seraient enclins naturellement à l’anachronisme par manque de connaissances historiques ; leur fournir un enseignement favorisant lui-même une approche détachée du contexte historique serait un encouragement à plus d’anachronisme et à moins d’exactitude dans la compréhension des textes. Pourtant, l’époque actuelle n’est plus caractérisée par un besoin de distance, mais par un désir de prise en main. Le niveau des lecteurs a progressé au point qu’au-delà d’une interprétation purement sémantique, les étudiants comme le grand public souhaitent pouvoir disposer librement de la dimension littéraire du texte. Le passage de la distanciation historique à la tolérance d’un certain degré d’universalisme dans l’enseignement peut être illustré par l’évolution qu’a connue au cours du xxe siècle l’exercice du commentaire composé.

2.1. Le sens et la forme : les mutations du commentaire composé

  • 63 Richard Trachsler, « Entre Bruodher Ludhuuuige et Fradre Karlo. La littérature française du Moyen Â (...)
  • 64 Ibid., p. 156.
  • 65 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 92 : « Peut-être la mentalité collective de nos con (...)

22Comme l’écrit Richard Trachsler, « l’enseignement de la langue et littérature médiévales dans l’Université française, et ce depuis plus d’un siècle, est largement axé sur les concours qui conduisent à l’enseignement secondaire »63. La stratégie de survie des études littéraires médiévales consiste en un lien généalogique, qui permet de voir dans les textes médiévaux « la racine qui a donné naissance aux Fleurs du Mal et à Madame Bovary. On ne peut séparer la tige et la fleur de cette racine sans détruire la plante »64. Ce lien d’héritage crée une continuité filiale propre à amoindrir la rupture linguistique entre ancien ou moyen français et français classique. Ces deux stratégies, pédagogique et filiale, expliquent que les exercices pratiqués sur les textes médiévaux soient les mêmes que ceux pratiqués sur la littérature des siècles suivants et avec la même terminologie. Les outils du commentaire composé de textes modernes ont ainsi été transposés à la littérature du Moyen Âge. Tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, le commentaire composé de textes médiévaux ne se départit donc pas d’une importante part d’universalisme. Au commentaire purement contextuel a succédé, sous l’influence structuraliste, un exercice qui cherche à rendre cohérentes une interprétation du sens et une interprétation de la forme ou de l’organisation du texte. La forme cherche à guider son lecteur vers le sens de l’œuvre, à en illustrer ou en révéler l’évolution, les principes fondamentaux ou la signification majeure. Cette prédilection pour l’interprétation créerait pour Zumthor un lien entre l’homme contemporain et l’homme médiéval65. La concordance de la forme et du sens n’a cependant pas toujours été une évidence, comme le signale Ugo Dionne :

  • 66 Ugo Dionne, La Voie aux chapitres. Poétique de la disposition romanesque, Paris, Seuil, « Poétique  (...)

La coïncidence des deux systèmes suppose aussi une conception du découpage narratif que peu de romanciers pratiquent [à l’époque classique] : celle d’une segmentation qui révélerait la structure immanente de l’ouvrage, en soulignerait et en exprimerait le dessin, en épouserait les mouvements et les ruptures. La partition et la tomaison du roman, aux xviie et xviiie siècles, répondent le plus souvent à des exigences éditoriales et pragmatiques, qui peuvent à la rigueur reconnaître certains caractères structurels du texte [...] mais qui ne sauraient encore s’y soumettre66.

  • 67 Véronique Sigu, Médiévisme et Lumières. Le Moyen Âge dans la Bibliothèque universelle des romans, O (...)
  • 68 Ibid., p. 157. Pour une interprétation de l’idéologie qui sous-tend thématiquement ces omissions, v (...)

23Si l’époque classique ne pratique pas ce genre de corrélations, elle ne les perçoit pas non plus dans les œuvres médiévales. Les éditions du xviiie siècle ne tiennent pas compte de la structure des romans arthuriens, preuve qu’elles ne considèrent pas cette structure comme signifiante. Dans la Bibliothèque universelle des romans, les extraits consacrés à L’Âtre périlleux et au Conte du Graal présentent tous deux une omission frappante : celle du rapport problématique du chevalier à son nom67. Dans le résumé de L’Âtre périlleux, la rencontre de Gauvain avec les trois jeunes filles lui apprenant sa pseudo-mort est omise et le héros n’a plus besoin de rétablir son nom ; dans le Conte du Graal, il n’est plus fait mention de la cousine de Perceval devant laquelle le héros se souvient de son propre nom. « [U]ne telle omission », écrit Véronique Sigu, « porte atteinte à la logique du texte et l’on peut noter les incohérences de la réécriture. [...] [C]es éléments qui ont pourtant leur importance dans la structure du récit sont largement élagués dans les deux extraits »68.

  • 69 Voir par exemple R. Howard Bloch, art. cit., p. 46-47 et Lee Patterson, art. cit.
  • 70 Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes face au médiéval », Perspectives médié (...)

24On a souvent rapproché le Moyen Âge des xxe et xxie siècles par opposition aux siècles classiques69 : les productions médiévales révèleraient « des procédés d’écriture qui, par delà les siècles classiques et leurs diverses normalisations (de la langue, des formes littéraires...), se découvrent proches des recherches formelles de la “modernité” »70. Les deux époques partageraient une absence de poétique prescriptive : le nombre très faible de témoignages réflexifs sur la littérature au Moyen Âge et l’absence d’ouvrages poétiques fondamentaux semblables à ce que fut L’Art poétique pour les siècles classiques seraient les signes d’une liberté de construction littéraire semblable à celle que nous connaissons aujourd’hui. Les médiévaux auraient conçu pour chaque œuvre une poétique propre, valable uniquement pour un ou quelques ouvrages. Revient au lecteur de retrouver, inscrite dans le texte, la ligne interprétative de l’œuvre, et ce sont les principes de composition propres à chaque œuvre que le commentaire composé chercherait à mettre au jour. À l’inverse, la poétique prescriptive des siècles classiques expliquerait le fait que cette époque ait très peu fait usage des structures signifiantes et les ait très peu perçues lors de la lecture et de la réécriture.

  • 71 Nous empruntons cette expression au recueil d’articles d’Éric Hicks, La Troublante Proximité des ch (...)

25L’évolution des principes du commentaire composé a ainsi participé à l’introduction d’une approche littéraire favorisant la proximité entre époques médiévale et contemporaine. Ce n’est plus la distance esthétique du Moyen Âge qui définit son altérité : l’universalité de certains de ses principes permet de la percevoir dans « l’étrange proximité des choses lointaines »71, comme à la fois semblable et dissemblable au présent – quelle que soit celle de ces deux composantes que chaque médiéviste décide de favoriser dans ses études.

2.2. Essor et discrédit de la distanciation

  • 72 Gustave Lanson, « L’immortalité littéraire... », art. cit., p. 309.
  • 73 Alicia Montoya, « L’Académie des Inscriptions entre érudition et imaginaire littéraire, ou de la co (...)

26L’opposition entre histoire et anachronisme, contextualisation et universalisme, distanciation et proximité des chercheurs avec leur objet, n’est pas nouvelle. Elle semble constituer dans l’histoire une manifestation de ce besoin dont parlait Lanson : la nécessité propre à chaque génération de trouver « d’autres critiques qui lui parleront son langage, qui répondront à ses préoccupations »72. La même opposition était apparue à l’époque où se formait une critique médiéviste institutionnelle au sein de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Alicia Montoya a montré que le mouvement précieux, jusqu’au début du xviiie siècle, « s’inscrit massivement, de façon implicite ou explicite, dans le sillage d’une tradition médiévale »73. Se développe alors une littérature liée au Moyen Âge, construite sur la sensation de proximité des lecteurs avec la matière et le monde médiévaux.

  • 74 Ibid., p. 346.

Cette perception mondaine et galante du Moyen Âge [...] n’est pas purement fantaisiste ou dénuée de fondements. Elle cherche au contraire, de façon plus ou moins consciente, à s’inscrire dans une continuité et à perpétuer des traditions anciennes, dans un esprit sophistiqué de badinage littéraire. C’est précisément cette composante sérieuse, qui s’appuie sur une connaissance réelle des traditions médiévales, qui amène ce discours mondain à être ressenti comme une menace pour des académiciens soucieux de se tailler un domaine d’investigations propre74.

  • 75 Ibid., p. 248.
  • 76 Ibid., p. 352-354.

27Les membres de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, lorsqu’ils commencent à s’intéresser aux textes médiévaux, cherchent à « se distinguer de leurs confrères – et peut-être plus encore de leurs “consoeurs” – non érudits » en se rattachant au camp des philosophes : « Nicolas Fréret, le secrétaire perpétuel de l’Académie, déclare en 1729 que les académiciens se distinguent par “l’esprit méthodique que l’étude des sciences exactes a remis à la mode dans notre siècle” »75. « À l’appréciation du Moyen Âge, les érudits de l’Académie des Inscriptions opposent une véritable critique de cette époque [...]. Le Moyen Âge est défini par sa distance et son inaccessibilité, non plus par sa proximité affective avec le siècle présent »76.

  • 77 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », art. cit., p. 40.
  • 78 Patrick Moran, « La poétique... », art. cit.
  • 79 Paul Zumthor, Médiéviste ou pas, art. cit., p. 315-316.

28On trouve en quelque sorte un écho inverse à cette posture dans les reproches formulés depuis trente ans contre l’historicisme. Le contrôle exercé sur l’imagination par la recherche scientifique d’une vérité historique a été critiqué dans la mesure où il limite « la capacité de ces efforts d’imagination à nous montrer de nouvelles potentialités du présent et de nouveaux modes d’être-au-monde, à nous aider à vivre mieux et plus habilement »77. Le reproche réside donc dans une condamnation de l’actualisation des textes, qui a tendance à figer ceux-ci, à les laisser pour morts dans une société qui pourrait en tirer profit. D’où le retour nécessaire de catégories universelles dans l’étude des textes. Patrick Moran retrouve ce pouvoir d’universalisation dans la poétique, qui s’intéresse « autant aux textes possibles qu’aux textes existants. Faire de la poétique médiévale, c’est considérer que la littérature médiévale n’est pas morte, qu’elle n’est pas scellée, qu’elle n’a pas produit tout ce qu’elle pouvait produire »78. Pour que les textes médiévaux soient livrés en pleine propriété à leurs lecteurs, en tant qu’objets vivants et capables de subir des manipulations intellectuelles libres, il faut réintroduire l’idée d’une « “littérature” en général » que rejetait Zumthor79. Une universalité de la nature littéraire permet de promouvoir le texte dans le présent, avec ses lacunes et ses pertes, comme un objet qui reste positif et complet :

  • 80 Patrick Moran, « La poétique... », art. cit.

les textes littéraires échappent au temps pour la simple raison qu’ils continuent d’exister dans le présent, non au titre de témoignages ou d’archives, mais en conservant l’essentiel de leurs attributs. Ce caractère foncièrement synchronique du fait littéraire [...] impose un degré de décontextualisation : certes le lecteur moderne ne peut lire des textes anciens comme le faisaient les lecteurs de l’époque, mais ce qui a été perdu dans la transmission n’est pas l’essentiel80.

  • 81 Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », art. cit., p. 5.
  • 82 Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes... », § 16.

29Le texte médiéval, compris comme littéraire « avec tous les ajustements critiques requis », laisserait ainsi apparaître « un projet qui affiche toujours sa spécificité et fait valoir une complexité – formelle, esthétique, herméneutique – qui est encore lisible dans les textes tels qu’ils nous sont transmis »81. Le salut du texte médiéval ne réside plus, comme l’écrivait Zumthor, dans sa différence et la distanciation du critique, mais dans un rapprochement qui est celui du « réveil », de l’abandon du « fantôme d’une restitution pure »82. Le passé à jamais perdu a glissé du côté de la mort et la proximité est désormais seule porteuse de vie. Contrairement à la distanciation, la proximité laisse en effet toujours la possibilité au lecteur de considérer les affinités entre époques comme les signes de ressemblances ou de dissemblances profondes.

2.3. Le passé sans histoire83

  • 83 Gil Bartholeyns, « Le passé sans histoire. Vers une anthropologie culturelle du temps », Médiévalis (...)
  • 84 Michel Zink, « Le bénéfice de l’âge », art. cit., p. 19.
  • 85 Henri Garric, « Révolutionner l’histoire littéraire », art. cit.

30Chaque génération a ses objets littéraires propres et, pour citer Michel Zink, les modes de la lecture et de l’appréhension du réel et de l’imaginaire ont pu prendre, ces dernières décennies, des directions « souvent inattendues »84. Le Moyen Âge s’est répandu dans des modes d’existence fictionnelle beaucoup plus récents que la littérature (le cinéma, mais aussi le jeu de rôle, les jeux vidéo) qui impliquent de reconsidérer la notion même d’histoire. Dans une grande mesure, l’historicisme n’était pas préparé et ne s’était pas préparé à ces nouvelles approches de la fiction puisqu’il identifiait son objet d’étude comme appartenant nécessairement au passé85. Toute relecture moderne du Moyen Âge, la plupart du temps fondamentalement infidèle à l’histoire, serait alors l’affaire des contemporanéistes et non des médiévistes.

  • 86 Sur la notion de trace et de rémanence, voir Michèle Gally, « Rémanences », La Trace médiévale..., (...)
  • 87 Sur ce terme, voir notamment Vincent Ferré, « Introduction (1). Médiévalisme et théorie : pourquoi (...)

31En effet, comment traiter sur le plan de l’histoire ces utilisations du médiéval dans lesquels le Moyen Âge ne figure la plupart du temps qu’à l’état de trace86 ? Cette utilisation, qualifiée régulièrement de « médiévalisme »87, impliquerait en fait

  • 88 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », art. cit., p. 41.

une réaction anhistorique aux objets véritablement médiévaux qui ne les caractérise pas comme anciens ou étranges, mais comme congruents avec certains aspects de la vie moderne. Les concepts intermédiaires du médiévalisme sont stylistiques, plutôt qu’historiques. Le médiévalisme ne reconnaît pas un objet comme « médiéval » à cause de son origine matérielle en Europe entre les années 500 et 1500, mais en raison de son « style médiéval »88.

  • 89 Ibid., p. 42.
  • 90 Ibid.
  • 91 Gil Bartholeyns, « Le passé sans histoire... », art. cit., p. 48-49.
  • 92 Ibid., p. 58.
  • 93 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 103.

32Alors que les concepts historicistes « sont basés ultimement sur des notions de causalité matérielle », les concepts « populaires » seraient « basés ultimement sur des notions de ressemblance esthétique »89. Le passé, constituant moins un temps historique qu’un possible du présent, est ranimé « en en intégrant des éléments dans le monde actuel », « par un processus de confusion historique plutôt que de distinction historique, par la participation plutôt que par la réflexion »90. Un « rapport au passé purement visuel, d’ambiance » ou les « possibilités de récits et de mondes fictionnels qu’offre tout contexte non contemporain »91 seraient à l’origine de la rémanence du Moyen Âge dans nombre de contextes actuels : le passé y serait « présent sans historicité » comme « pourvoyeur d’univers non historiques »92. Le plaisir de la lecture que Zumthor entendait associer à la connaissance historique93 se comprend désormais à travers une émancipation de l’imagination. Non plus condamnée intrinsèquement, l’imagination correspond à une utilisation récurrente de la matière historique et à une volonté d’élargir la compréhension du monde au-delà de la pure rationalité.

  • 94 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », art. cit., p. 40.

Ainsi, alors que les chances de produire des représentations imaginaires solipsistes et donc improductives de mondes passés augmentent au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’influence de la science professionnelle, il en va de même de la liberté d’imaginer « n’importe quoi » et donc de la possibilité de découvrir des potentialités radicalement nouvelles du présent et de radicalement nouveaux modes d’être-au-monde94.

33Si toute imagination n’est pas forcément productive, il n’en demeure pas moins que le droit à dire « n’importe quoi » est soudain réaffirmé comme porteur de nouveauté – même si, sur l’échelle allant du fantôme de la restitution pure au n’importe quoi, les chercheurs ont privilégié des approches médianes, capables d’intégrer une dose d’universalisme et d’anachronisme sans pour autant aller jusqu’au contresens historique. Anachronisme et universalisation restent souvent deux outils d’affinement de l’histoire : le contemporain permet de redonner au texte vieilli une forme active de vie tout en conservant à ce dernier sa spécificité temporelle. Quelle serait alors la pleine propriété d’un texte, et dans quelle mesure constituerait-elle un danger pour l’avenir de ce texte ? Telle est la question que se posent aujourd’hui les universitaires partisans d’un assouplissement de l’histoire et qui cherchent à différencier possession libre et trahison des œuvres.

2.4. Hodologies alternatives

  • 95 Harald Weinrich, « L’histoire littéraire... », art. cit., p. 329-341.

34La multiplication des travaux liés au médiévalisme cherche ainsi des cheminements alternatifs dans le temps littéraire, des hodologies différentes de la simple chronologie, telles que proposait de les appeler Harald Weinrich95.

35Une première solution consiste à promouvoir une universalisation des concepts et des outils de travail et correspond à l’anachronisme que dénonçait Zumthor dans l’analyse psychanalytique des romans de Chrétien de Troyes. L’idée que le concept ne peut exister sans le terme qui le désigne est neutralisée par un emploi résolument achronique de ces termes, sous prétexte de redonner vie aux œuvres :

  • 96 Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », art. cit., p. 6.

On pose ainsi toujours aux textes des questions qu’ils ne se posent pas, dans des catégories théoriques, avec des méthodes critiques et à travers des prismes idéologiques qui ne sont pas les leurs, sous peine d’ignorer en quoi ils sont, ou ne sont plus, audibles pour nous – autrement dit au risque de ne pas les lire96.

  • 97 Ibid., p. 8. On pourra consulter les articles de Catherine Croizy-Naquet, de Mireille Desmaules et (...)
  • 98 Harald Weinrich, « L’histoire littéraire... » art. cit., p. 336.

36Le numéro de la revue Littérature consacré au « Moyen Âge contemporain » cherchait ainsi à illustrer le « va-et-vient, où les textes médiévaux sont appréhendés à partir de concepts et de méthodes critiques contemporains », les œuvres médiévales clarifiant en retour la notion de « contemporain » « grâce aux décentrements qu’[elles] impriment à ses paradigmes fétiches »97. Parce qu’elle part du contemporain pour aller vers le passé, une telle démarche se rapproche de l’optique rétrochronologique décrite par Harald Weinrich : la diachronie, prise à contre-courant, empêche notamment de penser l’histoire littéraire selon une perspective téléologique98.

  • 99 Ces études, désormais très nombreuses et qui font l’objet de colloques indépendants, sont également (...)

37Une autre solution consiste à étudier les productions contemporaines qui intègrent des éléments médiévaux ou qui font signe vers le Moyen Âge. Ce type d’études tend à constituer un domaine de recherche propre en raison de son approche synchronique. Le médiéval y est souvent étudié comme rémanence, comme style, et non dans son historicité99.

  • 100 En plus des nombreuses comparaisons entre le Moyen Âge la fantasy ou les adaptations cinématographi (...)
  • 101 Bien que minoritaire, cette méthode est exploitée par Laurent Flieder pour comparer en-dehors de to (...)

38D’autres études cherchent à comparer des textes de périodes différentes, et rétablissent ainsi une approche diachronique du fait littéraire. On peut distinguer deux cas de figure : la comparaison entre œuvre médiévale et œuvre médiévalisante, et celle entre œuvre médiévale et œuvre sans lien avec le Moyen Âge. Dans le premier cas, la comparaison est d’abord justifiée par la ressemblance thématique100 ; dans le second, elle s’opère directement dans le domaine esthétique101. Dans les deux cas, elle peut aboutir sur des ressemblances structurelles :

  • 102 Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes... », art. cit., § 34-35. Voir aussi N (...)

Lorsque l’on songe aux jeux vidéo [...], les médiévistes sont eux aussi susceptibles d’y retrouver l’écho surprenant de modes d’engendrement de la narration médiévale que les auteurs de ces fictions [...] ignorent en grande partie : importance de la topique et des schèmes narratifs récurrents, répétitions de situations et de personnages, absence de psychologie, construction structuraliste du récit, entrelacement des parcours héroïques, modalités de l’aventure et de la quête, poursuite d’un mystère jamais atteint ni élucidé, impossible clôture du récit... [...] C’est donc moins vers les retrouvailles avec des figures médiévales (Merlin ou Tristan) et la reconnaissance d’imitations et d’emprunts qu’il faut aller que vers la compréhension des mécanismes de fabrication de la fiction et par eux de la constitution des « mondes possibles » ou « virtuels », objet de théories actuelles102.

  • 103 Sophie Rabau, « Deux raisons de ne plus actualiser et cinq brèves propositions pour ne plus actuali (...)
  • 104 Pierre Bayard, Le Plagiat par anticipation, Paris, Éditions de Minuit, « Paradoxe », 2009, 160 p. À (...)
  • 105 Jorge Luis Borges, « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », Fictions, Paris, Gallimard, « Folio » n° (...)

39Démarche plus radicale, certains chercheurs ont appelé à renoncer à la dimension historique des textes anciens103, ou bien à déplacer chronologiquement les œuvres en les recontextualisant dans un passé différent du leur, à la façon du Plagiat par anticipation de Pierre Bayard104 ou du « Pierre Ménard, auteur du Quichotte »105.

  • 106 À propos de la théorie des textes possibles, née en grande partie de l’œuvre critique de Michel Cha (...)

40On voit ainsi se déplacer peu à peu la frontière entre critique universitaire et création : de la comparaison de textes d’époques différentes où l’imagination remplace dans son rôle le fait historique, on passe à une lecture inventive où le déplacement historique du texte engendre sa recréation. Plus loin encore dans la création se situent les travaux critiques consacrés aux textes possibles106. Face expérimentale de la poétique telle que la pratiquaient formalistes et structuralistes, la pratique du texte possible annule définitivement le temps en transposant la littérature du monde réel aux mondes possibles :

  • 107 Arnaud Welfringer, « La théorie littéraire est-elle anachronique ? », art. cit. : http://www.fabula (...)

l’achronie, c’est le lieu propre de la théorie littéraire, comme le signale Sophie Rabau [...]. Pour reprendre les mots de celle-ci, la poétique postule l’« universalité transhistorique de certaines catégories ». Le poéticien affirme que ses catégories sont déduites a priori, et non pas induites a posteriori ; il entend de là circonscrire l’ensemble des possibles littéraires, qu’ils aient été actualisés ou non dans l’Histoire107.

  • 108 Sondage réalisé pour le site monbestseller.com ; notons que 76 % de ces écrivains ne souhaitent pas (...)
  • 109 Sophie Rabau, « Deux raisons de ne plus actualiser... », art. cit. : http://www.fabula.org/atelier. (...)

41Le développement de l’édition numérique, le retard que connaît la diffusion des cursus d’écriture créative à l’université française, le rapprochement subséquent entre recherche universitaire et création littéraire, le nombre croissant de Français s’étant déjà adonnés à l’écriture (ils constituaient selon un sondage Ifop 17 % de la population en 2013, soit plus de onze millions d’individus108), associés à l’influence des fictions philologiques de toutes sortes109, peuvent entre autres expliquer que la notion de texte ait considérablement gagné en virtualité dans sa définition et son usage universitaire. Le texte n’a plus besoin d’être rédigé pour exister : il suffit souvent de le rendre présent par la description pour qu’il puisse appartenir à la catégorie des œuvres littéraires. C’est avec cette notion virtualisée que travaille la théorie des textes possibles : pratique mi-critique et mi-créative, les textes possibles constituent un effort pour penser le geste de création littéraire au-delà du texte mais, contrairement au formaliste, à partir de textes existants.

42Toutes ces expérimentations critiques s’appuient sur une perception de l’histoire et du temps qui favorise le détour ou la rétrogradation sur la progression et la distanciation. Le chercheur semble définitivement renoncer à s’effacer derrière son objet pour rendre mieux justice à un texte qui ressortira rajeuni de l’opération.

2.5. Comparaison et enseignement

43Ces tentatives nombreuses ont été faites en recherche et dans les derniers degrés de l’enseignement universitaire : elles apparaissent plus souvent dans les séminaires de master que dans les programmes de licence. Pourtant, pour Michèle Gally, l’enseignement constitue un lieu particulièrement adapté pour réveiller les textes à travers un discours contemporain :

  • 110 Michèle Gally, « Comparer pour définir ? Le comparatisme, enjeu de définition du littéraire », Mode (...)

la parole professorale [...] doit participer à ce réveil, cette résurrection. Elle le peut parce qu’elle est précisément le lieu d’un temps impur, des temps hétérogènes du savoir, des mises en relation multiples, de la correction des lectures passées à la lumière d’interprétations nouvelles. Elle est le lieu positif d’un bricolage savant. Infini110.

  • 111 Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amst (...)

44S’il « existe déjà une soif d’actualisation parmi les jeunes praticiens de la littérature », le danger représenté par la pratique de l’anachronisme excessif pourrait se résoudre grâce à « une assise théorique ferme » permettant de donner à l’actualisation « la conscience de sa puissance propre ainsi que de ses limites »111. En d’autres termes, si le champ universitaire s’est défini par rapport au grand public grâce à une restriction imposée en termes interprétatifs (on ne peut pas dire « n’importe quoi »), ouvrir ce champ à une conception plus souple des rapports temporels dans le texte ancien ne signifiera jamais donner la possibilité aux étudiants de dire n’importe quoi en toute impunité.

  • 112 Michèle Gally, « Comparer pour définir ?... », art. cit.
  • 113 Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », art. cit., p. 7.
  • 114 Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes face au médiéval », § 40.
  • 115 Ibid., § 35.
  • 116 Ibid., § 44.

45En ce sens, la comparaison de textes médiévaux avec des textes plus récents ou plus anciens, sans lien thématique avec le Moyen Âge, pourrait rendre visible dans leur proximité l’identité propre aux uns et aux autres : « “l’interprétant inadéquat” comme l’appelle Georges Didi-Huberman pour l’histoire de l’art, a parfois une fonction capitale, même transitoire, une fonction heuristique pour comprendre et surtout goûter les œuvres du passé »112. Le travail de comparaison transhistorique, ce « va-et-vient entre présent et passé que recommandait Marc Bloch » pourrait être « la seule manière de saisir en quoi la littérature médiévale nous importe aujourd’hui sans dissoudre son altérité dans notre contemporanéité »113. Pour Michèle Gally et Vincent Ferré, ces « effets de superposition entre l’ancien et le contemporain interrogent le rapport que nous entretenons, dans notre travail de chercheur, à la mémoire, au temps, à l’anachronisme, à la conscience de notre propre situation idéologique et historique »114. Cependant, la comparaison permet également d’ouvrir l’étude littéraire à la création. En s’interrogeant sur « la compréhension des mécanismes de fabrication de la fiction et par eux de la constitution des “mondes possibles” »115, en se demandant comme le texte est fait et se fait, l’étude comparée permet de neutraliser momentanément le problème de la temporalité. À l’enseignant de choisir quand réintroduire la donnée historique en complétant le comment avec le pourquoi, en cherchant dans le contexte historique, social ou esthétique des justifications à la construction des œuvres. Par la coprésence des textes hors de toute direction temporelle, la comparaison fonctionne à double sens, et on peut même imaginer que ce « serait alors la littérature médiévale en elle-même qui deviendrait un outil théorique pour penser l’invention poétique et fictionnelle la plus contemporaine »116.

  • 117 Voir par exemple les principaux auteurs qui s’expriment ou qui sont étudiés dans La Trace médiévale (...)
  • 118 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 82.

46L’enseignement universitaire ramène toujours le chercheur – le critique, comme l’appelait Lanson – à la nature éphémère de son discours. Longtemps, le Moyen Âge s’est justifié par un âge qui lui permettait de rejoindre la catégorie protectrice des classiques. Son enseignement, dirigé vers les concours, l’identifiait à un savoir académique, à une perpétuelle retransmission scolaire. Le cheminement de la littérature médiévale de l’université au secondaire et du secondaire à l’université a longtemps rendu l’appropriation des textes superflue, l’institution médiéviste s’identifiant largement à un travail de description distanciée propre à mettre en évidence un éloignement, une étrangeté. L’actualisation et l’identification des ressemblances relevaient du domaine privé et du grand public. En France, la mode du Moyen Âge a surtout touché dans les trois premiers quarts du xxe siècle un public cultivé (si l’on fait exception du Tristan et Iseut de Bédier) et a participé à la composition d’œuvres de la modernité, éloignées de la littérature dite « grand public »117. Le contexte est aujourd’hui tout différent : la mode médiévalisante, quel que soit son degré de fidélité envers la vérité qui nous reste du Moyen Âge, constitue peut-être une chance de donner à l’enseignement universitaire des lettres médiévales une autre visée. En cherchant à atteindre le grand public, l’université pourrait offrir à de nouveaux lecteurs la pleine propriété de leurs lectures médiévales ; non le simple usufruit d’un objet circonscrit par des normes de lecture, mais un texte modulable, adaptable, utilisable jusqu’au « n’importe quoi ». Si l’université peut difficilement renoncer à son rôle formateur, qui suppose l’apprentissage et la transmission de règles et d’interdictions, elle peut néanmoins laisser plus de liberté à ses lecteurs quant à leur appréhension du temps. « Certes », disait Zumthor à la façon de Lanson, « la manière dont la critique d’aujourd’hui aborde et traite telle ou telle problématique n’est pas, absolument et comme telle, meilleure que celle des critiques d’hier. Mais elle est fondamentalement liée à nos modes de penser et de sentir dans ce qu’ils ont d’immédiatement vécu, et donc elle est meilleure relativement »118. Au-delà du problème que posent les abus de lecture, amoindrir les contraintes historiques permet de laisser à chacun une liberté que réclame notre époque, celle de pouvoir choisir entre l’actualité et l’altérité de la littérature médiévale, entre sa familiarité et son étrangeté.

Haut de page

Bibliographie

« 100 écrivains dévoilent les livres de leur vie », Télérama, 19 mars 2009 : http://www.telerama.fr/livre/100-ecrivains-francais-devoilent-leurs-10-livres-preferes,40786.php.

Jane Austen, Œuvres romanesques complètes, édition publiée sous la direction de Pierre Goubert, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade » n° 469, 2000, t. I, 1014 p.

Jane Austen, Northanger Abbey, éd. Barbara M. Benedict et Deirdre Le Faye, Cambridge, Cambridge /New York, University Press, 2006, 354 p.

Pierre-Yves Badel, « Pourquoi une poétique médiévale ? », Poétique 18, 1974, p. 246-264.

Roland Barthes, Critique et Vérité, Paris, Seuil, 1966, 82 p.

Gil Bartholeyns, « Le passé sans histoire. Vers une anthropologie culturelle du temps », Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge, éd. Vincent Ferré, Paris, L’Harmattan, 2010, 204 p., p. 47-60.

Pierre Bayard, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus, Paris, Éditions de Minuit, « Paradoxe », 2007, 170 p.

Id., Le Plagiat par anticipation, Paris, Éditions de Minuit, « Paradoxe », 2009, 160 p.

R. Howard Bloch, « New Philology and Old French », Speculum 65, 1990, p. 38-58.

Yves Bonnefoy, « Vieillir non vieillir : deux sonnets de Pétrarque », Livres anciens, lectures vivantes, éd. Michel Zink, Paris, Odile Jacob, 2010, 352 p., p. 21-36.

Jorge Luis Borges, « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », Fictions, Paris, Gallimard, « Folio » n° 614, 1974, 192 p., p. 41-52.

Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Le syndrome d’Alceste », Livres anciens, lectures vivantes, éd. Michel Zink, Paris, Odile Jacob, 2010, 352 p., p. 107-117.

Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, 364 p.

Ugo Dionne, La Voie aux chapitres. Poétique de la disposition romanesque, Paris, Seuil, « Poétique », 2008, 608 p.

Umberto Eco, Lector in Fabula, trad. Myriem Bouzaher, Paris, Le Livre de Poche, « Biblio essais » n° 4098, 1985, 320 p.

Id., Les Limites de l’interprétation, trad. Myriem Bouzaher, Paris, Le Livre de Poche, « Biblio essais » n° 4192, 1992, 414 p.

Id., Confessions d’un jeune romancier, trad. François Rosso, Paris, Grasset, 2013, 240 p.

Marc Escola, « Petit organon pour une théorie des textes possibles », Séminaire Anachronies – textes anciens et théories modernes, Séance 8 (01 juin 2012) : Textes anciens – textes possibles. Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?Petit_organon_pour_une_theorie_des_textes_possibles.

Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1942.

Vincent Ferré, « Introduction (1). Médiévalisme et théorie : pourquoi maintenant ? », Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge, éd. Vincent Ferré, Paris, L’Harmattan, 2010, 204 p., p. 7-25.

Frédérique Fleck, « Anachroni(sm)e : mise au point sur les notions d’anachronisme et d’anachronie », Séminaire Anachronies – textes anciens et théories modernes, Séance 1, 07 octobre 2007, Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?Anachronisme_et_anachronie.

Laurent Flieder, « Petite chronique d’une rhétorique anachronique », La Trace médiévale et les écrivains d’aujourd’hui, éd. Michèle Gally, Paris, Presses Universitaires de France, « Perspectives littéraires », 2000, 258 p., p. 71-90.

Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes face au médiéval », Perspectives médiévales [en ligne], 35|2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 31 mai 2014, § 6. URL : http://peme.revues.org/5761 ; DOI : 10.4000/peme.5761.

Michèle Gally, « Rémanences », La Trace médiévale et les écrivains d’aujourd’hui, éd. Michèle Gally, Paris, Presses Universitaires de France, « Perspectives littéraires », 2000, 258 p., p. 1-11.

Ead., « Comparer pour définir ? Le comparatisme, enjeu de définition du littéraire », Modernités médiévales : http://modernitesmedievales.org/articles/GallyComparer.htm.

Henri Garric, « Révolutionner l’histoire littéraire », Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?R%26eacute%3Bvolutionner_l%27histoire_litt%26eacute%3Braire_par_Henri_Garric.

Éric Hicks, La Troublante Proximité des choses lointaines, Genève, Slatkine Érudition, 2004.

Denis Hüe, Rémanences. Mémoire de la forme dans la littérature médiévale, Paris, Champion, « Essais sur le Moyen Âge » 45, 2010, 324 p.

Hans Robert Jauss, « Littérature médiévale et expérience esthétique. Actualité des Questions de littérature de Robert Guiette », Poétique 31, 1977, p. 322-336.

Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », Le Moyen Âge contemporain. Perspectives critiques, Littérature 148, décembre 2007, p. 3-9.

Gustave Lanson, « L’immortalité littéraire. À propos d’un livre de M. Paul Stapfer », Hommes et Livres. Études morales et littéraires, Paris, Lecène, Oudin et Cie, 1895, XVIII+364 p., p. 295-315.

Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire», Le Genre humain 27, Seuil, 1993, p. 23-39.

Livres anciens, lectures vivantes, éd. Michel Zink, Paris, Odile Jacob, 2010, 352 p.

Lire les textes médiévaux aujourd’hui : historicité, actualisation et hypertextualité, éd. Patricia Victorin, Paris, Champion, 2011, 274 p.

Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge, éd. Vincent Ferré, Paris, L’Harmattan, 2010, 204 p.

Modernités médiévales : http://modernitesmedievales.org

Alicia Montoya, « L’Académie des Inscriptions entre érudition et imaginaire littéraire, ou de la construction d’un discours savant sur le Moyen Âge », Accès aux textes médiévaux de la fin du Moyen Âge au xviiie siècle, éd. Michèle Guéret-Laferté et Claudine Poulouin, Paris, Champion, 2012, p. 333-354.

Patrick Moran, « La poétique et les études médiévales : accords et désaccords », Perspectives Médiévales [En ligne], 35|2014, § 37, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 02 juin 2014. URL : http://peme.revues.org/4439 ; DOI : 10.4000/peme.4439.

Le Moyen Âge contemporain. Perspectives critiques, Littérature 148, décembre 2007, 128 p.

Lee Patterson, « On the Margin: Postmodernism, Ironic History, and Medieval Studies », Speculum 65, 1990, p. 87-108.

Raymond Picard, « Racine et la “Nouvelle critique” », Revue des Sciences Humaines 117, janvier-mars 1965, p. 29-49.

Sophie Rabau, « Deux raisons de ne plus actualiser et cinq brèves propositions pour ne plus actualiser », Séminaire « Anachronies – textes anciens et théories modernes » (2011-2012). Sixième séance (9 mars 2012) : Actualiser ? Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?Ne_plus_actualiser.

Earl Jeffrey Richards, « Lire les fabliaux aujourd’hui », Lire les textes médiévaux aujourd’hui : historicité, actualisation et hypertextualité, éd. Patricia Victorin, Paris, Champion, 2011, 274 p., p. 131-148.

Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge, éd. Vincent Ferré, Paris, L’Harmattan, 2010, 204 p., p. 35-45.

Pierre Savy, « De l’usage de l’anachronisme en histoire médiévale », Ménestrel, 12-13 novembre 2013 : http://www.menestrel.fr/spip.php?article3499

Véronique Sigu, Médiévisme et Lumières. Le Moyen Âge dans la Bibliothèque universelle des romans, Oxford, Voltaire Foundation, 2013, 278 p.

Gabrielle M. Spiegel, « History, Historicism, and the Social Logic of the Text in the Middle Ages », Speculum 65, 1990, p. 59-86.

Tzvetan Todorov, « Les catégories du récit littéraire », Communications 8, 1966, p. 125-151.

La Trace médiévale et les écrivains d’aujourd’hui, éd. Michèle Gally, Paris, Presses Universitaires de France, « Perspectives littéraires », 2000, 258 p.

Richard Trachsler, « Fatalement mouvantes. Quelques observations sur les œuvres dites “cycliques” », Mouvances et Jointures. Du manuscrit au texte médiéval, Orléans, Paradigme, « Medievalia » n° 55, 2005, 336 p., p. 135-149.

Id., « Entre Bruodher Ludhuuuige et Fradre Karlo. La littérature française du Moyen Âge des deux côtés du Rhin », Lire les textes médiévaux aujourd’hui : historicité, actualisation et hypertextualité, éd. Patricia Victorin, Paris, Champion, 2011, 274 p., p. 153-164

Karin Ueltschi, « Doublets savants, doublets populaires. La médiévistique entre auto-référence et transdisciplinarité », Lire les textes médiévaux aujourd’hui : historicité, actualisation et hypertextualité, éd. Patricia Victorin, Paris, Champion, 2011, 274 p., p. 179-191.

Harald Weinrich, « L’histoire littéraire : faut-il la commencer par le commencement ? », Livres anciens, lectures vivantes, éd. Michel Zink, Paris, Odile Jacob, 2010, 352 p., p. 329-341.

Arnaud Welfringer, « La théorie littéraire est-elle anachronique ? Anachronie de l’historien, achronie du poéticien », séminaire Anachronie, Séance 1 (07 octobre 2011) : A(na)chroni(sm)e. Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?La_theorie_litteraire_est-elle_anachronique.

Michel Zink, « Le bénéfice de l’âge », Livres anciens, lectures vivantes, éd. Michel Zink, Paris, Odile Jacob, 2010, 352 p., p. 7-19.

Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, Paris, Éditions de Minuit, 1980, 112 p.

Id., « Médiéviste ou pas », Poétique 31, 1977, p. 306-321.

Haut de page

Notes

1 Gustave Lanson, « L’immortalité littéraire. À propos d’un livre de M. Paul Stapfer », Hommes et Livres. Études morales et littéraires, Paris, Lecène, Oudin et Cie, 1895, XVIII+364 p., p. 295-315 (p. 308-309).

2 « 100 écrivains dévoilent les livres de leur vie », Télérama, 19 mars 2009. On peut consulter ce supplément sur le site de Télérama : http://www.telerama.fr/livre/100-ecrivains-francais-devoilent-leurs-10-livres-preferes,40786.php.

3 À propos de l’expression de « texte vieilli », voir le colloque organisé par Michel Zink du 1er au 3 avril 2009, « Lire un texte vieilli, du Moyen Âge à nos jours », publié sous le titre de Livres anciens, lectures vivantes, éd. Michel Zink, Paris, Odile Jacob, 2010, 352 p.

4 Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Le syndrome d’Alceste », Livres anciens..., op. cit., p. 107-117 (p. 114-115).

5 « 100 écrivains... », Télérama, supplément cité.

6 Michel Zink, « Le bénéfice de l’âge », Livres anciens..., op. cit., p. 7-19 (p. 19).

7 Ibid.

8 Ibid., p. 8.

9 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, Paris, Éditions de Minuit, 1980, 112 p.

10 Id., « Médiéviste ou pas », Poétique 31, 1977, p. 306-321 (p. 318).

11 R. Howard Bloch, « New Philology and Old French », Speculum 65, 1990, p. 38-58 (p. 39-46).

12 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 38.

13 Ibid., p. 37.

14 Hans Robert Jauss, « Littérature médiévale et expérience esthétique. Actualité des Questions de littérature de Robert Guiette », Poétique 31, 1977, p. 322-336 (p. 323) : « L’“altérité” de la littérature du Moyen Âge, c’est l’expérience réfléchie de la distance et de la qualité historique de cette époque si singulièrement et si exemplairement isolée au point de vue politique et social aussi bien que culturel [...]. Si l’on délivre la littérature du Moyen Âge des illusions de la continuité, [...] alors apparaissent des caractères particuliers, posant à la réflexion herméneutique des problèmes qui passent l’horizon théorique des tenants des vieilles méthodes historico-philologiques ainsi que celui des nouvelles méthodes structuralistes ».

15 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 97 : « dans l’écriture se prononce, à une extrémité de cette chaîne, un discours dont j’ignore l’intentionnalité et ne puis saisir que partiellement les déterminations ; à l’autre extrémité, le mien, chargé de ce que je suis, conformément au langage que l’on m’a fait ».

16 Ibid., p. 40.

17 Umberto Eco, Lector in Fabula, trad. Myriem Bouzaher, Paris, Le Livre de Poche, « Biblio essais » n° 4098, 1985, 320 p., p. 73-75 ; id., Les Limites de l’interprétation, trad. Myriem Bouzaher, Paris, Le Livre de Poche, « Biblio essais » n° 4192, 1992, 414 p., p. 39-40.

18 La simulation de pensée que propose Umberto Eco au critique est pleinement éthique : « le critique doit pouvoir dire : “[...] n’oublie pas que l’auteur, qui a travaillé dur pour construire cette immense machine à produire des interprétations, a aussi cherché à t’indiquer des parcours de lecture. Il ne s’est pas contenté de recopier l’annuaire téléphonique [...] mais il a disposé avec une perspicacité réfléchie chaque calembour, chaque croisement d’allusions, et son texte requiert aussi cet acte de respect. Le texte exige que, après t’être servi de lui à ta guise, tu dises quand tu l’as utilisé et quand tu l’as interprété” ». Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, op. cit., p. 129.

19 Voir Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 40.

20 Ibid., p. 71-72, p. 91-92 et p. 100. Nous ne pouvons croire avec Zumthor que dire « qu’il n’y a pas de vérité » signifie la même chose que de dire que « la vérité n’est pas une » (p. 100).

21 Id., « Médiéviste ou pas », art. cit., p. 311.

22 Raymond Picard, « Racine et la “Nouvelle critique” », Revue des Sciences Humaines 117, janvier-mars 1965, p. 29-49 (p. 43-44) et Roland Barthes, Critique et vérité, Paris, Seuil, 1966, 82 p., p. 64-65.

23 Voir par exemple Pierre-Yves Badel, « Pourquoi une poétique médiévale ? », Poétique 18, 1974, p. 246-264 (p. 248) : « Pour entendre le texte, le lecteur doit le comprendre selon soi ; mais, inversement, pour le comprendre, il faut l’entendre selon lui ; car le texte ne veut pas dire n’importe quoi ».

24 Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, op. cit., p. 130. Voir aussi Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 41.

25 Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1942, p. 15. Henri Garric oppose l’anachronie à l’achronie dans la mesure où « la question de l’anachronie maintient le postulat, et le primat, d’une historicité, d’une chronologie, d’une conception linéaire du temps, à l’aune de laquelle l’anachronie peut être identifiée comme telle ». « Révolutionner l’histoire littéraire », Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?R%26eacute%3Bvolutionner_l%27histoire_litt%26eacute%3Braire_par_Henri_Garric. Sur les définitions d’anachronisme, d’anachronie et d’achronie, voir en particulier Arnaud Welfringer, « La théorie littéraire est-elle anachronique ? Anachronie de l’historien, achronie du poéticien », séminaire Anachronie, Séance 1 (07 octobre 2011) : A(na)chroni(sm)e. Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?La_theorie_litteraire_est-elle_anachronique et Frédérique Fleck, « Anachroni(sm)e : mise au point sur les notions d’anachronisme et d’anachronie », Séminaire Anachronies – textes anciens et théories modernes, Séance 1, 07 octobre 2007, Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?Anachronisme_et_anachronie.

26 Umberto Eco, Confessions d’un jeune romancier, trad. François Rosso, Paris, Grasset, 2013, 240 p., p. 47-49.

27 Paul Zumthor, « Médiéviste ou pas », art. cit., p. 317.

28 Ibid., p. 307.

29 Id., Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 80.

30 Ibid., p. 71. Voir aussi les remarques de Zumthor sur les notions de texte et d’écriture qui nécessiteraient une adaptation historique au contexte médiéval, ibid., p. 83-86. Cette tendance a pu prendre en histoire des proportions très importantes, comme le rappelle Pierre Savy : « la question s’est même déplacée vers le vocabulaire : par crainte de commettre un anachronisme, d’aucuns préfèrent employer des termes latins, parlant par exemple des tria regna mérovingiens ou employant la notion de potestas pour approcher une réalité médiévale jugée essentiellement intraduisible ». Pierre Savy, « De l’usage de l’anachronisme en histoire médiévale », Ménestrel, 12-13 novembre 2013 : http://www.menestrel.fr/spip.php?article3499.

31 Patrick Moran, « La poétique et les études médiévales : accords et désaccords », Perspectives Médiévales [En ligne], 35|2014, § 37, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 02 juin 2014. URL : http://peme.revues.org/4439 ; DOI : 10.4000/peme.4439.

32 Henri Garric, « Révolutionner l’histoire littéraire », art. cit.

33 À ce sujet, voir Lee Patterson, « On the Margin : Postmodernism, Ironic History, and Medieval Studies », Speculum 65, 1990, p. 87-108 (p. 91-101) et R. Howard Bloch, art. cit., p. 42-44. Parmi les multiples exemples que l’on pourrait citer, voir également ce que dit Harald Weinrich de l’Histoire de la littérature française à rebours de Denis Huisman et Pierre Brunel. Harald Weinrich, « L’histoire littéraire : faut-il la commencer par le commencement ? », Livres anciens..., op. cit., p. 329-341 (p. 335-337).

34 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 99.

35 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge, éd. Vincent Ferré, Paris, L’Harmattan, 2010, 204 p., p. 35-45 (p. 41). Les médiévistes assurent ainsi le transfert de ce qualificatif de la littérature médiévale vers sa lecture par un public non spécialiste (au sujet du qualificatif « naïf » appliqué à la littérature médiévale, voir Lee Patterson, art. cit., p. 94 et R. Howard Bloch, art. cit., p. 42-43).

36 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, p. 71-72, p. 91-92 et p. 100.

37  Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », Le Moyen Âge contemporain. Perspectives critiques, Littérature 148, décembre 2007, p. 3-9 (p. 8).

38 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 102. Voir aussi id., « Médiéviste ou pas » art. cit., p. 321.

39 Ibid., p. 103.

40 Sur les problèmes de relation théorique entre texte et contexte, voir Gabrielle M. Spiegel, « History, Historicism, and the Social Logic of the Text in the Middle Ages », Speculum 65, 1990, p. 59-86.

41 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 45.

42 Id., « Médiéviste ou pas », art. cit., p. 318.

43 Hans Robert Jauss « Littérature médiévale... », art. cit., p. 335 : « Le sens vécu, que le texte du passé implique pour son premier lecteur, n’est pas un objet que l’on puisse appréhender selon la règle cartésienne, sans rien y mettre de nous-mêmes que ce qui se peut appliquer indistinctement à tous les objets ».

44 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 32-35.

45 Voir par exemple Tzvetan Todorov, « Les catégories du récit littéraire », Communications 8, 1966, p. 125-151, en particulier p. 125-126.

46 Pierre Bayard, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus, Paris, Éditions de Minuit, « Paradoxe », 2007, 170 p., p. 74.

47 Yves Bonnefoy, « Vieillir non vieillir : deux sonnets de Pétrarque », Livres anciens..., op. cit., p. 21-36 (p. 21).

48 Au sujet du préjugé de clarté porté sur les lettres médiévales, voir R. Howard Bloch, art. cit., p. 45-47. Cette clarté de la référenciation du texte médiéval est liée à un autre préjugé, qui considère la littérature du Moyen Âge comme incapable de mensonge : ibid., p. 44.

49 Patrick Moran, « La poétique... », art. cit.

50 Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, op. cit., p. 214.

51 Ibid., p. 224.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 231.

54 Ibid., p. 230.

55 Jane Austen, L’Abbaye de Northanger, trad. Pierre Arnaud, dans Œuvres romanesques complètes, édition publiée sous la direction de Pierre Goubert, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade » n° 469, 2000, vol. I, 1014 p., p. 1-219 (chapitre XIV p. 89). Jane Austen, Northanger Abbey, éd. Barbara M. Benedict et Deirdre Le Faye, Cambridge, Cambridge /New York, University Press, 2006, 354 p., p. 107 : « “I never look at it”, said Catherine, as they walked along the side of the river,“without thinking of the south of France.” “You have been abroad, then ?” said Henry, a little surprized. “Oh ! no, I only mean what I have read about. It always puts me in mind of the country that Emily and her father travelled through, in the “Mysteries of Udolpho” ».

56 Umberto Eco, Confessions d’un jeune romancier, op. cit., p. 54-55.

57 « Le plus souvent, nous savons discerner ce qui, dans le domaine du récit, est remploi, allusion, écho : Gauvain n’apparaît pas vierge dans l’espace du roman que je lis ; il l’était moins encore pour le lecteur ou l’auditeur du xiiie siècle, conditionné par toute une histoire synthétique dont la subversion même sera un avatar : le Gauvain dépossédé de son nom dans l’Âtre périlleux est plus encore exemplaire de Gauvain après ses mésaventures », écrit Denis Hüe dans Rémanences. Mémoire de la forme dans la littérature médiévale, Paris, Champion, « Essais sur le Moyen Âge » 45, 2010, 324 p., p. 16.

58 Umberto Eco, Confessions d’un jeune romancier, op. cit., p. 55-56.

59 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », art. cit., p. 36.

60 Yves Bonnefoy, « Vieillir non vieillir... », art. cit., p. 21.

61 On ne reviendra pas ici sur le rôle bien connu que joua la période structuraliste dans la « mort » de l’auteur et des études purement contextualisantes. À propos de la perception de la littérature médiévale par les disciples de Saussure jusqu’à la déconstruction, on pourra consulter Gabrielle M. Spiegel, art. cit.

62 Ibid.

63 Richard Trachsler, « Entre Bruodher Ludhuuuige et Fradre Karlo. La littérature française du Moyen Âge des deux côtés du Rhin », Lire les textes médiévaux aujourd’hui : historicité, actualisation et hypertextualité, éd. Patricia Victorin, Paris, Champion, 2011, 274 p., p. 153-164 (p. 156-157).

64 Ibid., p. 156.

65 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 92 : « Peut-être la mentalité collective de nos contemporains [...] revient-elle [...] à une attitude d’esprit comparable à celle du Moyen Âge : la conviction profonde que toute chose, toute vie, toute histoire, fait ou du moins aspire à faire sens. D’où un incoercible besoin d’interprétation ».

66 Ugo Dionne, La Voie aux chapitres. Poétique de la disposition romanesque, Paris, Seuil, « Poétique », 2008, 608 p., p. 107.

67 Véronique Sigu, Médiévisme et Lumières. Le Moyen Âge dans la Bibliothèque universelle des romans, Oxford, Voltaire Foundation, 2013, 278 p., p. 157-158.

68 Ibid., p. 157. Pour une interprétation de l’idéologie qui sous-tend thématiquement ces omissions, voir p. 182-183.

69 Voir par exemple R. Howard Bloch, art. cit., p. 46-47 et Lee Patterson, art. cit.

70 Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes face au médiéval », Perspectives médiévales [en ligne], 35|2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 31 mai 2014, § 6. URL : http://peme.revues.org/5761 ; DOI : 10.4000/peme.5761.

71 Nous empruntons cette expression au recueil d’articles d’Éric Hicks, La Troublante Proximité des choses lointaines, Genève, Slatkine Érudition, 2004.

72 Gustave Lanson, « L’immortalité littéraire... », art. cit., p. 309.

73 Alicia Montoya, « L’Académie des Inscriptions entre érudition et imaginaire littéraire, ou de la construction d’un discours savant sur le Moyen Âge », Accès aux textes médiévaux de la fin du Moyen Âge au xviiie siècle, éd. Michèle Guéret-Laferté et Claudine Poulouin, Paris, Champion, 2012, p. 333-354 (p. 339).

74 Ibid., p. 346.

75 Ibid., p. 248.

76 Ibid., p. 352-354.

77 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », art. cit., p. 40.

78 Patrick Moran, « La poétique... », art. cit.

79 Paul Zumthor, Médiéviste ou pas, art. cit., p. 315-316.

80 Patrick Moran, « La poétique... », art. cit.

81 Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », art. cit., p. 5.

82 Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes... », § 16.

83 Gil Bartholeyns, « Le passé sans histoire. Vers une anthropologie culturelle du temps », Médiévalisme..., op. cit., p. 47-60.

84 Michel Zink, « Le bénéfice de l’âge », art. cit., p. 19.

85 Henri Garric, « Révolutionner l’histoire littéraire », art. cit.

86 Sur la notion de trace et de rémanence, voir Michèle Gally, « Rémanences », La Trace médiévale..., op. cit., p. 1-11.

87 Sur ce terme, voir notamment Vincent Ferré, « Introduction (1). Médiévalisme et théorie : pourquoi maintenant ? », Médiévalisme..., op. cit., p. 7-25.

88 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », art. cit., p. 41.

89 Ibid., p. 42.

90 Ibid.

91 Gil Bartholeyns, « Le passé sans histoire... », art. cit., p. 48-49.

92 Ibid., p. 58.

93 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 103.

94 Jeff Rider, « L’utilité du Moyen Âge », art. cit., p. 40.

95 Harald Weinrich, « L’histoire littéraire... », art. cit., p. 329-341.

96 Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », art. cit., p. 6.

97 Ibid., p. 8. On pourra consulter les articles de Catherine Croizy-Naquet, de Mireille Desmaules et de Jean-Jacques Vincensini, respectivement p. 28-43, p. 44-58 et p. 59-76, qui confrontent les textes médiévaux à l’historiographie, l’anthropologie et la psychanalyse. On pourra également se reporter à la catégorie des « Cours et séminaires » sur le site de Modernités médiévales : http://modernitesmedievales.org/courseminaires.htm. Au-delà du Moyen Âge, certaines communications du séminaire Anachronies – textes anciens et modernes ont réfléchi à cette question, et notamment la séance consacrée à « Nos mots et les leur » : Séance 3 (25 novembre 2011). Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?Anachronies-Nos_mots_et_les_leurs. La nécessité d’un réemploi anachronique des outils méthodologiques et des concepts contemporains avait déjà été soulignée par Nicole Loraux dans son « Éloge de l’anachronisme en histoire », Le Genre humain 27, Seuil, 1993, p. 23-39.

98 Harald Weinrich, « L’histoire littéraire... » art. cit., p. 336.

99 Ces études, désormais très nombreuses et qui font l’objet de colloques indépendants, sont également bien représentées dans les articles mis en ligne sur le site de Modernités médiévales : http://modernitesmedievales.org/articles/articles.htm.

100 En plus des nombreuses comparaisons entre le Moyen Âge la fantasy ou les adaptations cinématographiques et télévisuelles qui font par exemple l’objet de contributions dans Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge, op. cit., on peut citer les travaux de Michèle Gally sur les adaptations modernes du théâtre médiéval dans ce même volume et dans Le Moyen Âge contemporain, op. cit.

101 Bien que minoritaire, cette méthode est exploitée par Laurent Flieder pour comparer en-dehors de toute relation d’influence la poésie des Grands Rhétoriqueurs avec la poésie français du xxe siècle : « Petite chronique d’une rhétorique anachronique », La Trace médiévale..., op. cit., p. 71-90. Earl Jeffrey Richards utilise des romans contemporains comme comparants dans « Lire les fabliaux aujourd’hui », Lire les textes médiévaux aujourd’hui..., op. cit., p. 131-148. Voir aussi la mise en rapport de la variance des cycles médiévaux avec Harry Potter dans Richard Trachsler, « Fatalement mouvantes. Quelques observations sur les œuvres dites “cycliques” », Mouvances et Jointures. Du manuscrit au texte médiéval, Orléans, Paradigme, « Medievalia » n° 55, 2005, 336 p., p. 135-149.

102 Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes... », art. cit., § 34-35. Voir aussi Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », art. cit., p. 9.

103 Sophie Rabau, « Deux raisons de ne plus actualiser et cinq brèves propositions pour ne plus actualiser », Séminaire « Anachronies – textes anciens et théories modernes » (2011-2012). Sixième séance (9 mars 2012) : Actualiser ? Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?Ne_plus_actualiser.

104 Pierre Bayard, Le Plagiat par anticipation, Paris, Éditions de Minuit, « Paradoxe », 2009, 160 p. À ce propos, voir Henri Garric, « Révolutionner l’histoire littéraire », art. cit. Les publications sur la littérature du Moyen Âge suivant cette méthode sont sans aucun doute les plus rares. On pourrait citer Karin Ueltschi, « Doublets savants, doublets populaires. La médiévistique entre auto-référence et transdisciplinarité », Lire les textes médiévaux aujourd’hui..., op. cit., p. 179-191 qui, bien que travaillant dans la perspective des mythes qui font l’objet d’analyses toujours plus universalistes que les textes, propose de comprendre certaines figures médiévales à travers un « comparatisme à rebours » (p. 186-187).

105 Jorge Luis Borges, « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », Fictions, Paris, Gallimard, « Folio » n° 614, 1974, 192 p., p. 41-52.

106 À propos de la théorie des textes possibles, née en grande partie de l’œuvre critique de Michel Charles, on pourra consulter la bibliographie disponible sur Fabula, qui reprend et complète celle établie par Marc Escola pour le volume Crin (Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française, n° 57, Amsterdam, Rodopi, printemps 2012) : Marc Escola, « Petit organon pour une théorie des textes possibles », Séminaire Anachronies – textes anciens et théories modernes, Séance 8 (01 juin 2012) : Textes anciens – textes possibles. Fabula, Atelier de théorie littéraire : http://www.fabula.org/atelier.php?Petit_organon_pour_une_theorie_des_textes_possibles.

107 Arnaud Welfringer, « La théorie littéraire est-elle anachronique ? », art. cit. : http://www.fabula.org/atelier.php?La_theorie_litteraire_est-elle_anachronique.

108 Sondage réalisé pour le site monbestseller.com ; notons que 76 % de ces écrivains ne souhaitent pas publier leur œuvre et que moins d’un sur dix l’a déjà envoyée à un éditeur. En mars 2006, un sondage du Figaro littéraire réalisé par l’Ifop indiquait que 6 % des Français âgés de quinze ans et plus affirmaient avoir déjà écrit un manuscrit en vue de le publier. L’enquête ne prenait en compte que les romans, les nouvelles ou les poèmes, à l’exclusion par exemple des mémoires.

109 Sophie Rabau, « Deux raisons de ne plus actualiser... », art. cit. : http://www.fabula.org/atelier.php?Ne_plus_actualiser

110 Michèle Gally, « Comparer pour définir ? Le comparatisme, enjeu de définition du littéraire », Modernités médiévales : http://modernitesmedievales.org/articles/GallyComparer.htm.

111 Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, 364 p., p. 27.

112 Michèle Gally, « Comparer pour définir ?... », art. cit.

113 Nathalie Koble et Mireille Séguy, « L’audace d’être médiéviste », art. cit., p. 7.

114 Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes face au médiéval », § 40.

115 Ibid., § 35.

116 Ibid., § 44.

117 Voir par exemple les principaux auteurs qui s’expriment ou qui sont étudiés dans La Trace médiévale et les écrivains d’aujourd’hui, hormis Bédier et Tolkien.

118 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, op. cit., p. 82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Delale, « La transmission universitaire des textes médiévaux : pleine propriété ou usufruit d’un héritage ? Imaginaires critiques du proche et du lointain », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/7454 ; DOI : 10.4000/peme.7454

Haut de page

Auteur

Sarah Delale

Université Paris IV-Sorbonne / EA 4349

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page