Navigation – Plan du site
Études & travaux
Témoignages

Exposer les lettres médiévales à la Bibliothèque nationale de France

Marie-Hélène Tesnière

Résumé

La transmission du patrimoine littéraire médiévale passe aussi par les expositions et la réflexion sur les pratiques muséographiques qui les accompagnent. Cet article fait le point sur les principes qui ont guidé la construction des cinq grandes dernières expositions consacrée au manuscrits médiévaux de la Bnf. Donner à voir, à entendre et à comprendre, tels étaient les principaux objectifs de ces manifestations qui ont mis à l’honneur le patrimoine littéraire et manuscrit du Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

1Cultiver les lettres médiévales c’est pour la Bibliothèque nationale de France exposer les grands textes littéraires du Moyen-Âge. De cinquante à cent manuscrits, une mer de feuillets de parchemin pour faire connaître, comprendre, aimer la littérature médiévale à un public le plus large possible, quelle gageure ! C’est pourtant ce que la BnF a tenté de réaliser au travers des cinq expositions médiévales qu’elle a organisées sur ses trois sites parisiens pendant les dix dernières années :

  • « Bestiaire médiéval », site François Mitterrand, 11 octobre 2005 au 8 janvier 2006,

  • « Trésors carolingiens », site Richelieu, Galerie Mazarine, 10 mars au 24 juin 2007,

  • « La Légende du roi Arthur », site François Mitterrand, 20 octobre 2009 au 24 janvier 2010,

  • « L’Art d’aimer au Moyen Âge : le Roman de la rose », Bibliothèque de l’Arsenal, 6 novembre 2012 au 17 février 2013,

  • « Les Miniatures flamandes, 1404-1482 », site Tolbiac, 6 mars au 10 juin 2013.

  • 1 Manuscrits enluminés des anciens Pays-Bas méridionaux, t. I Manuscrits de Louis de Bruges, par Ilon (...)
  • 2 Bestiaire du Moyen-Âge : les animaux dans les manuscrits, [exposition, Troyes, Médiathèque de l’agg (...)

2La programmation de ces expositions répondait à des objectifs différents. Pour le « Roman de la rose » et pour les « Miniatures flamandes » il s’agissait de « fêter », d’une part l’achèvement de la numérisation des manuscrits du Roman de la rose conservés à la BnF dans le cadre du projet romandelarose.org (http://romandelarose.org) initié par l’université Johns Hopkins de Baltimore, de l’autre la parution du premier tome des Manuscrits enluminés d’origine flamande1 ; dans les deux cas l’exposition était prévue et conçue comme une introduction pédagogique. Les expositions du Bestiaire médiéval et de la Légende du roi Arthur prenaient en revanche la suite de deux expositions en province, sur le même thème, à la Médiathèque de l’Agglomération troyenne pour la première, et à Rennes pour la seconde : leur succès ouvrit la voie aux expositions de la BnF2.

Donner à voir

3Donner à voir, c’est faire comprendre une œuvre à travers l’objet matériel qui la porte, c’est-à-dire la plupart du temps à travers son illustration. La démarche est différente suivant que l’exposition privilégie une thématique artistique – c’est-à-dire que les manuscrits sont présentés par centre de production ou par atelier –, ou qu’elle propose une présentation iconographique c’est-à-dire qu’elle met en valeur le contenu narratif des œuvres.

4Dans le cas de l’exposition des « Trésors carolingiens » les œuvres étaient organisées suivant les grands centres de production de manuscrits (École du Palais, abbayes de Corbie, Metz, Saint-Amand, Saint-Denis, Tours, archevêché de Reims). L’abrégé de Trogue Pompée par Justin (Latin 4950) et le célèbre manuscrit de l’Histoire des fils de Louis le Pieux par Nithard (Latin 9768) se trouvaient ainsi exposés parmi les productions de l’abbaye de Corbie, tandis que les Comédies de Térence (Latin 7899) et la Psychomachie de Prudence (Latin 8085) étaient classés dans les ateliers rémois. Les œuvres étaient là moins pour leur contenu que pour suggérer l’intensité de vie intellectuelle dans les grands centres carolingiens, particulièrement autour des œuvres majeures de l’Antiquité classique.

5C’est de manière similaire à travers le prisme d’une galerie d’enlumineurs (Simon Marmion, Roger Van der Weyden, Guillaume Vrelant, Jean Le Tavernier, Loyset Liédet, etc.), que l’exposition parisienne des « Miniatures flamandes » organisait son propos. Une première partie présentait les œuvres littéraires, historiques ou les traductions dans leur dimension politique, comme reflet de l’ambition du prince, les somptueuses scènes de dédicace magnifiant son rôle de mécène lettré, disposant d’une importante bibliothèque. Jean Wauquelin et Jean Miélot étaient présentés comme familiers du duc, plus que comme auteurs. Mais tout passionné de la littérature bourguignonne médiévale pouvait aisément rapprocher les deux Vies de sainte Catherine de Jean Miélot (Français 6449 et NAF 28650, récemment acquis), son manuscrit de la Vie et des Miracles de Notre-Dame (Français 9199) ou son Miroir de Salvation humaine (Français 6273), pour ne citer que cet exemple.

6La présentation iconographique d’œuvres littéraires n’est pourtant pas aussi aisée que l’on pourrait l’imaginer ; elle suppose un certain nombre de contraintes. La première est celle du manuscrit lui-même que l’on ne peut présenter ouvert qu’à une seule page : le choix porte alors soit sur une peinture frontispice significative du contenu de l’œuvre ou d’une de ses directions de lecture, soit sur un épisode du cycle iconographique, choisi comme représentatif. Dans les deux cas, la lisibilité visuelle doit être préférée à la qualité artistique. Ainsi l’exposition du Roman de la rose s’organisait-elle aisément en trois temps : 1) un ensemble de peintures frontispices sélectionnés comme représentatives de différentes lignes de lecture de l’œuvre, 2) une narration en images du Roman de la rose, avec cette difficulté que la partie de Jean de Meun est notablement moins illustrée, et de manière plus savante que celle de Guillaume de Lorris, 3) une présentation d’œuvres en lien avec le Roman de la rose et de pages illustrées entrant en correspondance avec celles du Roman de la rose : la Fontaine de Fortune du Livre du cœur d’Amour épris (Français 24399, f. 15) en relation avec la Fontaine de Narcisse ; la roue de Fortune de Renart le Nouvel (Français 1581, f. 57) en relation avec celle de Jean de Meun.

7La seconde contrainte est celle de la typologie des œuvres et de l’adéquation de leur illustration à la narration et à la démarche littéraire. Dans le « Bestiaire médiéval », deux sous-parties de l’exposition évoquaient, à côté des représentations des animaux, les textes, bestiaires et encyclopédies d’une part, contes, fables et moralités de l’autre. Les Fables de Marie de France (Arsenal 3142), celles contenues dans le Miroir historial (NAF 15939) ou encore les épisodes du Renart le nouvel (Français 25566), se lisaient aisément visuellement. En revanche seul parmi les bestiaires et les encyclopédies, le Bestiaire d’amour mis en rimes (Français 1951) racontait en images les histoires du Physiologus, et encore ne rendait-il pas compte de la démarche rhétorique de l’auteur. Mais comment donner à voir dans une exposition le charme plein d’ironie de la pseudo-science d’un Richard de Fournival !

8La troisième contrainte, délicate à respecter, est celle de la cohérence visuelle des vitrines. Il est parfois difficile de faire coïncider une narration linéaire avec la diversité chronologique et artistique des manuscrits. Tel était le cas pour le Roman de la rose où respecter l’ordre des « épisodes » du poème obligeait à placer côte à côte des manuscrits allant du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle, sans aucune unité de mise en page ni d’élaboration artistique et mettant en scènes différents états de réception du texte – certains manuscrits étant l’œuvre d’enlumineurs de talent pour un public de cour (Français 1560), d’autres d ’artistes plus modestes, parfois des copistes eux-mêmes, pour un public savant (Français 12592).

9Un certain nombre d’illustrations, qui sont la marque du scénographe, accompagnent les expositions sur des panneaux ou des kakemono ; leur fonction n’est toutefois pas uniquement décorative, elles sont là pour guider le visiteur, en lui signalant les pièces « incontournables » de l’exposition. Parfois ce sont des personnages mêmes de l’œuvre qui figurent sur les murs, comme les allégories négatives et positives du Roman de la rose, placés en quelque sorte en introduction de l’exposition, qui avaient pour but de la rendre plus vivante, mais aussi d’utiliser une pièce des salons de l’Arsenal peu adaptée à une présentation de manuscrits

10La première des illustrations d’une exposition, c’est bien évidemment son affiche. Représentative du contenu de l’exposition, directement lisible, porteuse d’une force de conviction, elle doit « conquérir », attirer au premier coup d’œil le visiteur potentiel. Que de débats pour choisir une affiche ! Pour le Bestiaire médiéval, la « présence » de la Bête de l’Apocalypse extraite d’une Somme le roi de la fin du XIIIe siècle (Français 938, f. 8v) l’avait fait préférer à la licorne d’un Livre des simples de médecine du début du XVIe siècle (Français 12322, f. 188) sans doute trop convenue. Pour le Roman de la rose, après avoir hésité entre une fontaine de Narcisse (Français 12595, f. 13) ou une des figures allégoriques positives du Roman (Franchise, Français 1567,f. 10v), le choix s’est finalement porté sur une enluminure qui ne provenait pas d’un Roman de la rose, mais pouvait évoquer, en illustrant à la fois l’amour courtois et de l’amour des lettres, les deux parties du Roman de la rose, celle de Guillaume de Lorris et celle de Jean de Meun : il s’agissait de Léonce dans un manuscrit des Cleres et nobles femmes de Boccace, jeune savante amoureuse, à qui Jean de Montreuil compara Christine de Pizan (Français 598, f. 92v).

Donner à entendre

  • 3 D’après l’édition et la traduction proposées par Armand Strubel dans la collection « les Lettres go (...)
  • 4 Cote NUMAV- 622775, à consulter en salle P. Michel Zink, « L’art d’aimer au Moyen Âge et le Roman d (...)

11Dans une exposition, les œuvres littéraires sont muettes. Les mises en page des manuscrits font tout au plus percevoir s’il s’agit de prose ou de vers. L’accompagnement multimédia permet de combler ce manque, au moyen d’écouteurs installés auprès des vitrines, ou d’ordinateurs, diffusant quelques passages traduits. Pour le Roman de la rose, la BnF organisa dans les salons de la Bibliothèque de l’Arsenal le 1er octobre 2012, en avant-première de l’exposition une séance de lectures préparées et commentées par Andrea Valentini et lues par Denis Podalydès ; on peut aujourd’hui encore l’écouter sur le site des conférences en ligne de la BnF. On a cherché dans le catalogue de l’exposition à pallier cette lacune, en accompagnant chaque fois que c’était possible les illustrations de courts extraits du Roman de la rose en langue originale et en traduction3. Rien ne remplace toutefois la parole de maîtres : ils étaient présents en vidéo dans l’exposition, évoquant différents aspects de l’œuvre, sa dimension courtoise pour Michel Zink, professeur au collège de France, son caractère facétieux pour Armand Strubel, professeur de littératures médiévales à l’Université de Montpellier : ces conférences sont disponibles sur le site de l’exposition virtuelle (http://expositions.bnf.fr/​aimer) ou sur celui des conférences en ligne de la BnF (http://www.bnf.fr/​fr/​evenements_et_culture/​conferences_en_ligne.html). Une exposition n’appelle pas obligatoirement un colloque de spécialistes ; elle peut toutefois être l’occasion de présenter à des étudiants ou à un public cultivé les conclusions de recherches récentes : tel était l’objectif de la journée d’étude « Lire le Roman de la rose aujourd’hui » (site François Mitterrand, 18 janvier 2013 ) dont on peut écouter et voir les vidéos à la BnF4 .

Donner à comprendre

12Il serait vain d’imaginer développer des idées nuancées dans une exposition. L’essentiel est que son organisation dans l’espace permette au visiteur d’en comprendre pourrait-on dire physiquement, a priori, le propos : c’est une démarche qui s’élabore avec le scénographe. Ainsi les cubes de couleur qui délimitaient chacune des parties de l’exposition du « Bestiaire médiéval » permettaient-ils au visiteur de savoir à chaque instant où il en était de son cheminement. La présentation du « Roman de la rose » dans les salons au charme désuet de la Bibliothèque de l’Arsenal fut moins évidente. Le premier salon « carré » fut choisi pour représenter le verger de Déduit : une bannière portant Oiseuse en ouvrait l’huis ; les illustrations de la narration de Roman en encadraient le pourtour jusqu’à la conclusion du Roman matérialisé par un bouquet de roses, dans une niche ouverte entre les deux salons : les visiteurs ont-ils vraiment saisi cette présentation marquée sur les cartels par une petite rose ? Le second salon rassemblait des œuvres qui évoquaient la lecture savante du Roman ; les cartels portaient un petit livre comme repère.

13Mais poser côte à côte les manuscrits de l’Épître au dieu d’Amour (Français 835, f. 45), de la Cité des Dames de Christine de Pizan (Français 607, f. 2), des Cleres femmes de Boccace (Français 598, f. 92v), de la Vision contre le Roman de la rose de Gerson (Français 1797, f. 4), de l’Épître Ut sunt mores de Jean de Montreuil ( Latin 13062, f. 107v-108), est-ce suffisant pour faire comprendre au visiteur la querelle du Roman de la rose ? Certes non, il faut d’autres médiations que celles des panneaux de 1500 caractères et de cartels limités à 500 signes.

14Le commissaire est le premier des médiateurs de l’exposition ; il doit la présenter à des publics avertis ou non, journalistes, conférenciers des musées, techniciens culturels en charge du service pédagogique de la BnF, qui les uns et les autres à leur tour la présenteront à leur manière à d’autres : et le propos de l’exposition devient mouvant, il se déforme, il s’enrichit, il conquiert son public de manière mystérieuse. Pour le commissaire aucune visite n’est semblable à une autre, il « interprète » l’exposition au gré de ses publics : un jour il parle pour des étudiants agrégatifs qui ont Guillaume de Lorris au programme, l’autre à des couples ayant gagné, pour la Saint-Valentin, une visite commentée de l’exposition du « Roman de la rose », heureusement agrémentée d’une rose et d’une coupe de champagne. Mais combien de visiteurs se seront finalement plongés dans le catalogue de l’exposition, combien auront voulu lire le Roman de la rose, combien l’auront finalement fait. Sans doute peu ou même aucun !

15C’est pour combler les attentes du public et prolonger les expositions au-delà des trois mois réglementaires, que la BnF accompagne et complète ces présentations par des expositions virtuelles gratuites et accessibles à tous sur le web. L’exemple le plus remarquable est celui de « La Légende du roi Arthur » conçue par Thierry Delcourt (http://expositions.bnf.fr/​arthur). Si l’exposition « réelle » reste au cœur de l’exposition virtuelle, avec présentation par le commissaire, parcours de l’exposition et commentaire des pièces majeures, elle est notablement enrichie par le développement d’un certain nombre de thèmes de l’exposition (le merveilleux, la chevalerie arthurienne ou le Graal par exemple), par la numérisation de plusieurs manuscrits dont le lecteur peut feuilleter les pages illustrées (Chevalier au lion, Français 1433). Pour les plus jeunes le site propose des parcours pédagogiques, pour leurs enseignants des fiches pédagogiques (http://classes.bnf.fr/​index.php), tandis qu’il renvoie les étudiants confirmés et leurs enseignants aux numérisations complètes en couleurs des manuscrits de la légende arthurienne sur le site Gallica de la BnF. L’exposition la Légende du roi Arthur avait accueilli 32.000 visiteurs sur le site François Mitterrand ; 1,8 M de pages de l’exposition virtuelle ont été consultées pour la seule année 2009 !

16Le développement prodigieux de la numérisation des collections patrimoniales conservées dans les bibliothèques et les musées du monde engendrent de nouvelles formes de valorisation et de médiation auprès du public. La BnF a entrepris une « éditorialisation » des contenus de Gallica en proposant une collection intitulée « les Essentiels de Gallica », pour permettre aux étudiants et enseignants de s’approprier les ressources essentielles des grandes disciplines du savoir, en commençant par le droit. Il n’est pas interdit d’imaginer qu’un jour « paraîtront » sur Gallica les essentiels de la littérature médiévale, tandis que le service multimédia en proposera une version à l’usage des classes.

Haut de page

Notes

1 Manuscrits enluminés des anciens Pays-Bas méridionaux, t. I Manuscrits de Louis de Bruges, par Ilona Hans-Colas et Pascal Schandel, Paris, 2009.

2 Bestiaire du Moyen-Âge : les animaux dans les manuscrits, [exposition, Troyes, Médiathèque de l’agglomération troyenne, 19 juin-19 septembre 2004], sous la direction de Thierry Delcourt et Marie-Hélène Tesnière, Paris, Somogy, 2004. Le roi Arthur : une légende en devenir, exposition présentée aux Champs libres à Rennes du 15 juillet 2008 au 4 janvier 2009, Paris-Rennes, Somogy-les Champs libres, 2008.

3 D’après l’édition et la traduction proposées par Armand Strubel dans la collection « les Lettres gothiques », Paris, 1992.

4 Cote NUMAV- 622775, à consulter en salle P. Michel Zink, « L’art d’aimer au Moyen Âge et le Roman de la Rose » ; Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « La Rose en débat. Christine de Pizan lectrice du Roman ou du Livre de la Rose » ; Andrea Valentini, « Cent ans avant le débat gracieux : lecteurs pudiques et gynéphiles de Jean de Meun » ; Jean Devaux, « Le Roman de la Rose moralisé de Jean Molinet (circa 1500) ou l’art de l’exégèse au service du prédicateur » ; Armand Strubel, « Les étranges occupants du verger de Déduit. Réflexions sur une figure mal aimée, la personnification » ; Eberhard König, « Contributions de l’historiographie des manuscrits à peintures à la lecture du Roman de la Rose » ; Fabienne Pomel, « La mise en image du songe dans les enluminures d’incipit du Roman de la Rose : effets de cadre et de miroir » ; Lori Walters, « Aimer le vrai Dieu d’amour : la réhabilitation de Jean de Meun dans les manuscrits Arsenal 3339 et Français 24392 » ; Carmen D. Teodorescu, « Lire et voir le Roman de la Rose entre le Moyen Âge et la Renaissance : la réception du poème dans les arts figurés autour de 1500 » ; Stephen Nichols, « Pour une lecture dynamique du Roman de la rose ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Tesnière, « Exposer les lettres médiévales à la Bibliothèque nationale de France », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/7465 ; DOI : 10.4000/peme.7465

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Tesnière

Conservateur en chef au département des manuscrits, service médiéval, BnF

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page