Navigation – Plan du site
Études & travaux
Témoignages

Les lettres médiévales françaises au profit de l’étudiant : observations d’une universitaire polonaise

Anna Gęsicka

Résumés

Cet article se propose de partager quelques réflexions partant d’une longue expérience didactique de son auteur – enseignante universitaire et médiéviste. L’observation, depuis 20 ans, de l’évolution mentale d’un « étudiant moyen » de la philologie romane en Pologne incite à se redemander sur des voies d’apprentissage appropriées, visées non seulement à lui transmettre un savoir exigé, mais aussi à essayer de lui inspirer le goût de la littérature médiévale française. La première partie du texte résume trois voix inspiratrices de chercheurs polonais sur les enjeux et les pièges de l’approche de l’ancienne littérature. La deuxième partie présente un bilan des méthodes qui s’avèrent efficaces dans le processus pédagogique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

enseignement

Keywords :

teaching

Parole chiave :

insegnamento
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, je souhaiterais partager quelques réflexions à partir de ma propre expérience d’enseignante universitaire en Pologne. Depuis 20 ans, j’enseigne les lettres médiévales sous différentes formes : cours magistral, cours monographique, travaux dirigés, séminaires. Je dirige les diplômes de licence et de master. J’ai eu la possibilité de constater qu’un changement de l’« étudiant moyen » s’est opéré dans son approche de la philologie romane et de fait, j’ai tenté des voies d’apprentissage visant non seulement à lui transmettre un savoir exigé, mais aussi à lui inspirer le goût de la littérature médiévale française. Après avoir évoqué en guise d’introduction trois voix inspiratrices de chercheurs polonais sur les enjeux et les pièges de l’approche de l’ancienne littérature, je proposerai un bilan des méthodes qui s’avèrent efficaces dans le processus pédagogique.

Comment approcher l’ancienne littérature ? Réflexion des chercheurs polonais

  • 1 Antoni Bartosz, « Altérité de la littérature médiévale et dérapages du lecteur moderne. Comment int (...)
  • 2 Ibid., p. 33.
  • 3 Antoni Bartosz, « Altérité de la littérature médiévale... », art. cit., p. 35.
  • 4 Ibid., p. 36.

2Il y a quelques années, les romanistes polonais ont voulu s’interroger sur le sens et les enjeux de l’analyse et de l’enseignement de l’ancienne littérature, et en premier lieu de la littérature médiévale. En 1998, suite à un colloque international, organisé par le Centre de Civilisation Française de l’Université de Varsovie, parut un volume des Cahiers de Varsovie, consacré à la redéfinition de la place et du rôle de la littérature dans l’enseignement des langues à l’époque où l’étude des textes littéraires semble connaître une tendance à s’effacer des programmes, en dépit de l’intérêt toujours vif pour la littérature du côté des étudiants. Dans son article, Antoni Bartosz, médiéviste de l’Université Jagellonne, dont la réflexion tourne autour de la question de l’« altérité » de la littérature médiévale, attire l’attention sur des malentendus inévitables qui se produisent lors des premiers contacts avec un texte médiéval1. L’étudiant non éclairé est porté à soupçonner que l’ancien texte, telle chanson de geste avec ses répétitions innombrables, est, peut-être, « mal fait »2. Or, c’est à l’enseignant d’introduire ses étudiants au code de la littérature médiévale pour leur faire éviter de telles impressions lors de la lecture. La tâche n’est pas facile, pour diverses raisons. D’abord, la tendance aux préjugés négatifs relatifs à cette littérature, fondés sur des stéréotypes anciens enracinés dans la conscience collective (faisant souvent, encore aujourd’hui, voir dans l’époque médiévale une période « médiocre », inférieure), semble encore ancré dans la société. Les étudiants qui commencent le cours universitaire de la littérature médiévale ne sont pas libres de tels préjugés que le premier contact – la lecture des « morceaux choisis » au lycée – avait, semble-t-il, confirmés. Ensuite, l’éloignement temporel et culturel du Moyen Âge amène les étudiants à supposer que cette réalité étrange n’a rien de commun avec eux. Enfin et avant tout, selon Antoni Bartosz, c’est « l’altérité entière de l’objet étudié » qui est « le nœud du problème et l’obstacle principal que pose la littérature médiévale »3. Il ne s’agit pas de « l’altérité culturelle » – le lecteur débutant trouve facilement des informations nécessaires sur la civilisation du Moyen Âge –, mais de ce qu’il appelle « l’altérité modale » de cette littérature, allant « jusqu’à la manière même de fonctionner dans la culture »4. Dans les démarches pédagogiques, Antoni Bartosz préconise d’insister en premier lieu justement sur cette altérité pour bien initier les étudiants aux lettres médiévales :

  • 5 Ibid., p. 37.

C’est que la poétique médiévale indique d’elle-même le mode de lecture qu’elle instaure ou qu’elle propose. Aussi, prêter une attention spéciale à ses indices revient à découvrir l’enjeu global du texte, pour s’y référer ensuite, autant que possible, dans des analyses détaillées. Évidemment, j’emploie les mots « découvrir » ou « s’y référer » prudemment, sinon modestement, sans nourrir l’illusion de pouvoir rejoindre l’esprit initial de ces textes, ni l’esprit dans lequel ils étaient reçus. Cependant, il doit être possible de respecter ces textes pour ce qu’ils se donnent, ou du moins de les lire d’une manière la moins mauvaise possible, pour ainsi dire5.

  • 6 Ibid., p. 41.

3 Afin d’illustrer sa conception, l’auteur présente quelques propositions d’approche méthodologique autour de trois genres : chanson de geste, roman arthurien et poésie des troubadours. En conclusion, il souligne la valeur incontestable d’un tel travail avec le texte médiéval : « L’expérience montre [...] que l’altérité même de cette littérature, rude et étrange au début, devient progressivement attrayante et belle, parce que justement “autre” »6.

  • 7 De façon arbitraire, pour les besoins du colloque, les participants ont décidé d’embrasser par l’ap (...)

4À cette voix d’Antoni Bartosz correspondent bien les observations d’Andrzej Siemek et Jan Miernowski. En 1998, eut lieu à l’Université de Varsovie un colloque annuel, réunissant des spécialistes polonais de l’ancienne littérature française7. Deux contributions complémentaires ouvrent le tome réunissant les actes du colloque, dénonçant deux positions risquées, prises souvent par rapport à des littératures anciennes.

  • 8 Décédé précocement en 2003.
  • 9 Andrzej Siemek, « Dlaczego dawna literatura francuska ? Produkowanie dawności » [« Pourquoi l’ancie (...)
  • 10 Ibid., p. 13.
  • 11 Ibid.

5Andrzej Siemek (Université de Varsovie8), spécialiste de la littérature française du XVIIIsiècle, dans l’article « Dlaczego dawna literatura francuska ? (I) Produkowanie dawności » [« Pourquoi l’ancienne littérature française ? La production de l’ancienneté »]9 analyse un « mécanisme de la formation du regard qui porte sur le passé littéraire »10. Le processus qu’il observe consiste à une « monumentalisation » spécifique du passé, n’ayant rien à voir avec un ennoblissement ou une respectabilité, qu’il appelle « la production de l’ancienneté ». En effet, c’est une tentative d’apprivoiser une altérité déroutante de la littérature des époques antérieures : « le monument signifie le rejet dans le passé, mais en même temps on l’inscrit dans le paysage contemporain, on prétend le rapprocher. On le rapproche, car on ne sait que faire de son étrangeté »11. Andrzej Siemek propose une conduite alternative à adopter par rapport à d’anciens textes :

  • 12 Ibid., p. 13-14.

Je conclus qu’une réflexion sur « l’ancien » et le « moderne » peut être d’abord une leçon d’humilité. Une étude de « l’ancienneté » littéraire signifierait surtout une tentative de sortir au-delà du processus de monumentalisation, processus d’appropriation et de refoulement. Ce serait d’apprendre les textes du passé, quel qu’il soit, dans leur discontinuité justement, peut-être dans leur singularité ; les apprendre, pour ainsi dire, au moment qui précède la naissance des mécanismes totalisants, des courants et des téléologies faisant partie de choix implicitement idéologiques. Ce serait pénétrer dans l’étrangeté, puisque c’est celle-ci, et non la ressemblance, qui devrait, d’entrée de jeu, conditionner notre démarche. Ce serait problématiser la résistance d’un tissu, et non la faire absorber par un organisme commun, évident pour tout le monde12.

  • 13 Jan Miernowski, « Dlaczego dawna literatura francuska ? (II) Złudzenie bliskości » [« Pourquoi l’an (...)
  • 14 Ibid., p. 20.
  • 15 Ibid.

6L’article de Jan Miernowski (Université de Varsovie et University of Wisconsin-Madison), spécialiste de la littérature française du XVIe siècle, intitulé « Dlaczego dawna literatura francuska ? (II) Złudzenie bliskości » [« Pourquoi l’ancienne littérature française ? L’illusion de la proximité »]13, constitue une sorte de réponse à la contribution d’Andrzej Siemek. L’auteur s’y concentre sur un autre danger que l’on peut courir dans l’interprétation de textes littéraires et qu’il appelle « l’illusion de proximité ». Celle-ci risque de se produire facilement si l’on veut éclairer l’interprétation d’un texte sur son « intention » prétendue, en se fondant sur des modèles reconnus (cette thèse est explicitée par l’analyse de deux pamphlets : de Céline et de Pierre Burin). Or, Jan Miernowski perçoit l’ancienneté non comme un produit du processus de l’interprétation, mais comme un matériau primitif que l’interprétation peut rendre plus « proche ». L’ancienne littérature offre des profits heuristiques résultant notamment de son ancienneté et son étrangeté. Il nous est difficile de prêter à un ancien texte une « intention » qui risquerait de détourner son interprétation. La conclusion de Jan Miernowski semble valoir aussi pour la littérature médiévale : « l’ancienne littérature française offre à ses lecteurs une résistance bénéfique qui empêche particulièrement les œuvres renaissantes d’être trop aisément assimilées aux normes esthétiques et idéologiques qui nous sont familières »14. L’ancienneté qu’il nous est difficile, d’une part, de réduire, et de l’autre, de clarifier, « compromet d’avance “l’illusion de proximité”, au grand bénéfice intellectuel et esthétique du lecteur contemporain »15.

7 Dans la mesure du possible, compte tenu de la réalité pédagogique complexe du cours universitaire de la littérature médiévale, ces trois voix valent la peine d’être prises en considération dans l’approche méthodologique.

Quelles démarches pédagogiques ? L’étudiant polonais et la littérature médiévale française

  • 16 Exemples de littérature critique des chercheurs polonais : Anna Drzewicka, « Les études sur la litt (...)

8En Pologne, dans la plupart des instituts de philologie romane, on préfère suivre l’ordre chronologique de l’histoire littéraire (certaines tentatives de présenter seulement quelques « époques littéraires », et selon un ordre choisi par l’étudiant, ont été abandonnées comme peu fructueuses). Le problème signalé par M. Sébastien Douchet, dans son appel à communication (« le Moyen Âge est souvent isolé dans une périodisation qui empêche de penser le fait littéraire dans sa continuité »), ne semble donc pas nous concerner. Au contraire, on sensibilise les étudiants à un retour constant dans la littérature des époques postérieures, française et étrangère (la littérature polonaise comprise), des idées, topoi, thèmes et motifs qui florissaient ou ont vu jour au Moyen Âge16.

9Pour ce qui est de la réception des textes médiévaux, elle évolue visiblement en fonction du niveau de l’étudiant. Sans doute, la première confrontation d’un étudiant moyen de première année avec un texte médiéval français se heurte dès le début à quelques obstacles. Tout d’abord, l’étudiant venu directement du lycée se souvient de sensations désagréables qu’il avait connues lors de la lecture à l’école des textes médiévaux qu’il avait trouvés ennuyeux. Heureusement, cette difficulté disparaît assez rapidement. De sincères remarques que les étudiants ne tardent pas à partager lors des premières discussions en classe en témoignent : « je ne m’attendais pas à ce que ça puisse être tellement intéressant... ! », « ils [les héros des textes] avaient alors les mêmes problèmes que nous ? », et ainsi de suite.

10D’autre part, un problème technique beaucoup plus grave résulte du niveau de la langue française. Dans le cas des étudiants débutants, c’est une complète méconnaissance, et dans le cas des étudiants dits avancés, une connaissance très faible. En première année, les débutants sont forcés de lire les textes français dans la traduction polonaise. Même si celle-ci s’avère souvent très réussie, belle et transmettant plusieurs aspects du texte original, le travail analytique ne peut pas être vraiment satisfaisant. Il n’est pas rare que les étudiants proposent différentes pistes d’interprétations, intéressantes et subtiles, bien fondées dans la traduction, qu’il faut par la suite abandonner. L’enseignant doit alors consacrer le temps prévu à l’analyse pour leur indiquer (en traduisant ad hoc, le plus fidèlement possible, les fragments concernés) ces passages où le texte original diffère décidément de la traduction, et leur laissant ainsi l’impression d’un certain « flou » interprétatif.

11Les étudiants « avancés » travaillent sur la version en français moderne (ou modernisé pour les textes du XVe siècle, tel Villon). Même si dans ce cas on reste plus près du texte original (auquel on peut d’ailleurs constamment se référer dans des éditions bilingues), une difficulté fondamentale réside dans le fait que ces étudiants ne comprennent pas suffisamment bien la langue française. Alors, à nouveau une grande partie du cours de littérature doit être réservée à une simple traduction du texte, qui – cette fois-ci étant fruit d’un effort collectif – peut bien sûr apporter d’autres profits, sinon littéraires, au moins linguistiques...

12Ici je dois revenir à ce qu’écrit dans son article Antoni Bartosz. Il me semble qu’avec le temps – sachant que les lycéens, sauf exceptions, lisent vraiment de moins en moins et la « grande littérature » classique leur est souvent inconnue – le problème de l’« altérité modale » de la littérature médiévale cesse d’être un embarras pédagogique. Les étudiants ne donnent pas l’impression d’être déroutés par la forme prétendue « bizarre » d’un roman médiéval, car, en fait, ils ne s’attendent à rien, ils n’ont pas d’« idée préconçue » qui pourrait réellement gêner ou embrouiller leur réception du texte médiéval. D’un certain côté, ceci facilite la tâche de l’enseignant.

  • 17 Entre autres, un petit livre de Jacques Le Goff rend de grands services (comme initiation prometteu (...)

13Car, toutes ces réserves faites, il n’en reste pas moins que les étudiants polonais de première année analysent des textes médiévaux français avec un grand intérêt. Ils viennent chercher chez l’enseignant des ouvrages complémentaires qui ne figurent pas sur la liste des textes obligatoires ; puis ils lui communiquent leurs impressions de lecture. Le contexte socioculturel les intéresse toujours17. Les étudiants sont également sensibles à l’aspect symbolique de la littérature médiévale ; essayer de déchiffrer des signes textuels devient pour eux un défi excitant. Pourtant, les étudiants de première année ont tendance avant tout à se concentrer sur l’univers psychologique des œuvres analysées, sur l’aspect existentiel et axiologique. Il me semble que ce n’est pas si mal ; cette dimension de la littérature peut être particulièrement enrichissante pour les jeunes gens à la recherche de leur propre identité et de leurs propres valeurs. Et pour le médiéviste il est d’autant plus agréable d’observer jusqu’à quel point les lettres médiévales peuvent inciter les étudiants à réfléchir sur une condition humaine universelle, les choix fondamentaux des protagonistes se laissant sans de grandes difficultés comparer aux nôtres.

  • 18 Je me permets ici une petite observation à propos de la réception de l’humour médiéval par les étud (...)

14Durant tout le cycle d’études, les étudiants peuvent revenir aux lettres médiévales dans le cadre des cours ou séminaires facultatifs. Leur connaissance de la langue et leur culture générale étant plus avancées, ils se lancent volontiers dans un travail analytique plus ambitieux. Dès lors, c’est l’aspect intertextuel des textes médiévaux qui s’avère pour eux particulièrement inspirateur, au niveau aussi bien synchronique que diachronique, dans le cadre des lettres françaises et études comparatistes18.

15Dans les démarches pédagogiques, un support audiovisuel du cours joue un grand rôle. L’iconographie médiévale reste relativement méconnue d’un jeune étudiant moyen. D’après ce que les étudiants avouent eux-mêmes, dans des musées qu’ils ont visités, ils omettaient le plus souvent les expositions d’art médiéval. En revanche, obligés de suivre une présentation lors du cours, ils focalisent volontiers leur attention sur les détails qu’on leur indique et réagissent vivement aux divers registres esthétiques des représentations picturales ou sculpturales.

16Par ailleurs, on peut aussi tirer un profit pédagogique incontestable de multiples tentatives contemporaines de faire revivre l’art médiéval. À titre d’exemple, une version animée de la tapisserie de Bayeux19, regardée lors du cours dans une salle obscure, fait toujours sur les étudiants une forte impression, tout comme une performance remarquable d’une ballade de Christine de Pizan (Duel angoisseux) par Asteria20. En Pologne, il faut signaler l’activité de Jacek Kowalski, historien d’art médiéval de l’Université de Poznań, qui non seulement traduit avec talent des œuvres médiévales françaises21, mais – avec son groupe de musique ancienne (« Klub Świętego Ludwika ») – essaie de les chanter en polonais de la façon la plus appropriée possible22.

17Une longue observation de la confrontation des étudiants polonais avec la littérature médiévale française m’amène à la conclusion que celle-ci, si on l’enseigne avec passion et discernement, garde sans aucun doute sa « puissance de feu ». La mission des enseignants, à mon avis, consisterait donc en premier lieu à empêcher une tendance qui se laisse voir dans certaines universités de diminuer le nombre d’heures dévolues à l’ancienne littérature. C’est un dommage irréparable que de fusionner la littérature médiévale avec celle de la Renaissance (et parfois même avec celle du XVIIe siècle) durant un semestre. La littérature médiévale a droit au même nombre d’heures que les époques postérieures, car les étudiants en tirent des profits réels tant sur le plan intellectuel qu’esthétique.

Haut de page

Bibliographie

Alain Chartier, Brewiarz Szlachetnych [Breviaire des nobles], trad. Jacek Kowalski, dans Christianitas 19/20, 2004, p. 195-211.

Antoni Bartosz, « Altérité de la littérature médiévale et dérapages du lecteur moderne. Comment introduire au texte médiéval ? », Les Cahiers de Varsovie 25 (Enseigner la littérature), Centre de Civilisation Française, Varsovie, Éditions de l’Université de Varsovie, 1998, p. 33-41.

Anna Drzewicka, « Les études sur la littérature française du moyen âge en Pologne il y a cent ans », dans Tradition et modernité, Anna Drzewicka et Urszula Dąbska-Prokop dir., Kraków, Universitas, 1993, p. 79-87.

Anna Drzewicka, « Literatura starofrancuska na użytek polskich czytelników lat trzydziestych w wersji Edwarda Porębowicza » [« L’ancienne littérature française à l’usage des lecteurs polonais des années trente dans la version d’Edward Porębowicz »], dans Wielkopolska – Polska – Europa. Studia dedukowane pamięci Alicji Karłowskiej-Kamzowej, Jacek Wiesiołowski i Jacek Kowalski dir., Poznań, Wydawnictwo Poznańskiego Towarzystwa Przyjaciół Nauk, 2006, p. 103-113.

François Villon, Legaty czyli Mały Testament [Lais ou le Petit Testament], trad. Jacek Kowalski, Poznań, Studio Bąk, 1994.

Karol Orleański, Ronda i ballady [Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux], trad. Jacek Kowalski, Warszawa, Volumen, 2000.

Krystyna Kasprzyk, « L’homme et l’animal. Du Roman de Renart au folklore polonais », dans Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble”. Hommage à Jean Dufournet. Littérature, Histoire et Langue du Moyen Âge, t. 2, Paris, Champion, 1993, p. 775-782.

Jacques Le Goff, Le Moyen Âge expliqué aux enfants, Paris, Seuil, 2006 [idem, O średniowieczu, trad. M. Ochab, Warszawa, Oficyna Naukowa, 2007].

Jan Miernowski, « Dlaczego dawna literatura francuska ? (II) Złudzenie bliskości » [« Pourquoi l’ancienne littérature française ? L’illusion de la proximité »], Romanica Cracoviensia, Kraków, Wydawnictwo Uniwersytetu Jagiellońskiego, 2000, p. 15-20.

Maria Ossowska, Ethos rycerski i jego odmiany [Ethos chevaleresque et ses variantes], Polskie Wydawnictwo Naukowe, Warszawa 1986.

Andrzej Siemek, « Dlaczego dawna literatura francuska ? Produkowanie dawności » [« Pourquoi l’ancienne littérature française ? La production de l’ancienneté »], Romanica Cracoviensia, Cracovie, Wydawnictwo Uniwersytetu Jagiellońskiego, 2000, p. 11-14. 

Irena Sławińska, « Théâtre médiéval : ses continuations et son inspiration dans le théâtre d’à présent », Les Cahiers de Varsovie 19 (L’ancien théâtre en France et en Pologne), Varsovie, Editions de l’Université de Varsovie, 1992, p. 59-63.

Ewa Dorota Żółkiewska, « Żywot świętego Aleksego. Wersja starofrancuska, wersja staropolska » [« La vie de saint Alexis. Version française, version polonaise »], dans Wielkopolska – Polska – Europa. Studia dedukowane pamięci Alicji Karłowskiej-Kamzowej, Jacek Wiesiołowski i Jacek Kowalski dir., Poznań, Wydawnictwo Poznańskiego Towarzystwa Przyjaciół Nauk, 2006, p. 75-83.

Haut de page

Notes

1 Antoni Bartosz, « Altérité de la littérature médiévale et dérapages du lecteur moderne. Comment introduire au texte médiéval ? », Les Cahiers de Varsovie 25 (Enseigner la littérature), Centre de Civilisation Française, Varsovie, Éditions de l’Université de Varsovie, 1998, p. 33-41.

2 Ibid., p. 33.

3 Antoni Bartosz, « Altérité de la littérature médiévale... », art. cit., p. 35.

4 Ibid., p. 36.

5 Ibid., p. 37.

6 Ibid., p. 41.

7 De façon arbitraire, pour les besoins du colloque, les participants ont décidé d’embrasser par l’appellation « ancienne littérature» une période s’étendant du Moyen Âge jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

8 Décédé précocement en 2003.

9 Andrzej Siemek, « Dlaczego dawna literatura francuska ? Produkowanie dawności » [« Pourquoi l’ancienne littérature française ? La production de l’ancienneté »], Romanica Cracoviensia, Kraków, Wydawnictwo Uniwersytetu Jagiellońskiego, 2000, p. 11-14. 

10 Ibid., p. 13.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 13-14.

13 Jan Miernowski, « Dlaczego dawna literatura francuska ? (II) Złudzenie bliskości » [« Pourquoi l’ancienne littérature française ? L’illusion de la proximité »], Romanica Cracoviensia, Kraków, Wydawnictwo Uniwersytetu Jagiellońskiego, 2000, p. 15-20.

14 Ibid., p. 20.

15 Ibid.

16 Exemples de littérature critique des chercheurs polonais : Anna Drzewicka, « Les études sur la littérature française du moyen âge en Pologne il y a cent ans », dans Tradition et Modernité, Anna Drzewicka et Urszula Dąbska-Prokop dir., Kraków, Universitas, 1993, p. 79-87 ; Anna Drzewicka, « Literatura starofrancuska na użytek polskich czytelników lat trzydziestych w wersji Edwarda Porębowicza » [« L’ancienne littérature française à l’usage des lecteurs polonais des années trente dans la version d’Edward Porębowicz »], dans Wielkopolska – Polska – Europa. Studia dedukowane pamięci Alicji Karłowskiej-Kamzowej, Jacek Wiesiołowski i Jacek Kowalski dir., Poznań, Wydawnictwo Poznańskiego Towarzystwa Przyjaciół Nauk, 2006, p. 103-113 ; Maria Ossowska, Ethos rycerski i jego odmiany [Ethos chevaleresque et ses variantes], Warszawa, Polskie Wydawnictwo Naukowe, 1986 ; Irena Sławińska, « Théâtre médiéval : ses continuations et son inspiration dans le théâtre d’à présent », Les Cahiers de Varsovie 19 (L’ancien théâtre en France et en Pologne), Varsovie, Éditions de l’Université de Varsovie, 1992, p. 59-63 ; Krystyna Kasprzyk, « L’homme et l’animal. Du Roman de Renart au folklore polonais », dans “Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble”. Hommage à Jean Dufournet. Littérature, Histoire et Langue du Moyen Âge, t. 2, Paris, Champion, 1993, p. 775-782 ; Ewa Dorota Żółkiewska, « Żywot świętego Aleksego. Wersja starofrancuska, wersja staropolska » [« La vie de saint Alexis. Version française, version polonaise »], dans Wielkopolska – Polska – Europa. Studia dedukowane pamięci Alicji Karłowskiej-Kamzowej, Jacek Wiesiołowski i Jacek Kowalski dir., Poznań, Wydawnictwo Poznańskiego Towarzystwa Przyjaciół Nauk, 2006, p. 75-83.

17 Entre autres, un petit livre de Jacques Le Goff rend de grands services (comme initiation prometteuse à l’esprit de l’époque), en dépit de son titre peut-être décourageant : Jacques Le Goff, Le Moyen Âge expliqué aux enfants, Paris, Seuil, 2006 (traduction polonaise : idem, O średniowieczu, trad. M. Ochab, Warszawa, Oficyna Naukowa, 2007).

18 Je me permets ici une petite observation à propos de la réception de l’humour médiéval par les étudiants polonais. En ce qui concerne les étudiants de première année, si les fabliaux les font beaucoup rire, un Roman de Renart ne produit pas sur eux le même effet, ses subtilités langagières ou intertextuelles leur étant encore impossibles à saisir ou leur paraissant dépourvues d’intérêt. Par contre, les étudiants plus entraînés l’apprécient beaucoup et y découvrent plusieurs niveaux de comique.

19 http://www.infrancia.org/loira-normandia/Anjou-Maine-Normandie/tapisserie-de-bayeux, consulté le 20 IX 2014.

20 http://www.youtube.com/watch?v=G34FTPzWO-M, consulté le 20 septembre 2014.

21 Par exemple : Alain Chartier, Brewiarz Szlachetnych [Breviaire des nobles], trad. Jacek Kowalski, dans Christianitas 19/20, 2004, p. 195-211 ; François Villon, Legaty czyli Mały Testament [Lais ou le Petit Testament], trad. Jacek Kowalski, Poznań, Studio Bąk, 1994 ; Karol Orleański, Ronda i ballady [Ballades et rondeaux], Warszawa, Volumen, 2000.

22 http://www.youtube.com/watch?v=TrvNNwuOX_E&list=PLAu_HtH1ht15Z5kHNqxqUwRev624EB8xF ; http://www.youtube.com/watch?v=fNPcXYyp7H4 ; http://jacekkowalski.pl/?p=128 ; consulté le 20 septembre 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Gęsicka, « Les lettres médiévales françaises au profit de l’étudiant : observations d’une universitaire polonaise », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 22 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/7498 ; DOI : 10.4000/peme.7498

Haut de page

Auteur

Anna Gęsicka

Université Nicolas Copernic, Toruń

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page