Navigation – Plan du site
Études & travaux
Analyses

Le Moyen Âge mène à tout, à condition d’en sortir : pour une approche diachronique de la littérature médiévale

Florence Bouchet

Résumé

Cet article montre d’abord comment la littérature médiévale est encore marginalisée voire occultée dans plus d’un ouvrage visant à rendre compte de l’histoire de la littérature, en vertu d’un préjugé tenace qui dispenserait pratiquement de la lire. Si les programmes de l’enseignement secondaire du français lui ménagent une place, force est de constater les multiples approximations et inexactitudes des manuels scolaires à son sujet. Afin de remédier à cette ignorance plus ou moins profonde des textes médiévaux et de montrer leur intérêt pour la culture littéraire générale, on propose de promouvoir leur approche dans une perspective diachronique qui permettrait de mieux comprendre comment la littérature du Moyen Âge, au-delà de ce qui la concerne en propre, travaille en profondeur la création littéraire, jusqu’à nos jours. Plusieurs pistes d’analyse, exploitables dans l’enseignement secondaire ou universitaire, sont exposées.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

enseignement

Keywords :

teaching

Parole chiave :

insegnamento
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je reprends ici le titre d’un essai de G. Sergi, L’Idée de Moyen Âge, Paris, Flammarion, « Champs » (...)

1L’appellation de « Moyen Âge » s’est chargée, depuis Pétrarque, de connotations péjoratives visant à reléguer dans l’oubli une période prétendument plus fruste que les siècles – ingrats héritiers – qui l’ont suivie. On ne reviendra pas ici sur cette histoire de « l’idée de Moyen Âge1 », ni sur les intérêts que les Humanistes purent avoir à s’autopromouvoir aux dépens des auteurs médiévaux ou sur les distorsions idéologiques infligées à l’âge « gothique » au fil du temps. Alors que les recherches des médiévistes (historiens et littéraires) ont notablement réévalué la période, ce passif pèse encore sur notre mémoire culturelle et certains préjugés concernant la littérature médiévale ont la vie dure, faute d’une lecture personnelle des textes que leur état linguistique peut rebuter.

  • 2 « Les classiques scolaires », Les Lieux de mémoire (P. Nora éd.), Paris, Gallimard, « Quarto », 199 (...)
  • 3 Voir l’état des lieux dressé dans la Table ronde « Lire le Moyen Âge » publiée dans Le Français auj (...)
  • 4 « Lettres gothiques » (Livre de Poche), « GF Flammarion », « Folio classique », « Champion classiqu (...)

2Les textes littéraires du Moyen Âge ont mis du temps à entrer dans les programmes d’enseignement. L’enquête de Daniel Milo sur les classiques scolaires2 fait bien apparaître qu’il s’est d’abord agi de faire entrer la littérature en français dans le canon scolaire (face aux classiques latins) ; puis le Grand Siècle a longtemps exercé son hégémonie, avant que ne s’opère, à partir du dernier quart du xixe siècle, un glissement (relatif) vers la modernité. Au Moyen Âge, il n’a été laissé d’autre alternative que l’absence ou la marginalité. Même présent dans les programmes scolaires, il est resté cantonné jusqu’à peu d’années aux classes de collège (3e ou 5e), comme si cette littérature dans l’enfance ne pouvait intéresser que des enfants3. Des directives officielles récentes ont ouvert des possibilités au lycée, dont il faut aider les enseignants à se saisir. Quant aux médiévistes universitaires, à l’heure où les unités d’enseignement disciplinaire sont concurrencées par divers enseignements méthodologiques (regrettable dissociation), ils doivent souvent batailler pour maintenir une visibilité minimale de la littérature médiévale en Licence et au-delà. Or, tous devraient pouvoir tirer parti de la remarquable diversification (depuis les années 1980) des collections de poche consacrées à la littérature médiévale, qui met à disposition des enseignants de tous niveaux de nombreux titres, majoritairement en édition bilingue, dotés d’un commode apparat critique4.

3Ne visant nullement à l’exhaustivité, j’entends ici seulement suggérer quelques pistes de réflexion sur l’enseignement de la littérature médiévale au-delà de ses propres cadres chronologiques, à partir de constats (parfois désolés ou agacés) sur quelques essais critiques et sur une série de manuels scolaires. Reste une certitude : le Moyen Âge, du fait peut-être de sa rareté et de son ancienneté, est doté d’un pouvoir de dépaysement et de fascination dont le pédagogue peut se faire un atout.

Le Moyen Âge aux oubliettes

4On pourrait espérer voir le Moyen Âge occuper la place qui est la sienne dans divers essais et manuels qui ont l’ambition de dégager les lignes de force, d’un point de vue poétique ou culturel, de la littérature française. Leurs auteurs ont effectué un brillant parcours universitaire (ENS, agrégation, doctorat) et occupent souvent un poste d’enseignant plus ou moins prestigieux. Mais, n’étant pas des médiévistes patentés, ces savants formés à l’aune des programmes évoqués en introduction ont tendance à perdre de vue le Moyen Âge. Trois exemples gradués suffiront.

  • 5 Paris, Seuil, 1982.
  • 6 Le détail des occurrences est fourni pour permettre d’apprécier la place impartie au Moyen Âge dans (...)

5L’ouvrage fondamental de Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré5, malgré toutes les qualités qui le rendent recommandable, ménage une place assez congrue au Moyen Âge, en dépit d’un titre qui par métaphore évoque les manuscrits. À partir de l’index (certes lacunaire) des noms, on relève les références suivantes pour la littérature médiévale française6 :

Aucassin et Nicolette 228 ; Benoît de Sainte-Maure 249, 406 ; Béroul 249 ; Chanson de Guillaume 199 ; Chanson de Roland 199, 205, 243, 433, 446 ; Chrétien de Troyes 181, 199-200, 214-219, 243, 249, 433 ; Guillaume de Lorris 214-215, 218, 219 ; Roman de la Rose 11, 214-215, 219, 225 ; Thomas 249, 375.

  • 7 Il existe ainsi, dans l’historiographie littéraire, du fait qu’il s’agit d’un discours rétrospectif (...)
  • 8 Les auteurs et œuvres étrangers du Moyen Âge également cités sont : Boccace, le Cantar de Rodrigo, (...)
  • 9 Voir Littérature 41, fév. 1981 (« Intertextualités médiévales »).
  • 10 Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, Paris, Gallimard, 1968 (B (...)

6Certaines occurrences se bornent à la mention du nom ou du titre, sans analyse développée, parfois à une boutade (« le genre chantefable se réduit à l’individu Aucassin et Nicolette, et ne s’en porte pas plus mal », p. 228). Cette maigre liste laisse tomber des pans entiers de la littérature médiévale (poésie lyrique, théâtre, historiographie) et manifeste par ses choix des postulats incontestés, et pourtant contestables, de l’historiographie littéraire du Moyen Âge : la valeur archétypale de la Chanson de Roland dans le domaine de la chanson de geste, la prééminence de Chrétien de Troyes parmi les romanciers7. Genette reconnaît certes le caractère sommaire de son corpus général et il ne pouvait en être autrement, vu que son étude, par son amplitude comparatiste, semble s’inspirer d’un « Dictionnaire des Œuvres de tous les Temps et de tous les Pays » (p. 446)8. La dimension fondatrice de la littérature médiévale n’est cependant pas assez mise en lumière, alors même qu’une part importante de la poétique médiévale est fondée sur l’intertextualité et la réécriture9. On peut aussi regretter qu’une « concession à la lisibilité pour le lecteur moderne » (p. 243) ait retenu Genette de citer dans le texte « la langue de Turold ou celle de Chrétien de Troyes », l’une et l’autre savoureuses ; Erich Auerbach, en son temps, n’avait pas eu ces scrupules dans un ouvrage qui a lui aussi fait date par l’ampleur de ses analyses d’Homère à Virginia Woolf10.

  • 11 Paris, Armand Colin, 2007.

7On passe de la marginalisation à l’occultation de la littérature médiévale dans le manuel d’Yves Stalloni, Écoles et Courants littéraires11. La quatrième de couverture prévient qu’on y trouvera « la description précise et synthétique […] de la plupart des courants et mouvements littéraires de la Pléiade à l’Oulipo ». Cette entrée par les « écoles littéraires » et leurs dérivés est totalement inadéquate à la vie littéraire du Moyen Âge, qui se voit donc exclu d’entrée de jeu, sans même que cette absence fasse question dans l’introduction méthodologique. De fait, l’anonymat fréquent des œuvres médiévales interdit d’identifier les chefs de file d’un quelconque mouvement, et même les noms connus ne se prêtent pas à ce catalogage. On n’a jamais nommé « école de Troyes » l’ensemble des romanciers qui ont écrit dans le sillage de Chrétien, pas plus que le théâtre arrageois du xiiie siècle n’a constitué un mouvement concerté. Même les xive et xve siècles, habités d’une conscience réflexive de leur propre passé littéraire, n’ont pas engendré de groupes d’auteurs qui auraient élaboré une doctrine commune. C’est donc manquer à la rigueur historiciste pourtant revendiquée par l’auteur que de se doter de critères d’analyse qui empêchent d’aborder les cinq siècles qui servent de socle au reste de notre littérature.

  • 12 Rosny-sous-Bois, Bréal, 2004.
  • 13 « Depuis cinq siècles, la littérature, en France, a porté les moments successifs de notre histoire (...)
  • 14 Op. cit., p. 17-19.

8Le Bréviaire de littérature à l’usage des vivants12 de Pierre Bergounioux se présente à la fois comme un abrégé (on va voir que c’est le cas) et comme un guide du lecteur désireux de s’approprier le trésor de sens que recèle la littérature. La quatrième de couverture trahit, là encore, une occultation du Moyen Âge13 ; pire, l’auteur croit pouvoir s’exonérer du Moyen Âge en citant14 un long extrait à charge d’Hippolyte Taine (Voyage aux Pyrénées, 1858) ! Tous les efforts scientifiques des médiévistes déployés précisément après, à partir du dernier tiers du xixe siècle, sont ignorés, et l’ignorance devient un motif de condamnation, Bergounioux ne se privant pas d’asséner :

  • 15 Ibid., p. 17.

Nos esprits sont irrémédiablement séparés de ceux du Moyen Âge. […] Les textes restés de ce temps évoquent un monde peu différencié, misérable et violent, des intérêts que nous jugeons infantiles. On ne lit plus cette littérature qu’en classe où une langue morte, des œuvres fossiles peuvent s’animer, une heure durant, d’un semblant de vie15.

  • 16 Ibid., p. 16.
  • 17 Je me permets de renvoyer à mon essai, Le Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles (...)
  • 18 Op. cit., p. 23.
  • 19 Voir M. Zink, La Subjectivité littéraire. Autour du siècle de saint Louis, Paris, PUF, 1985.

9Seul Villon (en vertu du parallèle romantique avec les « poètes maudits » qui en ferait le seul moderne du Moyen Âge) est épargné (sont citées la Ballade des dames du temps jadis et la Ballade des pendus). Plusieurs anachronismes découlent de cette élimination d’un pan complet de notre mémoire culturelle, reléguée dans l’enfance et la débilité. Ainsi, « la figure historique du lecteur silencieux, solitaire16 » surgirait seulement dans la première moitié du xvie siècle, alors que maints textes des xive et xve siècles attestent cette figure17. L’« émergence de l’État-nation18 » apparaît liée à l’édit de Villers-Cotterêts (1539) et à la centralisation politique, ce qui n’est pas totalement faux, mais néglige tout de même le rôle décisif de la guerre de Cent Ans dans l’émergence du sentiment national, tandis que Louis XI n’est pas nommé dans le processus de démantèlement de la noblesse féodale (p. 22). Quant à « l’éveil du moi » (p. 63), le voilà associé à Montaigne, comme si la psyché des auteurs médiévaux n’avait jamais trouvé, fût-ce indirectement, à s’exprimer19 ! Le plus scandaleux peut-être, dans cette falsification de l’histoire littéraire, est l’aplomb avec lequel se trouvent condamnés des textes qu’effectivement, on n’a pas lus.

  • 20 On peut évoquer à titre de symptôme le Dictionnaire égoïste de la littérature française de Charles (...)

10De tels ouvrages, écrits par des auteurs crédités d’une bonne audience, lus par des étudiants, des enseignants ou des amateurs de littérature, risquent d’accréditer ou de conforter l’idée d’un Moyen Âge négligeable20, qu’on peut même condamner par contumace. On pérennise ainsi les préjugés, après que se sont imposées des évidences qu’on ne croit plus nécessaire de vérifier personnellement. Qu’en est-il des ouvrages destinés au public scolaire ?

Les manuels scolaires : le risque de la simplification

  • 21 Mon enquête porte sur une quarantaine de manuels (26 de collège, 15 de lycée), publiés entre 1997 e (...)
  • 22 J’ai enregistré une occurrence par manuel, dès lors qu’au moins un extrait était proposé.

11Les manuels de français des deux dernières décennies21 s’efforcent pour la plupart de ménager une place au Moyen Âge, parfois des chapitres entiers (c’est un objet obligatoire du programme de 5e), et l’on peut saluer un réel effort de diversité dans les extraits proposés. Dans les manuels de collège, on trouve les œuvres et auteurs suivants22 :

Aliscans 1, Aucassin et Nicolette 1, Le Bel Inconnu (Renaut de Beaujeu) 2, Bernard de Ventadour 5, Chanson de Roland 5, Charles d’Orléans 4, Le Chevalier au Lion 13, Le Chevalier au papegau 1, Le Chevalier de la Charrette 5, Colin Muset 1, Comtesse de Die 1, Conte du Graal 12, Erec et Enide 3, Fables de Marie de France 1, Fabliaux 13, Farce de maître Pathelin 8, Farce du bateleur 1, Farce du cuvier 7, Guillaume IX d’Aquitaine 1, Jaufré 1, Lais de Marie de France 6, Livre des merveilles de Marco Polo 11, Machaut 1, Mélusine (Jean d’Arras) 1, Merlin (Robert de Boron) 3, La Mort du roi Arthur 1, Nouvelle du perroquet (Arnaut de Carcassès) 1, Perlesvaus 1, Quête du saint Graal 2, Raoul de Cambrai 1, Razo de Guillem de Cabestahn 1, Roman de Renart 17, Rutebeuf 1, Thibaut de Champagne 1, Tristan et Iseut 11.

12Dans ceux de lycée, la liste est nécessairement plus réduite, car le Moyen Âge n’a qu’incidemment droit de cité dans les programmes :

Chanson de Roland 3, Charles d’Orléans 3, Le Chevalier au Lion 1, Le Chevalier de la Charrette 1, Christine de Pizan 2, Conte du Graal 1, Farce de maître Pathelin 2, Guillaume IX d’Aquitaine 1, Jacques de Voragine 2, Joinville 1, Tristan de Thomas 1, Villon 6.

13Mon propos n’est pas de mener une analyse systématique des dossiers proposés dans tous ces manuels, et l’on connaît les fortes contraintes éditoriales qui pèsent sur l’élaboration desdits manuels, bridant le désir d’approfondissement de leurs auteurs. Plus modestement, je voudrais néanmoins signaler quelques ambiguïtés, dérives et approximations récurrentes dus à une maîtrise incomplète des contenus et spécificités de la littérature médiévale.

  • 23 Français 5e, livre unique, H. Potelet dir., Paris, Hatier, 2006, séquence 6.
  • 24 Dans Fenêtres ouvertes. Français 5e, D. Cesbron-Ecevit dir., Paris, Bordas, 2010 : un extrait du Co (...)
  • 25 F. Johan (Les Enchantements de Merlin), A.-M. Cadot-Colin (adaptations de Chrétien de Troyes).
  • 26 Les Romans de la Table Ronde par J. Boulanger ; versions de Tristan et Iseut dues à R. Louis ou à J (...)
  • 27 Comme les auteurs médiévaux, il est vrai : inventions, emprunts à d’autres œuvres, suppressions.
  • 28 Dans Du côté des lettres. Textes et expression. Français 5e, M.-F. Sculfort dir., Paris, Nathan, 20 (...)
  • 29 Trad. J. Frappier, Paris, Champion, 1969.
  • 30 Paris, Flammarion, « Castor poche », 1998.
  • 31 Français 5e, coll. « À suivre », N. Combe dir., Paris, Belin, 2006, séquence 4.
  • 32 Paris, Hachette jeunesse, 2003.
  • 33 Anagramme. Français 5e, O. Combault et alii, Paris, Hatier, 2006, séquence 3.
  • 34 Paris, Bayard Jeunesse, 2005.
  • 35 Français 5e, coll. « Textes, Langages et Littératures », F. Colmez dir., Paris, Bordas, 2006, séque (...)
  • 36 Michael Morpurgo, Le Roi Arthur (Paris, Gallimard jeunesse, 1998), F. Johan, Les Enchantements de M (...)
  • 37 Français 5e. Séquences et expression, N. Fix-Combe dir., Paris, Belin, 2001. La séquence propose de (...)
  • 38 Français 1re Toutes séries, J. Jordy dir., Paris, Bertrand-Lacoste, 2002, p. 55. Le v. 1 devient «  (...)

14Tout d’abord, quel état linguistique du texte étudie-t-on ? Rares sont les extraits donnés en ancien ou en moyen français, et l’on peut fort bien admettre que les élèves aient besoin de traductions pour comprendre ce qu’ils lisent. Mais est-il judicieux de présenter divers extraits d’une même œuvre issus de traductions différentes ? Tel manuel23 aborde le Roman de Renart à travers les traductions de M. de Combarieu et J. Subrenat, G. Bianciotto ou É. Charbonnier, selon les passages (6 extraits en tout), ce qui peut se défendre par le fait que les branches du Roman de Renart émanent d’auteurs différents ; mais dans d’autres cas, c’est introduire une hétérogénéité inutile dans une œuvre d’un seul tenant24. Plus gênant, d’assez nombreux manuels de collège recourent tantôt à des traductions philologiquement précises, tantôt à des adaptations pour la jeunesse25 (ou pour un public plus large26) qui ont certes leurs vertus (elles sont parfois l’œuvre d’éminents collègues médiévistes) mais qui tout de même prennent plus de libertés27 avec le texte original. Il faudrait éviter de mélanger les deux types de versions, ou tout au moins bien spécifier la différence entre traduction et adaptation, éventuellement en comparant l’une et l’autre. Un flottement supplémentaire est introduit dans les chapitres qui confondent littérature médiévale et littérature médiévalisante. On peut ainsi voir voisiner28 des adaptations d’œuvres arthuriennes dues à J. Boulanger, F. Johan, un extrait traduit du Chevalier de la Charrette29 et l’étude en œuvre intégrale de Double meurtre à l’abbaye de Jacqueline Mirande30, qui s’est fait une spécialité d’écrire – et pourquoi pas ? – pour les jeunes des romans d’aventures prenant pour cadre le Moyen Âge. Autres exemples : dans une séquence intitulée « Romans de chevalerie31 », un extrait d’Arthur, la pierre prophétique, écrit par K. Crossley-Holland32, se glisse parmi des extraits du Conte du Graal, du Bel Inconnu, du Chevalier de la Charrette, de Perlesvaus ! Dans une séquence intitulée « Être un chevalier, être une dame33 », trois extraits des Démons de Nègreval de P. Davy34 voisinent avec des extraits de Lancelot du Lac, Yvain, Perceval ou le roman du Graal, Tristan et Iseut. Dans une autre séquence consacrée aux « romans de chevalerie35 », des adaptations et récits modernes à thème médiéval36 précèdent cinq extraits de Chrétien de Troyes. Là encore, l’ambiguïté doit être dissipée : quand a-t-on affaire aux œuvres médiévales, quand passe-t-on à un Moyen Âge imaginaire, recomposé au xxe ou au xxie siècle ? La distinction entre les deux est en soi un intéressant objet de réflexion, abordé dans un manuel qui propose une séquence intitulée « Littérature de jeunesse : le Moyen Âge revisité37 ». Pour en finir avec le problème des traductions, reste qu’il est gênant (dans un groupement portant sur la poésie, « forme et signification ») d’inviter à rédiger le commentaire composé du virelai « Je chante par couverture » de Christine de Pizan, donné dans une traduction qui fait exploser la régularité métrique (des heptasyllabes) du poème38.

  • 39 Français 1re, G. Winter dir., Paris, Bréal, 2001, p. 286.
  • 40 Fleurs d’encre. Français 5e, C. Bertagna et F. Carrier dir., Paris, Hachette Éducation, 2010, p. 23 (...)
  • 41 Petits classiques Larousse, 2000 ; extraits dans À mots ouverts. Français 5e, A. Pagès dir., Paris, (...)
  • 42 Paris, GF « Étonnants classiques », 2001 ; extraits dans Français 5e, coll. « Textes, Langages et L (...)
  • 43 À propos de la Farce du Cuvier, dans Texto Collège. Le français en séquences. 5e, J.-J. Besson, S.  (...)
  • 44 Le Français au collège, 5e. De la lecture des textes à l’expression, C. Luxardo et H. Potelet, Pari (...)
  • 45 Quatre vers de Charles d’Orléans et de Bernard de Ventadour fournis pour un repérage de figures de (...)

15Les textes sont parfois dénaturés par leur présentation typographique : telle ballade (« Débat de Villon et de son cœur ») est présentée sans strophes repérables39, de même tel rondeau de Charles d’Orléans (« Le temps a laissé son manteau ») qui apparaît comme un bloc de seize vers40. On comprend que le découpage en scènes aide les élèves à repérer les grands moments de l’action dans telle ou telle farce ; encore faudrait-il spécifier que ce découpage n’est pas d’origine (c’est l’occasion d’une mise au point intéressante sur l’évolution de la structuration des pièces de théâtre, en lien avec les conditions de représentation). Ainsi de la traduction par G. Picot de la Farce de maître Pathelin41, ou de celle de la Farce du Cuvier par A. Tissier42. Dans le même ordre d’idées, il est inadéquat d’attirer l’attention sur des didascalies qui ne sont pas non plus d’époque43. Ailleurs les extraits fournis sont beaucoup trop courts44, voire tronqués45.

  • 46 Un extrait du roman qui lui est consacré est donné dans Français 5e, coll. « À suivre », op. cit., (...)
  • 47 Voir Fleurs d’encre. Français 5e, C. Bertagna et F. Carrier dir., Paris, Hachette Éducation, 2005, (...)
  • 48 Littérature 2nde/1re toutes séries, op. cit., p. 491 ; je souligne. Villon illustre un cas redoutab (...)
  • 49 Français 1re, J.-M. Bigeard dir., Paris, Magnard, 2007, p. 189.
  • 50 Danger de la paronymie : les fabliaux n’ont rien à voir avec les fables !
  • 51 Français. Textes et perspectives, 1re, J.-P. Aubrit et D. Labouret dir., Paris, Bordas, 2007, p. 29 (...)
  • 52 Littérature 1re. Des textes aux séquences, H. Sabbah dir., Paris, Hatier, 2007, p. 259.
  • 53 À mots ouverts. Français 5e, op. cit., p. 96. Ne sont proposés que des extraits du Roman de Renart (...)

16L’imprécision se remarque aussi parfois dans la désignation ou la contextualisation des extraits : il ne serait pas inintéressant de savoir que le « chevalier au papegau46 » n’est autre que le roi Arthur jeune ; il est fâcheux de voir tel passage de Tristan et Iseut (proposé dans la version de R. Louis) suivi de la double signature de Béroul et Thomas47, qui peut induire une collaboration à la manière de Boileau et Narcejac… Écrire, en regard du poème, que « la légende raconte [que Villon] a écrit “La Ballade des pendus” en prison, juste avant d’être gracié, alors qu’il se voyait déjà mort48 », n’aide pas l’élève à démêler le biographique de l’invention poétique. Certaines pages de synthèse tenant lieu de leçon d’histoire littéraire pèchent par approximation, voire pire. Le traitement du genre de la fable occasionne plus d’une fois des raccourcis qui font passer la période médiévale à la trappe. Ici, on explique que la fable « est fixée par Ésope au vie siècle avant J.-C. Son succès traverse les siècles. La Fontaine (1621-1695) en fait l’un des fleurons de la littérature du xviie siècle49 » ; là, on lit que « véhiculé par les isopets (textes inspirés d’Ésope) et fabliaux50 (courts récits en vers) au Moyen Âge, le genre reçoit ses lettres de noblesse en France avec les Fables de La Fontaine51 » ; tel « Historique de la fable52 » passe directement de l’Antiquité au xvie siècle ; dans une séquence intitulée « Ruses et tromperies. Découvrir le fabliau et la satire », s’opère un glissement mal contrôlé des fabulistes antiques au Roman de Renart, sans mention des recueils médiévaux de fables53.

  • 54 En fournir la liste détaillée serait trop long (je ne prétends mettre aucun manuel au pilori) ; on (...)
  • 55 Français 6e, coll. « Équipage », J.-M. Bourguignon dir., Paris, Nathan, 2009, chap. 10.
  • 56 Français 1re Toutes séries, J. Jordy dir., op. cit., p. 182.
  • 57 Esope de Julien Macho, éd. P. Ruelle, Recueil général des Isopets, vol. III, Paris, SATF, 1982, p.  (...)

17Les lacunes des pages de leçons reflètent l’absence regrettable d’extraits littéraires du Moyen Âge dans des objets d’étude où ils devraient paraître. Tout particulièrement (pour me borner à cet exemple), les fables médiévales sont les grandes oubliées des nombreux groupements qui, au collège comme au lycée, abordent le genre pour le définir ou pour observer, plus spécifiquement, le travail de l’argumentation ou de la réécriture. J’ai relevé pas moins de seize dossiers54 où ne figure pas la moindre fable médiévale, même là où l’on prétend retracer l’histoire multiséculaire du genre : on saute généralement d’Ésope et Phèdre à La Fontaine, qui sera éventuellement prolongé par des auteurs plus récents. Même si effectivement La Fontaine s’est inspiré des fabulistes antiques plutôt que médiévaux, il ne serait pas vain de citer les versions médiévales de plusieurs fables rendues célèbres par La Fontaine. Ainsi de « Le Renard et le Corbeau » composé par Marie de France, qu’un manuel (seule exception de mon corpus d’enquête) cite dans un chapitre consacré au « bestiaire fabuleux55 ». Ailleurs56, c’est seulement dans un cliché d’une page d’incunable qu’apparaît (en regard du « Loup et l’Agneau » de La Fontaine) un moraliste de la fin du xve siècle, Julien Macho, dont il eût été intéressant de citer l’une des fables (en prose), par exemple celle « du loup et de l’aignel57 »…

Que faire de la littérature médiévale ? Propositions de pistes

  • 58 Je me réfère aux Instructions Officielles des classes de collège et lycée de 2001 et au-delà (téléc (...)
  • 59 C’est en classe de 5e que la littérature médiévale mobilise environ un trimestre. En Terminale L (e (...)
  • 60 Non sous forme de cours magistral, qu’au mieux les étudiants apprennent passivement, mais à travers (...)

18Ne ramenons pas obsessionnellement tout au Moyen Âge, mais œuvrons à une « défense et illustration » qui rende simplement justice aux origines, encore mal (re)connues, de notre littérature ! On aura d’autant plus intérêt à le faire qu’élèves et étudiants peuvent se laisser séduire par cet âge pour eux mystérieux, empreint de légendaire. Il est possible de mieux tirer parti des Instructions Officielles régissant les programmes de français de l’enseignement secondaire58, sans s’en tenir aux objets explicitement centrés sur le Moyen Âge59. Alors que l’histoire littéraire60, un temps délaissée, voit son utilité réaffirmée, on gagnerait à réinscrire le Moyen Âge dans une perspective diachronique très ouverte : non qu’il faille renoncer à étudier, à certains moments, le Moyen Âge en soi et pour lui-même, mais l’intégrer, à d’autres moments, dans une perspective plus vaste ferait mieux saisir son intérêt dans l’histoire de l’imaginaire, des idées ou de l’esthétique, en quoi il a construit un « horizon d’attente » primordial qui a servi aux siècles suivants soit de repoussoir (le nier est vain, mais en analyser les raisons est révélateur), soit de modèle (avoué ou inavoué, conscient ou inconscient). L’histoire littéraire est faite d’éclipses et de résurgences ; le Moyen Âge travaille la création littéraire jusqu’à nos jours, de façon plus profonde parfois qu’on ne l’estime. Non pas certes dans sa globalité, ni de façon permanente ; mais à plus d’un titre, si l’on resserre son attention sur un type donné de textes, peuvent apparaître des axes de pertinence qui remontent même jusqu’à nos jours. Sans pouvoir détailler ici l’analyse, je voudrais esquisser, à partir de ma propre expérience pédagogique, une typologie de domaines exploitables, qu’on pourra décliner en « objets d’étude » dans l’enseignement secondaire, en programmes d’UE ou champs de recherche à l’Université – la validité d’un texte n’étant pas assignée à un niveau d’études ; la difficulté du travail peut être modulée en fonction du questionnement qu’on applique au texte considéré et du degré d’approfondissement visé, lequel varie aussi selon qu’on étudie la version originale ou une traduction. Ces quelques propositions n’épuisent bien sûr pas le champ des possibles.

1. Histoire des genres et des registres

1.1. Poésie

  • 61 J.O. du 28 août 2010.
  • 62 La présentation de la première strophe de la Ballade des pendus de Villon n’est à cet égard guère c (...)
  • 63 On peut partir des ballades 28, 63, 98, 102, 109 (éd. P. Champion), qui forment un corpus cohérent (...)
  • 64 Voir F. Bouchet, « Charles d’Orléans, le penseur dans le labyrinthe », à paraître aux Éditions univ (...)
  • 65 Voir les travaux d’Élodie Burle (université de Provence).
  • 66 Voir C. Schaeffer, Regards croisés : les yeux et la vue dans la poésie de Charles d’Orléans et Paul (...)

19En classe de 1ère (toutes séries), de belles possibilités s’ouvrent avec le nouvel objet d’étude « Écriture poétique et quête du sens, du Moyen Âge à nos jours61 ». Plutôt que de recycler les poèmes déjà connus62, c’est l’occasion d’en faire découvrir de nouveaux. Là aussi, les fables peuvent servir. Charles d’Orléans est une véritable « mine » (assez accessible même en langue originale), aussi bien en raison de l’écriture allégorique63, évident vecteur d’une quête du sens, que de la récurrence quasi obsessionnelle du thème de la pensée64. On peut aussi partir d’un poète moderne et retrouver certaines racines médiévales de son imaginaire, sans qu’il s’agisse à proprement parler de réécriture : le cas de Louis Aragon, parfois présenté comme notre dernier poète courtois, a été largement étudié65 ; la poésie de Paul Éluard vient presque naturellement à la rencontre de celle de Charles d’Orléans (à qui Éluard avait réservé un nombre important de pages dans son Anthologie vivante de la poésie du passé) lorsque l’on considère le thème du regard et des yeux66.

1.2. Théâtre

20Le théâtre médiéval présente bien des spécificités, tant dans son contenu (au départ religieux) que dans ses conditions de représentation (encore assez mal connues). Cependant les farces, souvent abordées au collège, constituent indéniablement un matériau qu’il faut rappeler lorsque l’on aborde, en classe de 2nde, l’objet « Comédie et tragédie ; le comique et le tragique ». Les Instructions Officielles de 2001 (p. 33) invitent à se centrer sur l’âge classique, mais rien n’interdit de montrer comment Molière, à ses débuts, s’est formé à l’école de la farce médiévale, dont il a repris nombre de procédés comiques (dans ses « petites » mais aussi ses « grandes » comédies). Dans un cours universitaire sur la farce, on peut ouvrir de plus amples perspectives diachroniques en explorant lors des dernières séances les réutilisations et transformations des procédés farcesques, dans le théâtre de boulevard et le vaudeville (Courteline, Feydeau), jusqu’à la « farce tragique » d’Eugène Ionesco, Les Chaises (1952), voire jusqu’à certains Diablogues de Roland Dubillard (1976), récemment mis en scène.

1.3. Roman

  • 67 Le programme 2010 restreint fâcheusement la perspective : « Le roman et la nouvelle au xixe siècle  (...)
  • 68 C’est ce que j’ai exposé lors d’une journée de formation des professeurs de lettres à l’université (...)
  • 69 L’article fondamental à ce sujet reste celui de C. Marchello-Nizia, « L’invention du dialogue amour (...)

21Le roman, devenu le genre dominant dans les choix de lecture du grand public comme des élèves, mérite bien qu’on y réfléchisse. La formulation en 2007 de l’objet d’étude « Le roman et ses personnages : vision de l’homme, vision du monde » (1re), présentait l’avantage d’ouvrir des pistes de réflexion vastes, non bornées chronologiquement67, incitant à comprendre comment la fiction peut, à sa manière, introduire au sens du monde réel. Le personnage romanesque médiéval se distingue du héros épique et apparaît comme un être « problématique » (pour reprendre le terme de G. Lukacs), qui doit trouver sa place dans le monde : on peut voir naître dans cette « fragilité » du personnage de roman médiéval68 des interrogations et des crises d’identité que les romans postérieurs prolongeront. Le thème plus circonscrit mais souvent abordé de la rencontre amoureuse et de la déclaration qui devrait s’ensuivre se trouverait enrichi de la prise en considération d’un ou deux extraits médiévaux (Eneas, Le Chevalier au Lion, par exemple) : les romanciers du xiie siècle se montrent de fins analystes des troubles amoureux (en cela héritiers de la topique ovidienne, mais pas seulement) et manient très intelligemment les jeux d’écriture (dit et non-dit, allusion) engendrés par la situation69.

1.4. Le biographique

  • 70 Tel est le parcours proposé dans Des textes à l’œuvre. Français 1re, R. Lancrey-Javal dir., Paris, (...)
  • 71 Christian Garcin, dans ses Vies volées (1999), consacre quelques pages à Guilhem de Cabestanh et à (...)

22Le programme 2001 permettait sous cet intitulé d’explorer toutes les formes du récit de vie (il a depuis été réduit plus conventionnellement à l’autobiographie). Des Vies parallèles de Plutarque aux Vies minuscules de Pierre Michon70, l’écriture biographique traverse l’histoire de la littérature. On aurait tort de se priver des ressources médiévales en la matière : vidas de troubadours, hagiographie (Légende dorée de Jacques de Voragine), vies de femmes célèbres dans La Cité des dames de Christine de Pizan ou, de la même, le Livre des faits et bonnes mœurs du roi Charles V le sage, pour n’évoquer que quelques exemples. Notre époque manifeste un goût indéniable pour les récits de vie de toutes sortes (vies imaginaires ou réelles, autofiction ; succès de la collection « L’un et l’autre » chez Gallimard) ; certains écrivent sur des hommes du Moyen Âge71. Les récits d’aujourd’hui et ceux du Moyen Âge semblent faits pour se rencontrer et faire surgir des idées sur les enjeux éthiques et esthétiques du biographique.

1.5. Les archétypes de contes

23Tous les élèves connaissent dès l’enfance des contes et il serait stérilisant, lorsqu’on aborde leur étude en classe de 6e, de se borner à leur assigner le schéma narratif des formalistes russes. Les contes les plus célèbres de l’âge classique sont redevables aux traditions populaires orales et gagneraient donc à être confrontés aux contes médiévaux, d’une lecture attrayante. On peut très commodément partir des Lais de Marie de France, qui présentent un grand nombre de motifs typiques (fée amoureuse d’un humain, enfant caché, malmariée, père incestueux, etc.) générateurs de possibles narratifs que les lais explorent à tour de rôle. Les lais anonymes des xiie et xiiie siècles apportent des ressources complémentaires. Le motif du père incestueux, célèbre grâce à Peau d’Âne, est exploité dans plusieurs romans des xiiie et xive siècles : La belle Hélène de Constantinople, La Manekine de Philippe de Beaumanoir, le Roman du conte d’Anjou de Jean Maillart.

1.6. Les genres de l’argumentation

  • 72 Fables françaises du Moyen Âge, éd. bilingue J.-M. Boivin et L. Harf-Lancner, Paris, GF-Flammarion, (...)

24L’étude des genres argumentatifs, qui se déclinait en 2001 en « démontrer, convaincre et persuader » (2nde) et « convaincre, persuader et délibérer » (1re) a été recadrée en 2010 : « Genres et formes de l’argumentation : xviie et xviiie siècle » (2nde) et « La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation du xvie siècle à nos jours » (1re). L’absence du Moyen Âge est regrettable car elle laisse croire qu’il fut étranger à la « littérature d’idées ». Or la littérature médiévale a cultivé le débat, sous différentes formes (tenso occitane, jeu-parti, disputatio scolastique). Un auteur tel qu’Alain Chartier a remarquablement usé des ressources du dialogue d’idées, tant en vers (Belle Dame sans merci, 1424) qu’en prose (Quadrilogue invectif, 1422), ce dernier texte marquant l’avènement de l’écrivain engagé (qu’on croit trop souvent n’émerger que bien plus tard). Comme vu plus haut, on peut aussi aborder la fable en tant que genre argumentatif, sans négliger le massif médiéval, dont une partie est facilement accessible72.

2. Questions d’esthétique et de culture

2.1. L’écriture lyrique

  • 73 Français 1re, G. Winter dir., op. cit., p. 118.
  • 74 On ne peut que recommander l’essai de J.-M. Maulpoix, Du lyrisme, Paris, José Corti, 2000.
  • 75 Voir R. Guiette, D’une poésie formelle en France au Moyen Âge, Paris, Nizet, 1972. Sur Villon, A. A (...)

25Une certaine paresse d’esprit (la force de l’habitude) amène à restreindre la définition du lyrisme à son acception romantique. C’est ainsi qu’on lit dans tel manuel que « le lyrisme est l’expression du sentiment73 ». C’est s’empêcher de comprendre une grande partie de la poésie antérieure et s’exposer au risque de croire naïvement que celle-ci nous délivre une confidence sincère de type autobiographique alors qu’il ne s’agit jamais que d’un « effet de sincérité », pour parler comme Barthes. Il faut donc étudier le lyrisme en large diachronie pour saisir les mutations historiques de ses enjeux74. L’analyse de quelques poèmes médiévaux permet de comprendre qu’à cette époque la pratique poétique est d’abord un jeu sur les formes et les topoi, même chez les poètes qui paraissent très personnels, comme Charles d’Orléans et Villon75. Cela reste vrai aux siècles suivants.

2.2. Les réécritures

  • 76 Celui-ci remplace la méridionale cigale, inconnue en France d’oïl.
  • 77 Voir la chanson de Colin Muset, « Sire cuens j’ai viellé ».

26Un tel objet impose par définition qu’on embrasse toute la diachronie, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et l’on ne peut que déplorer que le champ ait été circonscrit en 2010 : « Les réécritures, du xviie siècle à nos jours » (série L). On a relevé l’absence préjudiciable des fables médiévales dans l’étude du genre ; cette lacune est encore plus grave lorsqu’il s’agit précisément d’envisager la réécriture d’une fable au fil des siècles. On pourrait invoquer de nombreux exemples ; signalons seulement celui de « La cigale et la fourmi », abordé dans plusieurs manuels. L’intérêt de cette fable, lorsqu’on l’envisage en diachronie jusqu’au xxe siècle, est d’observer une inversion du statut éthique des deux insectes : la fourmi industrieuse, vantée pour sa prudence chez Ésope face à l’imprévoyante cigale, finit par être condamnée pour sa dureté de cœur tandis que la cigale, par son désintéressement même et son activité artistique (le chant), gagne la sympathie. On voit généralement le rapport de forces commencer à basculer chez La Fontaine (pas assez toutefois au goût de Rousseau). Mais à y regarder de plus près, les versions médiévales de la fable, sans doute sourdement travaillées par l’appel chrétien à la charité et l’abandon à la Providence prêché par le Christ, ne peuvent plus donner entièrement raison à la fourmi et amorcent la réhabilitation de la cigale. Marie de France montre la perversité de la fourmi, qui demande au grillon76 de chanter (v. 15), lui laisse espérer une parole favorable (v. 16), avant de l’éconduire ; surtout, le grillon est doté d’une utilité sociale puisqu’il distrait de son chant les autres animaux (v. 11-12) mais ne voit pas ses services récompensés (v. 12-13). En filigrane apparaît la figure du trouvère marginal qui n’arrive pas à vivre de son art77… Chez Julien Macho, la fable se termine sur une sentence démarquée de l’Ecclésiaste (« il y a temps de labourer et temps de repouser ») qui légitime autant le repos que le travail.

  • 78 Des textes à l’œuvre. Français 1re, R. Lancrey-Javal dir., op. cit., séquence 22. Le Moyen Âge n’es (...)
  • 79 Grâce à la très commode édition bilingue d’E. Baumgartner, Pyrame et Thisbé. Narcisse. Philomena, P (...)

27N’oublions pas non plus la révérence dans laquelle Virgile et Ovide furent tenus au Moyen Âge : étudiés, glosés, ils furent aussi imités et réécrits. Un beau groupement de textes sur « Un mythe et sa réécriture : la descente aux enfers78 » eût gagné à intégrer le Roman d’Eneas, réécriture de l’Enéide. Les Métamorphoses ont engendré tout au long du Moyen Âge de multiples réappropriations littéraires qui constituent un terrain d’exploration passionnant ; on peut facilement partir des versions du XIIe siècle concernant Pyrame et Thisbé, Narcisse, Philomèle79. Plus largement, le Moyen Âge n’a pas seulement su prolonger divers mythes littéraires (Médée, Orphée, en sus des précédents), il en a aussi créé de fameux (Tristan et Iseut, Arthur, Merlin, le Graal) qui à leur tour seront prolongés jusqu’à nos jours. Ce domaine ouvre d’évidentes perspectives en littérature comparée.

2.3. Histoire de la lecture

  • 80 Sociologie de la littérature, Paris, PUF « Que sais-je ? », 1958, p. 113.
  • 81 B.O. spécial n° 4, 29 avril 2010. Le choix est laissé à l’enseignant, parmi plusieurs thèmes possib (...)
  • 82 Voir F. Bouchet, op. cit.
  • 83 Voir N. Piégay-Gros, Le Lecteur, Paris, GF Flammarion « Corpus », 2002, qui propose un choix intére (...)

28La littérature a une histoire, élèves et étudiants le savent, mais la lecture aussi, ce qu’ils savent moins. Un décentrement du point de vue, qui consiste à partir du lecteur et non plus de l’auteur (dont on part généralement dans l’histoire littéraire) contribue efficacement à cerner le rôle et le fonctionnement des textes. R. Escarpit écrit que « savoir ce qu’est un livre, c’est d’abord savoir comment il a été lu80 ». L’attention théorique des critiques et des historiens envers la lecture ne s’est développée qu’à partir des années 1960, d’où quelques décennies de latence avant que cette question ne passe dans l’enseignement, non sans difficulté puisque peu d’enseignants y ont eux-mêmes été formés. L’objet (optionnel) « Écrire, publier, lire » est introduit en 2001 en classe de 2nde. En 2010, la lecture, en lien avec l’histoire du livre, prend place dans l’un des thèmes d’enseignement de « Littérature et société » de 2nde, « Des tablettes d’argile à l’écran numérique : l’aventure du livre et de l’écrit81 ». Au CAPES, des sujets récurrents de dissertation sur la lecture pourraient être traités avec plus de profondeur si les candidats avaient des connaissances historiques en la matière. On associe volontiers le Moyen Âge à l’univers fascinant des manuscrits (lesquels peuvent être abordés à l’occasion de l’étude de telle ou telle œuvre médiévale, dans une perspective texte-image), mais on néglige trop que les textes eux-mêmes témoignent de l’évolution des pratiques de lecture, de la performance orale au contact individuel, oculaire et silencieux avec le livre82. Bref, on peut proposer une traversée de la littérature française sous l’angle de la lecture, du Moyen Âge à nos jours, ce qui permet de renouveler les extraits abordés83. Mon expérience d’un enseignement transversal sur l’histoire de la lecture en Master confirme l’intérêt des étudiants pour cette problématique, qui les place dans une posture réflexive à l’égard de leur(s) propre(s) façon(s) de lire.

2.4. La part médiévale de l’imaginaire contemporain

  • 84 Sans compter l’emploi habituel dans les médias des termes « Moyen Âge » ou « moyenâgeux » pour dési (...)
  • 85 Français en séquences, 5e, M.-C. Brindejonc et alii, Paris, Magnard, 2006, p. 156-163 (« Le Moyen  (...)
  • 86 Fleurs d’encre. Français 5e, C. Bertagna et F. Carrier dir., Paris, Hachette, 2005, séquence 3 (« D (...)
  • 87 Français 5e, coll. « À suivre », N. Combe dir., Paris, Belin, 2006, dossier dans la séquence 4 (« R (...)
  • 88 En 2011, un téléfilm diffusé sur France 2 a adapté le roman de Jean Teulé, Je, François Villon (Par (...)
  • 89 C’est le nom d’une association d’universitaires qui se consacre au « médiévalisme » en France (http (...)

29Consciemment ou pas, notre époque est nourrie, voire hantée par le Moyen Âge. Élèves et étudiants arrivent avec une certaine idée du Moyen Âge, influencée, déformée par la BD, la littérature de jeunesse, l’heroic fantasy, le cinéma, les jeux vidéo, les festivités à la mode médiévale organisées ici et là84… On peut travailler sur ces représentations pour ajuster cette vision, en la comparant à ce que disent les textes, ce que montrent les sources iconographiques et plus largement artistiques. Plusieurs manuels scolaires s’emploient en ce sens, abordant la représentation de héros médiévaux dans la BD85, l’héritage médiéval dans notre culture86, le rapport au Moyen Âge de Star Wars87. À l’université, l’étude de Villon peut être prolongée par une réflexion sur la constitution du poète en personnage de légende, qui irrigue la chanson, la BD et la littérature jusqu’à nous88. La création littéraire d’aujourd’hui puise encore régulièrement une part de son inspiration dans le passé médiéval. Cette « modernité médiévale » constitue un domaine de recherche à part entière, qui a donné lieu à plusieurs colloques et ouvrages collectifs récents, ainsi qu’à des mémoires et thèses89.

3. Mouvements littéraires

  • 90 Voir I. Durand-Le Guern, Le Moyen Âge des romantiques, Rennes, PUR, 2001 ; La Fabrique du Moyen Âge (...)

30Étant donné ce que j’ai écrit plus haut de l’ouvrage d’Y. Stalloni, il me semble que le Moyen Âge ne peut être abordé qu’indirectement, à propos de l’étude d’un mouvement littéraire ultérieur, ou d’un auteur représentatif d’un mouvement. À partir de l’étude de Rabelais comme figure de l’humanisme, on peut aborder en « creux » le Moyen Âge, à la fois rejeté sous prétexte d’obscurantisme, parodié et malicieusement imité. Autre exemple : ce n’est pas par hasard qu’un certain Moyen Âge est redécouvert à l’époque romantique ; il constitue un miroir (fantasmatique) de la sensibilité du temps90.

  • 91 Dans certaines académies (dont Toulouse), des journées de formation incluant la littérature médiéva (...)
  • 92 Le mot est à la mode mais veillons à en définir les applications pertinentes.
  • 93 En partie seulement, car le maintien de repères chronologiques clairs est indispensable aux élèves (...)
  • 94 Jacques Le Goff, formé à l’École des Annales, y invitait dès 1977 pour ce qui concerne la réflexion (...)
  • 95 Ceci n’a rien à voir avec le désir naïf d’identifier dans les textes une psychologie éternelle de l (...)

31Cette rapide enquête mène à plusieurs conclusions. Tout d’abord, celle d’une nécessaire collaboration des enseignants du secondaire et du supérieur : les médiévistes peuvent utilement contribuer à la formation continue des professeurs de français91, à la relecture des manuels (si l’on veut bien les intégrer aux équipes qui règnent sur ce secteur éditorial). Dans le supérieur, à l’heure de la mise en place des ESPÉ, il faut souhaiter que des médiévistes s’impliquent dans ces nouvelles structures pour promouvoir une didactique de la littérature médiévale, englobée dans les approches de la littérature en général. L’enseignant-chercheur pourrait aussi sortir un peu plus souvent de sa spécialité étroite pour travailler en « transversalité »92. En l’occurrence, une histoire littéraire en partie93 décloisonnée favoriserait, en s’affranchissant d’un découpage séculaire contestable, l’élaboration d’objets de réflexion stimulants car porteurs d’un sens inscrit dans la longue durée94. Cette perspective élargie ne permettrait que mieux de saisir la spécificité historique des textes médiévaux. Étudier la littérature médiévale, c’est faire l’archéologie de notre littérature, mais non dans un but d’érudition passéiste ; c’est y chercher des clefs sur le besoin fondamental qu’a l’homme d’interroger le monde par la littérature95, et des éléments de compréhension du devenir de celle-ci au fil du temps. À l’heure où les notions de mémoire collective et de patrimoine sont mises à l’honneur, il serait regrettable d’ignorer – parfois volontairement – le trésor de la littérature médiévale.

Haut de page

Notes

1 Je reprends ici le titre d’un essai de G. Sergi, L’Idée de Moyen Âge, Paris, Flammarion, « Champs », 2001. Voir aussi C. Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996 ; M. Stanesco, Lire le Moyen Âge, Paris, Dunod, 1998, p. 209-214.

2 « Les classiques scolaires », Les Lieux de mémoire (P. Nora éd.), Paris, Gallimard, « Quarto », 1997, t. 2, p. 2085-2130.

3 Voir l’état des lieux dressé dans la Table ronde « Lire le Moyen Âge » publiée dans Le Français aujourd’hui, 54, juin 1981, p. 84-90. Des enseignants du secondaire y dialoguent avec des universitaires (B. Cerquiglini, P. Zumthor), réfléchissent aux difficultés soulevées par l’étude des textes médiévaux, esquissent des avancées que nous pouvons mieux mesurer aujourd’hui.

4 « Lettres gothiques » (Livre de Poche), « GF Flammarion », « Folio classique », « Champion classiques » ; citons aussi pour mémoire « Stock + Moyen Âge » et « Bibliothèque médiévale 10/18 », collections pionnières aujourd’hui arrêtées.

5 Paris, Seuil, 1982.

6 Le détail des occurrences est fourni pour permettre d’apprécier la place impartie au Moyen Âge dans un volume qui compte (hors index) 453 pages.

7 Il existe ainsi, dans l’historiographie littéraire, du fait qu’il s’agit d’un discours rétrospectif, des « erreurs de parallaxe » par excès ou par défaut, qui tendent tantôt à survaloriser tel auteur ou telle œuvre par rapport à l’audience réelle dont ils bénéficièrent au Moyen Âge, tantôt à négliger des œuvres qui ne nous « parlent » plus mais qui étaient notoires au Moyen Âge. Le phénomène est accentué par les pertes de manuscrits médiévaux au fil du temps. La recherche en littérature médiévale contribue à réviser ces erreurs d’appréciation ; elle peut promouvoir l’édition d’œuvres encore sous-estimées et leur mise au programme d’enseignements universitaires.

8 Les auteurs et œuvres étrangers du Moyen Âge également cités sont : Boccace, le Cantar de Rodrigo, Dante, Gottfried de Strasbourg, Saxo Grammaticus.

9 Voir Littérature 41, fév. 1981 (« Intertextualités médiévales »).

10 Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, Paris, Gallimard, 1968 (Berne, 1946).

11 Paris, Armand Colin, 2007.

12 Rosny-sous-Bois, Bréal, 2004.

13 « Depuis cinq siècles, la littérature, en France, a porté les moments successifs de notre histoire dans une clarté qui n’est que d’elle » : ce décompte exclut l’obscur Moyen Âge.

14 Op. cit., p. 17-19.

15 Ibid., p. 17.

16 Ibid., p. 16.

17 Je me permets de renvoyer à mon essai, Le Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles : pratiques, poétique, imaginaire, Paris, Champion, 2008.

18 Op. cit., p. 23.

19 Voir M. Zink, La Subjectivité littéraire. Autour du siècle de saint Louis, Paris, PUF, 1985.

20 On peut évoquer à titre de symptôme le Dictionnaire égoïste de la littérature française de Charles Dantzig (Paris, Grasset, 2005), qui avait plu au grand public par son art d’allier érudition et anticonformisme – quoique l’auteur se permette un peu trop facilement de juger à coups de bons mots, tel un petit marquis du XVIIIe siècle. Le Moyen Âge n’a droit qu’à deux entrées : « Courtois » (pour s’en gausser), « Villon » (pour l’admirer, forcément).

21 Mon enquête porte sur une quarantaine de manuels (26 de collège, 15 de lycée), publiés entre 1997 et 2011.

22 J’ai enregistré une occurrence par manuel, dès lors qu’au moins un extrait était proposé.

23 Français 5e, livre unique, H. Potelet dir., Paris, Hatier, 2006, séquence 6.

24 Dans Fenêtres ouvertes. Français 5e, D. Cesbron-Ecevit dir., Paris, Bordas, 2010 : un extrait du Conte du Graal adapté par A.-M. Cadot-Colin (p. 42-43), un autre traduit par M.-T. de Medeiros (p. 50).

25 F. Johan (Les Enchantements de Merlin), A.-M. Cadot-Colin (adaptations de Chrétien de Troyes).

26 Les Romans de la Table Ronde par J. Boulanger ; versions de Tristan et Iseut dues à R. Louis ou à J. Bédier, par exemple.

27 Comme les auteurs médiévaux, il est vrai : inventions, emprunts à d’autres œuvres, suppressions.

28 Dans Du côté des lettres. Textes et expression. Français 5e, M.-F. Sculfort dir., Paris, Nathan, 2001, chap. 7.

29 Trad. J. Frappier, Paris, Champion, 1969.

30 Paris, Flammarion, « Castor poche », 1998.

31 Français 5e, coll. « À suivre », N. Combe dir., Paris, Belin, 2006, séquence 4.

32 Paris, Hachette jeunesse, 2003.

33 Anagramme. Français 5e, O. Combault et alii, Paris, Hatier, 2006, séquence 3.

34 Paris, Bayard Jeunesse, 2005.

35 Français 5e, coll. « Textes, Langages et Littératures », F. Colmez dir., Paris, Bordas, 2006, séquence 6.

36 Michael Morpurgo, Le Roi Arthur (Paris, Gallimard jeunesse, 1998), F. Johan, Les Enchantements de Merlin (Casterman, 2006), R. Barjavel, L’Enchanteur (Paris, Denoël, 1984).

37 Français 5e. Séquences et expression, N. Fix-Combe dir., Paris, Belin, 2001. La séquence propose des extraits de romans de J. Mirande, É. Brissou-Pellen, J.-C. Noguès.

38 Français 1re Toutes séries, J. Jordy dir., Paris, Bertrand-Lacoste, 2002, p. 55. Le v. 1 devient « Je chante pour dissimuler mes sentiments ». En outre, le poème est désigné comme une ballade !

39 Français 1re, G. Winter dir., Paris, Bréal, 2001, p. 286.

40 Fleurs d’encre. Français 5e, C. Bertagna et F. Carrier dir., Paris, Hachette Éducation, 2010, p. 232. Effet pervers du « compactage » de la mise en page.

41 Petits classiques Larousse, 2000 ; extraits dans À mots ouverts. Français 5e, A. Pagès dir., Paris, Nathan, 2001, chap. 6 (« Farces d’hier et d’aujourd’hui »).

42 Paris, GF « Étonnants classiques », 2001 ; extraits dans Français 5e, coll. « Textes, Langages et Littératures », op. cit, séquence 5.

43 À propos de la Farce du Cuvier, dans Texto Collège. Le français en séquences. 5e, J.-J. Besson, S. Gallet, M.-T. Raymond, Paris, Hachette, 2001, question p. 62. On a également tort de faire valoir dans le passage les points d’exclamation, dus à la traduction moderne.

44 Le Français au collège, 5e. De la lecture des textes à l’expression, C. Luxardo et H. Potelet, Paris, Hatier, 1997, chap. 6, propose des extraits de romans de chevalerie de 7 à 15 lignes seulement. La présentation en « œuvre complète » de Tristan et Iseut dans Fenêtres ouvertes. Français 5e, op. cit., p. 62-65, n’offre que trois extraits de 4 à 9 demi-lignes : les questions occupent plus de place que les extraits !

45 Quatre vers de Charles d’Orléans et de Bernard de Ventadour fournis pour un repérage de figures de style, ibid., p. 121 et 123 ; une seule strophe de la Ballade des pendus de Villon dans Littérature 2nde/1re toutes séries, M. Degoulet, F. Mouttapa et V. Presselin dir., Paris, Hachette, 2011, p. 491.

46 Un extrait du roman qui lui est consacré est donné dans Français 5e, coll. « À suivre », op. cit., p. 98.

47 Voir Fleurs d’encre. Français 5e, C. Bertagna et F. Carrier dir., Paris, Hachette Éducation, 2005, p. 83 ; Anagramme. Français 5e, op. cit., p. 78 et 134.

48 Littérature 2nde/1re toutes séries, op. cit., p. 491 ; je souligne. Villon illustre un cas redoutable d’histoire littéraire qui entre dans un cercle vicieux : on reconstitue la vie de Villon à partir de ses supposées confidences dans ses poèmes, et l’on explique les poèmes à partir de cette vie reconstruite.

49 Français 1re, J.-M. Bigeard dir., Paris, Magnard, 2007, p. 189.

50 Danger de la paronymie : les fabliaux n’ont rien à voir avec les fables !

51 Français. Textes et perspectives, 1re, J.-P. Aubrit et D. Labouret dir., Paris, Bordas, 2007, p. 298.

52 Littérature 1re. Des textes aux séquences, H. Sabbah dir., Paris, Hatier, 2007, p. 259.

53 À mots ouverts. Français 5e, op. cit., p. 96. Ne sont proposés que des extraits du Roman de Renart et de Rabelais. Malgré le titre de la séquence, les fabliaux ne sont ni définis ni représentés par un extrait – faut-il soupçonner une confusion avec le genre de la fable ?

54 En fournir la liste détaillée serait trop long (je ne prétends mettre aucun manuel au pilori) ; on retrouvera plusieurs exemples dans les manuels déjà cités.

55 Français 6e, coll. « Équipage », J.-M. Bourguignon dir., Paris, Nathan, 2009, chap. 10.

56 Français 1re Toutes séries, J. Jordy dir., op. cit., p. 182.

57 Esope de Julien Macho, éd. P. Ruelle, Recueil général des Isopets, vol. III, Paris, SATF, 1982, p. 78-79.

58 Je me réfère aux Instructions Officielles des classes de collège et lycée de 2001 et au-delà (téléchargeables sur les sites http://www.education.gouv.fr et http://eduscol.education.fr).

59 C’est en classe de 5e que la littérature médiévale mobilise environ un trimestre. En Terminale L (enseignement de Lettres), une œuvre patrimoniale du Moyen Âge figure certaines années au programme : le Tristan de Béroul (2001-2002), le Conte du Graal de Chrétien de Troyes (2004-2005). Il serait temps qu’une nouvelle œuvre médiévale soit affichée dans ce cadre.

60 Non sous forme de cours magistral, qu’au mieux les étudiants apprennent passivement, mais à travers la confrontation attentive des textes.

61 J.O. du 28 août 2010.

62 La présentation de la première strophe de la Ballade des pendus de Villon n’est à cet égard guère convaincante, dans Littérature 2nde/1re toutes séries, op. cit., p. 491.

63 On peut partir des ballades 28, 63, 98, 102, 109 (éd. P. Champion), qui forment un corpus cohérent centré sur l’image du voyage allégorique de la vie ; puis réinscrire l’une ou l’autre de ces ballades dans un ensemble diachroniquement ouvert de poèmes sur le thème du voyage.

64 Voir F. Bouchet, « Charles d’Orléans, le penseur dans le labyrinthe », à paraître aux Éditions universitaires d’Avignon. On peut au passage comparer les ressources formelles de la ballade et du rondeau dans l’expression de la pensée.

65 Voir les travaux d’Élodie Burle (université de Provence).

66 Voir C. Schaeffer, Regards croisés : les yeux et la vue dans la poésie de Charles d’Orléans et Paul Éluard, mémoire de Master 1, sous la direction de F. Bouchet, Université de Toulouse 2, 2010.

67 Le programme 2010 restreint fâcheusement la perspective : « Le roman et la nouvelle au xixe siècle » (2nde), « Le personnage de roman, du xviie siècle à nos jours » (1re).

68 C’est ce que j’ai exposé lors d’une journée de formation des professeurs de lettres à l’université de Toulouse 2 Le Mirail (18 janvier 2008) ; le texte de mon intervention est publié sur le site Lettres de l’académie de Toulouse : http://pedagogie.ac-toulouse.fr/lettres/francais/lycee/h%E9ros%20de%20roman.pdf.

69 L’article fondamental à ce sujet reste celui de C. Marchello-Nizia, « L’invention du dialogue amoureux : le masque d’une différence », Masques et Déguisements dans la littérature médiévale (B. Roy et P. Zumthor éd.), Montréal-Paris, Presses de l’Université de Montréal-Vrin, 1988, p. 223-231.

70 Tel est le parcours proposé dans Des textes à l’œuvre. Français 1re, R. Lancrey-Javal dir., Paris, Hachette, 2001, séquence 17. Malheureusement sans Moyen Âge.

71 Christian Garcin, dans ses Vies volées (1999), consacre quelques pages à Guilhem de Cabestanh et à Gaucelm Faidit. Dans un autre style, Le Très-bas de Christian Bobin (Paris, Gallimard, 1992) évoque la vie de saint François d’Assise.

72 Fables françaises du Moyen Âge, éd. bilingue J.-M. Boivin et L. Harf-Lancner, Paris, GF-Flammarion, 1996.

73 Français 1re, G. Winter dir., op. cit., p. 118.

74 On ne peut que recommander l’essai de J.-M. Maulpoix, Du lyrisme, Paris, José Corti, 2000.

75 Voir R. Guiette, D’une poésie formelle en France au Moyen Âge, Paris, Nizet, 1972. Sur Villon, A. Armand fait une rapide mais utile mise au point didactique dans L’histoire littéraire. Théories et pratiques, Toulouse, CRDP Midi-Pyrénées, diffusion Bertrand-Lacoste, 1993, p. 42-44.

76 Celui-ci remplace la méridionale cigale, inconnue en France d’oïl.

77 Voir la chanson de Colin Muset, « Sire cuens j’ai viellé ».

78 Des textes à l’œuvre. Français 1re, R. Lancrey-Javal dir., op. cit., séquence 22. Le Moyen Âge n’est pas complètement absent grâce à Dante, heureusement !

79 Grâce à la très commode édition bilingue d’E. Baumgartner, Pyrame et Thisbé. Narcisse. Philomena, Paris, Gallimard, « Folio classique », 2000.

80 Sociologie de la littérature, Paris, PUF « Que sais-je ? », 1958, p. 113.

81 B.O. spécial n° 4, 29 avril 2010. Le choix est laissé à l’enseignant, parmi plusieurs thèmes possibles.

82 Voir F. Bouchet, op. cit.

83 Voir N. Piégay-Gros, Le Lecteur, Paris, GF Flammarion « Corpus », 2002, qui propose un choix intéressant de textes théoriques et littéraires (mais le Moyen Âge n’est représenté que par un bref extrait de L’Enfer de Dante).

84 Sans compter l’emploi habituel dans les médias des termes « Moyen Âge » ou « moyenâgeux » pour désigner toute situation violente ou sous-développée.

85 Français en séquences, 5e, M.-C. Brindejonc et alii, Paris, Magnard, 2006, p. 156-163 (« Le Moyen Âge aujourd’hui », abordant la figure du chevalier, Merlin, Robin des Bois, Renart).

86 Fleurs d’encre. Français 5e, C. Bertagna et F. Carrier dir., Paris, Hachette, 2005, séquence 3 (« Descriptions : entre documentaire et fiction », avec des textes modernes héritiers de l’imaginaire médiéval : Le Seigneur des anneaux, Harry Potter, des romans médiévalisants, une notice d’office de tourisme, des images d’inspiration médiévale).

87 Français 5e, coll. « À suivre », N. Combe dir., Paris, Belin, 2006, dossier dans la séquence 4 (« Romans de chevalerie. Des hommes d’exception »).

88 En 2011, un téléfilm diffusé sur France 2 a adapté le roman de Jean Teulé, Je, François Villon (Paris, Julliard, 2006). L’un et l’autre véhiculent une vision complaisamment noire et sadique du Moyen Âge.

89 C’est le nom d’une association d’universitaires qui se consacre au « médiévalisme » en France (http://modernitesmedievales.org). Parmi les parutions récentes, voir Images du Moyen Âge, I. Durand-Le Guern dir., Rennes, PUR, 2006 ; Le Moyen Âge mis en scène : perspectives contemporaines, S. Gorgievski et X. Leroux dir., Toulon, Université du Sud, 2007 ; Passé présent. Le Moyen Âge dans les fictions contemporaines, N. Koble et M. Séguy dir., Paris, Éditions Rue d’Ulm / Presses de l’École normale supérieure, 2009 ; Fantasmagories du Moyen Âge, E. Burle-Errecade et V. Naudet dir., Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2010.

90 Voir I. Durand-Le Guern, Le Moyen Âge des romantiques, Rennes, PUR, 2001 ; La Fabrique du Moyen Âge au xixe siècle. Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du xixe siècle, S. Bernard-Griffiths, P. Glaudes et B. Vibert dir., Paris, Champion, 2006 ; J. Le Goff, « Les Moyen Âge de Michelet », , Paris, Gallimard, 1977, p. 19-45).

91 Dans certaines académies (dont Toulouse), des journées de formation incluant la littérature médiévale sont proposées. Certaines publications universitaires peuvent fournir des pistes de réflexion, comme Grands textes du Moyen Âge à l’usage des petits, C. Cazanave et Y. Houssais dir., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2010, complété par Médiévalités enfantines. Du passé défini au passé indéfini, mêmes auteurs et éditeur, 2011.

92 Le mot est à la mode mais veillons à en définir les applications pertinentes.

93 En partie seulement, car le maintien de repères chronologiques clairs est indispensable aux élèves et aux étudiants ; l’enseignement de l’histoire par approches thématiques, ces dernières années, a pu engendrer quelque confusionnisme.

94 Jacques Le Goff, formé à l’École des Annales, y invitait dès 1977 pour ce qui concerne la réflexion historique : « le Moyen Âge – que je serai le dernier à détacher de la continuité historique où nous baignons et qu’il nous faut saisir dans sa longue durée qui n’implique pas la croyance à l’évolutionnisme – est ce passé primordial où notre identité collective, quête angoissée des sociétés actuelles, a acquis certaines caractéristiques essentielles » (op. cit., p. 11).

95 Ceci n’a rien à voir avec le désir naïf d’identifier dans les textes une psychologie éternelle de l’homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Bouchet, « Le Moyen Âge mène à tout, à condition d’en sortir : pour une approche diachronique de la littérature médiévale », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/7505 ; DOI : 10.4000/peme.7505

Haut de page

Auteur

Florence Bouchet

Université de Toulouse (UTM) - PLH : Patrimoine, Littérature, Histoire (EA 4601)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page