Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Édition & traductions

Sone de Nansay

Paris, Honoré Champion, 2014
Anne Martineau
Référence(s) :

Sone de Nansay, édité par Claude Lachet, Paris, Honoré Champion, 2014, « Classiques français du Moyen Âge » 175, 988 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Continuations du Conte du Graal, Cycle de la Croisade, Parzival, Perlesvaus
Haut de page

Texte intégral

1On ne peut que se réjouir de la parution de l’édition de Sone de Nansay par Claude Lachet, peu après sa traduction (Sone de Nansay, traduction en français moderne par Claude Lachet, Paris, Honoré Champion, « Traductions des Classiques du Moyen Âge » 93, 2012). Jusqu’alors, il n’existait que l’édition de Moritz Goldschmidt, vieille de plus d’un siècle et devenue introuvable (Sone von Nausay, Bibliothek des Literarischen Vereins in Stuttgart, ccxvi, Tübingen, 1899). Celle de Claude Lachet représente l’aboutissement de nombreuses années de recherches, puisqu’il avait déjà consacré sa thèse à ce roman (Sone de Nansay et le roman d’aventures en vers au xiiie siècle, Paris, Honoré Champion, 1992) ainsi que de multiples articles (voir la « Bibliographie » de l’édition). Éditer le texte lui‑même fut un travail de longue haleine, tant en raison de l’énormité du roman (21322 vers, précédés d’un prologue en prose) que du piteux état de l’unique manuscrit nous l’ayant conservé.

2Ce dernier, le L.I.13 de la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Turin, fait en effet partie des grands blessés du dramatique incendie de 1904. Si la position centrale de Sone de Nansay dans le volume lui a épargné le pire, sa restauration prit beaucoup de temps (en 1966, elle n’était pas achevée), empêchant du même coup toute consultation. Même restauré, la lecture en est ardue, les feuillets, sous l’effet de la chaleur, étant devenus « transparents, de sorte que le texte du verso se confond souvent avec celui du recto », comme Claude Lachet l’a constaté de visu (Sone de Nansay, éd. cit., « Introduction », p. 21). À ces malheurs s’ajoute l’absence, depuis toujours, d’un cahier entier (le 13e), soit la perte d’environ 2400 vers. Tout cela n’a pas découragé Claude Lachet, convaincu depuis longtemps de la nécessité de procurer une édition moderne de ce roman, unique en son genre.

3Il défie toute tentative de classification, ce qui lui a valu d’être rangé dans la catégorie, vague à souhait, des « romans d’aventures en vers ». Mais Charles‑Victor Langlois l’a jugé digne de figurer dans cette dizaine d’œuvres qu’en raison de leur réalisme il étudie dans la littérature médiévale (La Vie en France au Moyen Âge, de la fin du xiie au milieu du xive siècle d’après des romans mondains du temps, Paris, Hachette, 1926), ce qui ne l’a pas empêché de porter des jugements sévères sur ses qualités littéraires (La Société française au xiiie siècle d’après dix romans d’aventure, Paris, Hachette, 1904, « Sone de Nansai », p. 271‑310). Pour Roger Sherman Loomis, en revanche, il se rattache à la légende arthurienne et contient même des motifs très archaïques (Wales and the Arthurian Legend, Cardiff, University of Wales Press, 1956, chap. iv, « Bran the Blessed and Sone de Nansai, p. 53‑60). De fait, si Arthur n’y figure pas, il y est bien question de Joseph d’Arimathie et du Graal.

4Plutôt que de lui accoler une étiquette quelconque (aucune ne tient), Claude Lachet préfère mettre en lumière les influences multiples qu’il y décèle. Celles de Chrétien de Troyes (auquel l’auteur emprunte nombre de motifs, toujours traités de façon très personnelle), mais aussi de Jean Renart (notamment par l’insertion de pièces lyriques), des Continuations du Conte du Graal, de Robert de Boron, du Perlesvaus, peut‑être d’œuvres étrangères ? (le Parzival de Wolfram von Eschenbach), et même de poèmes du Cycle de la croisade puisque, dans le « Prologue » en prose, Sone est donné pour l’ancêtre du Chevalier au Cygne. Pour Claude Lachet, ce roman est un « creuset où se mêlent de multiples genres, influences et réminiscences littéraires », un « microcosme de la littérature de son époque », une « somme », et donc une œuvre bien de son temps, cette deuxième moitié du xiiie siècle qui vit fleurir les Encyclopédies et saint Thomas d’Aquin publier sa Summa theologiae (Sone de Nansay, éd. cit., « Introduction », p. 117‑119). Mais l’écrivain sait aussi se montrer novateur. Nombre de notations, pendant les voyages de Sone en Norvège, procèdent de choses vues. Elles témoignent par conséquent d’un intérêt ethnographique et sont créatrices d’un exotisme nouveau, nordique, davantage propre à dépayser le lecteur que les sempiternelles (et fantaisistes) « merveilles de l’Orient ». Au total, une œuvre riche, qui ne peut qu’intéresser les médiévistes ne la connaissant pas encore, et stimuler leur réflexion.

5Claude Lachet leur fournit un outil excellent. L’édition du texte proprement dit est très soignée. Elle est précédée d’une longue « Introduction » dans laquelle, après avoir rendu hommage à ses devanciers (surtout à Moritz Goldschmidt, dont le travail, pour certains feuillets endommagés dans l’incendie, est devenu l’unique témoin de l’œuvre), il décrit l’état actuel du manuscrit et expose les règles qu’il a suivies pour l’établissement du texte. Suit une longue étude (phonétique, morphologique et syntaxique) de la langue, qui est celle du Nord‑Est. Versification et vocabulaire (parfois rare et régional) ne sont pas oubliés. Il s’interroge ensuite sur l’auteur du roman (probablement un Brabançon), sa date de composition et son titre. De l’aveu même du héros, le nom de Sone est d’origine germanique. Faut‑il le rapprocher de Sohn (« fils »), de schön (« beau ») ou de Sonne (« soleil ») ? Selon Claude Lachet, aucune hypothèse n’est à écarter, Sone étant à la fois remarquablement beau, « le fils le plus célèbre de Nansay », et un nouveau « soleil » de la « chevalerie » (ibid., p. 75‑77). « Nansay » aussi pose problème. S’agit‑il de Nambsheim, de Nançay ou de Nancy ? Il opte pour Nancy, et s’en justifie. Les dernières parties de l’« Introduction » sont plus littéraires. Une « Analyse du roman » permet au lecteur de ne pas s’égarer dans cette œuvre touffue, et ce n’est qu’en dernier, dans « Un roman pluriel », que Claude Lachet expose, modestement, en une trentaine de pages, sa vision du roman. La fin de cet énorme livre comporte des « Notes » abondantes (dans lesquelles il s’explique sur ses divergences de lecture avec Moritz Goldschmidt), une « Liste des proverbes et expressions sentencieuses », et un très utile « Index des noms propres » suivi d’un riche « Glossaire ». Dans la « Bibliographie », la liste des études consacrées à Sone de Nansay n’est pas longue. Cela montre que le roman est encore peu connu. Nombre de travaux de recherche, suscités par la belle édition de Claude Lachet, devraient bientôt la rallonger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Martineau, « Sone de Nansay  », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 07 janvier 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/7768 ; DOI : 10.4000/peme.7768

Haut de page

Auteur

Anne Martineau

Université de Saint‑Étienne

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page