Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Olivier Delsaux, Tania Van Hemelryck, Les Manuscrits autographes en français au Moyen Âge. Guide de recherches

Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Olivier Delsaux, Tania Van Hemelryck, Les Manuscrits autographes en français au Moyen Âge. Guide de recherches, Turnhout, Brepols, 2014, 286 p.

Texte intégral

1Le but de ce volume est de faire le point dans un domaine de recherche dont l’intérêt et le caractère interdisciplinaire ont été soulignés par quelques maîtres fondateurs – Gilbert Ouy, Ezio Ornato, Carla Bozzolo au premier chef – mais dont l’étendue même exige d’autres études et approfondissements. La matière est répartie en quatre sections.

2Le Mode d’emploi (p. 11-29) organise les « possibilités de recherche » sur les manuscrits autographes sous trois rubriques : comment identifier les autographes (sur une base matérielle ou sur une base textuelle), comment les éditer, comment les étudier (approche matérielle, philologique, littéraire). Le point faible me semble être l’extrême fragmentation des paragraphes, chacun accompagné d’une bibliographie spécifique. Un seul exemple : pour ce qui concerne l’identification des autographes « sur une base textuelle » (p. 15), on distingue « analyser le comportement textuel de la main d’un manuscrit » (un article de P. Meyer), « montrer que la main qui transcrit respecte scrupuleusement les choix de l’auteur dans l’exemplar » (un article de G. Ouy), « montrer que la main qui transcrit intervient dans le texte avec une autorité et une intelligence qu’on attend de l’auteur » (subdivisé à son tour « au stade de la copie » et « au stade de la relecture »), « montrer que la main qui relit intervient selon des procédés qui laissent penser qu’il s’agit de la main de l’auteur et non de celle d’un collaborateur » (un article de Fr. Guichard-Tesson). On se demande quel est le but de ces pages : il ne s’agit évidemment pas de fournir une bibliographie raisonnée (celle-ci occupe les p. 31-51 et reprend les mêmes titres). D’autre part, un lecteur même averti risque de s’y perdre, car le classement des questions abordées n’est évidemment pas aisé, tant les problèmes et les réponses se chevauchent ; pourquoi – pour ne donner qu’un exemple – la question de la « mise en page » n’est nullement prise en compte à propos de l’édition des textes, alors qu’elle se retrouve dans la partie « étudier » / « approche littéraire » (p. 27) ?

3Le cœur du livre est évidemment le « Répertoire des mss autographes en français au Moyen Âge » ; deux classements en sont donnés : le premier par auteur et par titre (pour les anonymes), le second par type de manuscrit. Et c’est là que s’impose la « patte » des deux auteurs, qui proposent une typologie et une nomenclature spécifique en fonction du mode de production des manuscrits (définitions p. 54-55 ; il s’agit de la terminologie adoptée par Olivier Delsaux dans son volume Manuscrits et Pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen Âge. L’exemple de Christine de Pizan, Genève, Droz, 2013) : « manuscrit autographe », « manufacture autographe », « manuscrit auctorial », « manuscrit original » (celui-ci sera un « manuscrit contemporain du texte et en possession du dédicataire ou de l’auteur, dont aucun critique n’a suggéré que l’auteur était intervenu dans la production »). Dans la liste qui suit (p. 57-127), qui comprend quelque 150 auteurs / titres et plus de 400 manuscrits, les points d’interrogation abondent, et signalent très honnêtement les classements encore douteux ou problématiques ; les notes en bas de page donnent la référence aux titres où l’autographie est discutée. La matière est très abondante, et les éléments réunis ici ouvriront certainement des pistes de recherche rénovées. Quelques vérifications sur les manuscrits que je connais un peu semblent toutefois inviter à la prudence dans le maniement des données ; pour ce qui concerne par exemple Jean Miélot (p. 100-105), le très célèbre ms BnF, fr. 17001 contient – outre les œuvres indiquées ici et p. 152 – le Mors de la pomme (f. 107r-114v) : si cette œuvre n’est pas de Miélot, elle y est néanmoins transcrite de sa main. Quant au ms BnF, fr. 6449, on se demande quels éléments ont pu déterminer son classement comme « manufacture autographe » (p. 104 et 145), c’est-à-dire « manuscrit supervisé par l’auteur, où son intervention est visible (traces observables dans le manuscrit) » (p. 54) : ce manuscrit, que j’ai étudié de près en vue de l’édition de la Vie de sainte Katherine de Jean Miélot qu’il contient, ne présente aucune trace d’intervention de son auteur ; il faudrait donc le classer parmi les « manuscrits auctoriaux », à savoir les mss supervisés par l’auteur « où son intervention est présumée (pas de traces observables dans le témoin) » (ibidem).

4On saura gré aux éditeurs d’avoir complété ce volume par trois articles de Gilbert Ouy, dont est publiée ici une version révisée et mise à jour : ces contributions – dont les premières rédactions remontent aux années 1980 – méritent bien une (re)lecture attentive, car la richesse de l’information s’y relie à la profondeur de l’analyse et à l’ampleur des domaines concernés ; si nous nous permettons d’en rappeler rapidement le contenu, c’est uniquement pour les recommander aux lecteurs plus jeunes qui n’y auraient pas encore eu accès.

5Le premier (« Manuscrits autographes en France au temps des premiers humanistes », p. 157-193) permet de saisir l’importance de la question de l’autographie dans le cadre, en amont, de la production / transmission des textes et, en aval, de l’édition critique. Par l’exemple des auteurs qui lui étaient les plus chers – Jean Gerson, Nicolas de Clamanges, Christine de Pizan, les ‘frères captifs’ Charles d’Orléans et Jean d’Angoulême – Gilbert Ouy guide le lecteur à travers cette époque charnière que fut le premier humanisme français, et qui anticipe de tant de points de vue la pratique philologique de la Renaissance. Dans le deuxième (« Les orthographes de divers auteurs français des xive et xve siècles. Présentation et étude de quelques manuscrits autographes », p. 197-236) il montre l’intérêt des manuscrits autographes – en particulier lorsque deux autographes du même auteur sont conservés – pour fonder sur des bases solides l’histoire de l’orthographe, de la grammaire, de la ponctuation ; le corpus étudié compte des manuscrits de Guillaume de Saint Lô, Evrart de Conty, Henri Le Boulangier, Philippe de Mézières, Pierre d’Ailly, Jean Courtecuisse, Jean Gerson, Laurent de Premierfait, Jean de Montreuil, Christine de Pizan, Charles d’Orléans. Le troisième et dernier article concerne plus particulièrement l’attention que quelques auteurs de la fin du xive et du début du xve siècle ont accordée tant à la ponctuation qu’à la correction morphologique : les manuscrits étudiés sont ici des autographes de Nicolas de Clamanges, de Jean de Montreuil, de Jean Gerson ; en comparant des extraits du même auteur, G. Ouy montre les différences entre les systèmes adoptés, et surtout que ceux-ci sont à mettre en rapport avec les textes copiés, leur langue (latin ou français), leur destination (« Ponctuation et correction des textes au temps des premiers humanistes français », p. 237-254 ; en annexe : « La théorie de la ponctuation selon Gasparino Barzizza », p. 255-260 ; « Les chartreux et la correction des manuscrits », présentation et commentaire de l’Opus pacis, précis de correction des mss rédigé en 1417, p. 255-265).

6Il faut malheureusement souligner le caractère négligé de la reproduction de ces contributions si importantes. Dans le premier article, par exemple, p. 160, note 2, reste une remarque en caractères gras, qui doit manifestement être attribuée aux éditeurs, scientifiques ou commerciaux : « Le passage essentiel en est reproduit ci-dessous, p. Erreur ! Source du renvoi introuvable. 20 » (sic, en gras). Dans le deuxième, les renvois aux planches sont fautifs (p. 179 le renvoi concerne la pl. 9 et non pas la pl. 10 ; p. 183 il ne s’agit pas de la pl. 13, mais de la pl. 11 ; on ne trouve aucun renvoi aux pl. 3, 4, 10, 14, pourtant commentées) ; dans ces mêmes planches la numérotation souvent décalée voire fautive des lignes rend difficile le repérage des mots ou des passages objet de commentaire ; p. 200, note 3, à propos de la ponctuation des mss autographes, on lit « Je m’en suis expliqué dans l’article qui précède dans le volume », alors qu’il s’agit plus vraisemblablement de l’article qui suit.

7Le volume comprend encore une Bibliographie générale (p. 267-273) et un Index des mss et des noms d’auteurs anciens (p. 275-285).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Olivier Delsaux, Tania Van Hemelryck, Les Manuscrits autographes en français au Moyen Âge. Guide de recherches », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/7908

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Professeur à l’Università degli Studi di Milano – Italie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page