Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Édition & traductions

Bono Giamboni, Le Livre des vices et des vertus

Alexandra Velissariou
Traduction de Sylvain Trousselard et Elisabetta Vianello
Référence(s) :

Bono Giamboni, Le Livre des vices et des vertus, Paris, Classiques Garnier, « Textes littéraires du Moyen Âge » 23, 2013, 258 p.

Entrées d’index

Parole chiave :

allegoria, dialogo, didattica
Haut de page

Texte intégral

1Le présent ouvrage contient le texte original italien de l’œuvre de Bono Giamboni, établi selon l’édition publiée par Cesare Segre en 1968, de même qu’une traduction française en regard effectuée par Sylvain Trousselard et Elisabetta Vianello, tous deux enseignants chercheurs à l’université Jean-Monnet – Saint-Étienne. L’introduction, les notes, l’index et la bibliographie sont également le fruit du travail de Sylvain Trousselard.

2Comme le rappelle l’introduction (p. 7-19), le florentin Bono Giamboni, auteur et traducteur toscan de la seconde moitié du xiiie siècle, qui fut un contemporain de Brunetto Latini, était l’un des vulgarisateurs les plus importants de son époque, qui n’avait de cesse de défendre la culture et la langue italiennes. Ses traductions d’œuvres latines telles que l’Epitome rei militaris de Flavius Vegetius, l’anonyme De contemptu mundi, le De miseria humanae conditionis de Lothaire ou les Historiae adversum paganos de Paulus Orosius, témoignent à merveille de son activité intellectuelle intense, de son travail de prosateur et de pré-humaniste. Avec le Tesoretto de Brunetto Latini, son œuvre édifiante intitulée le Livre des vices et des vertus fait partie des précurseurs de la Divine comédie de Dante. En effet, ces deux textes ont pour point commun leur histoire cadre, qui met en scène un voyage symbolique. L’œuvre de Bono Giamboni répond ainsi à une tendance littéraire toscane de l’époque, à l’origine de la rédaction de textes allégoriques (comme par exemple le Detto del gatto lupesco, le Detto d’amore ou le Fiore). De même, elle s’inscrit dans la tradition littéraire didactique et religieuse de l’Italie du Nord.

3Le Livre des vices et des vertus s’ouvre sur une rencontre, celle du personnage-auteur, en proie à une grande souffrance physique et morale, avec la Philosophie, Maîtresse des Vertus. Cette dernière lui servira ensuite d’accompagnatrice dans le cadre d’un voyage à cheval, qui se déroulera à la fois dans l’espace et dans le temps. La première étape de cet itinéraire sera le palais merveilleux de la Foi Chrétienne (chapitres XVI-XVIII), personnage auquel le héros prêtera un serment de fidélité, avant de reprendre la route. Les deux protagonistes se dirigent alors vers une montagne (chapitre XXIII) où se trouve une foule de personnes divisées en deux groupes, les Vices et les Vertus. La Foi Chrétienne est sur le point de livrer bataille aux hérésies et aux païens. L’épisode fait l’objet d’une longue description qui témoigne de la précision des connaissances de Bono Giamboni quant au vocabulaire du domaine militaire. À la fin du combat, qui voit triompher la Foi Chrétienne, le personnage-auteur, ayant écouté les conseils avisés de la Philosophie, prête serment aux Vertus et, selon un schéma chevaleresque mué en idéal religieux, promet de les servir fidèlement (chapitre LXXVI).

4L’œuvre s’ancre clairement dans la tradition latine du dialogue du personnage-auteur avec une personnification de la Philosophie, tradition représentée à merveille dans le De Philosophiae Consolationis de Boèce. L’originalité du texte réside dans la superposition d’un traité didactique et d’un récit allégorique. L’ensemble constitue un mélange de trois genres littéraires : le récit de voyage, un récit de bataille allégorique et un discours théologique accessible au lecteur. Les citations et métaphores bibliques, récurrentes dans le texte et toutes connues du lectorat, renvoient à la culture religieuse entourant l’époque de sa rédaction.

5S’ensuivent des informations sur les aspects philologiques des différents manuscrits italiens de l’œuvre. Le texte de la présente édition, due à Cesare Segre, a été établi sur la base de huit manuscrits, eux-mêmes divisés en deux groupes, α et β. L’édition est fidèle à la tradition présente dans le second groupe. Il est précisé que le texte italien présenté ici est accompagné des notes originales de Cesare Segre.

6La traduction en français du texte de Bono Giamboni est d’un style élégant et agréable à lire. Elle est complétée de notes renvoyant aux textes, bibliques et didactiques, qui correspondent aux passages concernés. S’ensuit la bibliographie, qui recense tous les manuscrits du texte italien, de même que les autres œuvres littéraires évoquées et les études critiques relatives au sujet, puis un court index des noms.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Velissariou, « Bono Giamboni, Le Livre des vices et des vertus », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/8008 ; DOI : 10.4000/peme.8008

Haut de page

Auteur

Alexandra Velissariou

Unité de recherche H.L.L.I. - Université du Littoral – Côte d’Opale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page