Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Céline Thiesset Ménager, Sainte Hélène dans le haut Moyen Âge. Culte, mémoire et dossier hagiographique

thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Michel Sot, soutenue le 11 décembre 2014 à l’université de Paris IV-Sorbonne
Céline Thiesset Ménager
Référence(s) :

Céline Thiesset Ménager, Sainte Hélène dans le haut Moyen Âge. Culte, mémoire et dossier hagiographique, thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Michel Sot, soutenue le 11 décembre 2014 à l’université de Paris IV-Sorbonne

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Vita sanctae Helenae

Index des médiévaux et anciens :

Almanne d'Hautvillers, Constantin, Hélène (sainte)
Haut de page

Notes de la rédaction

Jury composé des Mesdames Monique Goullet (directeur de recherche au CNRS), Anne-Marie Helvétius (professeur à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), et Messieurs François Bougard (professeur à l’université Paris-Ouest Nanterre-La Défense), Michel-Yves Perrin (directeur de recherche à l’EPHE), et Michel Sot (professeur émérite de l’université Paris IV-Sorbonne).

Texte intégral

1L’impératrice Hélène fut la mère du premier empereur chrétien, Constantin. Elle est restée célèbre pour avoir retrouvé, en 326 ou 327, le bois de la Croix du Christ. Reconnue sainte dès la fin de l’Antiquité, on la trouve dans les martyrologes au 18 août à partir du ixe siècle. Notre étude porte sur la réception de ce personnage dans le haut Moyen Âge. Elle débuta par l’édition et la traduction du dossier hagiographique célébrant la sainte, rédigé dans la deuxième moitié du ixe siècle par un moine nommé Almanne, résidant à l’abbaye d’Hautvillers, en Champagne. Ce fut notre porte d’entrée pour aborder le développement du culte de la sainte en Occident. L’œuvre d’Almanne, réemployant largement des sources antiques, nous invita à retracer l’élaboration et l’évolution de la légende d’Hélène à partir de la mort de la sainte. Elle connut également une certaine postérité qui nous permet de suivre la diffusion du culte.

2L’époque carolingienne fut une époque de restauration et de renovatio à de nombreux titres. Sur le plan politique, la restauration d’un empire chrétien s’accompagne de discours sur la fonction impériale et sur sa légitimité. Les clercs proposent aux rois des modèles tirés de l’Ancien Testament, mais aussi de l’empire du ive siècle, autour des figures de Constantin et de Théodose. Quant à l’Église, elle connut une réforme portée par le pouvoir carolingien qui visait autant à la rénovation de sa structure administrative, tombée en désuétude à la fin de l’époque mérovingienne, qu’à la moralisation des clergés séculier et régulier. Auprès des laïcs, cette réforme se traduisit par un encadrement croissant des pratiques de piété. Le culte des saints fit notamment l’objet de nombreuses décisions de conciles car il constituait l’un des principaux sujets de préoccupation pastorale des évêques qui craignaient les débordements païens. Il se manifestait avant tout par la vénération de reliques qui devinrent indispensables pour toute création d’église et dont la possession était un enjeu tant spirituel qu’économique pour les monastères. Les déplacements de reliques donnèrent lieu à la rédaction de textes commémoratifs, les Translations. La possession et le déplacement de reliques n’étaient pas seulement un enjeu spirituel, c’étaient aussi d’importants symboles du pouvoir et les translations étaient souvent révélatrices de rivalités locales tant entre évêques qu’entre laïcs possédant des monastères.

3Sous l’effet de la renaissance carolingienne, le genre hagiographique évolue et se renouvelle au cours du ixe siècle. Les auteurs ont davantage recours aux sources historiques tandis que le merveilleux recule. La place occupée par les miracles dans les récits diminue notablement, et les hagiographes adoptent des méthodes proches de celles des historiens en constituant des dossiers préalables à l’écriture de Vitae dans lesquelles ils réunissent pièces et informations pour nourrir leur récit, dans un souci de cohérence. Une autre évolution notable est l’amélioration de la qualité de la langue pour répondre aux attentes d’un public de lettrés. Bien que le topos de revendication d’un style simple se retrouve dans la plupart des prologues, la langue des auteurs s’enrichit et s’orne considérablement.

4Si le culte de la Croix se développe dès le ive siècle, du vivant, d’Hélène, le culte de la sainte, indépendamment de la fête de l’Inventio Crucis, n’apparaît qu’au ixe siècle, avec les premières entrées au nom d’Hélène dans les martyrologes. Le début de ce culte se localise nettement en Champagne et semble étroitement lié à la translation des reliques de la sainte qui eut lieu en 840. Le culte ne se limita pas à la Champagne mais il s’étendit ensuite, à partir de ce nouveau foyer, en Angleterre et en Germanie, autour de Trêves et de Cologne. Notre étude s’arrête à la fin du xie siècle. En effet, à partir du xiie siècle, sous l’influence des croisades qui créèrent un nouveau rapport entre l’Occident et la Terre sainte mais aussi sous l’influence de la matière romanesque qui s’empara alors du personnage d’Hélène, les enjeux du culte changèrent, sa portée politique diminua tandis que les récits se recentrèrent sur la découverte de la Croix.

5S’appuyant sur les travaux qui ont abondamment traité du ive siècle, nos recherches se sont attachées à établir les liens entre cette période et le Moyen Âge. Il s’agissait d’examiner la façon dont les témoignages du ive siècle sont parvenus à l’époque médiévale et ce que le Moyen Âge en a retenu. Nous nous sommes intéressés avant tout à l’empreinte qu’Hélène a laissée dans la mémoire des générations suivantes, en particulier dans l’optique de sa sanctification. Le long délai entre la mort de la sainte et le début de son culte laisse supposer que le contexte du ixe siècle était particulièrement propice à la redécouverte de cette figure de pieuse femme proche du pouvoir. Le fait que l’invention de la Croix ait été rattachée à la figure de la mère de l’empereur constitue ainsi un terrain d’étude privilégié pour analyser l’évolution des fondements religieux et politiques du pouvoir impérial lors de la transition de l’Antiquité au Moyen Âge.

6Notre première partie se consacre à la période qui précède l’époque carolingienne et qui voit le premier développement d’une mémoire autour d’Hélène. Si l’impératrice laissa peu de traces dans les sources écrites du vivant de son fils, son souvenir se conserva grâce aux monuments qu’elle avait fait construire ou qu’elle avait dotés, à Rome, mais aussi à Trèves ou en Terre sainte. Á une époque où la légende de l’invention de la Croix n’existe pas encore, son voyage à Jérusalem constitue déjà l’évènement mémorable de sa vie et sa réputation de sainteté est déjà répandue. Ce souvenir est particulièrement vivace auprès des femmes de l’aristocratie romaine qui se sont converties au christianisme et qui souhaitent renouer avec un mode de vie évangélique, et des impératrices à la recherche de légitimité politique qui suivent l’exemple proposé par Hélène.

7Dans un second temps, la présence de reliques de la Croix à Jérusalem et le développement d’un culte qui lui est voué favorisent l’apparition de légendes autour de la découverte du saint bois. Dès la fin du ive siècle, Hélène est ainsi associée à la relique la plus précieuse du christianisme. Cette légende connait une large diffusion en Orient et en Occident sous diverses versions qui s’influencèrent mutuellement. L’étude de la diffusion de ces variantes permet de souligner les influences des unes sur les autres, d’établir des filiations entre ces textes et de connaître les versions qui étaient parvenues en Occident. Elle met aussi en lumière l’existence de légendes concurrentes où le mérite de l’invention de la Croix revient à un juif converti du nom de Judas Cyriaque.

8La transmission se poursuit à l’époque mérovingienne à des rythmes variés. La sainteté d’Hélène se dégage progressivement dans les écrits historiques et hagiographiques suivant le modèle de sainteté active de saint Martin, mais son association avec l’invention de la Croix n’est pas encore systématique. En revanche dans le contexte de l’évangélisation des royaumes barbares, Hélène et Constantin constituent une référence pour la conversion des gouvernants.

9Enfin, dans la sphère liturgique, le culte de la Croix se développe en premier. Du ive au viie siècle, les rites et les dates de commémoration se multiplient et circulent entre l’Orient et l’Occident. Si Hélène est souvent présente lors des évocations de l’invention de la Croix, ce n’est pas toujours le cas. Quant à son propre culte, il se développe bien plus tardivement et les premières notices la concernant n’apparaissent qu’à l’époque carolingienne.

10Notre deuxième partie revient sur les conditions de la mise en place du culte d’Hélène à l’époque carolingienne et sur sa diffusion. La translation qui conduit les reliques d’Hélène de Rome en Champagne a donné lieu à plusieurs récits qui nous permettent de bien connaître le déroulement des évènements. Nous pouvons ainsi suivre chacune des étapes qui conduisirent les reliques de Rome à Hautvillers, mais surtout nous connaissons le discours d’authentification qui se met en place pour justifier ce transfert. Car dès l’époque carolingienne, la création de fausses reliques est répandue et les hommes de l’époque ne sont pas dupes de ces pratiques. Des procédés d’enquête sont mis en place pour démasquer les faussaires et le récit de la translation d’Hélène en est une des premières traces écrites.

11Au côté du récit de la translation, Almanne d’Hautvillers, moine qui vivait dans l’abbaye où les reliques furent accueillies, développa plusieurs textes qui constituent un important dossier hagiographique. La mise au point de ce dossier semble avoir nécessité un minutieux travail de recherche et d’érudition. Les procédés d’écriture ne sont pas sans évoquer ceux utilisés par les exégètes qui constituent un épais réseau de références et d’intertextualité.

12Suite à cette translation et à la rédaction du dossier hagiographique d’Almanne, le culte d’Hélène se répand, d’abord en Champagne mais également dans d’autres régions qui entretiennent des liens historiques avec la sainte. On retrouve ainsi des preuves d’un culte à Trèves, où la tradition veut que la sainte ait résidé et où un palais qui aurait été sa propriété a servi de fondation lors de la construction de la cathédrale. En réaction aux prétentions de Trèves, d’autres villes de Rhénanie se découvrent des liens avec l’impératrice pour réaffirmer leur indépendance ou leur primauté. L’Angleterre constitue un troisième pôle de dévotion à Hélène car Colchester puis York ont la prétention d’avoir vu naître la sainte. Les échanges entre ces trois régions sont sensibles et les influences réciproques apparaissent dans la documentation hagiographique.

13Notre troisième partie essaie d’expliquer en quoi l’époque carolingienne fut si propice au développement du culte de sainte Hélène. Le début de notre étude montre assez combien le souvenir et le culte d’Hélène sont liés à ceux de la Croix. Or la Croix est particulièrement investie à l’époque carolingienne autour des grands enjeux théologiques. L’ampleur de la dévotion qu’on lui voue, lui confère le statut de symbole de l’orthodoxie dans tous les débats théologiques, que ce soit la question des images, l’adoptianisme ou la querelle de la prédestination. Á une époque où le lien est devenu systématique entre Hélène et la Croix, le prestige de cette dernière rejaillit sur la sainte.

14Si la sainteté doit être accessible à tout croyant, les chemins qui y mènent sont loin d’être uniformes. Certes, ils ont tous en commun la pratique des vertus chrétiennes. Mais pourquoi proposer à des moines bénédictins le modèle d’une impératrice ? La Vita sanctae Helenae pourrait viser un public plus large parmi lequel des femmes laïques. Les modèles qu’Almanne a utilisés pour décrire la sainteté d’Hélène nous révèlent l’idéal que le moine souhaitait présenter. Il nous décrit la sainteté féminine telle que la concevait les clercs carolingiens, ce qui est assez rare pour une époque où la réforme restreint les rôles offerts aux femmes dans l’Église.

15Nous revenons enfin sur la question des rapports entre pouvoir et sainteté, en montrant qu’un texte hagiographique peut aussi être porteur d’un message politique. La place laissée à Constantin dans la Vita sanctae Helenae laisse penser ici encore que le public de l’œuvre ne se réduit pas à des moines mais qu’Almanne s’adresse aussi à la cour et aux dirigeants. Il s’agit alors de proposer un modèle de gouvernement chrétien à travers les figures de Constantin et d’Hélène et l’hagiographie se rapproche du miroir du prince.

16La sainteté d’Hélène ne se résume pas à sa découverte de la Croix. L’impératrice peut occuper de nombreuses fonctions. Elle fournit un chemin de sainteté pour les femmes et plus précisément pour les reines en conciliant pouvoir et vertus. Premier pèlerin à Jérusalem, elle est aussi la première à authentifier des reliques et est ainsi proposé en modèle à tous les princes qui souhaitent détenir ces précieux ossements. Étroitement liée à la figure du pape Silvestre par sa conversion, elle devient un vecteur de légitimité pour des cités ou des monastères qui se réclament de filiation apostolique ou qui veulent affirmer leur indépendance en la choisissant comme fondatrice. Elle constitue enfin, avec Constantin, le couple royal parfait, exerçant le pouvoir en bon chrétiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Thiesset Ménager, « Céline Thiesset Ménager, Sainte Hélène dans le haut Moyen Âge. Culte, mémoire et dossier hagiographique », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/8275 ; DOI : 10.4000/peme.8275

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page