Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Lectures du Couronnement de Louis

Jouda Sellami
Référence(s) :

Lectures du Couronnement de Louis, sous la direction de Denis Hüe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Didact Français », 2013.

Texte intégral

  • 1 Il est au programme de l’agrégation 2013-2014.
  • 2 Notamment l’incontournable Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, SEDES, 2 vo (...)

1Cet ouvrage clairement présenté en quatre parties – « Éléments historiques », « Éléments textuels : l’économie du récit », « Figures et personnages » et « Épisodes » – qui, comme le précise Denis Hüe, se recoupent inévitablement (p. 18), est un bel outil pour les agrégatifs1 et les chercheurs, qui permet d’approfondir leur lecture du texte. Accompagné d’une bibliographie exhaustive et d’une utile présentation des auteurs, il se situe dans le prolongement des travaux de Jean Frappier2, cités d’ailleurs dans l’ensemble des articles comme point de départ ou de référence quasi systématique.

2Comprenant treize articles, le recueil s’ouvre sur une introduction remarquable où Denis Hüe fait le point sur la création, la postérité et les enjeux de ce genre oral qu’est la chanson de geste en citant les différents travaux présentés dans le recueil.

1. Éléments historiques

3Longuement et précisément étayé dans la première partie de ce recueil, le rapport entre le texte et l’Histoire politique de l’époque de sa création ne fait désormais aucun doute. L’auteur du Couronnement, farouche partisan de la royauté héréditaire, offre à son œuvre une solide unité thématique – malgré son apparence composite – qui place au centre de ses préoccupations la légitimité de Louis le Pieux et la nécessité d’écarter tous les rebelles.

4Denis Collomp, dans « Le Couronnement de Louis et les tiroirs de l’Histoire », en fait son principal centre d’intérêt et montre que « le genre épique se nourrit tout autant de [l’actualité] que d’une tradition écrite et orale », en se référant à la théorie de l’« écrasement structurel » de Nicolas Lenoir (p. 21). Le premier épisode du Couronnement illustre le principe, commun aux monarchies carolingienne et capétienne, de l’association au trône, accompagnée d’un couronnement, qui préside à la succession royale. Le roi Louis, couronné dans la chanson, rappelle plus Louis VII le Jeune, âgé de onze ou douze ans, couronné en 1131 et menacé par la régence, que Louis Le Pieux, fils de Charlemagne, pas si jeune à l’époque, et dont le couronnement s’est passé sans incident. En filant la métaphore de Frappier, dans la deuxième partie qu’il intitule « d’un tiroir à l’autre », D. Collomp montre d’une manière très précise que les différents personnages et événements de la chanson correspondent également plus à l’actualité de l’auteur qu’à l’histoire carolingienne. Par ailleurs, l’écriture en épisodes ou en « tiroirs » rapproche la geste de Guillaume de la chronique. La transposition épique de la « mystique de la royauté » et des rapports entre la papauté et la monarchie française emprunte beaucoup à la démarche historique par la segmentation en épisodes et le respect de l’ordre chronologique entre des événements, toujours rigoureusement organisés grâce aux transitions.

  • 3 Il se réfère notamment à La Vengeance 400-1200, éd. Dominique Barthélémy, Rome, École française de (...)

5Dans « La vengeance royale dans Le Couronnement de Louis », Luke Sunderland commente « la plus politique des chansons de geste » du point de vue de la notion de vengeance qu’il met d’emblée en rapport avec celle de violence. Il annonce dès l’introduction sa référence aux récentes études historiques du « système de vengeance » dans la société médiévale susceptibles d’apporter un nouvel éclairage3 sur le texte littéraire. D’abord considérée comme un fait social, la vengeance s’avère relever, d’après les anthropologues, d’un système sociopolitique codifié. Elle a donc pour fonction, notamment dans le Couronnement, de défendre ce système à travers la protection de la monarchie héréditaire de droit divin et, par conséquent, de l’unité du royaume. Elle est accomplie par Guillaume, faute d’un roi fort. L’auteur, qui soutient indéfectiblement la royauté, annonce dans la bouche de Charlemagne une sorte de « miroir de la royauté » où il souligne particulièrement le rôle du roi vengeur (v. 180-196), et annonce à la fois la faiblesse du roi – qui n’accomplira pas sa mission – et la série de révoltes des barons à laquelle il sera confronté et dont il sera sauvé/vengé par son fidèle vassal Guillaume. Est affirmée, en conclusion, la correspondance entre le contexte politique du déclin de l’autorité royale dans le Couronnement et la situation politique similaire au début du xiie siècle qui marque définitivement la rupture avec la puissance carolingienne incarnée par Charlemagne, et encore espérée.

  • 4 La question normande est étudiée dans le même volume par Nicolas Lenoir.
  • 5 Le prologue du Couronnement le précise.

6L’allusion à l’histoire récente est aussi soulignée par Esther Dehoux, dans « "Tres pere ne porta onc corone". Familles et pouvoirs dans Le Couronnement de Louis ». Cette fois le danger présenté notamment par les ducs de Normandie vers 11304 est plus précisément étudié en rapport avec la légitimation de la royauté capétienne défendue par un auteur-jongleur loin d’être impartial. E. Dehoux montre que la « garde du royaume » attribuée à Louis – qui « France ot a guarder » (v. 2692) – affirme la suprématie du souverain dont dépend le duché de Normandie. Les ducs normands, ayant rendu hommage au roi de France se devaient de ne pas s’attaquer à leur suzerain. « Le don de la couronne » est moins un privilège qu’une responsabilité. Comme le royaume de France est élu parmi les quatre vingt-dix-neuf royaumes5, son monarque est choisi par Dieu, et investi d’une mission sacrée avec sa famille.

7Même s’il paraît évident que Louis, qui se voit imposer cette responsabilité, n’en est pas digne, et que le lignage de Richard de Normandie, présenté sous un jour flatteur, serait plus apte à l’accomplir, la légitimité carolingienne/capétienne n’en est que renforcée. Acelin et son père Richard de Rouen se voient, en effet, infliger le châtiment qu’ils méritent pour leurs « folles prétentions ». La couleur rousse des cheveux de Richard et son dessein de déshériter Louis indiquent qu’il serait le double du duc de Normandie et roi d’Angleterre Guillaume le Roux à la fin du XIe s.

2. Éléments textuels : l’économie du récit

8Dans la deuxième partie du volume s’engage une réflexion sur la diégèse, la marche du récit, et sur la question problématique, qui a fait couler beaucoup d’encre, de la composition en cinq branches du Couronnement.

  • 6 Voir supra.

9Claude Lachet présente dans « Quelques échos structurants et signifiants dans le Couronnement de Louis » une étude d’ensemble de la chanson. À la suite de Jean Rychner, de Jean Frappier et de plusieurs autres chercheurs qu’il cite, il montre que les jeux d’échos dans le Couronnement permettent à la fois de structurer le récit et de renforcer sa valeur didactique. Il souligne d’abord que le double couronnement de Louis par Guillaume – le premier royal, le second impérial – qui accomplit du début à la fin sa mission de vassal sous-tend toute la chanson. C’est ensuite dans les transitions « similaires », par la présence des messagers et l’urgence de leur requête, que se voit l’unité de la chanson et la solidarité entre les cinq « branches ». Cette unité est évidemment assurée, encore une fois, par l’attitude de Guillaume toujours prêt à secourir son roi, faisant preuve d’une abnégation exemplaire. Mais aussi, par l’opposition entre ce loyalisme, dont notre héros est le « parangon », et la traîtrise des Sarrasins et des barons rebelles. Dans tous les épisodes, les félons sont promis à un juste châtiment, et dans cette conclusion, Lachet rejoint L. Sunderland dans son étude du système de vengeance au Moyen Age et dans le Couronnement6.

10Dans « "Trestot aveit entroblïé Orable" de la réception difficile du Couronnement de Louis dans le Cycle de Guillaume », Philip E. Bennett repère certains vers qui détonnent dans le Couronnement à cause de leur non-conformité avec la position de la chanson dans le noyau cyclique Couronnement-Charroi-Prise et dont l’exemple le plus significatif est l’allusion directe à Orable qui ne sera connue par Guillaume qu’au début de la Prise d’Orange. La présence de Guielin et de Bertrand, les neveux de Guillaume dans le Couronnement pose aussi problème. Guielin, si l’on se réfère à la Prise d’Orange, est trop jeune pour accompagner son oncle dans la chanson, ce qui nuit à la cohérence du cycle. Le comportement de Bertrand, connu certes dès le xie s. dans la Nota Emilianense, qui reproche à son oncle de vouloir toujours chercher la gloire au détriment des autres chevaliers, détonne dans le cycle mais trouve son écho dans l’attitude d’un autre personnage de la Chanson de Guillaume. D’ailleurs, ses paroles cinglantes dans le ms. AB se trouvent supprimées du ms. C, sans doute pour que le portrait de Bertrand soit uniforme dans l’ensemble du cycle. À l’issue de l’étude de la présence emblématique du nom d’Orable, dans la troisième d’une série d’évocations similaires du mariage de Guillaume à la fin du deuxième épisode, Bennett conclut que le vers 1433 est un ajout du début du xiiie s. correspondant à l’adjonction des Enfances Guillaume dans le cycle. Le critique analyse alors les « vers intrus » présents dans la version AB du Couronnement et élagués par le rédacteur C pour leur inconséquence flagrante qui ternit l’image du héros et touche à la logique cyclique. À travers une analyse finale de la question du sobriquet du héros, au nez court ou courbe, il finit par constater que l’adjonction du Couronnement au cycle, qui a paru nécessaire à ses organisateurs, s’avère, par moments, artificielle et forcée.

11Dans « Le mouvement dans Le Couronnement de Louis », François Suard oppose d’emblée à l’ « immobilité figée » de Louis, le mouvement vif de Guillaume qui insuffle une dynamique garante de l’unité de la chanson. Il passe en revue les circonstances et le rythme des déplacements du héros et s’interroge sur les objectifs de cette mobilité incessante. Elle est tout d’abord un trait caractéristique du personnage de Guillaume qui assoit sa supériorité et légitimer sa fonction de héros. Elle est aussi un élément essentiel de cohésion textuelle puisqu’elle assure un lien fort entre les espaces, français et italien notamment, mettant en évidence les enjeux à la fois politiques et religieux de la chanson. Le personnage de Guillaume, ballotté entre ces deux espaces à l’occasion de trois ruptures clé dans le récit, gagne en épaisseur en raison de la tension imposée par les événements abrupts motivant le passage d’un épisode à un autre – parfois difficile, notamment quand le héros quitte Rome alors qu’il est sur le point d’épouser une princesse. Mais F. Suard dépasse ces conclusions et montre d’une manière très convaincante que la construction du héros en mouvement s’apparente à la fois aux « chansons d’enfances » et aux chansons d’aventures. Il est intéressant de constater que le couple héroïque formé par Louis et Guillaume figurerait, comme les deux faces d’une même pièce, deux étapes de la construction d’un héros : la fragilité de l’enfance et l’héroïsme atteint au terme d’un parcours initiatique.

  • 7 Dans La Fabrique de la Normandie, Actes du colloque international organisé à l’Université de Rouen (...)

12Nicolas Lenoir aborde une question qui lui est chère : « Le problème des Normands dans Le Couronnement de Louis ». Il traite de l’épisode 3 – désormais « normand » –, peu étudié par la critique, bien qu’il représente le développement central de la thématique B de la légitimité du pouvoir royal (épisodes 1, 3 et 5) qui alterne avec (A), celle de la « défense de l’empire carolingien » (épisodes 2 et 3). Le critique montre d’abord que cet épisode joue un rôle « symbolique », « structurel » et « historique » assuré par un jeu d’échos fondé sur le style formulaire qui fait l’unité de la chanson, relatif, notamment, au programme annoncé par Charlemagne dans ses recommandations à son héritier. Il s’interroge ensuite sur la part de l’histoire contemporaine dans l’épisode normand et démontre que la structure du troisième épisode se trouve justifiée par les enjeux géopolitiques de la période allant de 1130 à 1150. La dernière partie de l’article se situe dans le prolongement d’une réflexion entreprise par N. Lenoir sur l’« identité normande »7 et concerne la représentation des Normands dans les chansons de geste. Les Normands « modernes » sont considérés comme des « féaux de l’empire » depuis que Rollon s’est emparé d’une partie de la Neustrie. Représentés par leur chef Richard dans la plupart des chansons de geste examinées, et dans le Couronnement en particulier, les Normands sont reconnaissables principalement à travers les « traits ethnotypiques » de la ruse et de l’orgueil. Leur prééminence évidente dans les énumérations épiques et la connaissance précise de leur espace géographique en disent long sur le danger qu’ils représentent pour l’empire. C’est un peuple rival – qu’il faut neutraliser – dont les qualités sont reconnues par les jongleurs.

3. Figures et personnages

13Dans « Louis le Multiple. Préambule à une “histoire poétique” de Louis le Pieux », Mathias Herweg reconstitue, à travers diverses sources littéraires et historiques du Moyen Âge, la biographie littéraire de Louis le Pieux, souvent négligé par la critique en raison de la figure hautement charismatique de son père. Ses biographes, Teghan et l’Astronome, l’opposent en effet à l’image de Charlemagne telle qu’elle est présentée par Eginhard. Louis est un « anti-Charles » qui présente avec son père deux figures complémentaires du souverain idéal en référence aux recommandations des « miroirs des princes » de l’époque : « le rex (et) miles d’une part, et le rex eruditus (et) sacerdos d’autre part. » Souverain exemplaire, le personnage de Louis se présente comme le digne successeur de son père dans l’épopée d’Ermold – où il est le roi audacieux et guerrier, bien servi par Guillaume de Toulouse – et dans des chroniques en langue vernaculaire et latine où il est le souverain protecteur de ses sujets et de la religion chrétienne. En revanche, les chansons de geste présentent, à l’exception de Gormont et Isembart, une image résolument opposée du roi Louis, désormais archétype du anti-héros à la fois faible, fainéant constituant un véritable danger pour la royauté héréditaire. M. Herweg s’interroge alors naturellement sur les raisons de cette « mémoire divergente » liée à la figure de Louis, mais aussi à celle d’un bon nombre de personnages historiques. Il démonte les motivations idéologiques de chacune des deux représentations. L’exemple du remaniement de Louis dans le Willehalm de Wolfram von Eschenbach (1215) offre une nouvelle image adaptée à un autre contexte : « il récupère dans la mémoire romanesque la mémoire franque et carolingienne, que partage son public germanophone » (p. 152). Mais l’image négative de Louis trouve son origine dans l’histoire, souvent anonyme, des dernières années de son règne.

14L’image du héros est étudiée par Huguette Legros dans « Le personnage de Guillaume dans Le Couronnement de Louis entre tradition et innovation ». Elle y montre que Guillaume s’insère parfaitement dans le moule épique du chevalier exemplaire, fort de son lignage et de sa foi. Elle démontre aussi qu’au moment de la création du Couronnement, l’auteur – ainsi que son public – connaissait déjà le héros par certaines chansons qui s’intégreront plus tard dans ce qu’on appelle le Cycle de Guillaume d’Orange, mais certes difficiles à dater et à ordonner chronologiquement. La Chanson de Guillaume et la première version de la Prise d’Orange, antérieures au Couronnement, ont sans doute fourni certains traits typiques du héros dont H. Legros analyse ici les spécificités, en citant notamment la référence à Orable, traitée dans ce même volume par Philip E. Bennett. D’autres caractéristiques du personnage sont spécifiques au Couronnement car liées à la jeunesse du héros, maintes fois soulignées, mais qui ne l’empêche pas d’être un meneur d’hommes et un chef de guerre exceptionnel. Guillaume se montre pourtant souvent brutal et violent, parfois insolent envers le pape et le roi. C’est aussi sa capacité à manier l’ironie à la perfection qui le singularise à côté d’un trait physique, souvent fièrement mis en avant par le personnage lui-même : le court nez.

15Dans « L’œuvre et l’ombre des géants : fantômes et ruines dans Le Couronnement de Louis », James Simpson lit la transposition littéraire du Couronnement de Louis du point de vue de l’« imaginaire du poids et de la matérialité » incarné à la fois par la couronne mise sur l’autel au début de la chanson et la figure du géant Corsolt dont la lourdeur est sans cesse soulignée. L’ombre de Charlemagne plane dans une chanson où la désarticulation du palais d’Aix correspond à la difficulté vécue par l’empereur à fonder une structure politique solide à l’Empire qu’il compte léguer à son fils. Le fossé se creuse encore davantage entre le temps du Roland et le passé carolingien désormais en ruines. La réflexion menée sur le rapport entre Rome et l’Empire laisse voir également la perte d’aura de la cité italienne définitivement isolée et soumise à la France.

4. Épisodes

16Des personnages de second plan sont étudiés par Muriel Ott dans, « Guillaume à Tours : le pèlerin, le portier, le clerc et l’abbé (Couronnement de Louis, laisses XXXV-XLVI) ». Les quatre personnages « adjuvants », cités en titre, forment, aux côtés de Guillaume, un réseau protecteur autour de Louis en faveur de la monarchie héréditaire. Ce réseau de personnages est soudé par un réseau d’échos qui, comme le montre Lachet dans ce volume, ne relève pas du « cliché » mais crée une relation forte entre ces personnages et Guillaume, et fait l’unité de l’épisode de Tours. L’apparition de chacun des personnages ponctue les différentes étapes du récit : sur le chemin de Tours, à la porte de la cité et à l’intérieur de la ville. Si le pèlerin et le portier forcent l’admiration malgré leur statut social, les représentants du clergé, en dépit du rôle majeur qu’ils ont joué, inspirent une certaine méfiance.

17Valérie Naudet, dans « Chanter les armes ? Combats et guerres dans Le Couronnement de Louis », s’interroge sur les motifs guerriers dans le Couronnement en soulignant d’abord les contrastes à l’origine des clivages entre les combattants : le portrait de Corsolt, le géant, s’oppose entièrement, à l’image qu’on pourrait se faire de Guillaume. Même Gui l’Allemand, dont l’armement semble en tout point similaire à celui du héros, s’oppose à Guillaume à travers des détails spécifiques délicatement insérés par le narrateur dans le récit. Le jeu des contrastes, au niveau de l’écriture des scènes agonistiques, touche aussi l’univers idéologique de la chanson de geste et participe d’une riche palette d’affrontements épiques dans la chanson.

18La geste perd pourtant de sa splendeur en l’absence d’amplifications épiques et de caractéristiques exceptionnelles du héros, désormais coupable de certaines erreurs de jugement, corrigées par son entourage. Profondément humain, Guillaume incarne un nouvel idéal héroïque qui combine l’héritage des anciens à un nouveau souffle, incompatible, à première vue, avec l’éthique chevaleresque, mais lié à sa jeunesse qui le fait user de la ruse et du rire.

19La question fondamentale du prologue épique, qui a fait couler beaucoup d’encre, est abordée par Dorothea Kullmann dans « Le prologue du Couronnement de Louis et le motif du vilain jongleur ». L’approche adoptée est intéressante car le prologue et le motif sont étudiés dans les six versions livrées par les manuscrits du Couronnement. Les différents états du texte permettent de montrer que les modifications apportées au prologue, et plus généralement aux interventions du trouvère, ne sont pas de simples variations mais sont probablement intentionnelles dans la mesure où elles impliquent souvent des glissements de sens, plus ou moins importants. D. Kullmann se penche en particulier sur l’interprétation problématique – soulignée notamment par Frappier – du motif du « vilain jongleur », dont l’examen systématique de son insertion dans les prologues s’avère révélatrice, notamment à travers la présence ou non de la proforme « en » qui désigne tantôt la « chanson », tantôt l’« histoire ». L’expression « vilain jongleur » opposerait ici soit la classe des jongleurs à celle des clercs, auteurs érudits, soit l’auteur de la chanson à ses rivaux, chanteurs incompétents.

Haut de page

Notes

1 Il est au programme de l’agrégation 2013-2014.

2 Notamment l’incontournable Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, SEDES, 2 vol. , 1955-1965, (cf. vol. 2, p. 47-178).

3 Il se réfère notamment à La Vengeance 400-1200, éd. Dominique Barthélémy, Rome, École française de Rome, 2006.

4 La question normande est étudiée dans le même volume par Nicolas Lenoir.

5 Le prologue du Couronnement le précise.

6 Voir supra.

7 Dans La Fabrique de la Normandie, Actes du colloque international organisé à l’Université de Rouen en décembre 2011, publiés par Michèle Guéret-Laferté et Nicolas Lenoir (CÉRÉdI).
(c) Publications numériques du CÉRÉdI, "Actes de colloques et journées d’étude
(ISSN 1775-4054)", n° 5, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jouda Sellami, « Lectures du Couronnement de Louis », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/8313

Haut de page

Auteur

Jouda Sellami

Maître assistante à la Faculté des Lettres de La Manouba – Tunisie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page