Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge

Turnhout, Brepols, 2014
Patricia Victorin
Référence(s) :

Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge, sous la direction de Xavier Hermand, Etienne Renard et Céline Van Hoorebeeck, Turnhout, Brepols, 2014, « Texte, Codex & Contexte » 17.

Texte intégral

1Cet ouvrage de 198 pages rassemble neuf contributions correspondant aux actes de la journée d’étude organisée par le Centre de recherche « Pratiques médiévales de l’écrit » de l’Université de Namur et le Département des Manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique (18 mars 2010) ; à cela il faut ajouter un trop succinct avant-propos et en guise de clôture un bilan dressé par Donatella Nebbiai qui synthétise les points principaux dégagés dans les études autour des pratiques de la lecture dans les villes d’Europe de la fin du Moyen-Âge, en termes de supports textuels, de sociologie des lecteurs notamment à travers des corpus aussi variés que les bibles portatives, les recueil d’exempla ou la chanson de geste par exemple. Les approches des historiens et philologues se complètent, oscillant entre analyse statistique d’un corpus de manuscrits, examen de la diffusion chrono-géographique ou sociologique, envisageant tantôt le monde monastique, le milieu curial ou les circuits humanistes. Ces contributions témoignent de l’attrait renouvelé dans le cadre de l’historiographie du livre et des bibliothèques médiévales pour les pratiques de lecture au sein de lectorats socialement déterminés.

2Suivons le cheminement qui nous est proposé avec en premier lieu la très riche étude que propose Chiara Ruzzier qui s’emploie à répondre à la question « Qui lisait les bibles portatives fabriquées au xiiie siècle ? » ; elle fournit des tableaux comparatifs croisant de nombreux paramètres : la dimension du livre et le statut du possesseur, et ce, au xiiie siècle puis aux xive et xve siècles, le niveau de décoration (historiée, ornée, filigranée). Cette comparaison à la fois très détaillée et portant sur un très vaste corpus d’étude permet de compléter et de nuancer les études antérieures. Outre le rôle majeur joué par les ordres mendiants dans l’essor des bibles portatives utilisées pour l’étude dans les universités et la prédication itinérante, l’auteur souligne encore que les traces de travail exégétique sont présentes dans les bibles de format moyen, pourvues de marges plus larges, à la décoration simple qui ont été un véritable outil de travail des prédicateurs itinérants.

3Pour sa part Nicolas Louis étudie le destin post-rédactionnel du recueil d’exempla, Bonum universale de apibus de Thomas de Cantimpré, qui « entendait fournir à son ordre un traité sur l’organisation idéale de la vie en communauté selon le modèle des abeilles » à travers deux angles d’approche, le lectorat et les usages de cette lecture. Pour ce faire, l’auteur dispose de plusieurs ressources heuristiques : les exemplaires manuscrits conservés, les listes médiévales de livres (catalogues et inventaire après décès…), les allusions ou références dans d’autres œuvres. « Initialement prévu pour les novices dominicains, l’ouvrage a été repris par d’autres ordres religieux comme manuel pratique de “conditionnement” institutionnel » (p. 49), puis il a été lu « comme un manuel de présentation du monde religieux et de la société », comme le laisse entendre son voisinage fréquent avec le livre des échecs moralisés. N.L. conclut à « l’écart […] qui peut exister entre les finalités poursuivies par un auteur […] et les pratiques concrètes de lecture dont son œuvre fait ensuite l’objet. ». Ce constat devrait engager à penser le recueil d’exempla autrement que comme un simple répertoire de récits au service de la prédication, souligne-t-il avec justesse.

4L’historien Xavier Hermand nous invite dans une contribution, particulièrement riche et agréable à lire, à mieux comprendre les liens qui se tissent entre « lecture personnelle et copie individuelle dans le monde monastique à la fin du Moyen Âge ». Il montre comment « la lecture devint, à la fin du Moyen-Âge, une activité de plus en plus individuelle, exercée en dehors du contexte communautaire, et bien souvent étroitement associée à la copie de manuscrits » (p. 59). Les dévots modernes lisaient plume à la main, notant ici les rapiaria (passages jugés instructifs) ou là les notes prises lors de sermons. Parallèlement à cette plus grande familiarité avec le livre et l’écriture, les dortoirs collectifs tendent à être divisés en cellules ou chambres privées, tendance qui se généralise à la fin du Moyen-Âge. On assiste à une « privatisation » du livre, qui hésite entre propriété privée et bien collectif dont on conserve l’usufruit, et à une généralisation de la pratique du prêt interne et externe du livre, ce qui équivaut à un « renversement complet par rapport au temps où les moines recevaient annuellement un livre choisi par leur supérieur » (Philippe Cordez). Mais d’où venaient ces livres ? Si certains faisaient partie du bagage des profès, ou étaient des legs familiaux, d’autres étaient le résultat du travail de copie réalisé par le religieux, et ce, en raison de la diffusion du papier. Dès la fin du xiiie siècle, la tablette de cire et le parchemin sont concurrencés puis remplacés par le papier. C’est dans ce contexte de copie de type « amatoriale » et de banalisation du papier que se développe une pratique de lecture personnelle, solitaire et intime.

5Elisabeth Terlinden, dans une contribution très documentée, étudie les « Réformes, scriptoria et bibliothèques au bas Moyen-Âge : le cas de Saint-Laurent de Liège » et donne les clefs de lecture nécessaires pour mieux évaluer les formes et les enjeux du mouvement réformateur laurentien au xve siècle. Céline Van Hoorebeeck explore la question délicate des choix de lecture en fonction des clivages culturels. En premier lieu, elle interroge la pertinence de l’opposition classique entre « trois ensembles présentés comme quasi hermétiques : la littérature « de cour », les œuvres destinées à un public dit « bourgeois » ou « urbain » et enfin, les textes réservés aux « gens de savoir » (p. 123). L’auteur préconise de déplacer la focalisation sur le « comment » on lit, afin d’envisager les modalités d’appropriation du livre en fonction  « du registre de compétences, de l’outillage intellectuel, des intérêts du lecteur vis-à-vis d’un texte donné » (p. 128). Si l’on peut distinguer deux profils de lecteurs (le « lecteur professionnel » pour qui la lecture est un « acte intellectuel, silencieux et privé » et le « lecteur amateur » pour qui la lecture-spectacle oscille entre « connivence mondaine » et « complicité familiale »), C.V.H. insiste sur l’éventail que représentent les pratiques de la lecture.

  • 1 Je signale ici que je n’ai pu prendre connaissance de cet article que grâce à l’heureuse synthèse d (...)

6Michiel Verweij dans son article1 « De Brugse scholaster Johannes Fevynus (1490-1555), lezer van Erasmus » s’intéresse à un lecteur « professionnel » qui conçoit sa bibliothèque comme un instrument de travail. Cet humaniste originaire de Bruges témoigne ainsi de ses impressions de lecture sur l’œuvre d’Érasme. Deux autres contributions sont consacrées aux chansons de geste, et plus précisément à la Chanson d’Aspremont. L’étude de Maria Careri et de Giovanni Palumbo montre « la grande variabilité, à la fois sociale et genrée, du public des poèmes épiques » (p. 167) et « qu’à partir du début du xiiie siècle au plus tard, les auditeurs de l’épopée se font à l’occasion lecteurs, si leur niveau d’instruction le leur permet » (p. 167). Paolo Di Luca étudie de son côté le ms. Ch (Cologny, Fondation Bodmer, cod. Bodmer 11) consacré à cette même Chanson d’Aspremont.

7Le recueil se clôt sur la contribution aussi stimulante que convaincante de Tania Van Hemelryck intitulée « Du livre lu au livre écrit. La lecture et la construction de l’identité auctoriale à la fin du Moyen Âge ». L’auteur revient sur certains présupposés parmi lesquels celui selon lequel le glissement de la lecture orale à la lecture silencieuse s’effectuerait à la faveur du passage de l’oralité à la littérarité. Son propos, dans le droit fil des travaux novateurs d’Armando Petrucci, de Joyce Coleman ou encore d’Hélène Haug, s’éloigne des enjeux de l’ouvrage de Florence Bouchet (Le Discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles, Champion, 2008) pour se concentrer sur un amont qu’est « la place de la lecture dans la composition de l’œuvre médiévale et les enjeux qu’ont pu représenter la posture du lecteur et la dynamique de la lecture dans l’affirmation de l’auteur » (p. 186). Elle revient notamment sur la formule « come le livre dist » dans le cadre de laquelle auteur et livre s’adressent à l’auditeur/lecteur. Au-delà de l’affirmation de soi pour l’auteur, le fait de faire « parler un livre » signe la posture de l’auteur, « seul lecteur légitime des livres sur lesquels il construit un livre » (p. 187), affirmation de son statut singulier face aux copistes, aux livres des autres, aux lecteurs. In fine, l’auteur milite pour une étude renouvelée des relations entre pratiques de l’écrit et de la lecture pour cerner au plus près et dans sa complexité un panorama de pratiques au sein des communautés d’auteurs-lecteurs.

8Pour conclure, cet ouvrage, très riche, propose bon nombre de pistes et d’études savantes et stimulantes pour aborder de concert les pratiques de lectures en lien avec les communautés de lecteurs et les groupes sociaux, à partir de paramètres complémentaires : les supports et leur évolution, une approche sociologique des lecteurs, les relations complexes entre lecture et écriture dans l’affirmation du statut de l’auteur sans omettre la figure du bibliothécaire dont l’émergence marque l’institutionnalisation des bibliothèques (p. 198). On espère vivement que ce recueil ouvre la voie à de nouvelles approches.

Haut de page

Notes

1 Je signale ici que je n’ai pu prendre connaissance de cet article que grâce à l’heureuse synthèse de Donatella Nebbiai qui clôt le volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Victorin, « Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 08 mars 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/8390

Haut de page

Auteur

Patricia Victorin

Université Paul Valéry-Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page