Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Philippe Frieden, La Lettre et le Miroir. Écrire l’histoire d’actualité selon Jean Molinet

Patricia Victorin
Référence(s) :

Philippe Frieden, La Lettre et le Miroir. Écrire l’histoire d’actualité selon Jean Molinet, Paris, Champion, « Bibliothèque du xve siècle » 78, 2013, 478 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, que l’auteur présente comme une suite en sequelle du travail mené précédemment par Jean Devaux sur Molinet, force l’admiration par l’ampleur du corpus, la finesse et la richesse de l’analyse. Philippe Frieden s’intéresse aux conditions épistémologiques de la rédaction de Jean Molinet, embrassant les Chroniques de l’indiciaire de la cour de Bourgogne, qui prend le relais de George Chastelain, les Faictz et Dictz mais aussi un corpus moins étudié, le Romant de la Rose moralisé, que Molinet compose vers 1500 pour Philippe de Clèves, un commanditaire extérieur cette fois à la cour de Bourgogne.

2Dans une introduction ferme et dense, l’auteur pose le cadre de sa réflexion. Il souligne notamment que pour ce qui est de l’écriture historique, Molinet s’inscrit dans une tradition qui remonterait sans doute à Froissart et qui privilégie le champ de l’actualité aux dépens du passé lointain ou légendaire. À ses yeux, la rupture s’opère avec Jean Lemaire de Belges qui recherche la source de son écriture historique dans le passé lointain. Après avoir resitué Molinet dans le champ de l’écriture de l’histoire, auprès de Froissart et Commynes notamment, même si, comme il le dit élégamment, il les a « laissés sur le seuil, en observateurs de l’histoire de Jean Molinet », P. F. se propose d’appréhender l’œuvre de Molinet à partir de ce que Nancy Freeman Regalado nomme le reciprocal reading, outil de lecture susceptible de rééquilibrer la place accordée aux différentes pièces qui composent l’œuvre de Molinet. En donnant au Romant de la Rose moralisé une place importante aux côtés des Faictz et Dictz et des Chroniques, P. F. veut rassembler les pièces éparses de l’œuvre pour les faire dialoguer. Sa méthode pourrait d’ailleurs se révéler éclairante aussi pour appréhender l’œuvre plurielle de Froissart. Dans son troisième chapitre, l’auteur nous invite à une analyse détaillée des prologues afin de mieux saisir les jeux de miroitement de l’œuvre. Enfin, il aborde la question centrale de la persona de Molinet dans son dernier chapitre, dans la lignée des travaux de Jacqueline Cerquiglini-Toulet sur Guillaume de Machaut notamment.

3L’ouvrage se compose en diptyque, avec une première partie intitulée sobrement « Écritures et lectures du présent » et une seconde, « Le double » ; cette binarité confère une grande cohérence du propos et évite les effets d’émiettements ou de fragmentations. Le cheminement est uni et se développe par approfondissements successifs (dans le cas de l’étude des prologues notamment).

4Dans son premier chapitre, intitulé « Théories et Problèmes », P. F. revient sur la sédentarité de l’indiciaire qui, contrairement à Froissart, n’est pas un historien voyageur. Cette sédentarité à Valenciennes lui « interdit un constat de visu des faits relatés », mais « le place aussi au cœur d’un dense réseau d’informations et d’informateurs » (p. 42). Cette « présence-absence », « absence du chroniqueur de l’Histoire en question » se double d’une omniprésence rhétorique. Comme l’écrit P. F., Molinet « disparaît (...) pour mieux faire voir ce que lui-même n’a pas vu » (p. 45).

5Il analyse ensuite comment Molinet se situe entre tradition isidorienne du témoignage (l’histoire est le récit fait par un témoin) et tradition cicéronienne selon laquelle, « l’histoire raconte un événement qui a eu lieu à une époque éloignée de la nôtre » (p. 49). Molinet fait le choix de l’histoire immédiate sélectionnant « le présent comme ère unique où l’écriture de l’événement trouve à s’enregistrer » (p. 51). De ce point de vue, il se rattache davantage au genre contemporain des mémoires plutôt qu’à la tradition des Grandes Chroniques de France. Pour explorer le lien entre mémoire et histoire chez Molinet, P. F. emprunte aux meilleures sources – Alain de Libera, Paul Ricœur, l’historien Krzysztof Pomian notamment – qu’il confronte. Il analyse l’expression récurrente de « reduire a memoire » sous la plume de Molinet, « la mémoire joue bien ici le rôle de lieu vers lequel on re-conduit (re-ducere) le matériau historique mis en chronique », écrit-il justement (p.69), les enjeux de « Fresche memoire », « nouvelle faculté issue de la rencontre entre l’actualité et le souvenir » (p. 81). Or dans cette « enceinte érigée et gardée par fresche memoire, (où) règne seul, le présent de la chronique », le texte s’écrit paradoxalement au passé. (p. 87). P. F. s’emploie à répondre à cette question centrale : « Quel rapport s’établit entre ce passé de l’écrit et l’immédiateté de l’histoire en question ? » (p. 87) et esquisse d’intéressantes analyses sur la chapitration des Chroniques de Molinet (cf. p. 94-100). Il montre notamment comment « l’unité maximale d’un chapitre (...) correspond à l’espace d’une vie » (p. 101). Les Chroniques s’achèvent avec la disparition de Philippe le Beau : « sa mémoire englobe celle du prince et sa chronique en commémore le parcours », conclut-il. (p. 102).

6Le second chapitre consacré au Romant de la Rose moralisé s’ouvre de manière fort heureuse sur la scène de lecture inaugurale dans l’édition d’Antoine Vérard en 1511, image qui remplace la traditionnelle scène d’offrande du livre. Il s’agit pour P. F. d’interroger la lecture sous deux angles : d’une part, proposer une « lecture suivie » du Romant de la Rose moralisé, et d’autre part, mettre en évidence la place des lectures au sein du corpus. L’entreprise de l’indiciaire est d’une certaine manière l’aboutissement des lectures et commentaires, débats et querelle autour du Roman de la Rose. P. F. souligne combien Molinet a respecté la lettre du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et de Jean de Meun, mais en mettant en scène la fracture de son texte qui « exhibe clairement les deux parties qui le constituent, il laisse le choix (au lecteur) de lire le texte et son commentaire, le texte seul, ou le commentaire seul » (p. 192). Cette séparation entre le texte et le commentaire – P. F. parle aussi de « fracture » – ne va pas sans danger, ce qui explique peut -être que quarante ans plus tard, son Romant de la Rose moralisé ne soit plus lu (p. 193).

7La seconde partie, consacrée à la problématique du double, explore à travers le présent dédoublé les jeux de déguisements et autres trompe-l’œil au cœur de l’écriture de Molinet. P. F. revient sur la notion d’intertextualité pour montrer combien au fond Molinet programme « un effacement maximum au profit d’une énonciation qui a plus affaire avec l’orchestration rhétorique qu’avec l’autorité testimoniale de l’historien traditionnel » (p .213). Par ailleurs, « les frontières génériques : chronique, pièces en vers et même métatexte en prose, s’estompent et laissent place à un dialogue de l’œuvre avec elle-même ». P. F. explore ensuite, avec une grande finesse, faisant alterner microlectures et analyses macrostructurelles, ce qu’il nomme « l’écho de l’œuvre » à travers les Chroniques, les Faictz et Dictz et le Romant de la Rose moralisé, et étudie la prégnance des métaphores architecturales, textiles ou végétales dans le corpus. Les belles pages qu’il consacre aussi à l’entrée en fiction et plus particulièrement aux entrées princières méritent à elles seules une attention particulière (voir p. 272-280).

8Le dernier chapitre, sur le « Double Je de l’auteur » revient notamment sur le mot de « sequelle » par lequel il définit son lien avec Chastelain. Le sequelle, s’il n’est pas lésion, peut déjà avoir le sens de conséquence, et en tout cas de liaison, explique-t-il (p. 298). Pourtant, Molinet n’a pas laissé d’épitaphe à la mémoire de son prédécesseur (p. 311). Molinet a disséminé dans son œuvre un portrait en fragments, autour d’une thématique de l’infirmité, et tout particulièrement du handicap oculaire. Si ce thème topique s’inscrit dans une tradition et renvoie notamment à Machaut, Molinet opère certains glissements, au premier chef desquels un déplacement de l’univers de la lyrique vers le domaine de l’histoire. Toutefois ces portraits éclatés n’apparaissent que dans la partie poétique de son œuvre, l’indiciaire ayant gommé tout portrait de soi dans sa chronique. P. F. analyse encore avec une grande pertinence tout ce qui relève du signe et de la signature, autour, notamment, de l’image du moulin, aspect peu envisagé dans la production historiographique, et clôt son étude sur deux figures centrales de la mise en scène de Molinet, le « faussaire » et le « fossoyeur » de son modèle qu’est Chastelain. Les Chroniques qui s’ouvraient sur l’Epitaphe du duc Philippe de Bourgogne viennent s’achever sur la mort de Philippe le Beau, roi de Castille, dans une « fin qui fait retour », d’un tombeau à l’autre.

9Ces quelques remarques sont bien loin de rendre compte de la richesse et de la profondeur de cet ouvrage, dont on relève qu’il est aussi totalement dépourvu de la rhétorique parfois empesée de la thèse de doctorat. L’écriture, toujours élégante, combine clarté de l’expression et belles trouvailles. Cet ouvrage, assorti d’annexes fort utiles et d’index détaillés, apporte un éclairage nouveau sur l’œuvre de Molinet, et est appelé à devenir une référence majeure pour les médiévistes, littéraires et historiens, qui s’intéressent au Moyen Âge tardif et à ce point de bascule vers la Renaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Victorin, « Philippe Frieden, La Lettre et le Miroir. Écrire l’histoire d’actualité selon Jean Molinet », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/8422

Haut de page

Auteur

Patricia Victorin

Université Paul Valéry-Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page