Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Édition & traductions

Le Roman de Merlin en prose

Anne Berthelot
Référence(s) :

Le Roman de Merlin en prose, éd. bilingue de Corinne Füg-Pierreville, « Champion Classiques », Paris, Champion, 2014, 496 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Merlin, Lancelot-Graal, Roman de Merlin, Roman de l’estoire du Graal
Haut de page

Texte intégral

1Pendant longtemps, le Roman de Merlin attribué à Robert de Boron n’a reçu de la critique qu’une attention réduite, concédée à regret à un texte dont on ne pouvait nier le rôle dans l’élaboration du cycle du Lancelot-Graal, mais auquel on déniait presque toute valeur littéraire. Comme le rappelle C.F.P., même Alexandre Micha, qui en a donné en 1979 la première édition moderne depuis Sommer, bientôt suivie par une traduction, portait sur le texte un jugement sévère. Le volume publié dans la collection « Champion Classiques » est donc le bienvenu, en ce qu’il vient combler un manque flagrant et corriger d’anciens préjugés.

2Il s’ouvre par une introduction substantielle de plus de 100 pages, dans laquelle C.F.P. souligne l’importance du Merlin pour le développement de la légende arthurienne littéraire et sa valeur aussi bien esthétique qu’imaginaire, suggérée entre autres choses par la richesse de la tradition manuscrite. Revisitant celle-ci à nouveau frais, elle confirme dans l’ensemble le classement de Micha, tout en choisissant pour manuscrit de base le A’ (BnF 24394), rejeté par son prédécesseur en dépit de la qualité qu’il lui reconnaît du fait de son appartenance au groupe bêta, c’est-à-dire à la famille des manuscrits cycliques, et sans doute aussi, et surtout, comme le suggère C.F.P., parce qu’il ne contient pas le nom de Robert de Boron.

3Or, reprenant et étayant l’hypothèse de Linda Gowans, C.F.P. conteste l’insistance de la majorité de la critique à attribuer le Merlin en prose à l’auteur du Roman de l’estoire du Graal, et dans le même mouvement à affirmer l’antériorité du fragment en vers du Merlin, pourtant conservé dans un seul manuscrit tardif (xive siècle). C.F.P., qui propose à la suite du texte en prose une édition et une traduction du fragment en vers, démontre de façon irréfutable ( ?) l’infériorité de ce dernier par rapport à la version en prose, et suggère donc qu’il s’agirait plutôt d’une réécriture tardive, délibérément archaïsante, afin de légitimer le lien entre le Merlin et Robert de Boron.

4Une telle hypothèse présente bien évidemment l’avantage d’expliquer pourquoi il n’y a aucun rapport entre le programme détaillé de la fin de L’Estoire, et l’ouverture que contient le fragment en vers du Merlin. Mais elle suppose également que le nom relativement prestigieux de Robert, associé à l’histoire du saint Vessel et doté d’une forte charge de légitimité, ait pu être simplement “coopté” par l’auteur du Merlin comme celui de Gautier Map a pu l’être pour la Queste ou la Mort Artu. Même si l’argumentation de C.F.P. est solide d’un point de vue philologique, certains points ne sont pas entièrement convaincants, comme l’affirmation catégorique selon laquelle le Merlin tel que nous le connaissons serait le “premier” roman en prose arthurien.

5Quoi qu’il en soit, la suite de l’introduction fait au Merlin l’honneur de le considérer sous l’angle de sa valeur littéraire et imaginaire, et non comme une sorte de cheville maladroite réunissant le volet central du Lancelot-Graal à son prologue mystique. C.F.P. s’attache à examiner Merlin à la fois en tant qu’instance auctoriale et que figure mythique, dégageant l’architecture d’un texte fondateur par bien des aspects, dont on découvre au fil de l’analyse toute la subtilité.

6Dans le cadre de cette collection éditoriale, le plat de résistance, si l’on peut dire, est bien sûr l’« édition bilingue » du texte, reposant sur des principes sains et simples et assortie d’un choix de variantes qui n’alourdit pas inutilement l’ouvrage, mais permet de confirmer les intuitions présentées dans l’introduction. La traduction est juste et plaisante – même si on a l’impression que C.F.P. fait preuve de notablement moins d’empathie pour le fragment en vers que pour le texte en prose. L’index des noms propres et le glossaire remplissent leur fonction de manière satisfaisante ; comme son nom l’indique, la « bibliographie sélecctive » effectue un choix dans les publications consacrées à Merlin et au Merlin : parmi les premières, on relève quelques absences surprenantes dans le domaine anglo-saxon récent, que ce soit le livre d’Aileen McDonald ou celui de Stephen Knight. Au total, cependant, c’est un véritable plaisir que d’avoir enfin, avec ce volume, un accès de qualité à un texte essentiel du xiiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Le Roman de Merlin en prose », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://peme.revues.org/8445

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Professeur de français et d’études médiévales à l’université du Connecticut – Etats-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page