Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Édition & traductions

Recueil général de moralités d’expression française, tome III : La Moralité de Bien avisé Mal avisé

Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Recueil général de moralités d’expression française, tome III : La Moralité de Bien avisé Mal avisé, éd. Jonathan Beck, Paris, Classiques Garnier, 2014, 342 p.

Entrées d’index

Mots clés :

moralité, picard, théâtre

Keywords :

Morality, Picard, theater

Parole chiave :

moralité, piccardo, teatro

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Moralité de Bien avisé Mal avisé
Haut de page

Texte intégral

1Transmise par un manuscrit et un imprimé contemporains (fin du xve siècle), la Moralité de Bien avisé Mal avisé est néanmoins plus ancienne, puisqu’on conserve le témoignage de quatre représentations au moins, échelonnées entre 1396 et 1488. Conformément aux pièces de ce genre, elle propose le voyage de deux personnages allégoriques, ou mieux, d’un même personnage dédoublé, acheminé sur la voie des vertus et sur la voie opposée des vices : si Mal avisé est destiné à l’Enfer, Bien avisé parviendra bien évidemment aux joies du Paradis.

2Jonathan Beck offre ici une nouvelle édition de la pièce, après celle fournie par Jean Babelon en 1910 (Abbeville, F. Paillart), basée sur le manuscrit Paris, BnF, Rothschild 2797, alors que l’incunable d’Antoine Vérard (imprimé par Pierre le Caron), datable entre 1488 et 1499, est utilisé comme texte de contrôle.

3L’Introduction suit un plan qui n’est pas toujours clair : une présentation du sujet (p. 9-14) est suivie du chapitre « Établissement du texte » (p. 15-21), où l’on trouvera une description très sommaire des témoins et une présentation synoptique du contenu dans les deux versions – l’édition Vérard omettant des scènes et des personnages, mais comptant au total quelque 250 vers de plus – avec renvois aux feuillets du manuscrits et au numéro des vers dans l’incunable. Pour ce qui est du manuscrit en particulier, le lecteur reste un peu sur sa faim : entre autres, le texte contient non seulement des passages en latin en dehors du schéma métrique (des citations, éventuellement abrégées : « Amen dico vobis, quia jam receperunt mercedem suam, etc. », après le v. 696, deux lignes de l’édition numérotées 697-698, p. 74 ; à peine plus loin : « Eyce ypocrita, primum trabem de oculo tuo et tunc videbis festucam in oculo fratris tui, etc. », après le v. 710, lignes numérotées 711-712, p. 74), mais aussi de véritables titres-résumés (« Comment Bien advisé parle à Mal advisé et dit qu’il aille avecq lui à l’honneur », p. 49 ; « Comment Bien advisé parle à Francque Voulenté, Et Mal advisé s’endort en parlant, etc. », p. 52 ; et ainsi de suite), bien banals dans les textes narratifs de cette époque, plutôt rares dans les « manuscrits de théâtre », dont il serait intéressant de connaître au moins la mise en page (encre rouge ? soulignements ? retrait ?). Le choix du texte de base est justifié rapidement par la meilleure qualité du manuscrit (p. 15 : la version imprimée contient des « erreurs […] ainsi que des remaniements inconsidérés ou simplement ineptes »). La « Présentation du texte » (p. 23 : moins de 20 lignes en tout) traite la « Numérotation d’après les deux versions », puis la « Dénomination des personnages et majuscule ‘allégorique’ ». La partie la plus conséquente concerne « La langue du texte » (p. 25-43), mais là encore il nous est difficile de suivre le schéma de l’éditeur, ainsi que ses conclusions. En effet, deux paragraphes (« Graphies et prononciation » et « Variantes, corrections textuelles ») concernent plutôt le traitement du texte et sa présentation. Suit une étude des « archaïsmes » où, en moins de deux pages, sont signalés quelques résidus de la déclinaison bi-casuelle, l’alternance entre présence et absence du pronom sujet et entre formes toniques et atones des pronoms régimes ; on revient ensuite à la « morpho-phonétique et phonologie », pour traiter des questions de métrique, puis à la « phonétique », paragraphe où J. Beck s’exprime résolument contre l’appartenance de la Moralité au domaine picard : à ses yeux, les traits de ce dialecte – à vrai dire très fréquents : j’ajouterais volontiers, pris au hasard de la lecture : lerme v. 781, victore : espurgatore v. 904-905, larmie P3 de larmoyer v. 972, enferme : larme v. 976-977, glore : memore v. 669-670 – se réduiraient à l’alternance des graphèmes c/ch ; de fait, les marques dialectales ne concernent pas que les aspects graphiques-phonétiques, mais aussi la morphologie (article et pronom féminin le, adjectif possessif fém. me/te/se, pronom tonique mi pour moi [à la rime au v. 1205], en alternance avec les formes communes), comme il est d’ailleurs indiqué plus loin, dans le paragraphe sur la « linguistique historique » (p. 42-43). La « métrique et versification » (p. 39-41) ne comprend pas l’étude des rimes (« étude qui reste à faire », sic, p. 41), qui aurait sans aucun doute apporté des informations importantes sur la langue de l’auteur. L’utilité d’une « Liste des personnages » (p. 46-47) qui les présente selon l’ordre d’apparition dans la pièce et ne renvoie qu’au premier vers qui leur est attribué, est fortement sujette à caution.

4N’ayant pas pu avoir accès au manuscrit Rothschild, je ne saurais m’exprimer sur la qualité de la transcription ; je me permets néanmoins quelques remarques sur les 1000 premiers vers (la Moralité en compte un peu plus de 7000). Le premier vers déjà, « Le philosophe nous actrait [que…] » aurait mérité sans doute un commentaire, ne fût-ce que pour expliciter l’allusion à Aristote, et de toute manière la glose proposée pour le verbe (‘attire’, p. 320) ne semble pas convenir au contexte ; dans estcouvient (sic au v. 105), la graphie serait sans doute à rectifier (dans le glossaire, p. 325, le mot ne respecte pas l’ordre alphabétique, et le t est effectivement mis entre parenthèses) ; je vois, forme du verbe aller qui se lit par ex. au v. 113 (« Je vois et vieng… » ; cf. aussi « Je voy », v. 414), n’est commentée nulle part ; la glose proposée pour le verbe laidir ( « Du pechié qui nous peult laidir », v. 218), ‘outrager’, ne convient pas ; au v. 236, « Entre les deux [le péché ou la vertu opposée] à grand difference », il faudra supprimer l’accent, a signifiant ici ‘il y a’ ; le v. 250, « Qui’a, qui’a ?... » doit être lu « Qu’i a, qu’i a ?... » ; au v. 366, « Par m’ame j’ay bien [grant] à faire », j’aurais plutôt transcrit afaire.

5Le glossaire appelle aussi quelques remarques : d’une part, les critères de sélection ne sont pas élucidés ; d’autre part, le renvoi à toutes les occurrences d’un même mot / même acception (et non pas aux « deux ou trois premières occurrences », p. 319) aurait été souhaitable ; par ailleurs, l’indication sur la structure des articles (« Les occurrences multiples d’un même mot ou expression sont groupées ensemble lorsqu’un nouveau contexte nécessite une glose différente », p. 319), ne me paraît pas très claire. Les lacunes sont nombreuses ; même en laissant de côté les locutions, ignorées pour la plupart (par ex. aler plus droit que jonc, v. 435 ; par long et par lé v. 642), je suggérerais d’intégrer au moins : procuresse (v. 154), ennemy (‘diable’, v. 181, 195, 199…), enluminement (v. 473), frivoles n.f. (v. 483), recors (v. 560), savouree (v. 619), asprement (v. 632), communez (v. 662), au derrain (v. 859), charmer (charmast v. 924), destrampe n.f. (v. 975), desertez n.f.pl. (v. 1035). Ces intégrations – et beaucoup d’autres – nous semblent indispensables, d’autant plus pour des lecteurs auxquels il paraît nécessaire d’expliquer que les « hapax » sont des « mots non attestés » (sic, p. 319). On signalera enfin la présence inattendue de mots latins : regnabo, regnavi, regno (p. 332).

6Les variantes dans l’édition Vérard utilisées pour amender le texte sont données p. 299-317 ; mais cette liste contient aussi les leçons rejetées du manuscrit et corrigées ex ingenio par l’éditeur. Sans doute, un simple apparat en pied de page aurait-il rendu de meilleurs services au lecteur.

7Dans le corpus des Moralités de la fin du Moyen Âge, Bien avisé Mal avisé mérite bien d’être redécouverte par les lecteurs d’aujourd’hui : comme le rappelle opportunément J. Beck, les questionnements qu’elle pose, sur le déchirement de l’homme face à l’alternative entre le bien et le mal, sont toujours d’une très grande actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Recueil général de moralités d’expression française, tome III : La Moralité de Bien avisé Mal avisé », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/8588 ; DOI : 10.4000/peme.8588

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Università degli Studi di Milano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page