Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l’individu et la famille (xiie-xve siècles)

Élisabeth Gaucher-Rémond
Référence(s) :

Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l’individu et la famille (xiie-xve siècles), études réunies par Catalina Girbea, Laurent Hablot et Raluca Radulescu, Turnhout, Brepols, « Histoires de famille. La parenté au Moyen Âge » n° 17, 2014, 288 p.

Texte intégral

1Issu d’une rencontre organisée entre historiens et littéraires à Poitiers les 17 et 18 novembre 2011 dans le cadre d’un programme de recherche associant les universités de Bangor, Poitiers et Bucarest, ce recueil d’études propose d’examiner, dans l’imaginaire, la littérature de fiction et l’iconographie qui l’accompagne, les moyens par lesquels s’exprime, du xiie au xve siècle, l’identité personnelle ou lignagère, avec une attention particulière au lien qu’établissent ces représentations fictionnelles avec le réel. L’enquête s’appuie sur quatre type de marqueurs, tous liés au corps : les traits physiques, les vêtements, les signes du pouvoir et l’emblématique.

2Faisant suite à un rapport introductif très riche, où les organisateurs du colloque fournissent au lecteur d’utiles mises au point conceptuelles et méthodologiques concernant l’identité, l’individu et les systèmes héraldiques, Michel Pastoureau, dont les recherches sur l’emblématique arthurienne ont ouvert la voie, nous invite ici à considérer « l’héraldique du silence », c’est-à-dire sans figure, dont témoignent les armoiries de Perceval : on peut y lire à la fois une allusion à une pratique réelle et un rappel du motif de la parole empêchée.

3Une première partie rassemble des réflexions sur les « attributs de l’identité » et les « signes du pouvoir ». À partir d’un exemple issu de l’atelier du Maître de Wavrin (le Roman de Florimont, Paris, Bibliothèque nationale de France fr. 12566, circa 1467), Rebecca Dixon soumet à l’éclairage de la sémiotique les miniatures qui traduisent, notamment dans les vêtements, les enjeux de la culture du passé à la cour de Bourgogne. Adriane Boussac focalise l’éclairage sur le gant, emblème de l’identité noble aux xiie et xiiie siècles : associé à des cérémonies comme l’investiture du fief ou l’accueil d’un messager, il révèle l’identité de son porteur mais peut aussi avoir une valeur synecdochique et représenter le corps d’un possesseur absent. Karin Ueltschi nous entraîne dans un voyage à travers les mythologies allemande, scandinave et grecque pour dégager les significations symboliques et sociales de la chaussure, moyen de locomotion au carrefour de la réalité et de l’au-delà, et du « pied marqué », comme celui du boiteux, synonyme de pauvreté et de péché mais parfois aussi de surnature. Enfin, Catherine Daniel recense les réminiscences arthuriennes à la cour du roi Édouard Ier : tournois, vœux, rôles d’armes manifestent diverses modalités d’identifications, provisoires ou définitives, dont l’enjeu est de rassembler les chevaliers autour du roi, tout en exaltant la valeur du groupe et de l’individu.

4Dans la deuxième partie, les auteurs s’attachent aux « armoiries imaginaires ». Christine Ferlampin-Acher attribue les variantes qui affectent la description de l’écu d’Artus de Bretagne à l’instabilité de la littérature arthurienne tardive, qui oscille entre féerie et engagement politique. Peter J. C. Field rappelle que le personnage historique d’Arthur a vécu à une époque antérieure à l’invention du langage héraldique et voit dans les armoiries qui lui sont attribuées un anachronisme synonyme de récupération politique, notamment dans l’Angleterre de la fin du xve siècle. Pour Adrian Ailes, l’introduction d’armoiries dans des textes pseudo-historiques portant sur une époque où elles n’existent pas (comme l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth ou les œuvres de Wace et Benoît de Sainte-Maure) vise à rendre l’œuvre accessible à la noblesse contemporaine de l’auteur : ainsi les allusions aux armoiries du mécène et aux déguisements dans les tournois renvoient à la réalité du xiie siècle. Éclairant un autre type de distanciation emblématique, Nicolas Civel souligne l’ambivalence des couleurs et figures attribuées aux Neuf Preuses, à la fois dignes d’admiration par leur vaillance et inquiétantes par leur violence. La filiation sémantique entre le texte et l’image adjacente retient l’attention de Laura Dumitrescu dans le roman de Tristan en prose et d’Alexandra Ilina à propos des armoiries attribuées aux païens dans les miniatures de la fin du Moyen Âge : qu’il s’agisse d’ « homologie » ou d’ « analogie », on observe, dans les deux cas, l’expressivité et l’enjeu démonstratif de l’héraldique imaginaire. Pour terminer ce voyage dans l’imaginaire, Christian de Mérindol analyse quelques pièces de l’exposition sur « La légende du roi Arthur » (Paris, Bibliothèque nationale de France, 2009) dont il explique la symbolique des couleurs, des nombres et des formes, tout en dressant des passerelles vers le « réalisme » sous-jacent.

5Une troisième partie traite plus spécifiquement de « l’identité chevaleresque ». Ioan Pânzaru montre chez Lancelot, à travers les vœux qu’il prononce, une contradiction entre ses valeurs morales (chrétiennes) et son comportement social (païen), qui le relègue dans une marginalité contraire à l’idéal chevaleresque cher au public du roman en prose. S’attachant à l’illustration des manuscrits du Lancelot propre, et en particulier à l’épisode du meurtre du grand père de Lancelot du Lac dans Agravain, Alison Stones relève des divergences et, surtout, le peu d’importance accordé à la découverte du nom par le héros. Luiza Gentile choisit d’appliquer l’analyse iconographique aux deux manuscrits du Chevalier errant de Thomas de Saluces : dans ce roman autobiographique, les écus, devises, armoiries et couleurs renvoient à un système complexe où se devine l’identité de l’auteur. Mihaela Voicu revient sur l’anonymat dans les romans du xiie siècle (Chrétien de Troyes, Tristan), perceptible dans la rareté des blasons, qui traduirait les prémices d’une modernité revendiquant, par-delà l’appartenance à un groupe, « le droit à l’individualité » (p.265). Le recueil se referme sur une étude d’Ovidiu Cristea qui interroge le symbolisme et les emprunts littéraires à l’œuvre dans le portrait du Chevalier à l’Écu vert de la Chronique d’Ernoul et Bernard le Trésorier.

6Au total, par-delà une impression quelque peu disparate et les défauts rédactionnels de certaines analyses, on trouve ici un ensemble de témoignages représentatif des questionnements que suscite la littérature au regard des signes identitaires : une perspective originale, que Martin Aurell, dans sa conclusion, qualifie d’ « option documentaire pour la littérature » (p.275), témoignant des influences réciproques du réel et de l’imaginaire médiévaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Gaucher-Rémond, « Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l’individu et la famille (xiie-xve siècles) », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/8674

Haut de page

Auteur

Élisabeth Gaucher-Rémond

Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page