Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Intus et Foris. Une catégorie de la pensée médiévale, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2013

Joëlle Ducos
Référence(s) :

Intus et Foris. Une catégorie de la pensée médiévale, dir. Manuel Guay, Marie-Pascale Halary et Patrick Moran Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, « Cultures et civilisations médiévales » 50, 2013, 272 p.

Entrées d’index

Mots clés :

espace, extérieur, intérieur

Keywords :

inside, outside, space

Parole chiave :

esterno, interno, spazio

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Roman de Troie
Haut de page

Texte intégral

1L’espace dans la littérature médiévale se fait par l’écriture moins reflet d’un réel que lieu pensé et représenté pour une lecture analogique où il est en écho avec personnages, narration et plus généralement senefiance. Le présent ouvrage, élaboré à l’initiative de jeunes chercheurs (doctorants et docteurs) de l’université Paris-Sorbonne au sein du groupe Questes, transforme une thématique bien connue en la déplaçant vers l’opposition dialectique paulinienne, intus et foris, autrement dit d’un espace construit sur la relation entre l’extériorité et de l’intériorité, en partant de l’hypothèse qu’il s’agit d’abord d’une catégorie de la pensée médiévale, à l’œuvre dans tout type de création, intellectuelle, littéraire, et même architecturale et iconographique. Ainsi se confrontent méthodes et supports de la recherche dans un livre qui courait le risque de la juxtaposition, mais qui pourtant se structure autour de plusieurs parties, marquant une progression, de la pensée théologique et sa représentation (partie 1 : « Entre ciel et terre »), à la représentation des limites aussi bien dans la littérature que dans la société (partie 2 : « Limites et critères »), pour terminer par l’ambivalence de la correspondance entre intus et foris (partie 3 « Miroirs et faux-semblants : effet d’opacité et idéal de transparence »). Les deux textes qui encadrent l’ensemble, l’introduction de Dominique Boutet centré sur la littérature française et la conclusion plus théorique de Damien Boquet, soulignent d’ailleurs combien ce couple dialectique est à la fois opposition et relation, invitation à la circulation de la pensée dans un monde qui se présente comme ordonné, même s’il échappe parfois au sens qu’on veut lui imposer et surtout complexité où intus et foris peuvent avoir des applications opposées et soulever des interrogations : le corps est-il foris par rapport à l’âme ou intus en tant que signe d’une intériorité, par exemple ? Autant dire que l’hypothèse de départ de ce livre invite à dépasser l’analogie pour penser l’opposition comme une dynamique productrice aussi bien de formes que de pensée.

2Le premier volet du livre s’intéresse d’abord aux concepts théologiques qui fondent la relation entre l’humain et le divin, avec les trois contributions de Mathieu Raffray, de Christine Raveton et de Véronique Decaix. La première, celle de Mathieu Raffray, analyse la notion de relation de Pierre Lombard à Thomas d’Aquin, en particulier autour de trois aspects, la procession des personnes au sein de la Trinité, le rapport entre Dieu et les réalités créées et enfin l’action de Dieu dans le monde, et démontre la cohérence de l’édifice théologique construit entre Dieu et le monde autour des notions d’intériorité et d’extériorité. Christine Raffray s’intéresse plus spécifiquement aux anges et au secret de la conscience humaine : qu’est-ce-qui masque la conscience ? Le voile de la chair ou celui de la volonté ? Quel rôle du langage ? Comment les anges peuvent-ils pénétrer la conscience ? Autant de points envisagés à partir de Bonaventure et de Thomas d’Aquin. Véronique Decaix, quant à elle, s’intéresse à maître Eckhart autour d’une notion qui repose sur la relation entre intus et foris, puisqu’il s’agit du détachement intérieur comme condition de l’action juste, autrement dit comment l’intériorité, qui caractérise l’humain, devient condition même de la praxis. De l’univers à la conscience intime, les trois communications contribuent ainsi à la mise en évidence du caractère fondamental du couple intus/foris, dans la représentation de Dieu, de l’univers et de l’homme. Toutefois, loin d’être strictement une spéculation théorique, il apparaît aussi dans le concret du gouvernement de l’église ou de l’iconographie des chapiteaux : Arnaud Fossier, qui s’intéresse à l’instauration du for interne pour l’Église, montre comment intus et foris se combinent entre salut de l’individu et maintien de l’ordre public. Dans les chapiteaux de l’abbaye de Cluny, l’iconographie qu’étudie Sébastien Biay n’est pas seulement une représentation de scènes et de symboles, mais apparaît comme une véritable pensée de l’espace, moins comme une clôture délimitant un intérieur que comme une ouverture à l’immatériel. La première partie du livre situe ainsi le cadre dans lequel s’inscrivent toutes les réflexions suivantes, mais, au-delà, initie à la pensée subtile de l’Église et des philosophes médiévaux qui transforment la pensée paulinienne.

3La réflexion des théologiens et de l’Église permet donc de contextualiser les analyses suivantes, centrées sur les textes, littéraires ou d’autres domaines et des échos se font et invitent à une lecture qui ne soit pas uniquement linéaire : ainsi Laetitia Tabard et son évocation des débats du Corps et de l’Ame, la sémiologie de l’hypocrisie affirmée par la formule Intus Nero foris Cato que décrit Delphine Carron ou encore le vêtement d’humilité du théâtre allégorique qu’explique Marie-Emmanuelle Simon en le confrontant à Hugues de Saint-Victor, sont autant de développements explicites des concepts théologiques posés précédemment. D’autres études de cas ne sont pas sans rappeler les chapitres introductifs de Paul Zumthor dans La Mesure du monde, quand il soulignait combien l’espace est aussi relation au corps : ainsi en est-il du Roman de Troie autour des deux formules Cil dedens et cil dehors, signifiant à la fois frontière et échanges dans une mise en scène du conflit qu’analyse Anne Rochebouet. La correspondance est manifeste même hors de la littérature avec l’évocation de la frontière qu’est la Haute-Saône, où la société ne peut se construire que par l’extériorité. Distance et frontière sont aussi le fondement de l’échange épistolaire, qui, selon Fanny Oudin, marque à la fois l’extériorité et la complémentarité. Mais c’est aussi le corps, qui dans son apparence, ses masques ou ses maladies, se veut transparence ou opacité. Les masques et leur danger sont une thématique dont Blandine Longhi rappelle à la fois la fécondité et le rôle dans la matière épique. On connaît la sémiotique médicale qui repose sur les signes extérieurs, et la physiognomonie apparaît justement comme son illustration et son développement ; ce que souligne Michele Bellotti, est, ce qui est moins connu, l’articulation vers la morale, la physiognomonie permettant de révéler les défauts pour pouvoir les corriger : le signe extérieur devient alors moyen de construire l’intériorité. Florent Plouvreau s’intéresse à un cas original, qui est celui de la pilosité, montrant de même que ce signe, apparemment de bestialité, peut devenir celui de la sainteté. Même centrés sur l’apparence, les textes reviennent ainsi à la profondeur morale et à une quête de la sagesse et de Dieu.

4Les pistes et les analyses de ce livre stimulant démontrent combien la confrontation des textes et des domaines sont fructueux pour l’approche de la culture médiévale. Le pari réussi de ce volume collectif, démontrer la dynamique créative du couple intus/foris dans différentes approches, emporte la conviction et donne l’envie, par-delà les études de cas qui scandent le livre, d’une synthèse théorique qui brasse l’ensemble et qui dépasserait le strict cadre de la petite page de remerciements. Le lecteur, appâté par les ouvertures qui ont été faites, ne peut qu’espérer une suite à ces premières réflexions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Ducos, « Intus et Foris. Une catégorie de la pensée médiévale, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2013 », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/8722

Haut de page

Auteur

Joëlle Ducos

Université Paris IV-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page