Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Édition & traductions

Prophetie und Politik : Die Explanatio in Prophetia Merlini Ambrosii des Alanus Flandrensis

Anne Berthelot
Référence(s) :

Clara Wille, Prophetie und Politik : Die Explanatio in Prophetia Merlini Ambrosii des Alanus Flandrensis, Edition mit Übersetzung und Commentar, « Lateinische Sprache und Literatur des Mittelalters » 49, 2 vol. , Bern, Peter Lang, 2015

Entrées d’index

Mots clés :

prophétie

Keywords :

prophecy

Parole chiave :

profezia

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Explanatio Prophetiae Merlini, Prophetia Merlini Ambrosii
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage longtemps attendu de Clara Wille sur l’Explanatio Prophetiae Merlini est une contribution importante à l’étude de la réception du discours prophétique au Moyen-Âge. Non seulement il comporte l’édition et la traduction d’un texte latin beaucoup plus ample, par exemple, que la Prophetiae Ambrosii Merlini Expositio éditée chez Garnier en 2011, mais l’auteure fournit aussi une solide introduction, et de très abondantes notes qui contribuent à éclaircir les obscurités d’un genre par définition hermétique.

2Le premier volume contient, outre l’introduction avec une description détaillée des manuscrits, le texte latin des sept livres de l’Explanatio, suivi par le texte de la Prophetia Merlini Ambrosii de Geoffroy de Monmouth, et s’achève sur un Index partiel, qui de l’aveu même de l’éditrice de ne comporte, outre la majorité des noms propres et des toponymes, que les « concepts essentiels » abordés dans le cours de l’Explanatio. Bien que ce choix puisse se comprendre, dans la mesure où un index exhaustif aurait démesurément allongé un ouvrage déjà conséquent (864 pages au total), il limite sérieusement l’intérêt de cette section, de toute façon beaucoup moins utile, et exploitable, que le commentaire qui occupe plus de 180 pages du second volume.

3Celui-ci commence par la traduction de l’Explanatio et de la Prophetia Merlini, qui réussit l’exploit de rester à peu près de la même longueur, à 30 pages près, que l’original latin, tout en utilisant un allemand clair et précis qui rend parfaitement compte de la complexité, et parfois de l’ambigüité délibérée, de l’interprétation des prophéties par le commentateur du xiie siècle. La deuxième partie du volume consiste en un commentaire au second degré, en quelque sorte, qui explicite les allusions et les références du texte médiéval, et fournit en particulier toutes les informations rassemblées par Clara Wille sur les sources de l’Explanatio, souvent avec citations à l’appui. Ce travail de fourmi, exceptionnellement éclairant, est renforcé par une riche bibliographie, et une série de tableaux généalogiques très utiles pour se repérer dans les dynasties royales de (Grande-)Bretagne.

4Dans l’introduction, Clara Wille démontre de manière convaincante que l’Expositio ne peut être attribuée, comme on a souhaité le faire, au philosophe et théologien Alain de Lille, pour des raisons de chronologie et de logique interne ; en revanche elle remonte les indices du texte jusqu’à proposer une figure d’auteure convaincante, celle d’Alain Flandrensis, abbé de Cîteaux et évêque d’Auxerre, qui doit son surnom à son enfance et ses années d’études passées à Lille, comme son homonyme plus célèbre.

5Clara Wille détermine les termini ante quem et post quem de la production du texte à partir du passage de l’interprétation des prédictions de Merlin comme des « apophéties », selon le terme d’Agrippa d’Aubigné, ou prophéties post eventum, à leur lecture selon un mode apocalyptique, qui ne les identifie plus comme des références à des événements historiques précis et identifiables, mais se rabat sur un discours de fin du monde générique. Elle attire en particulier l’attention sur le fait qu’Alanus Flandrensis prolonge la section « apophétique » au-delà de sa limite chez Geoffroy de Monmouth, ce qui correspond bien sûr au décalage entre la publication de la Prophetia Merlini et la rédaction de l’Explanatio. De ce décalage, et des références du commentaire à certains personnages historiques, Clara Wille conclut à une composition de l’ouvrage dans les années 1167-1174, probablement vers 1170-71.

6Bien que Clara Wille reconnaisse la dimension morale et allégorique de certaines des interprétations proposées par Alanus Flandrensis, en particulier comme il se doit pour les deux derniers livres qui concernent les prophéties ante eventum, fortement marquées par le modèle apocalyptique, le titre même de son ouvrage, Prophetie und Politik, souligne bien que le commentateur entend avant tout faire œuvre d’historien, et prendre parti dans les débats politiques de son temps. En dépit d’un soubassement religieux qui accentue la condamnation portée contre rois et princes rebelles à l’Église, les jugements portés par Alanus sont relativement nuancés ; l’ensemble de l’œuvre témoigne d’une réelle maîtrise de l’histoire de la « Bretagne », ainsi que d’une assez ample culture livresque, manifeste d’emblée d’ailleurs dans la qualité de son latin.

7Le commentateur n’hésite pas à corriger les interprétations qui lui paraissent fautives, à préciser une étymologie, voire à faire étalage d’un savoir finalement assez rare (voir par exemple p. 447-448, nº 44, la prophétie du lynx, au fil de laquelle il est fait mention de l’étymologie grecque du mot, et on soulève la question des « genres » grammaticaux parfois différents de celui des créatures désignées, avec même une référence au mot hébreu féminin employé pour nommer l’Esprit saint).

8Dans une large mesure, alors qu’Alanus Flandrensis manifeste un certain esprit critique et une approche quasi scientifique des événements relativement récents qu’il lit dans les prophéties, il fait globalement confiance à Geoffroy de Monmouth pour l’histoire plus ancienne, tout en essayant d’estomper les éléments les plus invraisemblables de certains épisodes : c’est particulièrement apparent dans la section consacrée à Arthur, p. 451-454, nos 48-50, où le commentateur donne un résumé de la carrière du roi, la date de sa mort présumée, le nom de son « neveu » et héritier Constantin fils de Cador de Cornouaille (mais pas le nom de la mère de ce « neveu »…) et fait allusion au fameux « espoir breton », mais s’arrange pour éviter tous les détails romanesques, malgré sa louange de Gauvain, meilleur guerrier du monde.

9Le résultat est un texte attrayant, dont les écueils sont largement aplanis par les notes et précisions fournies par Clara Wille. Au total, on ne peut donc que se réjouir de la publication de ces deux volumes importants aussi bien sur le plan littéraire que sur le plan politico-historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Prophetie und Politik : Die Explanatio in Prophetia Merlini Ambrosii des Alanus Flandrensis », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2015, consulté le 22 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/8762

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Professeur de français et d’études médiévales à l’université du Connecticut – Etats-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page