Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Des saints et des rois. L’hagiographie au service de l’histoire

Huguette Legros
Référence(s) :

Des saints et des rois. L’hagiographie au service de l’histoire, textes réunis par Françoise Laurent, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik, Paris, Champion, « Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge » 16, 2014, 228 p.

Texte intégral

1Comme le suggèrent son titre et son sous-titre, ce volume s’organise autour de deux axes de réflexion : les interactions entre l’écriture hagiographique et l’écriture historiographique, et les relations entre royauté et sainteté. Sur les treize articles qui le composent douze s’intéressent à des textes allant du ve siècle à la fin du xiiie siècle et l’un d’entre eux est consacré à l’étude d’un vitrail de Chartres.

2Après une présentation, rédigée par les éditrices du volume, « L’hagiographie au service [je rétablis le e manquant] de l’histoire : enjeux et problématique », qui pose d’utiles éléments de réflexion, Martin Heinzelmann, au début de son article, « L’hagiographie au service de l’histoire : l’évolution du « genre » et le rôle de l’hagiographie sérielle », fait de nécessaires et bienvenues mises au point sémantiques avant de distinguer, de l’Antiquité tardive à la période carolingienne, trois moments de l’écriture hagiographique : des hagiographies chargées d’un sens ecclésial sont suivies d’hagiographies épiscopales qui, au viie siècle, vont s’enrichir de vies de fondateurs d’institutions, d’abbés et d’abbesses qui vont, au début de l’époque carolingienne, laisser place à une « hagiographie sérielle », à des réécritures induites par l’évolution de la société et au développement de sous-genres. Mais, durant toute cette période, demeure la conviction de rédiger une histoire sainte qui participe de l’histoire contemporaine parce qu’il n’y a pas – et qu’il n’y aura pas avant longtemps – de rupture entre histoire sainte et histoire profane. L’alliance entre les discours hagiographiques et historiques passe aussi par le fait que les premiers manifestent dans bien des cas des enjeux politiques comme le prouvent les articles de Christiane Veyrard-Cosme, « Saints et rois dans l’Histoire des Lombards de Paul Diacre (viiie siècle) : une tentation hagiographique ? », qui montre que, dans ce texte, l’écriture de l’histoire est contaminée par l’hagiographie dans le but de tenter une réconciliation, voire une fusion entre Francs et Lombards, celui d’Olivier Bruand qui explique dans son étude : « Entre temps mérovingiens et post carolingiens : l’hagiographe avocat, défense des temporels et protection des réseaux de pouvoirs », que l’hagiographe du haut Moyen Âge, en reflétant les valeurs de l’élite dont il est issu, écrit non seulement une œuvre d’édification religieuse, mais aussi un miroir de la société de son temps, celui d’Anne Wagner qui dans « Les saints évêques et les souverains ottoniens » s’intéresse aux Vies de saints évêques des xe et xie siècles, lesquelles dévoilent les liens étroits qui existaient alors entre les souverains ottoniens et l’épiscopat. Les deux articles suivants évoquent la Vierge. Denis Hüe dans son article, « Chartres, Fulbert, la Vierge et les Normands : un enjeu politique », met en évidence, par l’étude de différents miracles et du Gracial d’Adgar, les tentatives de récupération de la figure de Marie et de la dévotion mariale au profit de divers pouvoirs et de divers lieux, entre Chartres et Normandie, et d’un royaume à l’autre. Gérard Gros étudie dans « Gautier de Coincy. Comment nostre Dame desfendi la cité de Constantinnoble. Effet de couleur locale et conscience historique » un miracle de Gautier de Coinci qui mêle le récit d’un épisode historique du viiie siècle et la louange de Marie ; or, l’auteur de ce texte édifiant hésite entre hagiographie et historiographie, à moins que dans ce miracle « il [ne soit] finalement d’historiographie qu’hagiographique ». Dans cette partie, l’article de Marie-Cécile Isaïa, « Saint Rémi et les rois sacré. Traduction en images d’un texte hagiographique dans le vitrail chartrain », élargit le champ de réflexion et concourt à la richesse pluridisciplinaire de ce volume en étudiant une verrière de la cathédrale de Chartres. Cette analyse rappelle fort opportunément que les images constituent, particulièrement dans la période qui nous intéresse, un autre type de discours dont le langage et les codes sont radicalement différents des textes, mais dont les messages peuvent conforter, éclairer les enjeux sociétaux exprimés dans ces derniers. L’auteur étudie l’organisation du vitrail de saint Rémi, effectue des mises en relation avec d’autres verrières qui lui permettent de dégager la spécificité de ces représentations (même si on aurait aimé des analyses plus spécifiquement iconographiques) et de montrer comment le programme mis en place relève aussi d’une volonté de légitimation historique, voire d’un projet dynastique : l’image est au service d’une construction mémorielle qui associe l’exaltation des Capétiens et la glorification de la famille comtale de Blois-Chartres.

3Viennent ensuite cinq articles qui étudient les relations entre royauté et sainteté. Dans son étude, « La légende de saint Edmond : de la tête du royaume à la tête du martyr », Élisabeth Pinto-Mathieu analyse le parcours atypique du roi d’Est-Anglie, Edmond, qui va le conduire d’une défaite désastreuse à la sainteté. Les premières royautés anglo-saxonnes recherchent, en effet, une légitimité qu’elles espèrent trouver dans et par l’hagiographie. Or, le flou qui entoure la vie d’Edmond va permettre la constitution d’une légende qui, de Abbon, moine de Fleury à Denis Piramus, va assurer sa légitimation dynastique, puis asseoir celle-ci par l’introduction d’un merveilleux surnaturel qui va lui assurer une légitimation divine et permettre de faire de lui un martyr mort pour sa patrie. Edina Bozoky, dans son étude, « La construction de la sainteté d’Édouard le Confesseur et les rois d’Angleterre », montre que la construction progressive de la sainteté d’Édouard suit une voie semblable ; d’abord légitimé dynastiquement, il devient au xiie siècle, le modèle du saint roi, juste, puis au xiiie siècle, la propagande politique de la monarchie anglaise fera de lui un modèle de la communitas regni. Ces deux articles montrent bien comment se tissent les fils des discours historiographiques et hagiographiques à des fins autant politiques que religieuses, et comment le roi et le saint deviennent des figures nécessaires à l’imaginaire des peuples et des nations, les constituant comme tels. Mais, même dans des textes plus spécifiquement historiques peuvent se glisser des éléments hagiographiques pour nuancer une image royale, comme c’est le cas de la figure de Richard Cœur de Lion dans la chronique étudiée par Catherine Croizy-Naquet dans son article, « La représentation de Richard Cœur de Lion dans l’Estoire de la guerre sainte : des éléments d’hagiographie ». Élisabeth Gaucher-Rémond, quant à elle, s’attache dans son étude : « Louis IX au regard de Joinville : un saint, un monarque, un ami », à montrer à travers le personnage de saint Louis, vu par Joinville, l’émergence d’un renouveau du genre hagiographique à la fin du xiiie siècle. D’une part parce que le récit de Joinville n’est pas à proprement parler une hagiographie comme le montre les fines analyses de l’auteur, même s’il reprend des topoï propres à cette forme d’écriture et parce que ce récit inclassable est peut-être d’abord un plaidoyer pro domo ; d’autre part, parce que Louis IX est un saint laïc dont les paroles, les faits, les enseignements s’inscrivent dans des contextes familiers, ce qui ne veut pas dire que sa sainteté n’est pas mise au service de l’Histoire puisque sa figure devient un modèle pour les futurs rois de France. Quant à Marie-Madeleine Castellani, elle répare, grâce à son article consacré à sainte Elisabeth de Hongrie, « Un modèle de reine et de sainte laïque : Élisabeth de Hongrie dans la Vie de sainte Elysabel de Rutebeuf », l’absence de saintes reines dans ce recueil. Élisabeth de Hongrie est une laïque, fille de roi, épouse et mère qui, après son veuvage, prend l’habit des ordres mineurs. Rutebeuf traduit un texte latin, mais cette traduction s’apparente plus à une adaptation qui pose des questions en prise avec les débats qui agitent le xiiie siècle : les laïcs peuvent-ils accéder à la sainteté ? Qu’en est-il, plus particulièrement, des puissants et des femmes ? Quelle place accorder à la pauvreté, à l’humilité et à la charité vécues dans le monde ? Or, ces interrogations initient une conception nouvelle de la sainteté, en particulier de la sainteté féminine. De plus, parce qu’Élisabeth bénéficie de visions extatiques, elle annonce aussi les saintes mystiques des derniers siècles du Moyen Âge.

4Si l’on peut regretter qu’il n’y ait pas une bibliographie générale sur le sujet (seul l’article de Martin Heinzelmann se termine sur des indications bibliographiques substantielles), l’index des auteurs et des œuvres est un outil précieux et bienvenu.

5Pour conclure, je dirai que l’intérêt de ce volume est double. Outre la qualité certaine des articles publiés dont la plupart sont très bien informés et offrent des analyses précises et subtiles des œuvres considérées, des questions importantes y sont posées qui relèvent de la conception de l’Histoire au Moyen Âge, d’une réflexion complexe et nuancée sur la notion d’écritures (pour ne pas dire de genres) et sur les lectures nécessairement plurielles et croisées indispensables pour mieux comprendre les mentalités, les enjeux sociaux et idéologiques de cette période. L’ouvrage est riche de ces approches diverses menées par des historiens médiévistes et des spécialistes de littérature médiévale de langue latine ou vernaculaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Huguette Legros, « Des saints et des rois. L’hagiographie au service de l’histoire », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://peme.revues.org/8769

Haut de page

Auteur

Huguette Legros

Université de Caen – LASLAR (EA 4256)

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page