Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

L’Étude des fabliaux d’après le Nouveau recueil complet des fabliaux

Anna Gęsicka
Référence(s) :

L’Étude des fabliaux d’après le Nouveau recueil complet des fabliaux, sous la direction d’Olivier Collet, Fanny Maillet et Richard Trachsler, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres » 93, 2014, 290 p.

Texte intégral

1Ce recueil d’études est le fruit du travail d’un groupe international de chercheurs qui collaborent depuis quelques années dans le cadre d’un projet ambitieux, Lire en contexte à l’époque prémoderne. Enquête sur les recueils manuscrits de fabliaux. L’un des buts de cette coopération est d’enrichir la monumentale édition des fabliaux (le Nouveau recueil complet des fabliaux, ou NRCF, 10 volumes publiés dans les années 1983-1998 par Nico van den Boogaard et Willem Noomen ), qui, dès sa parution, constitue un outil de référence indispensable « pour toute étude portant sur ces récits brefs » (notice de couverture), mais qui – sur quoi attirent l’attention Alain Corbellari ou Luciano Rossi dans leurs contributions – présente quelques insuffisances. Le onzième volume viserait donc à fournir « des notices codicologiques des recueils » où les fabliaux « apparaissent, ainsi que des chapitres de synthèse sur les enseignements les plus importants qu’ils permettent de tirer » (p. 9). Selon les chercheurs, dans le cas des fabliaux précisément, « le recours au contexte pour comprendre le texte peut en effet s’avérer particulièrement fécond » (ibid.).

2Comme le disent les éditeurs dans l’« Introduction », l’intention de L’Étude des fabliaux... est de « prolonger la réflexion » sur les fabliaux « en déplaçant son point d’ancrage, la question du corpus médiéval étant relayée par celle du corpus moderne » (p. 10). Les études ont été divisées en deux séries, chacune contenant quatre contributions. La première partie, intitulée « Des premières anthologies à l’établissement d’un canon », se concentre sur la question de la définition du genre et, par conséquent, des raisons du choix des textes, effectués par les plus anciens éditeurs des fabliaux, ceux-ci ayant influencé par la suite le choix des éditeurs des canons modernes du xxe siècle et la réception des fabliaux en France et à l’étranger.

3Cette première partie s’ouvre avec l’article d’Alain Corbellari, « D’un recueil “complet” à l’autre. Les répertoires de fabliaux, de Montaiglon-Raynaud au NRCF » (p. 15-37). L’auteur juxtapose les répertoires existants de fabliaux et essaie d’identifier, selon divers critères, « la logique qui a présidé à leur établissement » (p. 15), en insistant sur la part importante de subjectivité dans le choix de textes réalisé par les éditeurs.

4Fanny Maillet, dans l’étude « Quand les fabliaux étaient en liberté : Barbazan, La Curne, Paulmy » (p. 39-62), analyse la réception des fabliaux au Siècle des lumières. Elle rappelle les premières définitions du genre et présente les effets du travail de trois recenseurs de la deuxième moitié du xviiie siècle, mettant en valeur leur démarche pionnière, sans idées préconçues, et comparant leurs buts et les méthodes appliquées.

5L’article de Marco Veneziale, « Aux origines d’un canon. Les Fabliaux ou contes de Le Grand d’Aussy » (p. 63-91), est consacré aux traductions modernes de fabliaux en français et italien, du xviiie siècle jusqu’à aujourd’hui. L’auteur accorde une place spéciale à un érudit du xviiie siècle, Le Grand d’Aussy, dont le recueil de traductions a considérablement contribué à former « le canon moderne des fabliaux » (p. 71). 

6Olaf Posmyk, dans l’étude « Les traductions allemandes de fabliaux » (p. 93-116), s’intéresse aux traductions allemandes de fabliaux, du xixe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le lecteur y trouvera entre autres une comparaison critique, illustrée d’exemples, de diverses méthodologies de traduction, ainsi que des réflexions sur le problème de la distinction générique influençant la selection de textes dans les recueils de traductions allemandes.

7La deuxième partie du recueil, intitulée « En exploitant le NRCF » propose quelques regards précis portés sur d’intéressants aspects thématiques ou stylistiques des fabliaux dans une dimension comparatiste que le NRCF facilite.

8L’étude d’Anne Cobby, « Chains de pute coroie, fel et deputaires : les injures dans les fabliaux » (p. 119-139) est consacrée au vocabulaire des fabliaux exprimant des injures, et met l’accent sur « les circonstances de leur emploi, et leur variance entre les manuscrits » (p. 120). L’auteur analyse la fonction des injures dans quelques exemples particulièrement inspirateurs à cet égard.

9Romaine Wolf-Bonvin, dans l’article « De l’huis à éclipses à l’ouvroir du diable : l’imagerie de la porte dans les fabliaux », se concentre sur un motif important dans les fabliaux – celui de la porte et de l’huis (en précisant la différence de sens) – en envisageant sa fonction symbolique relative aux personnages féminins.

10La contribution de Rosanna Brusegan « Les fabliaux en performance et le rire de l’évêque » (p. 163-193) traite de la dimension performancielle des fabliaux. L’auteur étudie la question de « l’oralité seconde [terme de Paul Zumthor] par l’analyse de la deixis spatiale », en montrant que « des indices du rapport de la performance à l’espace sont discernables à travers la présence d’éléments déictiques du discours qui simulent le contexte extralinguistique par les seuls moyens de la parole » (p. 163). L’examen précis de trois exemples de fabliaux souligne l’importance de l’acte interprétatif.

11On peut se demander si le dernier article de cette partie ne serait pas un peu mieux à sa place dans la première partie. En effet, Luciano Rossi, avec la question formulée dans le titre de sa contribution – « Tout en étant incontournable, le Nouveau recueil complet des fabliaux est-il vraiment irréprochable ? » (p. 195-222) – s’inscrit plutôt dans la réflexion sur les enjeux de la constitution des anthologies de fabliaux. Le but de cet article est « d’exprimer des réserves quant aux méthodes utilisées par les philologues néerlandais » (p. 196), tels le manque de perspective historique ou la conception même de l’édition, avec toutes ses faiblesses ou insuffisances.

12L’ouvrage se termine par trois appendices, une bibliographie mise à jour, un index des auteurs et personnages historiques, un index des œuvres littéraires, un index des manuscrits, ainsi que les résumés assez détaillés des contributions en français et en anglais – tout cela au plus grand profit du lecteur.

13Je salue avec joie la parution de ce volume. J’attends avec impatience d’autres résultats du travail des participants du projet Lire en contexte à l’époque prémoderne... L’ouvrage sera très utile aussi bien à ceux qui mènent une recherche plus générale relative au genre du fabliau, qu’à ceux qui examinent un aspect commun à un groupe de textes ou qui suivent, sur le plan synchronique ou diachronique, la carrière littéraire d’un fabliau précis. En outre, en tireront profit ceux qui travaillent sur la dimension intertextuelle des fabliaux du point de vue de leur réception et de leur adaptation à des époques postérieures. Les huit articles, se penchant sur différents aspects des fabliaux, ont un trait commun : ils sont tous très pertinents, examinant de façon minutieuse et exhaustive le phénomène analysé. La multitude de citations rapportées dans des perspectives comparatistes aide le lecteur à percevoir immédiatement les différences entre les leçons des manuscrits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Gęsicka, « L’Étude des fabliaux d’après le Nouveau recueil complet des fabliaux », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/8881

Haut de page

Auteur

Anna Gęsicka

Université Nicolas Copernic – Toruń – Pologne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page