Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Gianluca Briguglia, Marsile de Padoue

Chloé Lelong
Référence(s) :

Gianluca Briguglia, Marsile de Padoue, Paris, Classiques Garnier, « Savoirs anciens et médiévaux » 3, 2014, 232 p.

Texte intégral

1Cette étude de la pensée de Marsile de Padoue, qui fut l’un des plus illustres philosophes politiques du Moyen Âge, a été publiée en Italie en 2013 et est ici traduite en français par Delphine Carron-Faivre. Ce livre, composé de quatre chapitres, est essentiellement centré sur l’analyse du Defensor pacis, œuvre majeure du penseur padouan datée de 1324. Cet ouvrage propose une vision d’ensemble de son projet philosophico-politique, d’inspiration gibeline, tout en reliant toujours les éléments principaux de la réflexion au contexte historique et politique, particulièrement complexe en ce début du xive siècle.

2La première partie pose le cadre historique et biographique de la réflexion marsilienne, les deuxième et troisième chapitres sont respectivement consacrés à la Prima puis Seconda dictio du Defensor pacis, le quatrième et dernier chapitre s’intéresse aux autres textes de Marsile de Padoue.

3Si elle ne vise pas à « rendre compte de toutes les tendances historiographiques » concernant cet auteur ni à « écrire une histoire de la critique » (p. 12), la préface propose un tour d’horizon, aussi synthétique qu’éclairant, des différentes interprétations de la pensée politique du Padouan, en s’arrêtant successivement sur les travaux de B. Labanca, F. Battaglia, G. de Lagarde, A. Gewirth et J. Quillet.

4Pour G. Briguglia, les lectures divergentes du Defensor pacis (œuvre d’un « philosophe républicain », « philosophe de l’Empire » ou « averroïste aux origines de l’esprit laïque »…) s’expliquent par la multiplicité des niveaux d’analyse du texte, elle-même liée à l’époque de « grande expérimentation institutionnelle » (p. 16) pendant laquelle a vécu Marsile de Padoue. L’ouvrage illustre une remarquable capacité à « comprendre l’extrême complexité du présent en le représentant à travers une théorie politique accomplie » (p. 20).

5Le premier chapitre (« Quand les faits génèrent des idées et les idées produisent des faits ») évoque le contexte des années où le traité a été rédigé. Il rappelle tout d’abord la condamnation de Marsile et de Jean de Jandun comme « hérétiques et même hérésiarques » (p. 23) par Jean XXII avant de préciser l’importance du rôle intellectuel et politique de ces deux penseurs, protégés par Louis de Bavière, dans le « projet impérial de réorganisation de l’Italie » (p. 27). L’auteur souligne ensuite la complexité de la situation politique italienne au xive siècle et aborde les différentes notions de « communes », « vicariat », « élection impériale » et « approbation papale » qui déterminent la particularité du Regnum Italicum. À partir de là, il définit le Defensor pacis comme une « interprétation, théorique et militante, d’une possible organisation gibeline de l’Italie du Nord » (p. 43). Ce chapitre s’achève sur une biographie de Marsile, qui met en évidence ses relations avec Pietro d’Abano, Albertino Mussato et Lovato Lovati et insiste tout autant sur son appartenance à la culture padouane que sur son activité politique avant même la rédaction de son traité.

6Le chapitre suivant analyse le premier discours du Defensor Pacis, qui expose les principaux éléments de l’anthropologie politique marsilienne et pose les fondements de la théorie institutionnelle. Cette Prima dictio, que l’auteur qualifie de « spéculation politique » (p. 59), compile un vaste corpus de sources philosophiques, scientifiques, médicales et juridiques et progresse par l’examen successif d’instruments conceptuels.

7Ainsi, l’examen débute par une mise en lumière du « processus historico-génétique de la formation de la communauté politique » : l’homme éprouve une nécessité naturelle de s’associer aux autres, essentiellement à cause de son « indigence constitutive » (p. 71), étant le seul animal à naître nu et sans protection. Le but de la vie en commun est la « recherche du bene vivere » (p. 68), c’est-à-dire d’une vie qui convienne à l’humanité. La théorie de Marsile de Padoue fait ici écho aux idées d’Aristote, Avicenne, Lactance ou encore Abélard.

8L’étude s’intéresse ensuite à la notion de « sacerdoce », défini à la fois comme recherche de la vie éternelle et comme une des fonctions essentielles de la communauté. G. Briguglia montre que Marsile s’affranchit de cette ambivalence et se concentre sur l’aspect politique du sacerdoce : il présente en effet une « typologie du gouvernement », rappelant que celui-ci est la première fonction instituée dans une communauté politique selon le Padouan, qui distingue les gouvernements déviants des gouvernements droits et envisage trois types de « bon gouvernement » : la monarchie royale, l’aristocratie et la politia. Ce terme, délicat à traduire, fait penser au fonctionnement politique des cités italiennes, mais, sans chercher à définir la meilleure de ces trois institutions, Marsile insiste sur le « consensus et la volonté des sujets » (p. 88).

9Si la fonction du gouvernement est de réguler les actes civils des hommes en vue du bien commun, son instrument est la loi, qui est naturellement évoquée dans le paragraphe suivant. Ses deux finalités sont le « juste dans la cité et le bien commun » et « la sécurité et la permanence du gouvernement » (p. 94). Elle est établie par le peuple, l’ensemble des citoyens, ou « sa partie prépondérante » (pars valencior). L’auteur précise à ce sujet que la conception de Marsile n’annonce pas ce que nous entendons aujourd’hui par le terme « démocratie » parce que n’est « citoyen » que celui qui participe à la communauté politique.

10La dernière partie de ce chapitre expose les principes de « l’embryologie du système institutionnel » et analyse les rapports entre les différents composants de la communauté. Établissant une analogie entre la civitas et un être vivant, Marsile définit l’ensemble des citoyens comme l’âme et le gouvernement comme le cœur, qui ne peut donc jamais cesser de fonctionner et « se présente comme la partie la plus importante du tout » (p. 107).

11Dans le chapitre suivant, G. Briguglia s’intéresse au deuxième et au troisième discours du Defensor pacis. Le registre rhétorique est plus polémique dans la Seconda dictio du texte marsilien qui se concentre essentiellement sur l’Église et ses pouvoirs et qui « entend montrer la cohérence des fondements politiques développés dans la Prima dictio avec les contenus de la foi » (p. 111). Marsile propose un discours complexe et innovant sur l’Église, un « programme de réforme ecclésiastique » au sein duquel toute prétention à un pouvoir coercitif est ôtée au sacerdoce.

12L’étude s’attache ensuite aux thèmes de « la pauvreté volontaire et ses conséquences politiques », du sacerdoce et du concile universel avant de s’arrêter plus longuement sur le chapitre XXIII du Defensor pacis qui définit la plenitudo potestatis. Aux yeux du Padouan, cette plénitude du pouvoir papal représente une menace pour le pouvoir civil et pour la foi chrétienne en ce qu’elle est source de conflits et d’instabilité. L’activité législatrice du pape amène à ce que Marsile appelle un « schisme civil » (p. 150), c’est-à-dire une séparation du clergé et du reste des citoyens.

13Le troisième discours du Defensor pacis est une liste de quarante-deux propositions, issues des développements précédents mais organisées de façon thématique, une sorte de programme d’action, destiné à l’empereur, aux seigneurs, aux cités et à toutes les communautés engagées contre Jean XXII.

14Le quatrième et dernier chapitre recense rapidement les autres œuvres de Marsile. Le De Translatione imperii, court traité en douze chapitres « placé dans l’horizon conceptuel du Defensor pacis » (p. 167), entend relater ce qui s’est passé de facto lors du transfert de l’empire. L’auteur pointe les divergences de ce texte avec le Tractatus de statu et mutatione imperii de Landolphe Colonna, Marsile analysant les événements essentiellement en termes politiques et soulignant l’importance du rôle du peuple.

15Le Defensor minor, quant à lui, reprend quelques thèmes importants du Defensor pacis et traite, dans les quatre derniers chapitres, de problèmes relatifs au mariage, à son annulation, au divorce. L’auteur explique les difficultés de datation de ce traité et définit le terme de « juridiction » en s’attachant particulièrement à la « juridiction sacerdotale ».

16L’ouvrage de G. Briguglia est complété d’une notice biographique du Padouan, d’une large bibliographie, divisée en trois sections (« Textes de Marsile de Padoue et traductions », « Ouvrages de référence et introduction à l’œuvre de Marsile », « Études sur des points plus spécifiques ») et d’un index.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Lelong, « Gianluca Briguglia, Marsile de Padoue », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://peme.revues.org/8900

Haut de page

Auteur

Chloé Lelong

Université Lyon II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page