Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Anna Gęsicka, Entre volonté et dépendance. Le problème du choix dans les narrations courtoises brèves de la littérature française du xiie et xiiie siècle

Thèse d’habilitation, soutenue le 18 novembre 2014 à l’université Nicolas Copernic, Toruń, Pologne
Anna Gęsicka
Référence(s) :

Między wolą a niewolą. Problem wyboru w krótkich narracjach francuskiej literatury dwornej XII i XIII wieku, Wydawnictwo Naukowe Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, Toruń 2014, 376 p.

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames , Anna Branach-Kallas (université Nicolas Copernic, Toruń, secrétaire), Anna Loba (université Adam Mickiewicz, Poznań, rapporteur) et Messieurs Krzysztof Jarosz (université de Silésie, président), Maciej Abramowicz (université de Varsovie, rapporteur), Witold Pietrzak (université de Łódź, rapporteur), Piotr Sadkowski (université Nicolas Copernic, Toruń)

Texte intégral

  • 1 J’ai consacré à ce sujet quelques publications en français : « L’avilissement d’Aristote : traiteme (...)

1Le but de ce livre écrit en polonais est l’analyse du problème de la puissance ou de l’impuissance décisionnelle des héros de narrations courtoises brèves de la littérature française des xiie et xiiie siècles1. J’ai choisi ce sujet en toute conscience des difficultés qui se posent aux chercheurs – philosophes et psychologues – dès que l’on essaie de formuler une définition satisfaisante du concept de volonté lui-même aussi bien que de celui de subjectivité dans une situation de choix. En outre, dans la réalité psycho-sociale la capacité décisionnelle de l’homme demeure un champ ouvert d’études et de controverses.

  • 2 Hanna Buczyńska-Garewicz, « Sens woli i wolności » (« Le sens de la volonté et de la liberté »), In (...)

2Comme point de départ, j’admets – suite à la formulation de Hanna Buczyńska-Garewicz – que la notion de volonté, comprise de la façon la plus large comme « une capacité intellectuelle de l’homme, orientée vers l’avenir »2, suppose également de sa part une sensibilité, une capacité de réfléchir et de comparer, ainsi qu’une disposition à ressentir des désirs, nécessaires pour agir. Le rôle de la volonté peut parfois consister à s’opposer aux désirs. Il se crée ainsi un espace pour des choix difficiles et, en même temps, pour l’épreuve de la fermeté de la volonté. À l’acte volontaire est intimement lié un sentiment de liberté ou de son manque.

3Dans mon analyse des textes médiévaux, je me concentre précisément sur une des composantes immanentes les plus importantes de la volonté – sa capacité à effectuer un choix. J’émets l’hypothèse que chaque décision importante de l’homme, conforme ou opposée à sa volonté, peut être identifiée comme le choix d’un itinéraire de conduite orienté vers l’avenir. Je pose aussi que dans un texte littéraire, le choix d’un héros ne nécessite pas toujours l’articulation expressis verbis des prémisses du choix ou des arguments pour et contre. Pourtant, un simple acte décisionnel du héros décrit dans le texte peut inciter le lecteur à interpréter la nature (bien souvent complexe) des prémisses présupposées de son choix.

4La limitation générique du corpus au récit bref, elliptique par sa nature, a pour but d’analyser des démarches narratives capables d’évoquer d’une façon condensée la situation psychologiquement compliquée qu’est un choix difficile. Compte tenu du caractère spécifique des lettres médiévales, aux récits souvent fondés sur des schémas narratifs ou des steréotypes psychologiques, on pourrait a priori estimer que la question de la volonté et du choix des protagonistes n’est pas pour les auteurs de ces textes (souvent semblables par leur forme) une question primordiale, et que le choix effectué par le héros ne surprenait pas un lecteur/auditeur expérimenté. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles la question des choix effectués par les héros des narrations brèves courtoises, même si elle a été évoquée dans la littérature critique, n’est pas encore devenue, sauf erreur de ma part, l’objet principal d’une étude distincte, ni en français, ni en polonais. Et pourtant, elle semble très intéressante, aussi bien au niveau psychologique et existentiel, qu’au niveau narratologique. De plus, il semble que l’aspect psychologique du choix, plus ou moins valorisé dans un récit, soit un élément important qui influence la signification des textes et aussi important que la volonté des auteurs d’inscrire leur histoire dans un modèle narratif commun.

5La dichotomie présentée dans le titre polonais du livre Między wolą a niewolą (« Entre volonté et non-volonté »), illustre en effet la complexité de la situation décisionnelle dans laquelle agissent les héros littéraires, face à une triple dépendance : 1. des traits de leur caractère, 2. des sentiments à teintes multiples, 3. des obligations de différentes natures. L’ambivalence sémantique du substantif polonais niewola (« non-volonté ») exprime les nuances de la condition psychologique des héros. Le mot désigne d’une part un état de captivité ou de dépendance de quelqu’un ou de quelque chose, et de l’autre, par la négation, un état spécifique de « non-volonté », conçu comme l’absence de volonté ou sa faiblesse (acrasie). Dans la langue française je n’ai pas trouvé d’équivalent satisfaisant. La traduction par « dépendance », par exemple, limite le champ sémantique à une seule dimension.

6Ce livre se propose donc d’analyser la relation volonté/choix dans une trentaine de récits brefs du XIIe et XIIIe siècles appartenant à la littérature courtoise et représentant en principe des genres difficilement classifiables : lai, nouvelle/conte. Le principal contexte décisionnel dans ces textes relève de situations amoureuses. Le corpus est le suivant : Lais de Marie de France (Guigemar, Equitan, Le Frêne, Bisclavret, Lanval, Les deux Amants, Yonec, Le Rossignol, Milon, Le Malheureux, Le Chèvrefeuille, Eliduc), Lais anonymes (Lai de Graelent, Lai de Guingamor, Lai de Désiré, Lai de Tyrodel, Lai de Tyolet, Lai de l’Aubépine, Lai de Mélion, Lai de Doon, Lai du Trot), Lai du Conseil, Lai d’Amour, Lai de l’épervierLai de Gurun, Richard le Vieux,Lai de la Grève, Lai d’Aristote, Lai d’Haveloc, La Châtelaine de Vergy, Le vair Palefroi, Le Manteau mal taillé, Le Lai de l’ombre, Le Lai de Narcisse, Pyramus et Thisbé, Philomena, Floris et Lyriopé, La Fille du comte de Ponthieu.

7L’ouvrage s’ouvre par quelques réflexions théoriques introduisant aux enjeux psychologico-philosophiques de la problématique volitive (« Autour de la volonté et du choix »). Par rapport à la littérature courtoise, je rappelle le rôle du merveilleux qui influence la capacité décisionnelle des héros et concilie la tradition chrétienne avec la matière de Bretagne ou le fatum antique.

8La partie analytique se divise en deux sections complémentaires :

9Dans la première, intitulée « Choix dans la narration », j’étudie les textes médiévaux en partant du paradigme universel du choix. Je me focalise donc premièrement sur le sujet choisissant, j’analyse ses traits de caractère et ses façons d’agir (« Sujet choisissant »). Puis j’examine les facteurs moraux, sociaux et psychologiques que les protagonistes doivent affronter dans leurs choix, et qui limitent leur volonté (« Conditionnements du choix »). Enfin, je me penche sur les conséquences narratives (le rôle du choix dans la narration) et axiologiques (l’évaluation des attitudes des héros) des choix opérés (« Conséquences du choix »).

10La deuxième partie, intitulée « Narration du choix », propose un autre regard sur la question volitive dans les récits brefs. Mon intérêt s’y concentre sur la façon choisie par les auteurs de présenter le problème du choix dans des histoires construites selon un schéma narratif plus ou moins figé ou opérant selon un motif narratif récurrent. La façon dont des auteurs traitent l’aspect du choix, la place qu’ils lui accordent dans la narration, sont ainsi conçues comme un élément distinctif de textes dans une grande mesure stéréotypés. Les chapitres suivants portent les titres : « Amants de l’Autre Monde », « Motif de l’interdiction », « Motif de la femme de Putiphar », « Manipulateur et sa victime ».

  • 3 Jean-Jacques Vincensini, Motifs et Thèmes du récit médiéval, Paris, Nathan, 2000, p. 2-3.

11La compréhension du « schéma narratif » est proche de la tradition proppienne, alors que la définition du « motif narratif » est celle de Jean-Jacques Vincensini (Motifs et Thèmes du récit médiéval) : « séquences narratives stéréotypées », « récits (figés), c’est-à-dire comme des blocs de texte obéissant aux lois de la narration », dont l’usage est devenu « l’un des jeux favoris » de la littérature médiévale3.

12Pourtant, c’est le niveau psychologique de la problématique du choix qui a spécialement attiré mon attention. L’expression littéraire de la situation de choix y est traitée dans une perspective proche de la conception mimétique (suivant l’intuition d’E. Auerbach et de ses continuateurs), comme une « représentation » de la réalité de la psyché humaine, notamment celle du drame décisionnel. Le personnage littéraire est ainsi traité comme une création anthropomimétique, un être « réel » dans le sens où l’auteur veut créer un personnage par rapport auquel le lecteur peut nourrir des sentiments qu’il a normalement pour les hommes réels. En analysant la relation enjeux de la volonté/possibilité du choix, actualisée dans les textes littéraires, je me concentre surtout sur la perspective subjective du protagoniste dans une situation décisionnelle (souvent celle de crise) et sur le point de vue qui lui a été prêté par l’auteur. Ce qui importe aussi, c’est l’attitude d’autres personnages vis-à-vis du choix du protagoniste, et les conséquences que ce choix provoque dans la vie de tous les personnages concernés.

13Il faut souligner que les textes analysés n’offrent pas de riches champs lexicaux relatifs au choix proprement dit. L’évocation du choix est fondée sur le contexte narratif (renforcé par une construction grammaticale suggestive) et sur des références à la volonté (plus ou moins libre) des héros. C’est à partir du concept de volonté que les auteurs suggèrent la situation du choix. Au niveau des mécanismes narratifs, aussi bien les étapes précédant le choix que le processus ou l’acte même du choix se manifestent le plus souvent par l’emploi de :

141. substantifs signifiant soit la volonté (volenté), le désir (talent, desir, corage), le jugement (m’avis), la délibération ou décision (conseil), soit (rarement) le choix (par exemple jugement),

152. verbes exprimant l’état de vouloir quelque chose (très souvent voloir), un acte de volonté (ordre – commandermander ; abstention, refus – défendre ; conseil – conseillerloer ; intention – cuider + infinitif ; désir – par exemple desirer, querre ; octroi – octroyer, etc.), une préférence (amer, voloir mieus) ou – très rarement – le choix même (eslire, esliser),

163. adverbes désignant les sentiments des protagonistes, le degré de leur intensité par rapport à un acte hypothétique : [molt] volentiersmout / a l’envis,

174. formes grammaticales d’un verbe suggérant l’intention de faire quelque chose (futur, conditionnel, subjonctif),

185. propositions conditionnelles soulignant la disposition hypothétique du protagoniste à faire un choix,

196. combinaisons des verbes modaux (par deux ou trois, souvent sous forme d’un jeu lexical) : devoir (avec une variante lexicale estuveir, [li, m’] estuet, [me, li] convient), pooir et voloir ; leur rôle consiste à signaler ou illustrer une difficulté décisionnelle du protagoniste,

207. accumulations dans le cadre d’une séquence narrative (énonciation du protagoniste ou commentaire du narrateur) des expressions relatives à la volonté ou au choix. Celles-ci annoncent qu’un choix est en train de se faire ou va prochainement se faire, ou bien indiquent le niveau de détermination du héros par rapport à une décision qu’il a déjà prise.

21Indirectement, sans recourir au lexique approprié, la situation de choix peut s’exprimer aussi à travers : 1. la réaction du protagoniste à une proposition, 2. la réaction du protagoniste à une situation donnée, 3. l’auto-analyse intérieure du protagoniste qui pèse les facteurs ou motifs qui influenceront son choix.

22Au niveau des moyens stylistiques, le problème décisionnel est signalé ou clairement exprimé le plus fréquemment sous forme d’énonciations personnelles des héros – directes ou rapportées par le narrateur – exhibant leurs sentiments perturbés : monologue (intérieur ou prononcé à haute voix à soi-même), discours indirect libre ou dialogue.

23Pour faire connaître au lecteur les sentiments et sensations qui accompagnent et orientent le choix des protagonistes, les auteurs, le plus souvent : 1. présentent le processus mental du héros, 2. démontrent la nature complexe du conflit intérieur que celui-ci affronte, 3. lui font prendre une décision immédiate, à la limite d’un acte instinctif.

24La réitération d’un même motif littéraire engage sa réinterprétation de la part aussi bien de l’auteur que du destinataire. Dans cet espace de liberté créatrice qui leur est accessible, les auteurs semblent traiter la silhouette psychologique de leurs héros choisissants comme un des éléments qui individualise les types fixes de personnages et les modèles fixes de récits, et qui souligne leur caractère distinctif dans le cadre d’un genre commun. Le choix subjectif du créateur, favorisant un « possible narratif » (terme emprunté à Claude Brémond) parmi d’autres liés à une situation décisionnelle, permet à son tour à l’auditeur/lecteur (aussi bien le débutant que celui qui est familiarisé avec le schéma narratif) de s’ouvrir de façon spontanée, active et émotionnelle à l’histoire racontée.

25Pour illustrer toutes les occurences analysées du choix, j’ai traduit de l’ancien français de nombreux fragments des textes du corpus, dont la grande majorité n’a jamais été traduite en polonais.

Haut de page

Notes

1 J’ai consacré à ce sujet quelques publications en français : « L’avilissement d’Aristote : traitement d’un motif au XIIIe et au XXe siècles », Médiévales. Études médiévales 11-12, Amiens, 2010, p. 345-353 ; « Absence de décision. Examen de quelques récits brefs français des xiie et xiiie siècles », Aux confins de l’absence, études réunies par Edyta Kociubińska et Judyta Niedokos, Quêtes littéraires 2, Lublin, Werset, 2012, p. 11-21, « La volonté et le choix. Le motif de la „femme de Putiphar” dans les lais français des xiie et xiiie siècles », Annales Neophilologiarum 6, 2012, p. 71-86.

2 Hanna Buczyńska-Garewicz, « Sens woli i wolności » (« Le sens de la volonté et de la liberté »), Introduction dans : Hannah Arendt, Wola (The life of the mind : 2. Willing), trad. Robert Piłat, Warszawa, Czytelnik, 2002, p. 9, ma traduction.

3 Jean-Jacques Vincensini, Motifs et Thèmes du récit médiéval, Paris, Nathan, 2000, p. 2-3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Gęsicka, « Anna Gęsicka, Entre volonté et dépendance. Le problème du choix dans les narrations courtoises brèves de la littérature française du xiie et xiiie siècle », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 26 octobre 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://peme.revues.org/9029 ; DOI : 10.4000/peme.9029

Haut de page

Auteur

Anna Gęsicka

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page