Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Chaire, chair et bonne chère. En hommage à Paul Bretel

Agata Sobczyk
Référence(s) :

Chaire, chair et bonne chère. En hommage à Paul Bretel, Françoise Mignon et Michel Adroher (dir.), Presses Universitaires de Perpignan, collection « Études », 2014, 318 p.

Texte intégral

1Le titre du volume d’articles dédiés à Paul Bretel promet des lectures aussi utiles qu’agréables. Effectivement, outre les goûts et les dons culinaires de Paul Bretelsur lesquels reviennent plusieurs auteurs, on y apprend beaucoup. Comme l’expliquent les éditeurs, « l’opposition que souligne l’intitulé de l’ouvrage, entre le thème religieux et édifiant d’une part, et l’inspiration païenne (voir paillarde) et mondaine d’autre part, rend bien compte des aspects contrastés de la littérature et de la société médiévales, qui marient volontiers textes et contre-textes, esprit religieux et vision carnavalesque ». De nombreuses contributions non médiévistes permettent « d’élargir les thèmes abordés à diverses époques et civilisations et d’en ouvrir les perspectives » (« Introduction », p. 12).

2La première impression après la lecture du recueil n’est pourtant pas celle d’une opposition entre les thèmes édifiants et ceux qui ne le sont pas, mais d’un écart entre les études sur le corps et celles sur la nourriture. Certes, bien qu’il s’agisse de sujets très proches, ils apparaissent rarement conjointement dans les mêmes articles. De plus, les auteurs ne les abordent pas de la même façon, comme si ces deux objets de réflexion suscitaient différents types de discours. Je me permets donc de ne pas procéder selon la division des éditeurs (I – « Des tentations de la chair », II – « De la chair en chaire », III – « Faire bonne chère », IV – « Le Moyen Âge en gibelotte », V – « La chair à l’envers »), mais de suivre les deux fils conducteurs principaux.

3Dans les articles consacrés à la chair, les auteurs parlent bien du haut de la chaire. Il y est surtout question d’un corps érotique, parfois d’un corps soufrant, qui apparaît systématiquement en relation avec l’esprit (l’âme, l’intellect, la culture, etc.), le plus souvent de façon conflictuelle, mais pas toujours. Toutes ces études concernent des textes littéraires.

4Bien qu’un festin soit placé au centre de l’œuvre analysée, ce n’est pas la nourriture, mais la sexualité qui intéresse Thierry Eloi (« Très chère chaire. Trimalcion, tyran domestique dans le Satyricon de Pétrone », p. 299-303). Dans la maison de Trimalcion, c’est le corps qui règne. L’affranchi essaie de s’approprier les modèles des élites, en particulier, justement, dans le domaine sexuel, mais n’y parvient pas. Il s’en sert mal, transgresse les normes de la culture érotique et, au lieu de s’élever au-dessus de sa condition, se trouve dans un état proche de la sauvagerie. Son exemple montre que les subtilités du code culturel qui accompagnait les raffinements homosexuels chez les Romains n’étaient pas faciles à maîtriser, et que ces pratiques pouvaient avoir une fonction identitaire pour les bien-nés. Malgré quelques expressions un peu obscures (« le physique vieillissant et les yeux purulents de Crésus traduisent un corps anthropologiquement pourri », p. 301), l’analyse est assurément intéressante.

5Élisabeth Gaucher-Rémond présente l’interprétation approfondie d’un texte aussi étonnant que peu connu, dont elle annonce une nouvelle édition (« Tentation de la chair, séduction de l’esprit : Richard sans Peur et le modèle érémitique », p. 21-34) Dans ce roman tardif (fin du xve siècle), le motif de la tentation diabolique, associé traditionnellement à la vie des pères du désert, est transféré sur un chevalier dont les aventures rocambolesques s’expliquent lorsqu’on saisit le mécanisme de la métaphore qui révèle également la cohérence du texte : les apparitions du démon sont une matérialisation de la vie intérieure du chevalier. Prisonnier de son corps, le chevalier est longtemps incapable de percevoir la valeur spirituelle de son expérience.

6Être esclave de son corps : c’est le reproche qu’adresse Gautier de Coinci à certains ecclésiastiques livrés à la luxure, l’ivresse, l’avarice ou aux ambitions mondaines (Gérard Gros, « Gautier de Coinci l’anticlérical », p. 53-64). L’auteur remarque que ce sont souvent les religieux qui s’avèrent être les anticléricaux les plus intéressants, comme l’était avant Gautier Hélinand de Froidmont. Cela se confirme avec Guillaume le clerc de Normandie. L’analyse de son Besant de Dieu par Françoise Laurent s’attache surtout aux sources scripturaires du texte (« „Il nus a somons par amor / A un convi qu’il a fait grant”. Festin nuptial et ministère pastoral dans le Besant de Dieu de Guillaume le clerc de Normandie », p. 133-146). F.L. montre que le mépris de corps est tout aussi stimulant pour la littérature que son exaltation. Il faut ajouter que, dans ce poème, la thématique de la chair et de la nourriture s’interpénètrent parfaitement, parce que, au-delà de l’image centrale du festin, l’univers terrestre est représenté par l’auteur comme un lieu où on dévore et où l’on est dévoré, et « la nature toute entière n’est qu’un gigantesque ventre » (p. 142). La conception pessimiste de la nature humaine et de sa condition est due à l’influence du traité De contemptu mundi d’Innocent III. Comme le souligne Françoise Laurent, il est tout à fait exceptionnel que cette influence se manifeste si tôt dans un texte écrit en langue vernaculaire (dès le premier tiers du xiiie siècle). En effet, les images de la « charogne a vers », des horreurs qui se passent dans l’utérus, la conviction de l’infériorité du corps humain par rapport à celui des animaux rappellent bien les plaintes des disciples tardifs du pape Innocent, Eustache Deschamps ou Pierre de Nesson. Françoise Laurent en conclut que le texte est très précoce sur ce terrain, soit qu’il est nécessaire de revenir sur la nature laïque de son public.

7Francis Dubost (« Le péché de la chair entre époux : sur la conception de Robert le Diable », p. 65-84) propose une lecture très stimulante du roman de Robert le Diable, renouvelée par une comparaison avec le lai de Désiré (avec un détour très intéressant par Tristan et Yseut). Le schéma narratif des deux récits n’est pas vraiment analogue, mais les points de rencontre existent : motif de l’enfant longtemps désiré, importance de l’ermite, confession. Les deux textes s’opposent par la représentation du désir : dans Robert, celui-ci est montré comme démoniaque, conformément à la coloration cléricale du roman, pendant que dans le lai s’exprime la foi en une sexualité innocente qui émane du fonds celtique, mais qui se manifeste plus tard sous d’autres couleurs dans l’œuvre de Jean de Meun. D’ailleurs, dans la vision présentée par Francis Dubost, le schéma bipolaire de Robert, qui correspond à l’opposition du corps et de l’âme, n’est pas pour autant simpliste parce qu’il reflète les paradoxes de la société partagée entre l’attitude religieuse et féodale par rapport à la sexualité. Ainsi, la stérilité du couple résulte du fait que dans le mariage il n’y a pas de désir. Le pacte que la femme conclut avec le diable a les effets d’un philtre amoureux : l’aura démoniaque attise le désir du mari, ce qui permet de concevoir l’enfant qui demeure cependant l’incarnation et la punition du péché dont il est le fruit. Quant au lai de Désiré, on peut ajouter que si l’attitude hésitante de la fée par rapport à l’Église (et quelques curiosités narratives : quelle idée que d’aller se confesser de la liaison avec une fée !) peut bien être interprétée à la lumière du schéma tripolaire du texte, avec une « troisième voie » entre le Ciel et la Terre, elle révèle aussi peut-être des heurts entre la tradition celtique et les valeurs chrétiennes.

8Denis Hüe (« Marie et la légende », p. 231-248) présente une certaine vision du corps sublimé. Celle-ci apparaît dans un courant particulier de la poésie palinodique, à savoir dans les ballades où la louange de la Vierge prend une forme narrativisée et où l’allégorie mariale se lit derrière les récits qui détournent des motifs laïcs – moyen pour les poètes de renouveler la tradition. La perfection de la Vierge peut être ainsi représentée par la fiction du choix de l’épouse idéale pour le fils d’un roi. La sublimation a pour contrepoids la violence et la destruction du corps lorsque les candidates sont obligées de passer par « l’épreuve des lions » : la beauté immaculée de Marie est le signe de sa victoire sur une multitude de demoiselles dont les corps ont été mis en pièces. Denis Hüe note l’ombre discrète de l’inceste qui se dessine derrière la tradition des épreuves sanglantes que doivent subir les candidates, observant que ces images s’appliquent à celle qui est « fille, mère et fiancée » de Dieu. Il souligne que, loin de s’épuiser dans son sens spirituel, le conte laisse affleurer chez les poètes des angoisses et des désirs à valeur universelle. De cette façon, l’auteur nous propose d’élargir le sens de l’allégorie en dépassant la stricte association entre le signifiant et le signifié qui semble propre à cette notion. L’illustration du manuscrit dont on nous présente une reproduction montre bien à quel point le récit pouvait susciter en même temps l’horreur et la fascination.

9À l’opposé de cette souffrance spectaculaire, il y a des corps souffrants au quotidien, d’une façon plus triviale, sans intermédiaire de lions et sans aucune sublimation offerte en contrepoids. La souffrance des enfants corrigés par leur maître ou leurs parents reste cachée et difficilement transmissible. Comme le fait remarquer Isabelle Dubois (« Chair marquée, chair manquée. Les châtiments corporels dans l’éducation, de l’Antiquité classique à Érasme et Montaigne », p. 119-132), les récits de ces expériences sont toujours dus à des adultes qui portent dessus un regard distancié. Le récit d’Augustin dans ses Confessions est exceptionnel par les variations de focalisation, puisque l’auteur sait parfaitement épouser le point de vue de l’enfant désemparé qu’il était alors et le combiner avec celui du chrétien qu’il est devenu. Il rétablit de cette façon une continuité des âges de la vie et exprime l’idée que l’enfant est aussi un homme. Chez Érasme et chez Montaigne, un procédé analogue s’inscrit dans des considérations à valeur plus générale sur les méthodes de l’éducation, servant la condamnation des châtiments corporels. Ainsi, aussi bien les arguments que les moyens littéraires employés par les trois auteurs aboutissent à la critique de l’adulto-centrisme.

10Le corps est encore mis à mal dans Cosmos de Gombrowicz, où pourtant les scènes de pendaison et le « fantasme du corps morcelé » (p. 92) sont soumis aux questions philosophiques (Emma Artigala, « Le corps philosophique ou le mirage de la chair dans Cosmos de Gombrowicz », p. 87-101). La question de la chair dans ce texte ne peut pas être dissociée de celle du sujet et ses relations avec l’Autre. L’auteure de cette étude assez hermétique analyse la façon dont le romancier traite le sujet dans l’optique de la notion lucrétienne de clinamen. Le recours aux fractales (p. 89) ne rend pas forcément la lecture de l’article plus facile. On suit pourtant Emma Artigala sans peine lorsqu’elle montre comment Gombrowicz se sert de la forme du roman policier pour parler de la perception et de l’interprétation : « pour approcher ce sens qui se dérobe, l’„enquêteur”, en quête de son objet, procède à partir d’une lecture analogique du monde des phénomènes perçus par les sens » (p. 95), pendant que le narrateur « donne un sens à l’absurdité apparente de toute création » (p. 100). 

11L’article d’Anne-Lise Blanc « Claude Simon côté chair » (p. 35-51) est une analyse convaincante du principe corporel qui s’avère très présent dans l’œuvre du prix Nobel. Cette fois-ci il s’agit d’un auteur qui se démarque nettement de la distinction entre chair et esprit. Le motif du corps souffrant en temps de guerre a dans son œuvre pour contrepoids l’évocation du corps érotique, promesse du « salut par la chair » (p. 44), où se projette le fantasme de fusion avec la chair du monde. On est pourtant loin de Désiré (faut-il s’en étonner ?), puisque la fée est remplacée par des prostituées.

12Les contributions sur la nourriture, à une exception près, ne concernent par l’époque médiévale (ce qu’il faut regretter parce qu’il y aurait sûrement une riche matière) et, à deux exceptions près, ce ne sont pas des études littéraires. Ce qui frappe aussi, c’est le ton léger de plusieurs de ces études. Natalie Solomon, réfléchissant à la présence constante de l’omelette dans le menu des voyageurs romantiques, constate que « sur le plan littéraire, la présence d’œufs augure d’un ton plaisant, qui tire le périple vers le prosaïque et le récit vers le badinage » (p. 183). De même, on peut avoir l’impression que sur le plan scientifique, le sujet de la nourriture est considéré comme un peu anecdotique, qu’il invite aux jeux de mots et aux allusions personnelles, ce qui permet aux plusieurs auteurs du recueil de réaliser l’idéal de placere et docere.

13Ce n’est pas vrai pour tous les articles : celui de Joël Thomas prouve que la nourriture, c’est du sérieux (« Un vieux débat, toujours actuel : végétarisme et "grande bouffe", de l’Antiquité à nos jours », p. 149-160). On trouve ici un exposé fascinant de l’évolution qu’a subie aux cours des siècles l’attitude de la société européenne par rapport aux pratiques alimentaires, avec un accent mis sur leur aspect symbolique, les enjeux anthropologiques et le contexte philosophique qui les accompagnent. On suit avec un grand profit le chemin qui mène de l’époque classique grecque, où « le repas est le reflet de la pensée, une harmonie » (p. 153), à travers les excès de l’Antiquité tardive, lorsque « la transformation devient le comble de la sophistication » (p. 154) jusqu’à la société actuelle, dont certains excès ne sont pas sans rappeler le festin de Trimalcion, contrastant d’ailleurs avec la « malbouffe » généralisée. Quant à la problématique signalée par l’intitulé de l’article, de l’Antiquité à nos jours, le débat s’est déplacé du terrain de la métaphysique à celui de la morale, à partir du moment où le clivage entre l’homme et les animaux a été mis en question et il est devenu choquant qu’on mange ses confrères.

14L’importance symbolique et l’aspect anthropologique de la nourriture sont aussi relevés par le bel article de Diane Sabatier (« Hunger de Lan Samantha Chang : quand la chair fait petite chère parmi les fantômes affamés », p. 305-318). Le thème de la nourriture constitue le fil conducteur du roman. La relation que les membres d’une famille d’immigrés chinois aux États-Unis entretiennent avec l’alimentation (comme avec la langue) est fonction de leur attitude par rapport au passé et du degré de leur assimilation. Sans être aucunement surchargé par la théorie, l’article place l’analyse du roman sur un fonds socio-littéraire plus large et aborde plusieurs questions fondamentales de la société moderne.

15Mais le regard attentif sur le côté pratique de l’art culinaire peut s’avérer tout aussi instructif. Dans l’article déjà mentionné (« L’omelette : une obsession romantique en voyage », p. 181-189), le point de départ de Nathalie Solomon n’est anodin qu’en apparence, puisqu’il lui permet d’aborder des questions concernant la poétique propre au récit de voyage et le style d’auteurs particuliers. Signe d’une coloration humoristique, voire d’une distance par rapport au récit, l’évocation de ce plat s’inscrit bien dans le ton de pastiche ; aussi, aucune omelette chez Chateaubriand, Nerval ou Lamartine.

16Aymat Catafou choisit en revanche de présenter une recette de cuisine plus recherchée (« Recette du paon en sauce au château royal de Perpignan (xve siècle) », p. 161-171), qu’il exploite à fond, grâce à quoi on apprend beaucoup sur les valeurs nutritives et symboliques du paon, ainsi que sur les habitudes des habitants des châteaux du Moyen Âge finissant.

17Il s’agit là d’un Moyen Âge très différent de celui que l’on présente dans la série télévisée Kaamelott. François Amy de La Bretèque constate que la nourriture en est un motif fréquent, comme de tous les films « moyenâgeux » (« Quand les chevaliers de la Table Ronde se mettent [pour de bon] à table. Nourriture et manières de table dans Kaamelott », p. 213-229). Le potentiel comique des scènes du repas vient du fait qu’elles se prêtent parfaitement à l’opération de dépréciation qui, avec l’anachronisme, constitue ici le moyen d’humour principal. Ainsi, les manières de table de chevaliers de la Table Ronde sont rudes comme leur langage, ce qui contribue à rendre les gens du Moyen Âge plus humains et sympathiques ; « Kaamelott prend ainsi son rang dans le long mouvement de réhabilitation du Moyen Âge qui a marqué la période moderne » (p. 228). Sans douter des vertus comiques de la série, je me demande si cette conclusion ne va pas trop loin.

18On a vu que la relation entre la nourriture et la langue transparaît dans plusieurs articles et dans différents contextes. Pour deux d’entre eux, elle devient fondamentale. En effet, Anne Chamayou (« Petit répertoire de piété gourmande (et autres considérations) », p. 173-189) et Bertrand Lemartinel (« Carnés de voyage », p. 191-197) exploitent la richesse du vocabulaire culinaire. La première s’intéresse aux mets et à leurs noms d’origine ecclésiastique, comme les oublies qui ont une place si importante dans la poésie médiévale. Le second étudie étymologies et plats exotiques. Sous la légèreté apparente de ces propos, on trouve une mine d’informations qui peuvent s’avérer utiles.

19L’article de Jean-Louis Olive (« Carnaval a chaire en mots, fricassée d’étymologies curieuses et autres facéties farcies », p. 275-298) s’inscrit aussi un peu dans cette lignée, comme on peut en juger par le titre, mais son ton est différent et son champ d’investigation plus large : à travers différentes étymologies, proposées par différents auteurs, l’auteur présente différentes origines, fonctions et significations possibles du carnaval.

20Restent les articles dans lesquels la nourriture ou le corps n’apparaissent, me semble-t-il, que comme prétexte.

21Dans celui de Ghislaine Jay-Robert (« Dans l’assemblée des femmes et le Ploutos d’Aristophane, la vue et le regard au centre d’un nouveau dispositif scénique », p. 103-117), la chair est réduite à son élément le plus désincarné, le regard (si on ne compte pas la mention d’allusions obscènes du dramaturge), et au corps des spectateurs, progressivement mis à distance par rapport à la représentation. En effet, l’auteur présente l’évolution de la conception de l’espace scénique chez Aristophane qui s’opère à travers la présence regard, celui des personnages et du public, et la modification du statut des spectateurs qui en découle.

22Pour Stace, un incident anodin du temps des Saturnales devient occasion de l’écriture de vers qui, selon Mireille Courrent, constituent « l’exposé par l’exemple d’une conception alors nouvelle de la littérature » (p. 268), basée sur une réécriture ostentatoire (« De l’art d’accommoder les restes. Stace, Silvae, IV, 9 », p. 263-273).

23La tête coupée et le cœur mangé de Guillem de Cabestany sont relégués au second plan par rapport à la question des compétences linguistiques de Stendhal lorsque Michel Adroher se demande dans quelle mesure celui-ci peut être considéré comme traducteur de la vida du troubadour roussillonnais (« "Un fort bon repas" : Stendhal traducteur de la Vida de Guillem de Cabestany », p. 201-211). À partir d’une analyse stylistique, l’auteur formule l’hypothèse que nous devons au romancier le premier tiers du texte, bourré d’archaïsmes, et la suite, beaucoup plus neutre, à son ami Claude Fauriel.

24Les troubadours reviennent dans l’article de Jonathan Pollock « "Noigandres" : Ezra Pound et les troubadours » (p. 249-260). Le mot mystérieux, emprunté par le poète américain à Arnaud Daniel, semble incarner la part de mystère inhérente à la poésie, son côté, dirait-on, charnel, puisqu’il s’adresse aux sens plus qu’à la raison. Dans des vers pleins d’humour, Pound présente le philologue allemand Emil Levy, spécialiste de la langue d’oc, se lamentant de ne pas trouver le sens de ce mot. À vouloir tout expliquer, le vieux professeur risque de passer « à côté du véritable fonctionnement du langage poétique. C’est un avertissement salutaire pour tout lecteur de Pound… » (p. 253), puisque, malgré les références érudites qui la parsèment, son œuvre échappe à une lecture purement intellectuelle. Une fois cette restriction posée, Jonathan Pollock s’adonne pourtant à une telle lecture, la seule possible aux universitaires, sûrement conscient du côté paradoxal de son article très savant.

25Dans l’ensemble, ce recueil riche et stimulant rend parfaitement compte de l’importance du principe corporel dans la culture, analysé aussi bien sous forme de nombreux motifs littéraires et éléments du contexte socio-historique, qu’en tant que composante de la matière même de la littérature, le langage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agata Sobczyk, « Chaire, chair et bonne chère. En hommage à Paul Bretel », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 29 octobre 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://peme.revues.org/9078

Haut de page

Auteur

Agata Sobczyk

Université de Varsovie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page