Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Édition & traductions

La Cité de Dieu de saint Augustin traduite par Raoul de Presles (1371-1375)

Stéphane Marcotte
Référence(s) :

La Cité de Dieu de saint Augustin traduite par Raoul de Presles (1371-1375), livres I à III, édition du manuscrit BnF fr. 22912, sous la direction d’Olivier Bertrand, vol. 1, tome 1, Paris, Honoré Champion, « Traduction et terminologie » 1, 2013, 982 p.

Texte intégral

1Ce volumineux ouvrage est le fruit d’un projet labellisé CER (« Conseil européen de la recherche ») intitulé « Histoire du lexique politique français ». Un avant-propos de remerciements égrène un nombre impressionnant de concours bénévoles, de chercheurs et d’universitaires, peu ou prou liés au grand laboratoire nancéen du CNRS qu’est l’ATILF. On comprend, à lire ces lignes, que l’entreprise est d’envergure. Je veux avant toute chose citer ici, ce n’est que justice, les noms de ceux qui ont y collaboré et indiquer la part qu’ils y ont prise : Marta Andronache (pour le livre III) ; Olivier Bertrand, directeur de l’ensemble (et plus particulièrement pour le prologue et le livre I) ; Laurent Brun (pour la liste des manuscrits donnée en introduction) ; Stefania Cerrito (pour le livre IV) ; Kevin Echampard (pour les index historiques) ; Silvère Ménégaldo (pour la relecture du tout et la partie « apparat des sources et des notes » de l’introduction) ; Philippe Pons (une partie du livre V, encodage du livre I, index) ; Béatrice Stumpf (livre II et une partie du livre V) ; Bertrand Gaiffe et Jessica Perignon (informatique).

2De fait, il s’agit de la première édition de la traduction en moyen français de l’œuvre majeure de l’évêque d’Hippone, conservée dans une cinquantaine de manuscrits qui s’échelonnent sur quelque cent vingt-cinq années (vers 1375 à la fin du xve siècle) et deux imprimés (1486 et 1531). Il s’agit, comme on peut s’en douter, de la première traduction en français de la Cité de Dieu (dorénavant CD). On la doit à Raoul de Presles, qui acheva son travail en septembre 1375. Cette édition des XXII livres du texte procurera en un premier temps, en quatre volumes et cinq tomes (deux pour le premier volume), les dix premiers livres édités à partir du manuscrit BnF fr. 22912. La suite viendra, à partir du manuscrit BnF fr. 22913, si Dieu veut. Cette répartition se veut conforme aux intentions d’Augustin lui-même qui distingua nettement (voir p. 13) un premier volet consacré à la réfutation des fausses doctrines (dix premiers livres) et un second volet consacré à l’enseignement positif de l’Église (douze suivants).

3Ce volume ne comporte ni étude linguistique (réservé pour le volume IV et dernier) ni glossaire (réservé pour le volume III), ce qui n’est pas commode pour le recenseur qui ne peut apprécier le degré d’intelligence du texte (qu’on suppose ici très haut, mais on aimerait confronter ses propres interprétations à celles des éditeurs) dans son détail. L’introduction (p. 7-153), extrêmement claire et sans fantaisie, se limite à présenter le texte et les caractéristiques de l’édition (tradition manuscrite, principes d’édition). Elle se clôt par une bibliographie étendue (p. 137-153). En guise d’annexe à l’édition, on ne trouvera donc ici que de copieux index de noms propres (personnes, lieux, gentilés, titres d’ouvrages cités) aux p. 913-968. Je vais pour ma part présenter l’ouvrage en suivant pas à pas l’introduction, compte tenu des restrictions assumées par les éditeurs.

4L’objectif de cette entreprise n’est pas seulement de nous donner l’édition de la traduction médio-française de la CD, mais de fournir un matériau de première main pour l’étude de la langue politique de la fin du Moyen Âge. Cette traduction, comme on sait, fut dédiée à Charles V (1364-1380) par Raoul de Presles (vers 1315-1382), qui l’acheva le 1er septembre 1375 ; il avait commencé d’y travailler en 1371. L’introduction rappelle brièvement le contexte général du grand mouvement de traduction de cette fin du xive siècle (p. 30-32), et dont les noms de Denis Foulechat et Nicole Oresme sont parmi les plus connus.

5La traduction de Raoul de Presles est intéressante à plusieurs égards. On sait d’une part (p. 33) qu’il a utilisé plusieurs manuscrits, outre son manuscrit de référence (dont l’origine n’est pas indiquée). Il s’agit donc en quelque sorte d’une traduction critique ; et ce qualificatif est d’autant plus approprié que Raoul associe la traduction littérale à l’interprétation, puisqu’il fait suivre chaque chapitre d’un commentaire (qu’il appelle exposicion), qui développe et commente de façon très personnelle le texte augustinien. Ce commentaire est fondé sur des autorités dont il procure lui-même la liste (p. 159-160). Ainsi le voit-on souvent décortiquer les charnières argumentatives du texte (par exemple p. 217) ; commenter un choix de traduction (« urnam : coffre », p. 241/9) ; faire une remarque lexicale ou culturelle (la différence entre un théâtre et un amphithéâtre, p. 334) ; développer une allusion mythologique (Arion, p. 249/11). Il arrive que le commentaire dépasse largement en quantité le chapitre : le chapitre 14 (p. 247-250), qui ne compte que 21 lignes, est pourvu d’une exposicion de 49 lignes ; le chapitre 23 (p. 287-293), qui compte 35 lignes, est amplifié d’une exposicion de 110 lignes (sur Caton). Le chapitre 3 du livre III compte une page et demie, son exposicion neuf pages ; le chapitre 17 du livre III, pour ses huit pages et demie de texte augustinien, comporte une exposicion de vingt-huit pages de texte raoulien. C’est dire que cette traduction nous apprend non seulement comment s’effectuait le transfert linguistique du latin au français, mais aussi comment ce texte était compris, et part quels moyens d’analyse.

6La traduction manuscrite française comporte plus d’une cinquantaine de manuscrits, certains en deux volumes, répartis dans toute l’Europe ; la plupart sont en France, à Paris, mais il en existe aussi en Allemagne, en Belgique, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Italie, aux Pays-Bas. Il existe également deux imprimés de ce texte (1486 et 1531). L’introduction fournit une description claire et détaillée de ces témoins (p. 40-69). Les critères qui ont présidé au choix du manuscrit de base, BnF fr. 22912 et 22913 (siglés P1 et P2), sont donnés aux pages 69-75 ; ils sont ainsi résumés : un manuscrit royal, complet et soigné, non déviant par rapport à la tradition manuscrite générale, pourvu d’une liste d’autorités unique, dont la date de composition est proche de la date d’écriture. Sur le dernier point, on ne saurait souhaiter mieux, ce manuscrit ayant été copié vers 1376 (soit quelques mois seulement, une année au plus, après la rédaction par Raoul de Presles), pour Charles V, avant de disparaître dans la nature (il n’est plus dans la collection royale en 1411 et ne réapparaît qu’en 1706, acheté par un bibliophile, Roger de Gaignières, à un libraire du quai des Augustins). L’ouvrage, sur parchemin, fut richement enluminé, probablement sous la direction de Raoul lui-même, par plusieurs artistes (p. 77), anonymes mais connus, comme le Maître du Couronnement de Charles VI, le Maître du Sacre de Charles V et le premier Maître de la Bible de Jean de Sy. La présente édition nous offre généreusement, en noir et blanc, la reproduction de ces œuvres.

7L’édition repose donc sur ce manuscrit dont le choix, à vrai dire, s’imposait. Les éditeurs ont cependant décidé de le contrôler, afin de pallier ses éventuelles défaillances (il n’est pas en tout point parfait), par d’autres manuscrits (p. 81-83), choisis selon des critères identiques à ceux qui ont présidé au choix du manuscrit de base. Ces quatre manuscrits sont, « selon un ordre de préséance défini par leur qualité et leur fiabilité » (p. 131), C1 (Chantilly 322, début du xve siècle), P17 (BnF fr. 170, vers 1380), P11 (BnF fr. 23, vers 1390) et P31 (BnF fr. 20105, vers 1385).

8L’apparat critique comporte trois niveaux. Le premier comporte les leçons rejetées, corrigées d’après les quatre mss précités ; le second se propose de sélectionner les seules « variantes lexicales qui présentent une alternative sémantique intéressante, ou qui mettent l’accent sur une difficulté du texte » (p. 131) repérées, pas uniquement mais surtout, dans M1 (Bibliothèque municipale de Mâcon 1, vers 1480) et dans l’imprimé de 1496. Cette restriction, dûment justifiée, a pour conséquence que de nombreuses autres variantes possiblement intéressantes seront négligées, comme le reconnaissent les auteurs (p. 86). Le troisième niveau signale les sources.

9Le travail sur les sources est en effet un autre pan très important de ce travail : dans les cinq premiers livres, les éditeurs ont recensé plus de cent soixante-dix auteurs ou textes différents cités ou mentionnés, essentiellement latins (quelques exceptions, dont le Devisement du monde de Marco Polo, le Roman de la Rose de Jean de Meun et les Grandes chroniques de France), anciens et médiévaux, dont la liste figure aux p. 94-120.

10L’édition imprimée résulte de « la mise en application d’un outil informatique d’aide à l’édition de texte élaboré par G[illes] Souvay dans le cadre du DMF » (p. 132) et « de la conversion du texte structuré encodé au format TEI (Text Encoding Initiative) en un “prêt à clicher” au format PDF (Portable Document Format) » (p. 121). Est en outre mis à contribution le lemmatiseur LGeRM, qui permet un contrôle immédiat des formes aberrantes de la copie, dues soit au copiste, soit aux transcripteurs, par comparaison immédiate avec la banque de données du DMF. Son application est aussi évidente pour le glossaire (p. 133).

11Les principes de cette édition, qui allie le savoir-faire philologique aux techniques modernes de l’information, reposent pour l’essentiel sur les Conseils pour l’édition des textes médiévaux, publiés par l’École des chartes. La transcription, et l’on peut s’en féliciter, se veut très fidèle au manuscrit de base, notamment dans ses particularités graphiques (autres bien sûr que celles qui mettent en jeu les i/j et u/v, lesquels font l’objet de la normalisation habituelle), telles les alternances courantes en moyen français entre s et c (pour le pronom démonstratif neutre et le réfléchi). Certaines graphies insolites (par exemple pierre pour priere), conservées en raison de la récurrence du phénomène qu’elles illustrent (par exemple ici la fréquence des interversions dans les séquences [voyelle + r] ou [r + voyelle]), sont élucidées dans le premier niveau de notes par la comparaison avec les leçons plus usuelles des manuscrits de contrôle. Signalons d’ailleurs que ce texte offre un panorama presque complet de la situation de [r] en moyen français (amuïssement, assibilation, mobilité). Les éditeurs, d’autre part, recourent au [sic] pour signaler des graphies incongrues (par ex. aus mains pour au mains ‘au moins’). Ils ont en revanche, et je serais enclin à regretter ce choix, procédé à certaines rectifications, dans le dessein sans doute très louable de faciliter la lecture « par les non-spécialistes du moyen français » (p. 122, mais je me demande vraiment quels d’entre eux iront lire cette traduction de la Cité de Dieu). Ainsi, le texte tend à confondre, pour la raison précitée (amuïssement de [r] en finale) les morphèmes pas et par, ce que l’édition corrige, tout en signalant l’intervention en note ; de même, les éditeurs restituent les [l] finals amuïs dans des morphèmes tels que leque[l], laque[l], etc. Ont été aussi corrigées des formes telles que fe[u] ou me[r] ou des manques à l’accord en nombre (p. 130)

12Pour ce qui est de l’alternance entre u et n, les éditeurs s’appuient sagement sur les observations d’Anne Rochebouet (Scriptorium 63/2, 2009, p. 206-219) et ne lui attribuent donc pas une valeur phonétique ; le parti est donc de rétablir la graphie usuelle, par exemple dans abreniacion, transcrit abreviation. À ce sujet, une question : le texte présente, pour eschever/eschiver, la forme « eschuer » (p. 277/6, p. 285/2, p. 339/24), absente dans la version la plus récente du DMF informatisé, aussi me demandé-je si la forme transcrite plus loin en « eschever » (p. 297/5, 299/1) ne serait pas plutôt à lire escheuer (également absente dans le DMF, mais de laquelle on peut rapprocher l’unique occurrence d’eschieuer) ou s’il ne faudrait pas, à l’inverse, lire, avec une syncope, eschver (cf. d’autres cas de syncope précoce de [e] central dans « purté », p. 311/23, « durté », p. 323/7) ; bref, je me demande s’il ne serait pas souhaitable d’harmoniser la graphie de ces couples en eschver/eschever ou eschuer/escheuer. En revanche, les flottements entre c et t sont maintenus lorsqu’ils ne suscitent pas (trop) de difficultés de compréhension (Gret ou Mart pour Grec ou Marc) et signalés en note sur le modèle de pas et par (v. supra) et corrigés dans le cas contraire (estolles sera ainsi transcrit escolles lorsqu’il n’est manifestement pas question de la pièce de vêtement).

13Un gros effort aussi est fait pour donner au lecteur une idée de la disposition du texte, subdivisions diverses, découpage de paragraphe, etc. En revanche, les éditeurs ont fait le choix d’une ponctuation moderne et d’un usage habituel des majuscules. Le fait de placer une ponctuation forte devant une conjonction de coordination ne me paraît pas vraiment justifié et d’ailleurs ne fait pas l’objet de justification (p. 125). La séparation de mots est traitée au cas par cas ; elle respecte généralement l’usage du copiste mais le modifie pour ne pas perturber la lecture lorsqu’il s’agit de lexies parfaitement figées de nos jours (aujourd’hui, cependant, etc.). Diverses autres remarques de détails figurent aux p. 127-128. L’accentuation suit généralement l’usage courant, à ceci près que l’accent grave est utilisé pour les morphèmes à, , (ça) et . J’y reviens plus bas.

14Comme je l’ai indiqué, l’absence d’outils d’interprétation du texte dans ce volume (introduction linguistique, notes et glossaire) ne permet guère au recenseur de confronter aux siennes, comme il aime à le faire, les interprétations des éditeurs. Faisant crédit à ceux-ci, à partir de sondages effectués sur la version numérique du manuscrit, d’avoir parfaitement transcrit le manuscrit, je n’aurai que peu de remarques à faire. Je vais donc me borner à quelques observations générales sur la lecture de ce texte qui, ne serait-ce que par les remarques de Raoul, mérite vraiment cet effort.

15Insistons sur le fait que la traduction de Raoul n’est pas toujours limpide et que l’annotation manque vraiment, même si l’on peut prédire que nombre de difficultés, que je ne veux pas énumérer ici, s’évanouiront à la consultation du texte original (le lecteur ne devrait cependant pas être contraint de s’y reporter). Telle bizarrerie ne peut être élucidée dans le seul cadre de cette édition. Ainsi la note de la page 181 parle d’un erratum apporté par Augustin au livre 10 de la CD dans ses Retractationes, mais le texte, p. 182/19, mentionne le livre XII (c’est la note qui a raison et l’on se demande s’il n’était pas opportun de corriger) ; le contenu des douze derniers livres (d’après le texte des Retractationes de saint Augustin cité par Raoul à la p. 182/15) est réparti dans le Prologue de notre traduction en IIII + IIII + III, alors qu’il faut évidemment comprendre IIII pour ce dernier chiffre (cf. la traduction du texte à la p. 13) ; là encore, on se demande s’il n’était pas opportun de corriger.

16La ponctuation est très cohérente et facilite grandement la lecture. De menues remarques à ce sujet. Pour des raisons de clarté, je mettrais une virgule après « que » dans « …commanda que ly mort, il feust getté aus champs sans e[n]sevelir » (‘il ordonna que, lui mort, il fut jeté…’) ; pour des raisons syntaxiques, je n’en mettrais pas derrière X dans la structure XVS, où X est intégré à la proposition et provoque l’inversion du sujet et, s’il y en a, l’antéposition du régime faible (« Et en parlant, arriverent les mariniers… », p. 249 ; « Toutevoies, semble il que… », p. 293/9 ; « Et pour ce que ces giex sceniques vindrent de Grece, les appelle il la luxure ou superfluité de Grece, p. 332/19 ; et aussi 333/11). De même, cette fois pour des raisons d’intelligibilité syntaxique, je couperais par une virgule une séquence de subordonnants qui appartiennent à des niveaux de subordination différents (« …vostre forsenerie, qui quant les peuples d’Oriant… », p. 339/5 ; « Mais se après nous lui demandions se quant l’en feroit la solempnité de sa mere, il voudroit que… », p. 371/18). Je serais aussi enclin à critiquer l’usage de quelques signes diacritiques, ainsi le tréma sur « paÿens », p. 237/14) qui ne paraît pas nécessaire dans un texte en prose ; de même pour « oÿons » (p. 278/17), où il me paraît plus naturel de supposer une réfection de oons en oyons d’après la base palatalisée de la P1 oy). En revanche, je serais plus catégorique pour « oÿ » (p. 311/16), clairement une forme de présent, donc à transcrire oy.

17Sur le plan formel, je signale de rares maladresses de composition, ainsi, ces lignes toutes seulettes perdues en haut des pages 213 et 380, ou l’absence de coupure dans « il avoit veula immortalité de l’ame » (p. 284/8), à lire bien sûr …veu la… Je me demande d’autre part si le parti de commencer chaque chapitre sur la page impaire, à droite donc, est vraiment justifié, ce qui multiplie sans nécessité les pages blanches (on en compte une soixantaine pour le texte proprement dit, de la p. 163 à la p. 908).

18Malgré l’objectif affiché de ses promoteurs (fidélité maximale au manuscrit), le choix n’a pas été fait ici, comme dans d’autres travaux, de résoudre les abréviations en usant d’italiques. Cela est dommage, et j’en donne un exemple. Le texte porte la forme « sererment » (p. 168/4) ; bien que cette forme soit tout à fait plausible, en raison du comportement du [r] implosif dans ce manuscrit (p. 123) qui, s’amuïssant, peut engendrer des graphies inverses, elle ne laisse pas de surprendre. Vérification faite, le mot se présente sous la forme « serment », avec un signe abréviatif suscrit valant re ou er entre le r et le m, de sorte qu’une transcription serrement serait également plausible, à mon sens. Une transcription « sererment » révélerait ainsi directement au lecteur le choix de l’éditeur. Le recours aux italiques aurait également permis de discriminer l’usage du .I., tantôt numéral, tantôt article indéfini dans le texte ; la transcription pour ce dernier en un (car il ne s’agit, au fond, que d’un sténogramme sans signification particulière) s’opposerait ainsi avantageusement à .I. numéral, alors que l’édition conserve partout cette notation chiffrée « par respect du manuscrit » (p. 129).

19D’autre part, le choix est fait d’accentuer le [e] final tonique, y compris devant z, ce qui nous donne des formes telles que « recevéz » (p. 167/28), « avéz », (p. 167/29), « asséz » (p. 174/17), plutôt désagréables à l’œil ; la raison alléguée ne me paraît pas probante (« -es et –ez sont interchangeables », p. 128), car elle vaut pour de nombreux textes de moyen français qui n’adoptent pas ce système (à moins de donner, ce qui n’est pas fait ici, une statistique qui montrerait qu’en effet, derrière voyelle atone s et z s’emploient à fréquence égale et qu’il s’ensuit un inconvénient réel pour la lecture).

20Je conclurai provisoirement en exprimant, à titre personnel, ma gratitude pour cette très belle édition, qui, certes, fait attendre ses outils d’analyse et d’interprétation, mais qui, en l’état, nous permet de disposer d’un texte plus qu’important pour l’histoire des idées et tout à fait passionnant pour le linguiste et le philologue, clairement et savamment édité, sans fioriture ni délicatesse néo-philologique. C’est à mon sens un beau et considérable travail auquel les amateurs, dont je suis, ne trouveront que très peu à redire (je ne préjuge pas de l’avis des spécialistes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Marcotte, « La Cité de Dieu de saint Augustin traduite par Raoul de Presles (1371-1375) », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://peme.revues.org/9268 ; DOI : 10.4000/peme.9268

Haut de page

Auteur

Stéphane Marcotte

Université Paris IV-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page