Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Édition & traductions

Jean Froissart, L’Épinette amoureuse

Fabienne Pomel
Référence(s) :

Jean Froissart, L’Épinette amoureuse, édition de Nathalie Bragantini-Maillard, « Moyen Âge en traduction » 5, Classiques Garnier, Paris, 2014, 192 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Épinette amoureuse, Joli buisson de Jeunesse

Index des médiévaux et anciens :

Jean Froissart
Haut de page

Texte intégral

1Nathalie Bragantini-Maillard propose ici une première traduction de ce dit de Froissart composé vers 1369, qu’elle accompagne d’une riche introduction, d’une bibliographie et d’une série d’index, fort utiles. On ne peut que se réjouir que ce texte, très intéressant, devienne accessible en traduction.

2L’introduction nourrie et synthétique présente avec pertinence les enjeux du texte à la lumière des travaux récents ; elle souligne notamment les tensions entre la part du souvenir autobiographique et la dimension exemplaire résultant de la démultiplication du je : passé et présent, individuel ou intime, universel et doté de doubles mythologiques. Ce jeu, combiné aux réécritures ovidiennes et aux pseudos mythes, contribue aux effets d’ambiguïté caractéristiques de l’écriture de Froissart qui nourrissent la relativité du sens et l’incertitude sur l’interprétation des signes amoureux émis par la dame. Froissart autour de l’initiation amoureuse caractérisée comme « douce-amère » au-delà d’une « poétique de l’anecdotique », cultive le souvenir tout en insérant des formes lyriques et se situe ainsi dans la tradition de Machaut. Mais il met constamment à distance l’idéal courtois par des effets de dédramatisation et d’ironie, oscillant entre sublimation et distanciation. Nathalie Bragantini-Maillard suggère que l’écriture poétique fonctionne comme voie de salut, Froissart privilégiant à la fois une dimension méta-poétique et expressive. Le buisson d’aubépine, qui scande les étapes de l’initiation amoureuse avec la rencontre initiale de Mercure et Vénus, l’épanouissement douloureux et l’acceptation du service avant la rupture finale, est emblématique du texte par sa dualité ou son ambivalence entre beauté et souffrance causée par ses épines. Il souligne aussi l’effet de circularité dans l’œuvre de Froissart avec Le Joli buisson de Jeunesse.

3Nathalie Bragantini-Maillard prend la peine de justifier ses principes de traduction, non seulement dans une note préliminaire (p. 37-39), mais aussi fréquemment dans des notes de bas de page pour expliquer des écarts par rapport à l’édition suivie, celle d’Anthime Fourrier parue en 1963 chez Klincksieck (reprint 2002) et fondée sur le manuscrit BnF fr. 831 sous le contrôle de BnF fr. 830. Ces écarts, portant essentiellement sur la ponctuation ou sur des divergences d’interprétation, sont toujours explicitement et rigoureusement signalés et justifiés.

4Le problème majeur de cet ouvrage me semble l’inadéquation entre les choix de traduction et les choix éditoriaux de la collection : en effet, cette collection de Garnier propose la traduction seule, sans le texte médiéval en regard, contrairement aux collections bilingues. Or Nathalie Bragantini-Maillard adopte une position qui suppose le recours à l’original : « La traduction ici proposée est destinée à être lue en regard du texte médiéval. Elle est en effet conçue comme une passerelle, une voie d’accès à l’original, plutôt que comme un texte autonome et suffisant. Pour cela, elle suit d’abord autant que possible la disposition en vers du modèle, sauf lorsque le critère d’intelligibilité exigeait un réagencement des propositions des syntagmes. » (p. 37).

5Cela pose plusieurs problèmes : quel public vise-t-on ? Si c’est un public d’étudiants ou d’amateurs éclairés qui seraient amenés par leur cursus ou par leur curiosité à se confronter à la langue médiévale, alors l’édition bilingue s’impose plus commodément. Si inversement c’est un public plus large qui est amené à lire le texte de Froissart de manière autonome, comme le suppose le choix de publier la seule traduction, alors on aimerait que soit donné à lire un texte plus fluide et accessible. Or suivre le plus près possible le texte de Froissart amène à des lourdeurs : « Mais le plaisir de l’évocation, / les souvenirs qu’éveille le récit / et que j’ai eus plusieurs fois / m’ont procuré un très grand bonheur » (v. 69-71 p. 43) ou « Ainsi se distingue / Un amant sincère et devient ainsi / Plein d’espoir, exempt de maladresse » (v. 3551-53 p. 152). Le choix du calque se fait au détriment du naturel : « Me voici désormais accompli / Comme jamais aucun homme ne le fut ! » (v. 798-9 p. 66) plutôt que « Me voici désormais un homme accompli / Comme jamais personne ne l’a été ». On note au passage une utilisation des majuscules en début de ligne, pour afficher la spécificité des insertions lyriques, en contraste avec le reste du texte où est maintenu l’usage d’une minuscule à l’initiale des lignes, à l’intérieur d’une phrase. Plus généralement, la disposition ligne à ligne morcèle la syntaxe et rend la lecture plus heurtée. Le recours fréquent au subjonctif ou parfois à un lexique spécialisé suppose un lecteur savant : ainsi, « d’ivore un trechoir » est rendu par « une pointe d’ivoire », conformément à la rubrique du Dictionnaire du Moyen Français qui cite précisément le vers de Froissart en indiquant « instrument avec lequel on partage les cheveux en mèches pour faire la tresse (génér. pointe d’ivoire) ». Pourtant, « peigne » était possible et plus lisible. De même l’emploi de termes anciens ou spécialisés peut faire obstacle à la lecture en l’absence de note explicative, comme pour « coqueluchons » qui traduit « kokilles » (v. 218 « et très souvent nous nous combattions / devant les filles avec nos coqueluchons ») ou « banneton » v. 1211 pour « baneston » (« Je suis votre petit valet, / quitte à entrer dans un banneton / si vous me l’ordonniez à l’instant »). Qui sait, en dehors d’un public savant – et encore ! – que le banneton est soit un petit panier d’osier, dépourvu d’anses, dans lequel on fait lever le pain rond ou un coffre percé de trous, placé dans l’eau et dans lequel on conserve les poissons, comme nous l’apprend le TLF ? Ou que le coqueluchon est une sorte de capuchon, si c’est bien de cela qu’il s’agit ? Les notes sont donc orientées vers un public savant : elles justifient ainsi des traductions de passages dont on n’a a priori pas l’original sous les yeux, ou renvoient à des travaux bibliographiques spécialisés, ce qui intéresse évidemment les spécialistes. En revanche, elles ne fournissent pas l’aide plus élémentaire dont aurait besoin un lecteur moins averti, y compris un lecteur étudiant. Une tendance archaïsante est par ailleurs perceptible, comme dans l’emploi transitif direct de plaisanter (v. 3286, p. 144) ou dans l’emploi du verbe melancolier (v. 3805, p. 159) dont on peut cependant goûter l’effet poétique.

6Ces discordances entre choix de traduction et choix de l’édition unilingue et le flottement du public ainsi visé engendrent un effet doublement déceptif, pour les spécialistes qui aimeraient avoir l’original et pour un public plus large, qui aurait besoin d’explications culturelles. Surtout, le choix du « compromis entre traduction littérale et traduction libre » amène à un texte à la syntaxe un peu laborieuse, qui ne rend pas vraiment justice aux qualités du texte de Froissart. « L’adaptation aux habitudes du français moderne est donc restée aussi limitée que possible et a été pratiquée soit par souci de lisibilité, soit par souci stylistique », affirme Nathalie Bragantini-Maillard. Il me semble que la transposition en langue moderne gagnerait au contraire à aller plus loin dans le cadre d’une traduction unilingue et que les choix possibles pour une version bilingue perdent leur pertinence dans une collection qui choisit d’écarter le texte original. La ligne éditoriale n’est donc pas claire, et d’ailleurs nullement formulée explicitement. Le flottement entre première de couverture qui annonce « Édition de… » et la page intérieure « Traduction et édition critique par… », mais aussi le flottement terminologique, sont également à regretter. Le premier volume de la même collection était plus clair avec « Guillaume de Palerne, Texte présenté et traduit par Christine Ferlampin-Acher ».

7On sait la difficulté que représente un travail de traduction, difficulté encore renforcée lorsqu’il s’agit d’insertions lyriques ou de passages complexes comme la fameuse liste de jeux enfantins évoqués au début du texte. Traduire implique des choix et plusieurs choix sont toujours possibles. Il ne s’agit donc pas de critiquer le travail de traduction proposé en lui-même, mais de regretter ses contradictions avec la publication unilingue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Pomel, « Jean Froissart, L’Épinette amoureuse », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/9376 ; DOI : 10.4000/peme.9376

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page