Navigation – Plan du site
Études & travaux
Dossier : Le thème médiéval aux États-Unis : entre fascination et répulsion

The Boy’s Froissart de Lanier ou la réappropriation d’une mémoire européenne à destination des garçons en Amérique.

Patricia Victorin

Résumés

Pourquoi Sidney Clopton Lanier juge-t-il bon, peu après la guerre de Sécession, d’écrire un livre à destination d’un jeune lectorat masculin américain dans lequel il adapte les Chroniques de Froissart, chroniqueur du xive siècle qui a relaté en son temps la guerre de Cent Ans ? Nous tenterons de comprendre les liens que Lanier tisse entre l’Europe et l’Amérique, et de cerner tout particulièrement le rôle fondateur que jouent Caxton et Lord Berners qui ont permis de faire connaître Froissart aux Anglais. L’objet principal de cette contribution est de retisser le fil ou lignage qui mène de Froissart à Sidney Clopton Lanier, de l’Europe au Vieux Sud, en passant par deux figures emblématiques des xve et xvie siècles anglais, Caxton et Lord Berners qui permettent d’enraciner le jeune lecteur américain dans le terreau d’ancêtres prestigieux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Bernard Poli, « Littérature américaine », Encyclopædia Universalis.
  • 2 Sur cet aspect que nous ne développons pas ici, voir Alan Lupack, « Visions of Courageous Achieveme (...)

1On a coutume d’appréhender les débuts de la littérature américaine dans une tension double, entre l’optimisme du nouveau monde et la nostalgie d’un rêve ou d’un paradis perdu, problématique qui va de pair avec deux courants littéraires divergents mais qui peuvent aussi converger, l’un qui prône une littérature nationale américaine, l’autre qui s’inspire des sources européennes pour s’inventer autre. Dans cette littérature naissante, en quête de sa légitimité, l’écrivain se rêve alors comme le descendant d’un enfant perdu ou d’un continent trouvé. Une question est à la fois fondamentale et fondatrice : la question de l’origine de cette nation sans mémoire, qui se double de la quête du « père », fondateur de la lignée1. Cette question se pose encore de manière spécifique dans ce que l’on nomme le Vieux Sud. On s’intéressa ici plus spécifiquement aux traces, rémanences et réécritures de Froissart dans ce que l’on nomme the Old South à travers l’adaptation que Sidney Clopton Lanier, aujourd’hui relativement oublié, propose des Chroniques de Froissart pour un public jeune et masculin2, son Boy’s Froissart et ce qu’elles révèlent dans le contexte postbellum.

  • 3 Sur ces aspects, voir notre Froissart après Froissart : sa réception en France du xve au xixe siècl (...)
  • 4 Voir George Dekker, « The American Historical Romance », Cambridge Studies in American Literature a (...)
  • 5 Voir Darrel Abel, Democratic Voices and Vistas: American literature from Emerson to Lanier, I Unive (...)

2On sait que Froissart incarne une figure majeure en France et en Angleterre au xixe siècle, tant pour penser l’écriture de l’histoire – que l’on songe aux historiens pré-romantiques ou romantiques (Prosper de Barante, Michelet, etc.) – que pour se positionner par rapport au père du roman historique, Walter Scott, à qui l’on doit en grande partie la redécouverte du chroniqueur médiéval en France3. On songe ici notamment aux romanciers anglais comme William Morris, ou aux Français, Dumas, Nerval, Flaubert, pour qui le chroniqueur de la guerre de Cent Ans est non seulement un souvenir de lecture d’enfance mais aussi un champ d’exploration littéraire, voire un « filon » pour reprendre le mot de Dumas, particulièrement fécond et pittoresque. D’une certaine manière Froissart, ce « Walter Scott du Moyen Âge » selon l’expression de Michelet, qui a voyagé de la France vers l’Angleterre, symbolise un processus de translation et de réappropriation en France et en Angleterre au cours du xixe siècle, à la confluence de la passion des antiquaires, de l’historiographie et de la littérature. Mais qu’en est-il en cette Amérique, lointaine et proche qui espère un « Scott américain4», qui écrirait le pendant américain aux Waverley Novels ? Il me semble que Froissart incarnerait une mémoire historique qu’il s’agit de réactiver et de transférer dans le nouveau territoire américain. C’est autour de ces problématiques de la mémoire retrouvée et de la quête d’un lignage que je voudrais articuler mon étude en m’en tenant à un auteur assez peu connu, du moins en France, Sidney Clopton Lanier (1842-1881), poète et musicien américain, descendant d’ancêtres huguenots français qui ont émigré en Angleterre au xvie siècle, surtout célèbre pour son œuvre poétique et qui, enfant, lisait dans la bibliothèque paternelle l’œuvre de Scott et les Chroniques de Froissart5.

  • 6 Lanier n’est pas radicalement opposé au Nord : il se situe comme en retrait. Voir ce qu’il écrit à (...)
  • 7 Voir Patricia Victorin, « Quelques remarques sur les Chroniques de Froissart et Artus de Bretagne t (...)

3En 1867, peu après la fin de la Guerre Civile, Lanier écrit un roman Tiger-Lilies, curieux mélange d’autobiographie sur ce qu’il a vécu durant la guerre et fable morale dans lequel il ne prend pas position sur la double question de l’esclavage et de l’indépendance du Sud, texte que l’on peut aussi lire comme un plaidoyer pour la paix6. La guerre est décrite comme l’intrusion du désordre et de la haine dans un univers harmonieux dans lequel Lanier réactive l’image du Vieux Sud aristocratique mêlé à l’otium curial médiéval où l’on s’adonne à la musique, à la poésie et aux pas d’armes. La même année, il compose un poème allégorique, The Tournament, allégorie de la guerre présentée comme une joute entre Heart et Brain, entre le Vieux Sud romantique et impétueux et le Nord efficace et victorieux. Un an plus tard, il écrit son poème politique Raven Days of Sorrow, dans lequel se fait jour l’opposition entre « chivalry » et « trade », l’esprit commerçant et vulgaire, qui trouverait ses origines dans la révolte paysanne de la Jacquerie que conte Froissart dans ses Chroniques. Lanier commence d’ailleurs en 1868 à composer un grand poème épique sur la Jacquerie mais il laissera son travail inachevé. Pourquoi ce poète musicien qui ne se séparait jamais de sa flûte même lorsqu’il était emprisonné, qui enseignait à l’Université Johns Hopkins, spécialiste de Shakespeare, de Chaucer et des poètes anglo-saxons, a-t-il jugé bon en cette fin de xixe siècle d’écrire un ouvrage inspiré des Chroniques de Froissart, à l’intention des garçons, comme son titre l’indique The Boy’s Froissart (1878) ? C’est ce fil ou ce lignage que je voudrais retisser ici, qui mène de Froissart à Sidney Lanier, de l’Europe au Vieux Sud, en passant par deux figures emblématiques des xve et xvie siècles anglais, Caxton et Lord Berners7 qui permettent d’enraciner le jeune lecteur américain dans le terreau d’ancêtres prestigieux. Il faudrait aussi réinscrire les adaptations de Sidney Clopton Lanier dans le contexte historique de la guerre civile américaine ou guerre de sécession (1861-1865), durant laquelle Lanier combattit aux côtés des Confédérés. Après quoi, il a été capturé par les soldats de l’Union car il refusait d’arborer l’uniforme de l’ennemi qui aurait pu le sauver. Incarcéré dans une prison militaire de Point Lookout dans le Maryland en 1864, il contracta la tuberculose et mourut précocément.

  • 8 Voir Donna R. White, A Century of Welsh Myth in Children’s Literature, Greenwood Publishing, 1998, (...)

4Pour l’essentiel mon propos, modeste, se fondera sur l’enseignement de deux préfaces de Lanier, celle de son Boy’s Froissart et celle de son Boy’s Arthur, « a companion book » de l’adaptation de Froissart, dans lesquelles Lanier nous invite à un voyage dans la mémoire littéraire et culturelle, et tisse un lignage lointain tant au niveau temporel que spatial dans lequel s’inscrire. L’ouvrage The Boy’s Froissart, paru en 1878 (soit 10 ans après le 14e amendement à la constitution américaine qui stipule que les Noirs sont des citoyens américains à part entière), est le premier d’une série avec The Boy’s King Arthur (1880), The Boy’s Mabinogion (1881), ou encore The Boy’s Percy (1882). Parmi ces ouvrages, deux se détachent nettement par leur succès public8 : The Boy’s Froissart avec ses 13.000 exemplaires, The Boy’s King Arthur (12.000) et plus loin derrière The Boy’s Mabinogion (5.500) et The Boy’s Percy (3.800). On essaiera de voir jusqu’où Lanier s’inscrit dans le vaste mouvement de Revival médiéval qui touche le Vieux Sud plus spécifiquement.

5Dans son ouvrage The Medievalist Impulse in American Literature, Kim Moreland souligne que :

  • 9 Kim Moreland, The Medievalist Impulse in American Literature, University Press of Virginia, 1996, p (...)

During this period a remarkable number of influential Americans began to focus on aspects of a culture that seems quite alien: The European Middle Ages. Particularly within the New England intelligentsia and the southern aristocracy, medieval architecture, literature, and history became topics of interest, the cultural authority of these two groups influencing contemporary and subsequent American popular culture9.

  • 10 Voir Ritchie Devon Watson, Yeoman versus Cavalier: The Old Southwest’s fictional Road to Rebellion, (...)

6Dès les années 1830-40 se répand un Gothic Revival style en Amérique ; parallèlement le mouvement Arts and Crafts, influencé par John Ruskin, se développe. On assiste à un mouvement d’adaptations de textes médiévaux français et italiens, et notamment des hagiographies et des biographies de saints, ainsi que des biographies chevaleresques comme celle qu’écrit William Gilmore Simm, The Life of the Chevalier Bayard, The Good Knight Sans Peur et Sans Reproche, en 1847. L’adaptation de Lanier s’inscrit bien dans ce vaste mouvement de réappropriation du Moyen Âge autour de la figure chevaleresque. Dans les années 1845, on s’adonne dans le Vieux Sud à des pas d’armes assez proches de ceux qui se développaient à la cour de Bourgogne à la fin du Moyen Âge, où l’on « enromançait » le monde. En témoigne par exemple le tournoi de Fauquier White Sulphur Springs, syndrôme scottien, recréation nostalgique dans laquelle les aristocrates du Vieux sud ressuscitent les grands seigneurs féodaux et les héros écossais de Scott. On voit se dessiner une ligne de fracture entre la Chevalerie du Sud aux idéaux anciens, et Saxons et Goths du Nord aux idéaux démocratiques10.

7Selon Kim Moreland :

  • 11 Kim Moreland, op. cit., p. 4.

The powerful nostalgia for medievalism that emerged in mid-nineteenth century America functioned not in the ordinary way as an individual memory of a past experience but as a cultural memory, a trace of an earlier time that American consciousness linked itself to in the past as source, measured itself against in the present as contrast, and aspired to in the future as ideal11.

8Et elle poursuit en ces termes :

  • 12 Ibid., p. 5.

With regard to the past, the Middle Ages served as a historical link between this still young nation and an older tradition. What is perhaps most surprising in the sense that Americans were not borrowing the history and traditions of another culture but were rightfully reappropriating their own, despite the geographic and historical disruption from England occasioned by the American experiment. Though America had no medieval past, many Americans felt no qualms about looking back proprietarily on the European medieval past. As Thomas Bulfinch, the nineteenth-century American popularizer of Arthurian tales and traditions, states forthrightly in his preface to The Age of Chivalry (1858) : « We are entitled to our full share in the glories and recollections of the land of our forefathers, down to the time of colonization thence »12

  • 13 Son ouvrage intitulé Bulfinch’s Mythology a été édité de manière posthume et compile trois de ses o (...)

9Kim Moreland glose le propos de Thomas Bulfinch13 en soulignant qu’il n’évoque pas la mère patrie mais bien l’héritage des ancêtres par le biais du fil patrilinéaire :

Europe was perceived as the historical background for America (...) and European cultural values were regarded as the rightful property of Americans, who inherited them not from the mother country but from their « forefathers » by virtue of patrilineage.

  • 14 Cet épisode que Froissart narre au Livre IV des Chroniques est également connu sous la formule « Mô (...)

10Pour m’en tenir à quelques grands noms de la littérature américaine, je ferai ici quelques remarques éparses tant il est vrai que les Chroniques de Froissart ont littéralement bercé la jeunesse de nombre d’écrivains américains parmi lesquels figurent Poe, Twain, ou Hawthorne, notamment. Ainsi Edgar Allan Poe, dans un bref récit intitulé Hop Frog, s’est inspiré de la célébrissime scène que narre Froissart, la mascarade du roi Charles VI et de ses compagnons, plus connue sous le nom de Bal des Ardents14 dans la France du xixe siècle, pour la tirer dans le sens de la satire et d’une mise en scène du poète à travers celle du fou du roi. Cette nouvelle s’inscrit aussi dans la vague du Gothic Revival. Poe met en scène un nain difforme, bouffon du roi, et image du fou sage qui se venge des folies du roi en orchestrant un bal d’hommes sauvages (Baudelaire traduit par orangs-outans) où le roi et sa compagnie se retrouvent pendus à un lustre, enflammés dans leur costume. Ce nain difforme et sage a été interprété comme une allégorie du poète, comparable à l’Albatros baudelairien ; toutefois ce qui me semble particulièrement intéressant ici réside dans le fait que Poe a puisé au matériau froissartien pour le détourner de sa fonction première dans une allégorie poétique et macabre. James Ensor en proposera une illustration intitulée La Vengeance de Hop Frog (circa 1896) dont on croit pouvoir avancer qu’elle est curieusement inspirée de deux miniatures de manuscrits richement enluminés, le manuscrit de la British Library Harley 4380, f. 1, miniature attribuée à Philippe de Mazerolles et dont l’illustre possesseur n’était autre que Philippe de Commynes, et le BnF français 2646 f. 176, (1470-75), pour Louis de Bruges, seigneur de Gruuthuse.

  • 15 « This is a scathing rebuke to old dead Froissart’s poor witticism that our family tree never had b (...)
  • 16 Citons à titre d’exemple un ouvrage de vulgarisation pour la jeunesse qui sélectionne des morceaux (...)
  • 17 La 1ère parution date de 1849 dans un journal de Boston : The flag of our Union. Le texte a été tra (...)

11Froissart et ses Chroniques sont une matière dont la plasticité permet toutes sortes de réécritures. Mark Twain, dans son autobiographie burlesque, se dit descendant de Froissart15. On voit que le chroniqueur demeure une référence commune16 chez les Anglo-saxons, une référence suffisamment solide pour qu’on puisse jouer avec elle, par les jeux onomastiques que Froissart n’aurait sans doute pas reniés, les réécritures poético-carnavalesques, comme dans Hop Frog17.

  • 18 Voir Kim Moreland, op. cit.
  • 19 Voir Paul Giles, The Global Remapping of American Literature, Princeton and Oxford, Princeton Unive (...)
  • 20 Cité par Moreland, ibid, p. 59.
  • 21 Ibid., p. 57.

12Mark Twain, qui possédait dans sa bibliothèque les adaptations de Sidney Lanier, témoigne encore de cette appétence pour la matière médiévale, arthurienne, espace-temps de tous les possibles, monde de l’enfance et du romanesque, qui fait converger une nostalgie de l’Antebellum South, « childhood of America » et un âge d’or médiéval18. Mais Twain occupe une position marginale et pour le moins ambiguë par rapport au courant de renouveau du Moyen Âge qui touche l’Amérique et notamment le Vieux Sud. À cet égard, il rend l’appétence pour les romans historiques de Scott responsable du retard social et économique du Old South19. Conformément au topos d’un Moyen Âge en enfance, enfance de la littérature ou d’une littérature médiévale encore en enfance qui traverse tout le xixe siècle, Twain construit l’idée de l’enfance et celle du Moyen Âge de concert, sur une conception duelle : à la fois en termes connotés négativement, ignorance, naïveté, mais aussi positivement, innocence, imagination, amour du beau. Son roman Un Yankee à la cour du roi Arthur témoigne encore de cette ambiguïté. Selon la formule de Lesley Kordecki, Twain « appears to hate the reality of the Middle Ages but to love the ideality of it20 ». Dans la lignée de la tradition voltairienne, Twain exècre le Moyen Âge historique mais il n’en est pas moins séduit par un modèle littéraire comme la Morte d’Arthur de Malory qu’il considère comme « the quaintest and sweetest of all books », ou bien encore « one of the most beautiful things ever written in English » et qu’il fait figurer dans la liste des neufs livres ou auteurs qu’il préfère21. La conception et la réappropriation du matériau médiéval dans l’œuvre de Twain sont emblématiques de la variété des approches en Amérique en ce milieu du xixe siècle. La position de Lanier par rapport à la matière médiévale est beaucoup moins ludique et les visées didactiques sont nettement soulignées.

13L’adaptation de Lanier s’inscrit dans une tradition européenne d’abrégés et d’anthologies des Chroniques de Froissart, mais il situe son travail d’adaptateur sous le haut patronage de Lord Berners, même si ce modèle est un modèle en absence en raison des difficultés de lecture de l’ancien anglais pour un jeune lecteur américain.

A very noble translation was made in the time of King Henry the Eighth, by Lord Berners, whose name I hope you will remember. I should have greatly preferred to give you his Froissart for the present edition: it is beautiful English, and infinitely stronger, brighter, and more picturesque, than the translation here used.

14Son introduction s’ouvre sur une thématique assez topique puisque Lanier affirme que la lecture des Chroniques est aussi instructive que récréative et ce, à tous les âges de la vie, de 7 à 77 ans. Son entreprise est double, à la fois défi au temps et inversion du temps.

15Il défend aussi l’idée que les textes médiévaux créent un effet magnétique sur les jeunes lecteurs, effet que favorise particulièrement la langue originale, dans sa correspondance avec son éditeur. Les psychologues qui lui sont contemporains confèrent d’ailleurs aux récits et légendes du Moyen Âge une capacité particulière à ouvrir et élever l’esprit des enfants.

Now, Froissart sets the boy’s mind upon manhood and the man’s mind upon boyhood. In reading him the young soul sifts out for itself the splendor, the hardihood, the daring, the valor, the generosity, the boundless conflict and unhindered action, which make up the boy’s early ideal of the man; while a more mature reader goes at once to his simplicity, his gayety, his passion for deeds of arms, his freedom from consciousness and from all internal debate – in short, his boyishness. Thus Froissart helps youth forward and age backward.

16Il présente ensuite le personnage du chroniqueur, « romantic and poetical », un chroniqueur chevauchant, son lévrier gris à ses côtés, (c’est l’image qui prévaut en France aussi à cette époque et que l’on retrouve dans les nombreuses anthologies ou morceaux choisis des Chroniques), et sillonnant l’Europe en quête d’informations touchant à la Guerre de Cent Ans, dans une conception de l’histoire en mouvement, aux prises avec le temps présent, rencontrant les témoins des hauts faits qui ont ponctué la guerre franco-anglaise. Lanier décrit les Chroniques comme un miroir de chevalerie où puiser des exemples de valeurs chevaleresques, « to win love and story in the nineteenth century », puis il évoque une question centrale en ce xixe siècle industriel : la place de l’argent au temps de Froissart. Loin d’une vision naïve de la chevalerie à l’ancienne et idéalisée, Lanier est bien conscient des mutations qui s’opèrent en ce siècle charnière qu’est le xive siècle. « War is becoming a trade », écrit-il, et il en prend pour exemple la figure promise à une belle fortune littéraire des routiers et autres mercenaires qui peuplent les grandes compagnies. Comme le souligne Lanier le chevalier errant tel qu’on le trouvait dans le cycle arthurien et chez Thomas Malory a bel et bien disparu, figure obsolète et correspondant à ses yeux à la réalité des xiie et xiiie siècles. C’est aussi en ce sens que les Chroniques de Froissart peuvent être lues comme « a continuation of Malory’s novel », conformément à la tradition anglo-saxonne.

And here I could do no better service to the American boy of the present day than by calling his attention to a certain curious and interesting connection between these present Chronicles of Froissart and Sir Thomas Malory’s History of King Arthur and the knights of the Round Table, which was written in the following century and which must some day come to be known more widely than now as one of the sweetest and strongest books in our language.

The connection I mean is this: that Froissart’s Chronicle is, in a grave and important sense, a sort of continuation of Malory’s novel. For Malory’s book is, at bottom, a picture of knighthood in the twelfth and thirteenth centuries; while Froissart’s is a picture of knighthood in the fourteenth century.

17Il introduit une digression sur la composition du cycle arthurien dans laquelle il retrace le lignage des auteurs qui ont apporté leurs pierres à l’édifice arthurien : Geoffroy de Monmouth, Wace, Layamon (écrit en langue anglaise), Robert de Boron, Gautier Map. Après quoi il revient à son objet, Froissart, pour souligner que si la chevalerie de son temps est à maints égards moins exemplaire, on dénombre quelques figures exemplaires et il présente les tableaux qu’il a retenus :

The kingliness of Edward III; the stern lessons of hardihood, of self-help, and of perseverance unto the end, which he teaches his son Edward in refusing to send him re- enforcements when he is so dreadfully bested before Crecy; the beautiful courtesy and modesty with which this same young Edward attends upon King John of France at supper in his own tent on the night after he had taken the king prisoner and routed his army at Poictiers; the pious reverence with which Sir Walter Manny seeks out the grave of his father; the energy with which the stout abbot of Hennecourt hews, whacks, and pulls the blooded knights about; the frequent expostulations of generous gentlemen against the harsh treatment of prisoners; the prayer of the queen in favor of the citizens of Calais, and King Edward’s knightly concession to her ladyhood; the splendor and liberality of the Count de Foix; the unconquerable loyalty of Sir Robert Salle, who prefers a brave death at the hands of Wat Tyler’s rebels, to the leadership of their army; the dash and gallantry of the young Saracen Agadinquor Oliferne, who flies about Uke a meteor before the besieging crusaders round about the town of Africa: these, and many fine things of like sort, will not fail to strike the most inexperienced eyes.

  • 22 Alberto Varvaro, La Tragédie de l’Histoire. La dernière œuvre de Jean Froissart, Paris, Classiques (...)

18Une imagerie héroïque conforme à la tradition franco-anglaise se dégage dans ces exemples que donne Lanier : les tableaux se succèdent qui mettent en scène la largesse et la mansuétude du roi d’Angleterre face au roi de France ou aux Bourgeois de Calais qui ont la vie sauve grâce à l’intercession de la reine d’Angleterre, l’acte héroïque du roi de Bohême à Crécy, la splendeur de la cour de Gaston de Foix, le pieux hommage de Gautier de Mauny envers les ossements de son père, etc. Ces scènes historiques sont pour la plupart données aussi en exemples aux jeunes Français et Anglais, avec quelques variantes d’un pays à l’autre, dans les livres d’histoire ou encore dans le Magasin Pittoresque au xixe siècle. L’Amérique, la France et l’Angleterre se rejoignent dans ce choix de scènes pittoresques et héroïques comme un miroir de prouesse et de chevalerie offert à la jeunesse française après la défaite de Sedan ou aux jeunes Américains après la guerre civile, pour instruire la jeunesse – surtout masculine – en cette fin de xixe siècle. Le Froissart poète apparaît de manière plus sporadique et pour un public exclusivement féminin dans le Journal des demoiselles par exemple, aux côtés de Christine de Pizan, poétesse et femme de lettres du xve siècle. Mais il me semble que l’usage que fait Lanier des Chroniques n’est pas tant de faire l’éloge d’un Vieux Sud qui se rêve chevaleresque que de s’inscrire dans une tradition historique européenne. En outre, la narration de la Guerre de Cent Ans est aussi le medium qu’il choisit pour réfléchir son expérience de la guerre de Sécession, miroir des mutations du temps présent. Au fond tout se passe comme si Lanier savait qu’il s’agit d’un miroir sans tain qu’il offre à la jeunesse masculine américaine. Le regard de Lanier sur les Chroniques est un peu à l’instar du regard du chroniqueur lui-même, un regard désenchanté face à la « tragédie de l’Histoire22 ». Les chroniques évoluent au cours du temps et le regard de Froissart se transforme : après avoir été le héraut des belles apertises, Froissart décrit une chevalerie qui d’héroïque qu’elle était tend à se métamorphoser pour s’incarner dans la duplicité et la marchandisation.

19Les actes de bravoure aveugles n’ont plus cours, à l’instar de Jean de Luxembourg, roi de Bohême qui se lance au plus fort de la bataille alors qu’il est aveugle (et il rejoue le geste de Lanier qui refuse d’endosser la tunique de ses adversaires pour éviter d’être fait prisonnier), de même que la largesse dont font preuve le roi d’Angleterre et son fils à l’égard du roi de France prisonnier... Le geste est double : offrir des exemples historiques qui n’ont plus cours, s’inscrire dans un lignage auctorial qui conjoint Malory, le chroniqueur Froissart, en passant par les deux figures médiatrices que sont Caxton et Lord Berners. Ainsi est retissé le fil continu de la fabula et de l’histoire propre à la tradition anglo-saxonne. Je verrais aussi volontiers dans l’entreprise de Lanier une manière aussi d’épurer la tradition arthurienne et la tradition historique de toutes les scories et réinterprétations fallacieuses qu’on leur a fait subir dans le Vieux Sud. En quelque sorte, il s’agirait de revenir à un amont de cette réappropriation. De ce point de vue, le geste de Gautier de Mauny parti en quête des reliques de son père pour les ramener dans sa terre d’origine me semble emblématique du geste poétique de Sidney Lanier.

  • 23 Voir N. F. Blake, William Caxton and English Literary Culture, The Hambledon Press, 1991.

20Lanier en appelle à Caxton dans l’excipit de ses deux préfaces. Le choix de Caxton est loin d’être fortuit. « Read Froissart », écrivait Caxton dans une enthousiaste invitation adressée aux jeunes nobles anglais. William Caxton23 (circa 1422-1491), diplomate, écrivain et surtout imprimeur, qui, le premier, introduisit une presse en Angleterre en 1476 ou 1477, a joué un rôle de premier plan dans la diffusion de monuments de la tradition chevaleresque et de manière indirecte aussi de Froissart.

  • 24 Malory, Sir Thomas. Le Morte d’Arthur, printed by William Caxton, 1485, ed. Paul Needham, London, 1 (...)

21Certes, Caxton n’imprima pas les Chroniques de Froissart, et on peut d’ailleurs se demander pourquoi. En tout cas c’est lui qui imprima le premier The Canterbury Tales, la Morte d’Arthur de Malory24 ou encore The Order of Chivalry, dans l’épilogue duquel il exhorte les chevaliers et la noblesse à lire Froissart.

22La voici recontextualisée :

  • 25 Cité d’après A. B. Ferguson, The Indian Summer of English Chivalry, Durham N.C., p. 35.

Oh ye knights of England, where is the custom and usage of noble chivalry that was used in those days? What do ye now but go to the bagnios and play at dice? And some not well advised use not honest and good rule against all order of knighthood. Leave this, leave it and read the noble volumes of the Holy Grail, of Launcelot, of Galahad, of Tristram, of Perseforest, of Percival, of Gawain and many more. There shall ye see manhood, courtesy, and gentleness. And look in later days of the noble acts since the conquest, as in the days of King Richard, Coeur de Lyon, Edward the First and the Third and his noble sons, Sir Robert Knolles, Sir John Hawkwood, Sir John Chandos, and Sir Walter Manny. Read Froissart. And also behold that victorious and noble king, Harry the Fifth, and the captains under him… and many others whose names shine gloriously by their virtuous noblesse and acts that they did in honor of the order of chivalry25.

23Au-delà de la dimension exemplaire des Chroniques, le succès toujours vif de Froissart s’explique aussi en grande partie par cette appétence pour les romans de chevalerie en Angleterre à la fin du Moyen Âge, mais aussi en Amérique au xixe siècle, car il n’y a pas de démarcation très nette entre la chevalerie fictive et la chevalerie historique : les deux offrent une image convergente du comportement chevaleresque. Les héros des récits arthuriens, Lancelot, Galaad, Tristan ou Perceforest, voisinent avec les héros historiques, Robert Knolles, John Chandos ou Gautier de Mauny qui peuplent les Chroniques de Froissart. Le champ de la fiction

24fiction

Chronicle and Romance. Froissart, Malory, Holinshed26

25On aurait pu s’attendre à ce que Caxton éditât Froissart mais il n’en fit rien. C’est Lord Berners (ca 1467- 1533) qui va réaliser le vœu de Caxton en donnant à lire à un public plus large les Chroniques de Froissart. Lord Berners fut donc le premier à traduire les Chroniques de Froissart en anglais en 1523-1525. Il commença ce travail alors qu’il était à Calais lors de la signature du traité de Bruges en 1521 où il a sans nul doute établi des contacts avec les imprimeurs continentaux. Il me semble important de relever le fait que la résidence d’écriture de Berners se situe à Calais, haut lieu chargé d’histoire et de reconstruction mythique tant du côté anglais que français, lieu du dévouement des Bourgeois de Calais et de la clémence du roi anglais, Édouard III, grâce à l’intercession de Philippa enceinte qui demande la grâce des courageux Calaisiens.

26Lord Berners, à la demande du roi d’Angleterre Henry VIII, adapte dans les années 1523-1525, en moyen anglais les Chroniques de Froissart écrites en moyen français et crée cette utopie langagière en tentant de translater les Chroniques comme Froissart aurait pu les écrire s’il avait écrit en moyen anglais. Il vient ainsi combler une lacune dans l’historiographie anglaise. Le succès continu des Chroniques de Froissart en Angleterre s’explique surtout par la traduction qu’en propose Lord Berners, dont l’adaptation sera d’ailleurs vantée par Scott.

27Dans ses deux préfaces qui fonctionnent en miroir, Lanier a pris soin de redessiner un lignage, de Froissart, en passant par Caxton et Berners et qui nous mène jusqu’à lui, en Amérique dans la seconde partie du xixe siècle. Une manière d’imager le processus de la translatio de la mémoire littéraire et de la prouesse, à la fois translatio studii et imperii certes, mais aussi de s’interroger sur l’ancien et le moderne, l’ère médiévale qui résonne avec l’Antebellum et l’ère industrielle et de la technologie qui se pose aussi avec acuité en cette période post-esclavagiste où les forces idéologiques et économiques se voient redistribuées.

28Les deux préfaces de Lanier s’achèvent sur une citation de Caxton. Dans The Boy’s Froissart, il cite le prologue de Caxton dans son imprimé de Malory :

"For herein,"– as old William Caxton, the first English printer, says in his Prologue to Sir Thomas Malory’s history of King Arthur, –" for herein may be seen chyvalrye, curtosye, humanyte, frendlynesse, hardynesse, love, frendshyp, cowardyse, murdre, hate, vertue, synne. Doo after the good, and leve the evil, and it shall bring you to good fame and renommee."

29Dans la conclusion de la préface à son Boy’s Arthur, on retrouve Caxton qui s’adressait à son lectorat de nobles et de chevaliers et que Lanier destine à son jeune lectorat, quelques siècles après lui. Caxton soulignait le caractère plaisant de l’ouvrage mais aussi sa dimension exemplaire et surtout la nécessité de conserver la remembrance des hauts faits d’armes, des actes nobles et vertueux : « to take the good and honest actes in their remembrance, and to folowe the same. »

  • 27 Auguste Longnon édite Mélyador en 1895-99.

30Ainsi au-delà de la Nostalgie des temps héroïques, courtois et aventureux, c’est aussi un sentiment d’un désenchantement et une posture de retrait par rapport à son temps que Lanier nous donne à entrevoir. On peut voir dans ses adaptations comme des tentatives fantasmées de réconcilier le vieux Sud et le Sud nouveau, à travers une mémoire ancienne, de faire coïncider le Nord démocratique et le Sud rétrograde, de réinterroger le lien qui unit le passé et le présent. À défaut d’incarner le Walter Scott américain, ce qui du reste n’était pas son objectif, Lanier est devenu « the Sir Galahad of American literature », aux yeux de ses contemporains, selon la formule consacrée que l’on doit à Thomas Wentworth Higginson (pasteur abolitionniste), l’éternel quêteur de pureté, tout entier tourné vers ce rêve d’une filiation qui ne peut prendre vie et forme que dans la mémoire littéraire, d’une histoire qui se construit sur les reliques et les décombres du passé à l’image de l’hommage que rend le chevalier Gautier de Mauny aux reliques de son père qu’il ramène dans sa terre d’origine. D’une certaine manière Lanier occupe la position du dernier maillon de la chaîne de translatio qui a mené Froissart de France en Angleterre, de la langue française à la langue anglaise du xive siècle avant d’être translaté pour les jeunes Américains en mal d’héroïsme. À certains égards, on pourrait établir des rapprochements entre Froissart et Lanier, tous deux hérauts de la chevalerie à l’ancienne mais parfaitement conscients des grandes mutations qui s’opèrent sous leurs yeux. Le fait que Froissart soit aussi l’auteur du dernier roman arthurien en vers, Mélyador, à une époque où les romans arthuriens se sont définitivement coulés dans le moule de la prose aurait sans nul doute plu à Lanier, le spécialiste de la métrique de la littérature anglaise ancienne, mais il ne le savait pas car Mélyador n’a été exhumé de la poussière qu’à la fin du xixe siècle27. Ainsi l’attrait pour les Chroniques médiévales de Froissart se jouerait chez Lanier sur des modes disjoints : d’un côté, la volonté de tendre un miroir sans tain à la jeunesse, un idéal vers lequel tendre mais qui n’a plus cours : honneur, chevalerie, courtoisie ; de l’autre, un aspect plus intériorisé et une volonté de mettre en scène sa propre expérience de la guerre, à travers la guerre de Cent Ans et les mutations chevaleresques du xive siècle comme un miroir offert au Vieux Sud qui cède devant le Nouveau. Enfin, la volonté de remonter à un amont de la mémoire de la chevalerie idéale en retissant le lien entre Malory et Froissart, comme pour effacer les gauchissements et récupérations que le modèle chevaleresque a subi dans le Vieux Sud, pour retisser les liens entre fiction et histoire, une histoire américaine qui s’est partiellement construite comme une fiction ou sur une fiction.

Haut de page

Bibliographie

Darrel Abel, Democratic Voices and Vistas: American literature from Emerson to Lanier, I Universe, 1963, 2002 by D. Abel.

N.F. Blake, William Caxton and English Literary Culture, The Hambledon Press, 1991.

Watson Ritchie Devon, Yeoman versus Cavalier: The Old Southwest’s fictional Road to Rebellion, Louisiana University Press, 1993.

Jeanne Fox-Friedman, « The Chivalric order for Children: Arthur’s Return in Late Nineteenth an Early Twentieth Century America », King Arthur’s Return, ed. Debra N. Mancoff, Routledge, 2013, p. 137-155.

Alan Lupack, « Visions of Courageous Achievement: Arthurian Youth Groups in America », Studies in Medievalism 6, 1994, p. 50-68

Kim Moreland, The Medievalist Impulse in American Literature, University Press of Virginia, 1996.

Paul Giles, The Global Remapping of American Literature, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2011

Victorin Patricia, « Les Chroniques de Froissart traduites par Lord Berners : rivalité avec Artus de Bretagne ou cause commune ? », dans Artus de Bretagne. Du manuscrit à l’imprimé (XIVe-XIXe siècle), (dir. Christine Ferlampin-Acher), Rennes, PUR, 2015, p. 267-281.

White Donna R., A Century of Welsh Myth in Children’s Literature, Greenwood Publishing, 1998

Haut de page

Notes

1 Voir Bernard Poli, « Littérature américaine », Encyclopædia Universalis.

2 Sur cet aspect que nous ne développons pas ici, voir Alan Lupack, « Visions of Courageous Achievement: Arthurian Youth Groups in America », Studies in Medievalism, 6, 1994, p. 50-68 et Jeanne Fox-Friedman, « The Chivalric order for Children: Arthur’s Return in Late Nineteenth an Early Twentieth Century America », King Arthur’s Return, ed. Debra N. Mancoff, Routledge, 2013, p. 137-155.

3 Sur ces aspects, voir notre Froissart après Froissart : sa réception en France du xve au xixe siècles, à paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

4 Voir George Dekker, « The American Historical Romance », Cambridge Studies in American Literature and Culture, oct. 30, 1987.

5 Voir Darrel Abel, Democratic Voices and Vistas: American literature from Emerson to Lanier, I Universe, 1963, 2002 by D. Abel, p. 500.

6 Lanier n’est pas radicalement opposé au Nord : il se situe comme en retrait. Voir ce qu’il écrit à son père : « All fanaticism is a mixture of pure doctrine with bad: perhaps better, a bad application of pure doctrine », The Centennial Edition of the Works of Sidney Lanier, ed. C.R. Anderson, Baltimore, 1945, VII, p. 34.

7 Voir Patricia Victorin, « Quelques remarques sur les Chroniques de Froissart et Artus de Bretagne traduits par Lord Berners : rivalité entre fiction et histoire ou cause commune ? », Artus de Bretagne. Du manuscrit à l’imprimé (xive-xixe siècle, dir. Christine Ferlampin-Acher, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 267-281.

8 Voir Donna R. White, A Century of Welsh Myth in Children’s Literature, Greenwood Publishing, 1998, p. 14.

9 Kim Moreland, The Medievalist Impulse in American Literature, University Press of Virginia, 1996, p. 3.

10 Voir Ritchie Devon Watson, Yeoman versus Cavalier: The Old Southwest’s fictional Road to Rebellion, Louisiana University Press, 1993, p. 155 sq.

11 Kim Moreland, op. cit., p. 4.

12 Ibid., p. 5.

13 Son ouvrage intitulé Bulfinch’s Mythology a été édité de manière posthume et compile trois de ses ouvrages : The Age of Fables or Stories of Gods and Heroes (1855), The Age of Chivalry or Legends of King Arthur (1858), Legends of Charlemagne or Romance of the Middle Ages (1863), autrement dit les trois matières que distinguait Jean Bodel : matière de Rome, de Bretagne et de France.

14 Cet épisode que Froissart narre au Livre IV des Chroniques est également connu sous la formule « Mômerie » ou « Bal des Sauvages ». Sur ce passage des Chroniques, abondamment illustré dans les manuscrits médiévaux, voir Laurence Harf-Lancner, « Le masque de l’homme sauvage : le Bal des Ardents dans les chroniques médiévales », Masca, Maschera, Masque, Mask. Testi e iconografia nelle culture medievali, ed. Rosanna Brusegan, Margherita Lecco, Alessandro Ziorni, Edizioni dell’Orso, 2000, p. 377-388. Du même auteur, voir « L’éclairage iconographique : l’illustration des Chroniques de Froissart », The Medieval Chronicle V, ed. Erik Kooper, Rodopi, 2008, p. 17-34. Je me contente d’en rappeler ici les grands traits. L’événement eut lieu le 28 janvier 1393 à l’Hôtel Saint Pol. La reine Isabelle de Bavière

Isabelle de BaviËre

avait organisé une fête à l’occasion du remariage d’une de ses demoiselles d’honneur, veuve de deux maris. En de telles circonstances, on avait coutume d’organiser des charivaris, et ce, malgré l’interdiction formelle de l’Église. Le roi et cinq de ses compagnons, le Comte de Joigny, le sire de Nantouillet, Yvain de Foix, Charles de Poitiers, Hugues de Guisay – ce dernier eut l’idée du déguisement – se déguisèrent en hommes sauvages couverts d’étoupe et de poix : « quant ils furent tous six vestus de ces cottes qui estoient faittes à leur point et ils furent dedens enjoinds et cousus, ils se moustroient à estre hommes sauvages, car ils estoient tous chargiés de poil au chief jusques à la plante du piet ». Le roi avait pris soin d’interdire les flambeaux. Ils firent irruption dans la salle de bal en hurlant, sautant, enchaînés les uns aux autres, en une folle sarabande : « et estoient les cinq attachés l’un a l’autre et le roy tout devant qui les menoit à la danse ». Mais le duc d’Orléans

duc d'OrlÈans

désireux de connaître l’identité de ces hommes sauvages demanda à un écuyer d’approcher une torche. Froissart laisse peser le soupçon sur la responsabilité du duc d’Orléans : « en ce desroy advint le grant meschief sur les autres et tout par le duc d’Orléans qui en fut cause, quoyque jeunesse et possible est, ygnorance luy feissent faire ». Le résultat ne se fit pas attendre et le feu se propagea à tous les compagnons. Le roi qui était le seul à n’être pas enchaîné, eut la vie sauve grâce à la jeune duchesse de Berry qui l’enfouit sous sa robe pour étouffer le feu. Un autre se précipita dans une cuve. Quatre périrent. Froissart poursuit son récit en se recentrant sur les deux absents de la mascarade, les ducs de Berry et de Bourgogne, qui réconfortent le roi en ces termes : « Monseigneur, ce qui est advenu, ne puet-on recouvrer. Il vous fault oublier la mort de euls et loer Dieu et regracier de la belle adventure qui vous est advenue. Car vostre corps et tout le royaulme de France a esté par ceste incidence en grant adventure d’estre tout perdu, et vous le poés bien imaginer, car jà ne s’en povoient taire les villains de Paris et dient que , se le meschief euist tourné sur vous, ils nous eussent tous occis ». L’enlumineur médiéval choisit souvent le moment le plus tragique, lorsque les hommes sauvages enflammés tentent d’échapper au feu, le roi en s’abritant sous le manteau de la duchesse, d’autres en plongeant dans la cuve d’eau. On y voit la compagnie assemblée, en proie à la détresse, les écuyers porteurs de torches, etc.

15 « This is a scathing rebuke to old dead Froissart’s poor witticism that our family tree never had but one limb to it, and that that one stuck out at right angles, and bore fruit winter, and summer » écrit Twain dans son autobiographie burlesque : A burlesque Autobiography and First Romance, 1871. Disponible sur la toile http://www.gutenberg.org/files/3175/3175-h/3175-h.htm

16 Citons à titre d’exemple un ouvrage de vulgarisation pour la jeunesse qui sélectionne des morceaux choisis des Chroniques : Stories of the Olden Time, M. Jones, London, 1870, à côté du Boy’s Froissart de Lanier.

17 La 1ère parution date de 1849 dans un journal de Boston : The flag of our Union. Le texte a été traduit par Charles Baudelaire dans Nouvelles Histoires Extraordinaires d’Edgar Allan Poe, Paris, Lévy, 1875, p. 134-146.

18 Voir Kim Moreland, op. cit.

19 Voir Paul Giles, The Global Remapping of American Literature, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2011, p. 73 et Mark Twain, Life on the Mississippi , chapitre 46 : « But for the Sir Walter disease, the character of the Southerner – or Southron, according to Sir Walter’s starchier way of phrasing it – would be wholly modern, in place of modern and medieval mixed,
and the South would be fully a generation further advanced than it is.
It was Sir Walter that made every gentleman in the South a Major
or a Colonel, or a General or a Judge, before the war ; and it
was he, also, that made these gentlemen value these bogus decorations.
For it was he that created rank and caste down there, and also
reverence for rank and caste, and pride and pleasure in them.
Enough is laid on slavery, without fathering upon it these creations and
contributions of Sir Walter. Sir Walter had so large a hand in making Southern character, as it existed
before the war, that he is in great measure responsible for the war.
It seems a little harsh toward a dead man to say that we never should have had
any war but for Sir Walter ; and yet something of a plausible argument might,
perhaps, be made in support of that wild proposition. The Southerner of
the American Revolution owned slaves ; so did the Southerner of the Civil War :
but the former resembles the latter as an Englishman resembles a Frenchman.
The change of character can be traced rather more easily to Sir Walter’s
influence than to that of any other thing or person ».

20 Cité par Moreland, ibid, p. 59.

21 Ibid., p. 57.

22 Alberto Varvaro, La Tragédie de l’Histoire. La dernière œuvre de Jean Froissart, Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales » 8, 2011, 202 p. Voir le compte rendu de Florence Bouchet dans Perspectives médiévales 34, 2012 : Florence Bouchet, « Alberto Varvaro, La Tragédie de l’Histoire. La dernière œuvre de Jean Froissart », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 08 septembre 2012, consulté le 10 novembre 2015. URL : http://peme.revues.org/2433.

23 Voir N. F. Blake, William Caxton and English Literary Culture, The Hambledon Press, 1991.

24 Malory, Sir Thomas. Le Morte d’Arthur, printed by William Caxton, 1485, ed. Paul Needham, London, 1976.

25 Cité d’après A. B. Ferguson, The Indian Summer of English Chivalry, Durham N.C., p. 35.

26 Dans la collection « Harvard Classics », vol. 35. Ce volume continue d’être édité.

27 Auguste Longnon édite Mélyador en 1895-99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Victorin, « The Boy’s Froissart de Lanier ou la réappropriation d’une mémoire européenne à destination des garçons en Amérique. », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://peme.revues.org/9405 ; DOI : 10.4000/peme.9405

Haut de page

Auteur

Patricia Victorin

Université de Bretagne Sud – HCTI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page