Navigation – Plan du site
Études & travaux
Dossier : Le thème médiéval aux États-Unis : entre fascination et répulsion

Washington Irving, The Sketch Book of Geoffrey Crayon, Gent. : le Moyen Âge aux origines

Delphine Louis-Dimitrov

Résumés

The Sketch Book of Geoffrey Crayon, Gent. (1819-1820) de Washington Irving, recueil de trente-quatre « esquisses », essais et contes, est un texte fondateur. Il est le point de départ de la tradition américaine de la nouvelle, le socle d’une mythologie nationale, et l’acte de naissance d’une identité littéraire américaine enfin reconnue sur la scène internationale. Le passé européen et surtout médiéval y occupe pourtant une place prépondérante et devient, de façon très paradoxale, la clef de voûte de l’identité littéraire américaine qui se définit ici. Dans une nation en quête de racines, d’ancêtres et d’héritages, le Moyen Âge est un enjeu de mémoire, une période fondatrice qu’il s’agit de se réapproprier. Le pseudonyme du narrateur, Geoffrey Crayon, est ainsi l’indice de la revendication d’une filiation avec Geoffrey Chaucer, dont la présence encadre le recueil. L’hypotexte médiéval sous-jacent aux contes de la vallée d’Hudson offre en outre un idiome qui intervient dans l’exploration de thématiques américaines touchant à l’identité de la nation. La présence médiévale se manifeste enfin dans l’esthétique pittoresque que proclame The Sketch Book, qu’il s’agisse de ruines au sein d’un paysage européen ou, en leur absence, d’ « associations » créées par l’écriture. Ce parcours tentera ainsi de montrer en quoi le Moyen Âge se constitue ici en espace esthétique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Irving était de ce fait réticent à publier en Angleterre : « It was not my intention to publish [th (...)
  • 2 Frank O’Connor, The Lonely Voice: A Study of the Short Story, Cleveland/New York, The World Publish (...)

1The Sketch Book of Geoffrey Crayon, Gent., qui paraît en 1819-1820, est une œuvre fondatrice qui fait de son auteur, Washington Irving (1783-1859), le premier écrivain américain à être reconnu sur la scène internationale, puisqu’il est acclamé non seulement en Amérique, mais aussi et d’abord en Angleterre, où il réside alors. Au-delà de cette reconnaissance individuelle, c’est à l’Amérique que The Sketch Book confère une légitimité culturelle. L’accomplissement est de taille, dans le contexte d’un dénigrement perpétuel des lettres américaines – « Who reads an American book? » s’interroge un critique anglais de la Edinburgh Review en 18201. Aujourd’hui, ce texte est aussi considéré comme l’acte de naissance de la tradition américaine de la nouvelle, genre qui allait devenir, dans les termes de Frank O’Connor, « a national art form »2, bien qu’Irving lui-même utilise alors la notion de conte (tale) pour désigner ses récits fictifs de forme brève. The Sketch Book, publié sous le pseudonyme de Geoffrey Crayon, se compose (dans l’édition révisée de 1848) de trente-quatre fragments, contes ou essais, dont cinq seulement portent spécifiquement sur l’Amérique. Parmi ceux-ci se trouvent les célèbres nouvelles de « Rip Van Winkle » et « The Legend of Sleepy Hollow », dont la narration est confiée à une autre instance auctoriale, le fameux Diedrich Knickerbocker, historien fictif et narrateur défunt d’un autre texte d’Irving, A History of New York (1809), qui donnera son nom à un groupe de pionniers de la littérature américaine – Irving, Cooper et Bryant. Les autres textes portent sur le Vieux Continent, essentiellement sur l’Angleterre. Cette partition se révèle cependant très vite artificielle, tant l’histoire et les lettres européennes imprègnent l’ensemble des textes qui traitent de l’Amérique. De l’Antiquité aux débuts du xixe siècle en passant par les cultures saxonne et viking et par la Renaissance, de très nombreuses périodes et cultures affleurent au fil des fragments. Dans cet épais palimpseste, le Moyen Âge occupe une place prépondérante ; bien au-delà du simple réseau d’allusions, il vient se placer aux origines d’une écriture, d’une tradition littéraire, d’une mythologie nationale, ainsi qu’aux origines d’une nation en quête de racines, d’ancêtres et d’héritages. De façon très paradoxale, le passé médiéval devient ainsi la clef de voûte de l’identité littéraire américaine qui se définit ici. L’enracinement médiéval du Sketch Book s’exprime d’abord dans la revendication d’une filiation avec Chaucer, dont Irving semble se poser ici comme un équivalent américain. L’hypotexte médiéval, qui se constitue en ossature de la nouvelle et en substrat de ces légendes locales qu’Irving apporte à l’Amérique, offre de plus un idiome qui intervient paradoxalement dans l’exploration de thématiques américaines. Enfin, l’esthétique pittoresque que revendique The Sketch Book implique une présence médiévale, qu’il s’agisse de ruines au sein d’un paysage ou, en leur absence, d’associations créées par l’écriture.

Geoffrey Chaucer : revendication d’une filiation

  • 3 « Thus, under the kind and cordial auspices of Sir Walter Scott, I began my literary career in Euro (...)
  • 4 Richard D. Rust voit dans la reprise du prénom de Chaucer le signe d’une tension entre les anciens (...)

2Si Irving se reconnaît explicitement un mentor, c’est en la personne de Sir Walter Scott. C’est à lui qu’il rend hommage dans la préface de l’édition de 1848, pour l’avoir aidé à publier son œuvre en Angleterre et pour l’avoir accueilli dans sa résidence d’Abbotsford en 1817, séjour où se noua leur amitié et où Scott fit découvrir à Irving les légendes médiévales qui allaient l’inspirer3. Cependant, le texte rend un hommage plus profond, bien qu’à demi avoué seulement, à Chaucer, dont la présence habite l’ensemble du recueil. En prenant le pseudonyme de Geoffrey Crayon, allusion manifeste à cet autre Geoffrey, Irving inscrit d’emblée ce dernier dans sa propre identité littéraire – identité composite, puisqu’elle juxtapose l’héritage chaucerien et le genre pictural de l’esquisse (crayon, sketch), et puisque le recueil cède une fonction auctoriale posthume, pour ses deux contes les plus fameux, à l’historien fictif Diedrich Knickerbocker, dont Crayon affirme avoir retrouvé des manuscrits4.

  • 5 Envoi : « The concluding part of a literary work, esp. a short stanza concluding a ballade; (arch.) (...)
  • 6 Il s’agit en fait de la traduction par Sir Richard Roos d’un poème d’Alain Chartier (1424), attribu (...)
  • 7 « Go, little booke, God send thee good passage,/And specially let this be thy prayere,/ Unto them a (...)
  • 8 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1985, p. 147-149. On retrouve ici les principales fonctions d (...)
  • 9 Ralph Waldo Emerson, « Chaucer », The Early Lectures of Ralph Waldo Emerson, vol. 1 (1833-1836), ed (...)

3L’hommage à Chaucer encadre l’ouvrage, du pseudonyme de Geoffrey Crayon à l’essai qui clôt le second volume de l’édition anglaise, « L’envoy ». Le terme, en son usage archaïque, désigne une conclusion et une dédicace ; il s’agit plus précisément, dans une ballade, de la dernière strophe de quatre vers, qui dédie le poème à quelqu’un5. Si ce court fragment prend plutôt ici la forme d’un appel à l’indulgence du lecteur, anglais en particulier, il a aussi une valeur encomiastique portée par son épigraphe, un extrait en moyen anglais de La Belle Dame sans Mercie, longtemps attribué à tort à Chaucer6, souhaitant bon vent à l’ouvrage7. Le nom de Chaucer est du reste associé à d’autres envois – « Lenvoy de Chaucer à Bukton », « Lenvoy de Chaucer à Scogan », et « Lenvoy de Chaucer » qui clôt « The Clerk’s Tale » dans The Canterbury Tales. L’épigraphe de « L’envoy » de Geoffrey Crayon est donc un nœud de sens qui confirme a posteriori la présence d’un réseau intertextuel rattachant The Sketch Book à l’œuvre de Chaucer ; il prolonge ainsi l’allusion posée par le titre du recueil et par d’autres indices dispersés dans l’œuvre. La mention du nom de Chaucer dans l’épigraphe permet surtout à Irving de se prévaloir de manière oblique de ce que Genette appelle « la caution indirecte de l’auteur cité », s’offrant ainsi « le sacre et l’onction d’une (autre) filiation prestigieuse » par laquelle l’écrivain se choisit « ses pairs »8, alors même que l’épigraphe et « l’envoy » évoquent conjointement les aléas de la réception de l’ouvrage. Irving place ainsi son œuvre sous l’égide de Chaucer et fait de lui le garant de celle-ci. Il inscrit par là même son écriture dans le continuum d’une longue tradition littéraire, en l’occurrence anglaise, dont la profondeur temporelle est soulignée par l’utilisation, dans le titre du fragment et dans son épigraphe, d’une orthographe archaïsante – marqueur d’historicité destiné à signaler la distance temporelle et à enraciner le texte présent dans le passé. Cet ancrage est d’autant plus profond que The Canterbury Tales relaye déjà de multiples sources antérieures, Chaucer étant une figure syncrétique en laquelle s’exprime un héritage foisonnant. Comme le résume Emerson dans sa conférence du 26 novembre 1835, « [Chaucer] is to us in the remote past a luminous mind collecting and imparting to us the religion, the wit, and humanity of a whole age »9.

  • 10 Paul Giles, The Global Remapping of American Literature, Princeton, Princeton University Press, 201 (...)
  • 11 « there was a great deal of interest and concern in the United States during the earlier part of th (...)
  • 12 D’après Lawrence Buell, la proportion atteint 85% dans les années 1820 (New England Literary Cultur (...)

4L’hommage d’Irving à Chaucer se conçoit comme la revendication d’un héritage, d’une filiation et d’une continuité non seulement littéraires mais aussi historiques. Dans le contexte de la période post-révolutionnaire, la mémoire du Moyen Âge est de fait un enjeu pour la jeune nation. Comme le souligne Paul Giles, l’Amérique des lendemains de l’Indépendance se trouve très soudainement désorientée car elle forme désormais une nation qui en tant que telle est dépourvue de passé10. En résulte une volonté d’assimilation du passé européen, anglais en particulier. Il s’agit d’enraciner l’Amérique dans la « longue durée »11 et de lui donner une mémoire, alors même que se construit toute une mythologie nationale, héritée du puritanisme, autour de la rupture et du recommencement de l’histoire. En cette période de bouleversements politiques, la question de l’ancrage historique de la jeune nation est une préoccupation constante. Les livres les plus vendus dans la première moitié du xixe siècle touchent significativement à l’histoire, qu’il s’agisse d’historiographie ou de fictions historiques12.

  • 13 Ralph Waldo Emerson, « Chaucer », opcit, p. 270.
  • 14 Candace Barrington, American Chaucers, New York, Palgrave Macmillan, 2007, p. 10-11.
  • 15 Thomas Bulfinch, The Age of Chivalry, Boston, Tilton, 1858, p. 6.
  • 16 « Americans were not borrowing the history and traditions of another culture but were rightfully re (...)
  • 17 « James belongs to one of the most brilliant eras of our literary history, and establishes the clai (...)
  • 18 Emerson, « The Age of Fable », Early Lectures, op. cit., p. 253.
  • 19 « The influence of Chaucer […] is very conspicuous on all our early literature. Not only Pope, Dryd (...)

5Les auteurs anglais, à commencer par Chaucer, « the earliest classical English writer » dans les termes d’Emerson13, sont alors souvent considérés comme faisant partie d’un héritage commun à l’Amérique et à l’Europe. De tout le passé européen, le Moyen Âge fait figure d’enjeu suprême, car l’Amérique s’en présente comme l’héritière la plus légitime, en vertu du grand principe de translatio studii et de la croyance en la possibilité de faire fleurir en Amérique un âge d’or que l’Europe ne peut recouvrer14. Dans The Age of Chivalry (1858), qui popularise les légendes médiévales en Amérique, Thomas Bulfinch le proclame très clairement : « We [Americans] are entitled to our full share in the glories and recollections of the land of our forefathers, down to the time of colonization thence. », l’Europe étant l’origine de l’Amérique – « […] the source from which we sprung »15. Dès lors, l’utilisation de thèmes médiévaux, comme l’a montré Kim Moreland, ne se conçoit pas comme un emprunt mais comme la réappropriation d’un héritage, justifiée par la revendication d’une filiation16. Irving lui-même établit implicitement la parenté des cultures. Dans un essai du Sketch Book intitulé « A Royal Poet », dédié au roi Jacques 1er (James I, 1394-1437), l’emploi de l’adjectif possessif de la première personne du pluriel fait de la littérature britannique l’héritage commun de la Grande-Bretagne et des États-Unis, (« our literary history », « the fathers of our verse »)17. Emerson, alors même qu’il se fait le chantre d’une émancipation littéraire de l’Amérique, affirme également dans sa conférence consacrée à la romance médiévale (« The Age of Fable », 1835) la communauté d’un socle linguistique, « our English native tongue »18, et désigne, dans « Chaucer » (1835), la tradition littéraire post-chaucérienne comme un héritage commun (« our early literature »)19. Le positionnement du Sketch Book dans l’héritage linguistique et littéraire britannique, constamment réitéré par le jeu des allusions et des emprunts, ne déroge donc en rien à la quête d’une identité américaine qui enfièvre les débuts du xixe siècle, marquée par un double mouvement d’inscription dans une tradition et d’émancipation.

  • 20 « Both [Chaucer and Boccace] writ Novels, and each of them cultivated his Mother-Tongue », John Dry (...)
  • 21 Derek Brewer, Ibid., p. 18-19. Voir aussi Chaucer and Chaucerians, Derek Brewer ed., University (Al (...)

6La revendication d’une filiation avec Chaucer est enfin une façon pour Irving d’offrir un ancrage esthétique à sa propre écriture, ancrage en l’occurrence médiéval. The Sketch Book étant le premier recueil de nouvelles publié par un auteur américain, il se trouve dépourvu d’ancêtres dans ce genre, à moins d’aller les chercher outre-Atlantique. Si l’essai du xviiie siècle, tel que le développent en Angleterre Addison et Steele dans The Spectator, est considéré comme l’une des sources stylistiques de la prose d’Irving, les racines du recueil de contes remontent à Boccace et à Chaucer, dont les contes versifiés des Canterbury Tales puisent aux sources de différents genres médiévaux (exemplum et fabliau). A partir de Dryden, la réputation de Chaucer comme rhétoricien, établie pendant la Renaissance, se renouvelle pour devenir celle d’un maître du récit (novel, écrit Dryden20) et d’un réalisme dramatique conçu comme fidélité à la nature dans la caractérisation, les tableaux de société et la représentation des paysages21. Sans doute l’hommage d’Irving à Chaucer peut-il alors être lu comme l’affirmation d’une ambition qui serait d’être à l’Amérique ce que Chaucer fut à l’Angleterre ; l’Amérique moderne reconnaît de fait en Irving l’un des pères fondateurs de sa littérature, et en particulier de la tradition américaine de la nouvelle.

L’idiome médiéval, instrument d’une écriture de l’Amérique

7La présence sous-jacente du Moyen Âge dans le recueil s’affirme non pas tant dans les essais consacrés à l’Angleterre que dans les deux contes légendaires de la vallée d’Hudson, « Rip Van Winkle » et « The Legend of Sleepy Hollow ». C’est paradoxalement par la reprise et l’appropriation de motifs médiévaux que ces contes ont donné corps à une mythologie littéraire américaine. L’intertexte médiéval offre de plus un idiome par lequel des thématiques américaines sont appréhendées, touchant en particulier aux origines et à l’identité de la nation.

  • 22 Pour une analyse détaillée de ces influences, voir notamment Philip Young, American Fiction, Americ (...)
  • 23 Dans The Crayon Miscellany (1849), Irving raconte qu’en 1817 à Abbotsford, Walter Scott l’aurait em (...)
  • 24 Pour l’influence de Percy sur Bürger, voir R.R. Agrawal, The Medieval Revival and its Influence on (...)

8L’entrelacs de légendes issues du folklore européen, souvent médiéval, à la source de ces contes est bien connu. Geoffrey Crayon lui-même reconnaît dans la note finale de « Rip Van Winkle » que le narrateur, Diedrich Knickerbocker, semble s’être inspiré d’une légende germanique concernant le sommeil de l’empereur Frédéric Barberousse (1122-1190) dans les montagnes de Kyffhäuser en Thuringe (« a little German superstition about the emperor Frederick der Rothbart and the Kypphauser [sic] Mountain », p. 41), mais qu’il n’en est rien, l’histoire étant d’une véracité absolue. La remarque est doublement ironique, puisque Crayon n’a rien d’autre qu’une succession de témoignages prétendument indubitables pour corroborer cette histoire, et surtout puisque l’aveu d’une parenté avec Barberousse n’est qu’un leurre, l’emprunt majeur (qui valut d’ailleurs à Irving d’être accusé de plagiat) étant la légende de Peter Klaus (un berger des montagnes de Kyffhäuser), racontée elle aussi par Johann Otmar (pseudonyme de Johann Karl Nachtigal) dans ses Folke Sagen (1800)22. Cette histoire trouverait elle-même sa source dans la légende grecque des sept dormeurs d’Ephèse (« Septem dormientes ») relatée dans La Légende dorée (Legenda Aurea) au xiiie siècle. Dans le palimpseste du folklore sous-jacent à « Rip Van Winkle » intervient aussi la figure de Thomas d’Erceldoune (Thomas the Rhymer), devin et poète écossais du XIIIe siècle qui aurait dormi sept ans durant dans un vallon, envoûté par la reine des fées, suivant une légende médiévale que Walter Scott raconte à Irving en 181723. « The Legend of Sleepy Hollow » repose également sur un palimpseste de légendes médiévales, allemandes et anglo-écossaises notamment, où intervient le motif acméique de la chevauchée du revenant, légendes relayées notamment par Gottfried Bürger dans ses ballades « Lenore » (1773) et « Der Wilde Jager » (1778), elles-mêmes probablement inspirées de ballades populaires retranscrites par Thomas Percy dans ses Reliques of English Poetry24.

  • 25 Philip Young, op. cit., p. 3.
  • 26 Pierre-Yves Petillon. La Grand-route, Espace et écriture en Amérique, Paris, Seuil, 1979 : « La lég (...)

9Or, loin de donner lieu à une simple réécriture, cet entrelacs de sources médiévales contribue à la construction d’un imaginaire résolument américain dont la structure elle-même repose sur des schèmes puritains. Rip, qui est pour l’Amérique l’archétype du dormeur (« America’s archetypal sleeper », écrit Philip Young)25, et Ichabod, figure de la migration et de la fugue, sont les premières figures mythiques de la littérature américaine, deux faces d’un même mythe donnant corps à ce double tropisme de la cavale et du sommeil décrit par Pierre-Yves Petillon, celui du mouvement de conquête qui part vers l’ouest et, à l’opposé, de l’enlisement léthargique dans les terres de l’est26. La paresse qu’incarne Rip est ce péché suprême (sloth) abhorré des puritains, dont la voix trouve un écho dans les remontrances de sa dame acariâtre, Dame Van Winkle, (« his wife kept continually dinning in his ears about his idleness, his carelessness and the ruin he was bringing on his family », p. 31). Comme la montagne de Kyffhäuser dans les légendes médiévales, le vallon où Rip passe son sommeil de vingt ans, de même que le val dormant de Sleepy Hollow, sont des lieux où la temporalité de l’histoire se ralentit, s’interrompt ou s’abolit. Les personnages étranges rencontrés sur la montagne appartiennent à une autre temporalité, et Rip lui-même, dont le nom évoque tout à la fois la fissure (rip) du roc où il s’endort et la locution rest in peace, est tenu pour mort. Quant à Ichabod Crane, qui s’était « attardé » (to tarry) à Tarry Town, dans le val dormant (« in this by place of nature there abode […], a worthy wight of the name of Ichabod Crane, who sojourned, or, as he expressed it, “tarried,” in Sleepy Hollow », p. 274) au cours de sa trajectoire vers la Frontière, les commères affirment qu’il aurait été emporté dans la mort par le cavalier sans tête (« the old country wives […] maintain to this day, that Ichabod was spirited away by supernatural means », p. 296), mais l’ironie du narrateur suggère qu’il aurait plutôt pris la fuite, leurré par une mise en scène du spectre montée par son rival, le surnommé Brom Bones. L’hypothèse de cette fugue, dont le mouvement s’initie dans les termes d’une romance médiévale (« thus gallantly mounted, [he] issued forth like a knight errant in quest of adventures », p. 284), donne corps au tropisme de la cavale vers l’ouest qui l’arrache peut-être à la somnolence de Tarrytown. Les deux motifs centraux du sommeil et de la cavale puisent donc aux sources d’un imaginaire médiéval qui donne corps ici à un mythe fondateur de l’imaginaire américain.

  • 27 « He recognized on the sign, however, the ruby face of King George under which he had smoked so man (...)
  • 28 Salmagundi; or The Whim-whams and Opinions of Launcelot Langstaff, Esq. & Others, est un périodique (...)
  • 29 Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996, p. 21.

10Comme dans nombre de légendes médiévales, le motif du sommeil dans « Rip Van Winkle » est le point où s’articulent des périodes historiques disjointes. Rip, qui passe endormi de la période coloniale au jour des premières élections de la république tout juste fondée, rappelle ces souverains médiévaux auxquels est promis un réveil dans une époque future, tels Frédéric Barberousse, le roi Arthur ou Charlemagne. Le sommeil est la figuration d’une faille de l’histoire dont la traversée ne peut se faire que sur le mode de l’ellipse narrative et existentielle, bien qu’après coup le regard candide de Rip croie déceler des éléments de parenté, voire de continuité entre les deux périodes27, indice d’une ironie satirique qui ne saurait surprendre chez l’auteur de A History of New York et de Salmagundi28. La Révolution américaine n’est pour Rip qu’un trou noir qui subsiste implicitement entre les périodes coloniale et républicaine. Cette brisure, cette faille du temps, ce hiatus qui procède de la collision d’époques disjointes sont les indices d’une conception éminemment romantique de l’histoire. Comme l’écrit Christian Amalvi dans Le Goût du Moyen Âge, « les romantiques éprouvent une véritable fascination pour les périodes de transition et de rupture, les moments de déchirure où, inexorablement, le temps bascule »29. C’est cette fascination précisément qui est à l’origine de l’intérêt des écrivains romantiques pour le Moyen Âge, fracture du temps, moment de déchirure qui fait suite à une temporalité antique perçue comme uniforme et constante.

  • 30 Geraldine Heng, Empire of Magic. Medieval Romance and the Politics of Cultural Fantasy, New York, C (...)

11Si la Révolution américaine se trouve ainsi éclipsée dans le conte de « Rip Van Winkle », le texte aborde néanmoins, de manière oblique, la question des rapports entre la mère patrie britannique et les colonies américaines. La terminologie médiévale est ici l’idiome par lequel s’effectue la représentation du rapport entre les colonies et l’Angleterre, dont l’épouse revêche de Rip devient finalement la métaphore. Dame Van Winkle, qui de fait n’a rien d’une gente dame, est désignée comme un termagant – « a termagant wife » (p. 32), figure médiévale dont le nom s’est peu à peu lexicalisé. Au Moyen Âge, « Tervagant/Termagant » était le nom par lequel les Chrétiens désignaient un dieu dont ils pensaient à tort qu’il était vénéré par les Sarrasins, qu’ils percevaient comme païens. Il est représenté dans les mystères comme un personnage stéréotypé, violent et autoritaire. Il apparaît également dans la chanson de geste, notamment dans la Chanson de Roland30, ainsi que dans la romance médiévale et sa reprise parodique, le conte de Sire Topaze (Sir Thopas) des Canterbury Tales. À partir du xvie siècle, chez Shakespeare notamment, le terme se lexicalise pour désigner un tyran, une personne autoritaire, souvent aussi un adversaire redoutable. C’est à partir du xviie siècle qu’il acquiert sa signification moderne de femme hargneuse, de mégère, tout en conservant, sous-jacent, son sens d’opposant monstrueux. Dame Van Winkle, par ce terme de « termagant », apparaît donc comme le type même de la mégère, personnage aux traits forcés mais drôle par ses excès, proche en l’occurrence des types chaucériens. Or à la fin du texte, elle en vient à incarner l’Angleterre de l’époque coloniale. Lorsque, de retour au village après son long sommeil, Rip apprend successivement la mort de sa femme, qui s’est « rompu un vaisseau » dans un accès de colère face à un colporteur de Nouvelle-Angleterre (« she broke a blood vessel in a fit of passion at a New England pedlar », p. 39), puis l’indépendance des colonies, enfin libérées du joug britannique, le texte établit en effet avec humour un lien métaphorique entre les deux formes de despotisme :

Rip in fact was no politician; the changes of states and empires made but little impression on him; but there was one species of despotism under which he had long groaned and that was petticoat government. Happily that was at an end – he had got his neck out of the yoke of matrimony, and could go in and out whenever he pleased without dreading the tyranny of Dame Van Winkle. Whenever her name was mentioned, however, he shook his head, shrugged his shoulders and cast up his eyes; which might pass either for an expression of resignation to his fate or joy at his deliverance (p. 40-41).

12Par le jeu de ses métaphores (« petticoat government », « the yoke of matrimony », « the tyranny of Dame Van Winkle »), le texte pose ici une équivalence métaphorique entre l’épouse autoritaire et le despotisme britannique, réduit ici à une tyrannie en jupons. Avec une ironie toute chaucerienne où se mêlent humour et moquerie, termagant en vient ainsi à designer, rétrospectivement, la tyrannie de l’Angleterre envers ses colonies américaines, dont Rip lui-même se souciait si peu. Au-delà de la caractérisation d’un personnage mémorable, l’idiome médiéval contribue donc à l’expression de cette composante de l’identité de la jeune nation qu’est son passé colonial, désormais tenu à distance par l’ironie.

13Tout comme la représentation de l’histoire américaine, la peinture pittoresque des paysages de Nouvelle-Angleterre passe ici par l’assimilation d’un vocable issu du Moyen Âge. La reprise du terme de termagant dans l’esquisse « The Angler » pour désigner le cours d’un ruisseau tumultueux des Catskills (« this termagant career », p. 265), dans le contexte d’une représentation qui se veut pittoresque (« It was one of those wild streams that lavish, among our romantic solitudes, unheeded beauties, enough to fill the sketch book of a hunter of the picturesque », p. 264) confirme ce processus d’appropriation et de transposition de l’idiome médiéval au contexte américain.

  • 31 Saint Guy (aussi appelé saint Vit) est un martyr chrétien du IVe siècle, mais c’est à partir de la (...)

14La naturalisation, en ce sens, de cet idiome intervient de façon plus radicale encore dans la représentation burlesque de la culture des esclaves. Dans la scène du bal de « The Legend of Sleepy Hollow », le texte s’attarde sur la figure d’un musicien noir d’une troupe itinérante, sorte de troubadour dont il est dit qu’il danse aussi bien que saint Guy, saint patron des danseurs et des comédiens dont le culte se met en place à la fin du Moyen Âge31.

The musician was an old grey headed negro, who had been the itinerant orchestra of the neighbourhood for more than half a century. His instrument was as old and battered as himself. The greater part of the time he scraped away on two or three strings, accompanying every movement of the bow with a motion of the head; bowing almost to the ground, and stamping with his foot whenever a fresh couple were to start.
Ichabod prided himself upon his dancing as much as upon his vocal powers. Not a limb, not a fibre about him was idle, and to have seen his loosely hung frame in full motion, and clattering about the room, you would have thought Saint Vitus himself, that blessed patron of the dance, was figuring before you in person. He was the admiration of all the negroes, who, having gathered, of all ages and sizes, from the farm and the neighbourhood, stood forming a pyramid of shining black faces at every door and window, gazing with delight at the scene, rolling their white eye balls, and showing grinning rows of ivory from ear to ear. How could the flogger of urchins be otherwise than animated and joyous[?] (p. 287-288).

  • 32 Dans Salmagundi (March 7, 1807), Irving décrit en des termes similaires un danseur noir rencontré à (...)

15L’image du troubadour, ainsi que l’allusion à la danse de saint Guy, proche ici d’une transe, viennent accentuer les traits d’une représentation burlesque et caricaturale des esclaves et de leur folklore, bien qu’Irving lui-même ne fût pas favorable à l’esclavage. L’image stéréotypée du danseur itinérant et des spectateurs noirs (« shining black faces [ …] rolling their white eye balls, and showing grinning rows of ivory from ear to ear »), tant par les traits de visage que par l’image du « nègre joyeux » (« jolly negro »), évoque les caricatures de l’époque – époque où l’esclavage était encore autorisé dans la région de New York32. Elle annonce les spectacles de ménestrels (« minstrel shows ») qui deviennent populaires dans le nord dans les années 1820-1830, mais dont les prémices s’esquissent dès la fin du xviiie siècle. Indirectement, les images médiévales donnent donc aussi un aperçu de la culture populaire blanche et de ses mises en scène burlesques de la culture des esclaves.

  • 33 Élise Marienstras, Les Mythes fondateurs de la nation américaine, Paris, Maspero, 1976, p. 176-183.

16La représentation des Indiens dans l’esquisse « Traits of Indian Character » mobilise également un idiome médiéval qui se veut cette fois-ci laudateur, mais n’en repose pas moins sur un ensemble d’images lexicalisées antérieures à l’œuvre d’Irving, qui reflètent l’image du noble sauvage déjà présente au xviie siècle33 : le courage guerrier des Indiens est chevaleresque (« chivalrous courage », p. 230), ils étaient jadis les seigneurs incontestés de la terre (« the undisputed lords of the soil », p. 227), et leurs expéditions n’ont rien à envier aux pèlerinages des dévots ou aux croisades des chevaliers (« [The Indian’s] expeditions may vie in distance and danger with the pilgrimage of the devotee, or the crusade of the knight errant », p. 231).

17Avec son termagant, ses troubadours et son culte de saint Guy, avec ses chevaliers, ses seigneurs et ses croisades, la culture médiévale tient donc lieu ici de paradigme, c’est-à-dire de modèle de représentation transposable à différents contextes et apte en l’occurrence à dépeindre l’histoire de l’Amérique dans ce qu’elle a de plus étranger à la culture médiévale. L’utilisation du paradigme obéit ici à un principe d’analogie qui fait de ce passé européen un schème, une grille de lecture par laquelle peut s’appréhender l’histoire américaine.

Le Moyen Âge, composante d’une esthétique

18Si les deux célèbres contes du Sketch Book offrent à la Nouvelle-Angleterre l’épaisseur poétique et légendaire dont tant d’artistes, à commencer par Irving, déplorent l’absence, ces « associations » sont des artefacts littéraires, des constructions hybrides, inscrites dans le lieu et pourtant exogènes. La mémoire du lieu, telle qu’elle s’exprime ici aussi bien dans la fiction que dans les représentations de paysages, est moins celle de son histoire propre que celle, bien plus profonde, des peuples européens qui s’y sont installés.

19Le modèle paysager qu’Irving construit dans son recueil est un modèle européen, celui d’un espace porteur de ces « associations poétiques et légendaires » dont les ruines médiévales sont les principaux signifiants. Dans « The Author’s Account of Himself », essai par lequel s’ouvre The Sketch Book, Crayon situe l’attrait offert par les paysages européens dans la lisibilité de leur lien au passé :

Europe held forth the charms of storied and poetical association. There were to be seen the masterpieces of art, the refinements of highly cultivated society, the quaint peculiarities of ancient and local custom. My native country was full of youthful promise; Europe was rich in the accumulated treasures of age. Her very ruins told the history of times gone by, and every mouldering stone was a chronicle. I longed to wander over the scenes of renowned achievement – to tread as it were in the footsteps of antiquity – to loiter about the ruined castle – to meditate on the falling tower – to escape in short, from the commonplace realities of the present, and lose myself among the shadowy grandeurs of the past (p. 9).

  • 34 The New Encyclopaedia Britannica. Picturesque : « artistic concept and style of the XVIIIth and ear (...)
  • 35 Kerry Dean Carso, American Gothic Art and Architecture in the Age of Romantic Literature, Cardiff, (...)

20Le modèle ainsi défini est celui du pittoresque, genre d’abord pictural qui se nourrit très volontiers de ruines médiévales34. Comme l’explique Kerry Dean Carso, « the inclusion of ruins by either framing the view of existent ruins on or near one’s estate, or by actually building new ruins that had the appearance of age, was part of the picturesque theory of landscape gardening in the eighteenth century »35. Instauré au xviiie siècle, le pittoresque s’épanouit au xixe, en Amérique aussi bien qu’en Europe, notamment avec les peintres de la Hudson River School, chez qui il offre un contrepoint au sublime.

  • 36 Kerry Dean Carso, « Gothic Castles in the Landscape: Sir Walter Scott and the Hudson River School o (...)
  • 37 American Gothic Art, op.cit., p. 97-99. Carso donne quelques exemples majeurs de l’influence de Sco (...)
  • 38 Ivanhoe, cité par Carso, ibid., p. 108.

21Le pittoresque du Sketch Book le rapproche fortement de l’esthétique de cette école, dont Kerry Dean Carso a montré l’attrait pour les ruines du Moyen Âge, en particulier pour les châteaux – « the ultimate European signifier in otherwise generalized landscapes »36. Sous l’influence des romans gothiques d’Ann Radcliffe et des romances historiques de Sir Walter Scott, châteaux et abbayes deviennent en effet récurrents chez les peintres de la Hudson River School à partir des années 1820. Thomas Doughty en offre les premiers exemples, suivi par Isaac Mitchell (qui va jusqu’à placer un château fictif dans un paysage du Connecticut pendant la Guerre d’Indépendance) et surtout par Thomas Cole, qui popularise cette tradition, inspiré par ses voyages en Europe ainsi que par le romantisme littéraire, celui de Scott en particulier37. Ce dernier souligne lui-même l’intérêt que présente pour l’amateur du pittoresque la présence d’un monument médiéval au sein d’un paysage : « the distant appearance of this huge building [the Castle of Coningsburgh] […] is as interesting to the lovers of the picturesque, as the interior of the castle is to the eager antiquary »38. Ce pittoresque médiéval, et plus largement l’ensemble du Renouveau Gothique américain, témoignent de ce qu’au début du xixe siècle, la revendication d’un lien avec les héritages architecturaux européens est une composante essentielle de la création d’une identité culturelle américaine.

  • 39 « I have wandered through different countries and witnessed many of the shifting scenes of life. I (...)

22Les analogies qui rapprochent The Sketch Book du pittoresque de la Hudson River School sont d’autant plus profondes que le narrateur se plaît à se présenter comme le peintre de la vallée d’Hudson. Du pseudonyme de « Geoffrey Crayon » (crayon désigne le crayon pastel de l’artiste) au genre aussi bien littéraire que pictural de l’esquisse (sketch) cher aux peintres de cette école (à commencer par Cole), le texte se situe à la jonction de l’écriture et de la peinture et revendique son positionnement dans l’esthétique du pittoresque (picturesque). Comme ces peintres, Crayon trouve en Europe de quoi satisfaire sa quête du pittoresque. Son regard vagabond (« sauntering gaze ») se délecte de recoins perdus (« nooks and corners and bye places ») et d’obscures ruines39. Ces sites, marqués par l’empreinte du temps, sont des espaces de rêverie propices au vagabondage de l’esprit vers des temps immémoriaux.

23La présence récurrente du lierre (ivy) sur les ruines et édifices médiévaux fonctionne comme un marqueur de cette distance temporelle qui fascine le promeneur. Dans « The Pride of the Village », le lierre recouvre ainsi la tour d’une vieille église de la campagne anglaise qui semble alors se fondre dans la nature :

My ramble […] soon led me to the church, which stood at a little distance from the village. Indeed, it was an object of some curiosity, its old tower being completely over run with ivy, so that only here and there a jutting buttress, an angle of grey wall, or a fantastically carved ornament, peered through the verdant covering (p. 257).

24Il recouvre aussi, dans « The Voyage », les ruines d’une abbaye : « I saw the mouldering ruin of an abbey over run with ivy, and the taper spire of a village church rising from the brow of a neighbouring hill – all were characteristic of England » (p. 15). L’association du lierre et des ruines est si étroite qu’elle en devient un cliché que le narrateur désigne ici comme tel mais apprécie néanmoins, car c’est précisément cette profondeur temporelle si manifeste en Angleterre qu’il recherche.

25Dans les esquisses qui portent un regard nostalgique sur les traditions médiévales des Noëls de la campagne anglaise, le lierre s’unit étroitement à l’architecture médiévale dont il semble désigner la vieillesse : « We had now come in full view of the old family mansion […]. One wing was evidently very ancient, with heavy stone shafted bow windows jutting out and over run with ivy, from among the foliage of which the small diamond shaped panes of glass glittered with the moonbeams » (« Christmas Eve », p. 161). Cette image du lierre qui enserre l’architecture gothique est aussi pour le narrateur la métaphore de la poésie qui reste attachée aux traditions anciennes, à commencer par celles de Noël :

[The lingerings of the holyday customs and rural games of former times] resemble those picturesque morsels of Gothic architecture, which we see crumbling in various parts of the country, partly dilapidated by the waste of ages, and partly lost in the additions and alterations of latter days. Poetry, however, clings with cherishing fondness about the rural game and holyday revel, from which it has derived so many of its themes – as the ivy winds its rich foliage about the Gothic arch and mouldering tower, gratefully repaying their support, by clasping together their tottering remains, and, as it were, embalming them in verdure (« Christmas », p. 148).

26La réciprocité du rapport entre le lierre et l’architecture gothique, qui se soutiennent et s’embellissent mutuellement, renvoie ici à l’interdépendance de la poésie et des traditions anciennes, qui se nourrissent l’une de l’autre.

27Pour Andrew Jackson Downing, horticulteur et figure de proue du Renouveau Gothique, le lien qui unit le lierre au passé lointain, médiéval en particulier, explique sa prédilection pour le sol européen :

  • 40 Andrew Jackson Downing, Rural Essays [1869], Carlisle (Massachusetts), Applewood Books, 2011, p. 94 (...)

Certainly the finest of all this class of climbers is the European Ivy. Such rich masses of glossy, deep green foliage, such fine contrasts of light and shade, and such a wealth of associations, is possessed by no other plant; the Ivy, to which the ghost of all the storied past alone tells its tale of departed greatness; the confidant of old ruined castles and abbeys; the bosom companion of solitude itself […]. True to these instincts, the Ivy does not seem to be naturalized so easily in America as most other foreign vines. We are yet too young – this country of a great future, and a little past.40

  • 41 « The richest and most perfect specimen of it that we have seen, in the northern states, is upon th (...)

28Si le lierre refuse de se laisser « naturaliser » sur le sol américain, c’est donc parce que l’Amérique, trop jeune, ne lui offre pas un terreau approprié – à l’exception, précisément, de la propriété de Washington Irving à Tarritown, à proximité de la rivière Hudson…41

  • 42 « Our first essay was along a mountain brook, among the highlands of the Hudson […]. It was one of (...)

29Si le pittoresque du Sketch Book est étroitement lié aux ruines médiévales, il n’en fleurit pas moins dans les contes et fragments consacrés à l’Amérique, à laquelle il confère ainsi les « associations » qui lui font défaut. Lorsque le « chasseur de pittoresque » se délecte d’un simple cours d’eau de la vallée d’Hudson (« The Angler »)42, la référence médiévale n’est pas loin : c’est en effet ce même ruisseau qu’il compare à un termagant (« this termagant career », 265) et de plus, la folle impatience du narrateur à découvrir ces lieux le rapproche de la furie d’un Don Quichotte après la lecture de romans de chevalerie (« […] as soon as the weather was auspicious, and that the spring began to melt into the verge of summer, we took rod in hand and sallied into the country, as stark mad as was ever Don Quixote from reading books of chivalry », p. 264) Lorsque la dimension médiévale fait défaut, l’écriture vient donc pallier cette carence par les ressources de la métaphore ou de la comparaison. Loin de se confondre avec de la couleur locale, l’esthétique du Sketch Book est celle d’un pittoresque déterritorialisé, au sens où il se départ de sa signification étroitement géographique pour construire par delà les frontières un espace esthétique qui se nourrit de la profondeur du temps.

  • 43 « […] there were some of the houses of the original settlers […]; built of small yellow bricks brou (...)
  • 44 « The scenery on the Rhone is exceedingly fine, resembling very much that of the Hudson. Crowning t (...)

30Dans les contes de Nouvelle-Angleterre, l’image pittoresque des maisons, avec les girouettes sur les toits et les fenêtres à treillis, n’est pas sans évoquer un village médiéval43. Avec les « associations » gothiques que lui imprime Irving, la vallée d’Hudson ressemble fort aux contrées de l’Allemagne féodale d’une autre nouvelle, « The Spectre Bridegroom », contrées hantées par un faux spectre qui sème la terreur, comme celui, réel ou factice, de « Sleepy Hollow ». Hors du cadre littéraire proprement dit, le palimpseste des légendes sous-jacentes au récit est tel que la vallée d’Hudson ressemble fort à celle du Rhin, d’où celles-ci sont issues – ou peut-être à celle du Rhône, à laquelle Cole trouvera, lors d’un voyage en 1831, une ressemblance avec la vallée d’Hudson, tout en reconnaissant à la première une forte identité médiévale44. L’image du soldat hessien de la Guerre d’Indépendance qui parcourt la vallée d’Hudson en quête de sa tête emportée par un boulet de canon dans « The Legend of Sleepy Hollow », ou celle de Frederick Hudson (explorateur qui découvrit la région) dont le spectre hante la contrée dans « Rip Van Winkle », sont les emblèmes du tissage étroit de l’histoire américaine et des légendes médiévales qui offre au lieu ces « associations » poétiques et en construit la dimension tantôt pittoresque, tantôt gothique, lorsqu’intervient une composante d’effroi.

Conclusion 

  • 45 « It is a little village of great antiquity, having been founded by some of the Dutch colonists in (...)

31La présence du Moyen Âge dans le recueil est moins celle d’une période historique qui serait considérée pour ses enjeux propres, que celle d’un espace esthétique dont le sens procède en partie de son historicité, entendue comme une dialectique féconde entre le passé et le présent. Cette dimension esthétique est d’abord celle du pittoresque, qui tient essentiellement chez Irving à l’inscription manifeste de la profondeur du temps dans les paysages, inscription dont la métaphore du lierre est venue dire la beauté. Elle est aussi de l’ordre du récit puisque, dans le cas des contes, elle réside dans la reprise de la trame narrative de légendes issues du folklore européen. Elle procède enfin de la part d’imaginaire dont les signifiants médiévaux, ruines et légendes, sont porteurs : les traces du passé sont chez Irving le point de départ d’une rêverie sur l’histoire, d’une descente onirique dans les profondeurs du temps. Les époques se mêlent souvent dans l’évocation du passé et leur désignation reste parfois imprécise, comme dans la description du village au début de « Rip Van Winkle », village très ancien datant des débuts de l’époque coloniale, aussi désignée comme les temps « chevaleresques » de Peter Stuyvesant45. Le Moyen Âge devient ainsi un emblème du passé qui tire sa noblesse et son attrait de sa distance. Car la profondeur temporelle de l’objet de la description, de la réflexion ou du récit semble être dans ce recueil la condition même de l’écriture. The Sketch Book inscrit aux origines de l’écriture une nostalgie fondamentalement romantique qui est aussi un principe de quête et de création : il s’agit de retrouver par l’écriture un passé dont l’historicité doit cependant subsister, sous la forme du pittoresque, du gothique ou de la légende. C’est là tout le paradoxe de la condition d’Irving, qui ne fonde sa propre identité d’écrivain, et n’offre à l’Amérique une tradition littéraire et une mythologie nationale, qu’en faisant retour vers l’héritage médiéval.

Haut de page

Bibliographie

A Companion to Alain Chartier (c. 1385-1430), Father of French Eloquence, Daisy Delogu ed., Leiden, Brill, 2015.

Chaucer and Chaucerians, Derek Brewer ed., University (Alabama), University of Alabama Press, 1966.

R.R. Agrawal, The Medieval Revival and its Influence on the Romantic Movement, New Delhi, Abhinav Publications, 1990.

Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996.

Candace Barrington, American Chaucers, New York, Palgrave Macmillan, 2007.

Derek Brewer, Chaucer: The Critical Heritage, vol. 1, London, Routledge, 1978.

Lawrence Buell, New England Literary Culture. From Revolution through Renaissance, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

Thomas Bulfinch, The Age of Chivalry, Boston, Tilton, 1858.

Kerry Dean Carso, American Gothic Art and Architecture in the Age of Romantic Literature, Cardiff, University of Wales Press, 2014.

Kerry Dean Carso, « Gothic Castles in the Landscape: Sir Walter Scott and the Hudson River School of Painting », Gothic Studies 14-2, Nov. 2012.

Michael D’Innocenzo, « The Popularization of Politics in Irving’s NewYork », The Knickerbocker Tradition. Washington Irving’s New York, Andrew B. Meyers ed., Tarry Town/New York, Sleepy Hollow Restorations, 1974.

Andrew Jackson Downing, Rural Essays [1869], Carlisle (Massachusetts), Applewood Books, 2011.

Ralph Waldo Emerson, The Early Lectures of Ralph Waldo Emerson, vol. 1 (1833-1836), Robert E. Spiller, Stephen E. Whicher ed., Cambridge (Massachusetts), The Belknap Press of Harvard University Press, 1966.

Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1985.

Geoffrey Chaucer, The Canterbury Tales, traduction en anglais moderne de J.U. Nicolson, Mineola/New York, Dover Publications, 2004.

Paul Giles, The Global Remapping of American Literature, Princeton, Princeton University Press, 2011.

Geraldine Heng, Empire of Magic. Medieval Romance and the Politics of Cultural Fantasy, New York, Columbia University Press, 2003. 

Washington Irving, The Crayon Miscellany, vol. 9, New York, Putman, 1861.

Washington Irving, History, Tales and Sketches, New York, The Library of America, 1983.

Washington Irving, The Legend of Sleepy Hollow and Other Stories [The Sketch Book of Geoffrey Crayon, Gent.], New York, Penguin, 1999.

Élise Marienstras, Les Mythes fondateurs de la nation américaine, Paris, Maspero, 1976.

Kim Moreland, The Medievalist Impulse in American Literature, Charlottesville, University Press of Virginia, 1996.

Frank O’Connor, The Lonely Voice: A Study of the Short Story, Cleveland/New York, The World Publishing Company, 1963.

Pierre-Yves Petillon, La Grand-route. Espace et écriture en Amérique, Paris, Seuil, 1979.

Richard D. Rust, « Ancient and Modern in the Writings of Washington Irving », Making America, Making American Literature: Franklin to Cooper, A. Robert Lee, W. M. Verhoeven éd., Amsterdam/Atlanta (Georgia), Rodopi, 1996.

Philip Young, American Fiction, American Myth, University Park (Pennsylvania), The Pennsylvania University Press, 2000.

Haut de page

Notes

1 Irving était de ce fait réticent à publier en Angleterre : « It was not my intention to publish [the following papers] in England, being conscious that much of their contents could be interesting only to American readers, and, in truth, being deterred by the severity with which American productions had been treated by the British press », « Preface to the revised edition » (1848), Washington Irving, The Legend of Sleepy Hollow and Other Stories [The Sketch Book of Geoffrey Crayon, Gent.], New York, Penguin, 1999, p.  3.

2 Frank O’Connor, The Lonely Voice: A Study of the Short Story, Cleveland/New York, The World Publishing Company, 1963, p. 41.

3 « Thus, under the kind and cordial auspices of Sir Walter Scott, I began my literary career in Europe; and I feel that I am but discharging, in a trifling degree, my debt of gratitude to the memory of that golden hearted man in acknowledging my obligations to him », « Preface to the revised edition » (1848), The Sketch Book, op. cit., p. 7.

4 Richard D. Rust voit dans la reprise du prénom de Chaucer le signe d’une tension entre les anciens et les modernes qui parcourt l’œuvre d’Irving : « the names of Washington Irving’s personae Jonathan Oldstyle and Geoffrey Crayon reflect apparent tensions and conflicts found between the ancient and the modern in Irving’s writings », « Ancient and Modern in the Writings of Washington Irving », Making America, Making American Literature: Franklin to Cooper, A. Robert Lee, W. M. Verhoeven ed., Amsterdam/Atlanta (Georgia), Rodopi, 1996, p. 183.

5 Envoi : « The concluding part of a literary work, esp. a short stanza concluding a ballade; (arch.) an author’s concluding words, dedication, etc. », Oxford English Dictionary.

6 Il s’agit en fait de la traduction par Sir Richard Roos d’un poème d’Alain Chartier (1424), attribuée à Chaucer dans l’édition de ses œuvres par Pynson en 1526. Ce n’est qu’en 1897 que la vérité est rétablie, avec la publication par Skeat du septième volume des œuvres complètes de Chaucer. D’après Ashby Kinch, « Chartier’s European Influence », A Companion to Alain Chartier (c. 1385-1430), Father of French Eloquence, Daisy Delogu ed., Leiden, Brill, 2015, p. 301.

7 « Go, little booke, God send thee good passage,/And specially let this be thy prayere,/ Unto them all that thee will read or hear,/ Where thou art wrong, after their help to call,/ Thee to correct in any part or all », « Chaucer’s Belle Dame sans Mercie », source citée par Irving, The Sketch Book, op. cit., p. 298.

8 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1985, p. 147-149. On retrouve ici les principales fonctions de l’épigraphe énoncées par Genette.

9 Ralph Waldo Emerson, « Chaucer », The Early Lectures of Ralph Waldo Emerson, vol. 1 (1833-1836), ed. Robert E. Spiller, Stephen E. Whicher, Cambridge (Massachusetts), The Belknap Press of Harvard University Press, 1966, p. 286. Emerson prend Chaucer comme l’exemple même de l’inévitable inscription de l’écrivain dans une chaîne d’influences : « the extent of Chaucer’s obligations to his foreign contemporaries and predecessors is so great as to induce the inquiry whether he can claim the praise of an original writer. The truth is all works of literature are Janus faced and look to the future and to the past […]. There never was an original writer. Each is a link in an endless chain », Ibid., 284.

10 Paul Giles, The Global Remapping of American Literature, Princeton, Princeton University Press, 2011, p. 71.

11 « there was a great deal of interest and concern in the United States during the earlier part of the nineteenth century in how the new country might relate to the longue durée of the historical past », Ibid.

12 D’après Lawrence Buell, la proportion atteint 85% dans les années 1820 (New England Literary Culture. From Revolution through Renaissance, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, cité par Paul Giles, op. cit., p. 71).

13 Ralph Waldo Emerson, « Chaucer », opcit, p. 270.

14 Candace Barrington, American Chaucers, New York, Palgrave Macmillan, 2007, p. 10-11.

15 Thomas Bulfinch, The Age of Chivalry, Boston, Tilton, 1858, p. 6.

16 « Americans were not borrowing the history and traditions of another culture but were rightfully reappropriating their own […]. Though America had no medieval past, many Americans felt no qualms about looking back proprietarily on the European medieval past. […] European cultural values were regarded as the rightful property of Americans, who inherited them not from the mother country but from their “forefathers” by virtue of patrilineage », Kim Moreland, The Medievalist Impulse in American Literature, Charlottesville, University Press of Virginia, 1996, p. 5.

17 « James belongs to one of the most brilliant eras of our literary history, and establishes the claims of his country to a participation in its primitive honours. Whilst a small cluster of English writers are constantly cited as the fathers of our verse, the name of their great Scottish compeer is apt to be passed over in silence; but he is evidently worthy of being enrolled in that little constellation of remote but never failing luminaries, who shine in the highest firmament of literature, and who, like morning stars, sang together at the bright dawning of British poesy », Washington Irving, « A Royal Poet », The Sketch Book, op.cit, p. 75.

18 Emerson, « The Age of Fable », Early Lectures, op. cit., p. 253.

19 « The influence of Chaucer […] is very conspicuous on all our early literature. Not only Pope, Dryden, and Milton have been indebted to him but a large unacknowledged debt is easily traced », Ralph Waldo Emerson, « Chaucer », op. cit, p. 283.

20 « Both [Chaucer and Boccace] writ Novels, and each of them cultivated his Mother-Tongue », John Dryden, God’s Plenty, 1700, cité par Derek Brewer, Chaucer: The Critical Heritage, vol. 1, London, Routledge, 1978, p. 170.

21 Derek Brewer, Ibid., p. 18-19. Voir aussi Chaucer and Chaucerians, Derek Brewer ed., University (Alabama), University of Alabama Press, 1966, p. 259.

22 Pour une analyse détaillée de ces influences, voir notamment Philip Young, American Fiction, American Myth, University Park (Pennsylvania), The Pennsylvania University Press, 2000, p. 7-10.

23 Dans The Crayon Miscellany (1849), Irving raconte qu’en 1817 à Abbotsford, Walter Scott l’aurait emmené dans le vallon hanté de Thomas d'Erceldoune et lui aurait récité des strophes d’une ballade relatant cette légende (Washington Irving, The Crayon Miscellany, vol. 9, New York, Putman, 1861, p. 238-239).

24 Pour l’influence de Percy sur Bürger, voir R.R. Agrawal, The Medieval Revival and its Influence on the Romantic Movement, New Delhi, Abhinav Publications, 1990, p. 174.

25 Philip Young, op. cit., p. 3.

26 Pierre-Yves Petillon. La Grand-route, Espace et écriture en Amérique, Paris, Seuil, 1979 : « La légende de Sleepy Hollow et celle de Rip Van Winkle dont l’emprise fut si grande sur l’imaginaire américain sont comme deux faces d’un même mythe opposant le sommeil (l’enracinement au creux des terres) à l’histoire considérée comme métamorphose, comme migration et tourbillon qui effacent les anciennes marques [landmarks] », p. 74.

27 « He recognized on the sign, however, the ruby face of King George under which he had smoked so many a peaceful pipe, but even this was singularly metamorphosed. The red coat was changed for one of blue and buff; a sword was held in the hand instead of a scepter; the head was decorated with a cocked hat, and underneath was printed in large characters GENERAL WASHINGTON », « Rip Van Winkle », The Sketch Book, op.cit., p. 37.

28 Salmagundi; or The Whim-whams and Opinions of Launcelot Langstaff, Esq. & Others, est un périodique satirique fondé par Irving, où il publie une vingtaine d’essais entre janvier 1807 et janvier 1808. Ceux-ci, comme A History of New York (1809), présentent une critique de la démocratie (mobocracy, logocracy) et surtout des élections qui permet à Michael D’Innocenzo de comparer la verve satirique d’Irving à celle d’un Twain ou d’un Mencken (Michael D’Innocenzo, « The Popularization of Politics in Irving’s New York », The Knickerbocker Tradition. Washington Irving’s New York, ed. Andrew B. Meyers, Tarry Town/New York, Sleepy Hollow Restorations, 1974, p. 13).

29 Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996, p. 21.

30 Geraldine Heng, Empire of Magic. Medieval Romance and the Politics of Cultural Fantasy, New York, Columbia University Press, 2003, p. 79-80.

31 Saint Guy (aussi appelé saint Vit) est un martyr chrétien du IVe siècle, mais c’est à partir de la fin du Moyen Âge que son culte se met en place, notamment en Allemagne, avec une fête de la saint Guy marquée par des danses devant sa statue.

32 Dans Salmagundi (March 7, 1807), Irving décrit en des termes similaires un danseur noir rencontré à Haïti : « When he laughed, there appeared from ear to ear a chevaux-de-frise of teeth, that rivalled the shark's in whiteness. He could whistle like a northwesterplay on a three-stringed fiddle like Apollo;and as to dancing, no Long Island negro could shuffle you “double trouble,” or “hoe corn and dig potatoes,” more scientifically ». Washington Irving, History, Tales and Sketches, New York, The Library of America, 1983, p. 123.

33 Élise Marienstras, Les Mythes fondateurs de la nation américaine, Paris, Maspero, 1976, p. 176-183.

34 The New Encyclopaedia Britannica. Picturesque : « artistic concept and style of the XVIIIth and early XIXth centuries characterized by a preoccupation with the pictorial values of architecture and landscape in combination with each other ».

35 Kerry Dean Carso, American Gothic Art and Architecture in the Age of Romantic Literature, Cardiff, University of Wales Press, 2014, p. 23.

36 Kerry Dean Carso, « Gothic Castles in the Landscape: Sir Walter Scott and the Hudson River School of Painting », Gothic Studies 14-2, Nov. 2012, p. v.

37 American Gothic Art, op.cit., p. 97-99. Carso donne quelques exemples majeurs de l’influence de Scott sur l’œuvre de Cole : « Cole’s paired paintings that deal with the Middle Ages, The Departure and The Return (1837) and Past and Present (1838) were no doubt inspired by his reading of Scott’s novels », Ibid., p. 100.

38 Ivanhoe, cité par Carso, ibid., p. 108.

39 « I have wandered through different countries and witnessed many of the shifting scenes of life. I cannot say that I have studied them with the eye of a philosopher, but rather with the sauntering gaze with which humble lovers of the picturesque stroll from the window of one print shop to another […]. As it is the fashion for modern tourists to travel pencil in hand, and bring home their portfolios filled with sketches, I am disposed to get up a few for the entertainment of my friends […]. I fear I shall give equal disappointment with an unlucky landscape painter, who had travelled on the continent, but following the bent of his vagrant inclination, had sketched in nooks and corners and bye places. His sketch book was accordingly crowded with cottages, and landscapes, and obscure ruins; but he had neglected to paint St. Peter's or the Coliseum; the cascade of Terni or the Bay of Naples; and had not a single Glacier or Volcano in his whole collection », « The Author’s Account of Himself », The Sketch Book, p. 9-10. 

40 Andrew Jackson Downing, Rural Essays [1869], Carlisle (Massachusetts), Applewood Books, 2011, p. 94.

41 « The richest and most perfect specimen of it that we have seen, in the northern states, is upon the cottage of Washington Irving, on the Hudson, near Tarrytown », Ibid.

42 « Our first essay was along a mountain brook, among the highlands of the Hudson […]. It was one of those wild streams that lavish, among our romantic solitudes, unheeded beauties, enough to fill the sketch book of a hunter of the picturesque », « The Angler », The Sketch Book, p. 264.

43 « […] there were some of the houses of the original settlers […]; built of small yellow bricks brought from Holland, having latticed windows and gable fronts, surmounted with weathercocks », « Rip Van Winkle », The Sketch Book, p. 29.

44 « The scenery on the Rhone is exceedingly fine, resembling very much that of the Hudson. Crowning the abrupt precipices, which sometimes rise into very grand forms, are numerous castles in ruins… These castle-views carry the mind back to feudal times. Through the crumbling gate-ways fancy easily calls forth the steel-clad warriors, and sounds the trumpet, or sees the dark-eyed ladies looking through the narrow windows of the mouldering towers for the return of their beloved knights from the ways », Cole, cité par Carso, American Gothic Art, op. cit., p. 100.

45 « It is a little village of great antiquity, having been founded by some of the Dutch colonists in the early times of the province, just about the beginning of the government of the good Peter Stuyvesant (may he rest in peace!)  […]. [Rip Van Winkle] was a descendant of the Van Winkles who figured so gallantly in the chivalrous days of Peter Stuyvesant », op. cit., p. 29.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Louis-Dimitrov, « Washington Irving, The Sketch Book of Geoffrey Crayon, Gent. : le Moyen Âge aux origines », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://peme.revues.org/9447 ; DOI : 10.4000/peme.9447

Haut de page

Auteur

Delphine Louis-Dimitrov

 Institut Catholique de Paris, UR « Religion, Culture et Société » - EA 7403 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page