Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Dominique Ancelet-Netter, La Dette, la Dîme et le Denier. Une analyse sémantique du vocabulaire économique et financier au Moyen Âge

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010
Olivier Bertrand
Référence(s) :

Dominique Ancelet-Netter, La Dette, la Dîme et le Denier. Une analyse sémantique du vocabulaire économique et financier au Moyen Âge, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, 398 p.

Texte intégral

1Les lexiques scientifiques et techniques revêtent une importance de choix en moyen français : c’est la période riche des créations lexicales et de l’émergence de certains vocabulaires. L’ouvrage de Dominique Ancelet-Netter est une version remaniée de sa thèse de doctorat qui étudie spécifiquement le vocabulaire économique et financier à la fin du Moyen Âge en français. Il s’agit d’un travail minutieux, bien construit, qui analyse en détail l’univers de la monnaie, des comptes, de l’impôt, de la dette et autres revenus.

2L’ouvrage de 398 pages publié aux Presses universitaires du Septentrion est composé d’une introduction, de six grands chapitres, d’une conclusion, d’une large bibliographie raisonnée et enfin – point intéressant – d’une chronologie des faits économiques et sociaux parcourant la période de 1354 à 1405. L’objectif de Dominique Ancelet-Netter est exprimé clairement dans l’introduction : « Dans une société habitée, nourrie, envahie par Dieu, quelle place tient l’économie ? Comment les hommes de ce temps perçoivent et conceptualisent les phénomènes économiques qui nous sont si présents dans notre quotidien d’hommes du xxie siècle ? » (p. 19). Il s’agit en somme pour l’auteur d’analyser par le truchement du lexique l’univers économique et financier au Moyen Âge.

3Chapitre I. Corpus, co-texte et contextualité. Le premier chapitre est consacré essentiellement à la justification du sujet et à la délimitation du corpus de travail. Ce dernier s’étend pratiquement sur une période couvrant la seconde moitié du xive siècle, précisément de 1355 à 1405, ce dont se justifie l’auteur : « les cinquante dernières années du xive siècle sont riches en faits réellement innovants dans l’histoire économique de la France » (p. 26). Le corpus central est délimité par les écrits de quatre auteurs majeurs de cette période : Nicole Oresme, pour son traité d’économie monétaire connu sous le nom du Traité des monnaies, Evrard de Trémaugon pour le Songe du vieil pélerin, Philippe de Mézières pour le Songe du vergier et enfin Christine de Pizan pour le Livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V. Un corpus élargi nourrit également l’analyse. Vient ensuite l’approche méthodologique pertinemment présentée : il s’agit bien d’une étude sémantique d’un lexique circonscrit dont la méthodologie est empruntée essentiellement à l’analyse componentielle de Bernard Pottier, mais aussi aux travaux récents de Robert Martin et de Georges Kleiber.

4Les chapitres suivants (II à VI), qui jalonnent l’ouvrage, reposent sur une segmentation bienvenue et claire des différents termes du vocabulaire économique et financier : la monnaie (II), le vocabulaire fiscal (III), la dette (IV), les revenus et les dépenses (V) et enfin les métiers de la finance (VI). L’analyse de chaque chapitre repose essentiellement sur celle des termes qui la composent et dont nous donnons rapidement un bref résumé ci-dessous. Lorsque cela le permet, l’étude donne les différentes graphies possibles d’un mot, ses origines étymologiques, ses dérivés morphologiques et, selon le modèle méthodologique présenté dans le chapitre I, une analyse du corpus sélectionné.

5Chapitre II. Le vocabulaire de la monnaie. L’événement majeur de la période considérée par l’auteur est la création du franc sous le règne de Jean II le Bon. Dominique Ancelet-Netter passe en revue le lexique lié à la monnaie en justifiant son importance au Moyen Âge comme instrument de mesure tout autant que comme « marchandise ». Livre, denier, sou, maille, billon, marc, gros, écu et bien sûr franc sont ainsi analysés en détail ainsi que les qualificatifs de tournois et parisis. On apprécie également les explications concises des emplois de florin, ducat, drachme, esterlin et bien d’autres termes, parfois plus rares, qui parcourent l’univers monétaire médiéval. Une analyse sémique pertinente synthétise le travail de recherche sur ce vocabulaire précis (p. 134) en un tableau synoptique qui montre combien le denier, par exemple, bénéficiait d’une large polysémie à la fin du Moyen Âge.

6Chapitre III. Le vocabulaire fiscal. Ce chapitre s’intéresse plus particulièrement à l’impôt et au vocabulaire de l’imposition. Autre champ, autres termes : ce sont la taille, le fouage, la dîme, la gabelle ainsi que des impôts spécialisés (et parfois assez rarement rencontrés dans le corpus sélectionné) comme le truage, la maletôte et le tonlieu qui sont observés à la loupe par l’auteur de l’ouvrage.

7Chapitre IV. Le vocabulaire de la dette. Le lexique centré sur la notion de « dette » est très large. Les termes retenus pour l’analyse le montrent magistralement : usure, prêt, intérêt, crédit, emprunt et bien sûr dette relèvent de cette catégorie.

8Chapitre V. Le vocabulaire des revenus et des dépenses. Ce chapitre paraît sensiblement distinct des précédents en ceci qu’il ne renvoie pas directement à des termes relevant de l’économie ou de la finance mais la « grille d’analyse sémantique se fonde donc sur la notion de revenus et de leurs origines, à savoir s’ils sont consécutifs à un travail, à un lien, à une fonction ou à une possession » (p. 269). Ce sont alors des lexèmes tels émolument, appointement, gages, loyer, salaire qui sont étudiés et dont l’analyse (cf. tableau, p. 288) permet de constater que « la différence de gradations sémiques dans l’axe paradigmatique de la rémunération s’établit aussi dans la connotation liée à la nature du lien de subordination entre bénéficiaire de la rémunération et rémunérateur, celui-ci pouvant être plus ou moins consenti, plus ou moins vassalisé ou domestiqué » (p. 288). On notera également les études diversement détaillées des vocables paie, pension, rente, cens, tribut, redevance, recette, pécune, revenu, gain, profit, dépense.

9Chapitre VI. Le vocabulaire des métiers de la finance. Le dernier chapitre s’intéresse à un tout autre domaine, celui de la finance « dans la sphère d’échanges économiques et marchands, différenciés des professions liées aux finances royales et seigneuriales » (p. 331). Si au Moyen Âge le banquier est d’abord perçu comme un « changeur », il faut évidemment distinguer des métiers tels le billonneur ambulant du véritable banquier. On notera enfin l’importance des termes yconomie (singulièrement chez Nicole Oresme) et finance dans l’ensemble du corpus considéré. Au terme de cette étude, il apparaît que l’ouvrage de Dominique Ancelet-Netter apporte un certain nombre de résultats probants de grande qualité et pose néanmoins plusieurs questions, tant méthodologiques que conceptuelles. L’analyse souvent fine, parfois rapide, des lexèmes du corpus montre magistralement l’émergence évidente du vocabulaire économique et financier en français pendant la deuxième moitié du xive siècle. On notera d’ailleurs que dans chaque chapitre le contexte historique ou religieux est toujours bienvenu et logiquement présenté. Par exemple, le chapitre IV concernant le vocabulaire de la dette ne néglige aucunement le poids de la perspective chrétienne de l’usure, ce qui donne incontestablement une profondeur nécessaire à une bonne compréhension de la pratique même de l’usure à la fin du Moyen Âge (p. 227-35). Néanmoins – et l’auteur le reconnaît bien volontiers – le vocabulaire théorique de l’économie et des finances « ne peut se circonscrire en champ lexical délimité dans un fonctionnement sémantique relativement permutable et autonome puisque la théorisation sur l’économie n’existe pas en tant qu’objet d’étude à part entière mais qu’elle est au contraire parcellaire et disséminée dans les différents écrits théologiques majoritairement en latin » (p. 363). Une étude comparative – même succincte – avec d’autres domaines scientifiques (le vocabulaire politique ou juridique par exemple) aurait peut-être permis à l’auteur de replacer précisément le champ d’analyse du domaine économique et financier dans un contexte médiéval plus vaste pour lequel les étiquettes définitionnelles sont notablement distinctes de celles utilisées de nos jours pour décrire les sciences.

10L’analyse sémique renforcée par les nombreux tableaux récapitulatifs qui parcourent l’ouvrage a montré de façon très convaincante et pertinente que chacun des nombreux termes employés (parfois dans des énoncés sous forme de suite et que l’on pourrait croire parasynonymes) ne se substitue pas aux autres. On apprend également par l’analyse du sens des lexèmes que le lien entre le choix d’un terme dans le corpus et le poids de la connotation que celui-ci véhicule n’est pas totalement absent de la morale implicite et du positionnement du locuteur (ou plutôt scripteur) qui jugera tel impôt trop lourd ou telle taxe mauvaise. Étudier l’argent, la monnaie, c’est aussi en filigrane évoquer le rôle des métiers dans le processus financier et économique de la société médiévale. C’est ce que fait l’auteur de cette belle étude. Ainsi cet ouvrage nous renseigne-t-il magistralement sur les emplois du vocabulaire économique et financier à la fin du Moyen Âge, opère un salutaire classement sans toutefois reconnaître un statut de « science » à ce vocabulaire en constatant l’emprise encore manifeste du domaine moral (pour ne pas dire religieux) sur les affaires économiques et financières. Laissons les derniers mots à l’auteur : « La pensée occidentale médiévale oppose cependant la spiritualité du divin à la matérialité peccamineuse de l’argent, alors que nombre de sèmes dénotatifs sont communs aux deux champs lexicaux de l’argent et de la morale. C’est le principal enseignement de notre étude sur le vocabulaire économique et financier entre 1355 et 1405 » (p. 373). Nous ne pouvons qu’adhérer à cette sage conclusion qui nous invite dès lors à aller plus avant dans l’analyse des domaines de la connaissance et des savoirs au Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Dominique Ancelet-Netter, La Dette, la Dîme et le Denier. Une analyse sémantique du vocabulaire économique et financier au Moyen Âge », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://peme.revues.org/98

Haut de page

Auteur

Olivier Bertrand

Professeur de linguistique historique et de lexicographie médiévale - Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page