Navigation – Plan du site

Présentation

Revue d’épistémologie des langues et littératures du Moyen Âge, Perspectives médiévales étudie la façon dont les objets textuels du Moyen Âge ont été perçus, construits, représentés et compris aux époques moderne et contemporaine, dans une perspective pluridisciplinaire.
Ancien bulletin de la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl (SLLMOO), Perspectives médiévales est désormais une revue internationale, à comité scientifique, dont les langues sont le français, l’anglais et l’italien.

Dernier numéro en ligne
35 | 2014
Tendances actuelles de la critique en médiévistique

Tendances actuelles de la critique en médiévistique
Informations sur cette image
Crédits : © Direction des Musées de France, 1986

Pour ce nouveau numéro, Perspectives Médiévales a souhaité engager la réflexion sur les tendances actuelles de la pensée critique et de la recherche en médiévistique. Plusieurs axes ont été envisagés : la théorie littéraire, l'interdisciplinarité, la recherche à l'étranger.

Nos lecteurs trouveront ici des coups de projecteur qui n'ont aucune prétention à l'exhaustivité. Mais nous espérons apporter quelques pierres destinées à construire la réflexion dans un débat qui n'est malheureusement pas encore assez au cœur de notre réflexion sur notre discipline : quelles relations  la médiévistique entretient-elle avec la théorie littéraire ?

On trouvera dans ce numéro des contributions qui brossent un passionnant panorama des rapports que la médiévistique a entretenu avec la théorie littéraire et de la façon dont elle s'est développée au XXe siècle (Patrick Moran et Alain Corbellari). Le développement récent des études de réception du fait littéraire médiéval vu au prisme du "médiévalisme" et de la "médiévalité" pose des questions cruciales d'ordre épistémologique que cernent avec acuité Michèle Gally et Vincent Ferré. Le point de vue de Mihaela Voicu et de Cătălina Gîrbea expose quant à lui une histoire de la médiévistique face aux vicissitudes politico-historiques d'un pays, la Roumanie, qui n'a jamais adbiqué sa passion pour l'étude du Moyen Âge.

Marie Bouhaïk-Gironès et Estelle Doudet démontrent avec enthousiasme, précision et nuance l'apport d'une approche interdisciplinaire à notre connaissance du théâtre médiéval, non seulement genre littéraire, mais aussi pratique sociale et fait anthropologique. De même, Marion Uhlig apporte un éclairage essentiel sur la fécondité et les limites de la rencontre entre médiévistique et études post-coloniales, un domaine critique largement ignoré en France et largement frayé outre-atlantique.

On trouvera enfin des contributions qui rouvrent les dossiers de champs critiques anciens et parfois délaissés pour discuter de leur actualité dans le champ littéraire médiéval : les approches junguienne (Leonardo Hincapié), griswardienne (Andrea Ghidoni) et l'anthropologie de Victor Turner (Teodoro Patera). Si l'on a pu parler à leur sujet d'effet de mode, quel bilan tirer de leur intérêt et de leur efficacité en terme d'analyse littéraire des dizaines d'années après leur élaboration ?

 

Sébastien Douchet