Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du xiie siècle

Paris, Champion, 2010
Muriel Ott
Référence(s) :

Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du xiie siècle, Paris, Champion, « Essais sur le Moyen Âge » n° 48, 2010, 384 p.

Texte intégral

1La matière tristanienne est si diverse qu’on peine parfois à trouver un angle d’attaque qui puisse rendre compte de tous les récits conservés : version commune vs version courtoise, tonalité épique vs tonalité lyrique, œuvres s’étalant sur la durée vs récits brefs de courts instants arrachés au temps de l’absence, etc. L’intérêt majeur du travail d’Insaf Machta est qu’il propose – et très vite qu’il impose – d’envisager le corpus tristanien sous l’angle du motif à la fois simple et multiforme de la ruse. Le corpus est restreint, raisonnablement, à la tradition française du xiie siècle, à savoir les récits de Béroul et de Thomas, le Chievrefoil de Marie de France, les Folies de Berne et d’Oxford (auxquels aurait peut-être pu s’ajouter le Donnei des amants) ; des rapprochements sont cependant établis avec les versions d’Eilhart d’Oberg, de Gottfried de Strasbourg, ou encore, par exemple, avec les romans de Chrétien de Troyes, et pas seulement Cligès. L’introduction pose d’emblée le défi (la ruse ne se cantonne pas dans le domaine du conte à rire) et l’enjeu : « une redéfinition de l’amour courtois à la lumière de la ruse » (p. 10). À la fin de l’ouvrage, traversé de dialogues incessants avec divers critiques, le lecteur est convaincu de la pertinence de la piste suivie.

2La première partie, « Les dispositifs de la ruse », établit une typologie des ruses fondée sur les différents éléments dont les divers personnages (c’est-à-dire pas seulement les amants) peuvent tirer profit dans une démarche déceptive. Sont ainsi successivement envisagés l’« exploitation ingénieuse d’une configuration spatiale » (chez Béroul, il s’agit du verger, de la chambre, du Mal Pas, de la chapelle), les « pièges et signes matériels » (la fleur de farine chez Béroul, l’anneau chez Béroul, Thomas et dans la Folie d’Oxford, les copeaux et la branche de coudrier chez Marie de France et dans la Folie d’Oxford), les « ruses et stratégies discursives » (stratégie de la contre-vérité et stratégie de l’ambiguïté amènent à s’interroger sur le rapport dialectique entre mensonge et vérité), les « déguisements » (sont ainsi examinés les différents changements d’apparence de Tristan, puis les stratégies de la simulation). Un regret peut-être : chez Thomas, le long monologue au terme duquel Tristan décide d’épouser Yseut aux Blanches Mains nous paraît relever très clairement de la ruse avec soi-même ; or, si Insaf Machta remarque fort justement dans sa deuxième partie que les termes liés à la ruse et à la tromperie sont fréquents dans ce passage (cf. p. 191), la mauvaise foi du personnage n’a pas du tout été envisagée.

3La deuxième partie, « Fonction de la ruse dans l’économie du récit », s’attache à montrer que la ruse « équivaut à un motif structurant et correspondant à un principe dynamique dans le récit » (p. 17). Elle commence par poser très fermement, dans le chapitre « le désir ou la genèse de la ruse », le lien fondamental, pour les amants, entre désir et ruse, celle-ci permettant la réalisation de celui-là ; le chapitre suivant, « les schémas narratifs de la ruse », fondé sur les travaux de R. Barthes et de C. Brémond, amène notamment à mieux cerner les différences entre récits brefs et récits longs ; enfin, le chapitre « la ruse, l’écriture, la réécriture » quitte le plan des personnages pour celui du narrateur et aborde alors la question de la mouvance de l’estoire des amants, mouvance « investie d’une portée idéologique fondée sur des réalisations différentes du code courtois. Étudier la portée idéologique de la réécriture revient d’une certaine manière à cerner la portée idéologique de la ruse, cette dernière étant au cœur des modalités du vécu amoureux et du désir de réécriture qui fonde la matière tristanienne » (p. 271).

4C’est donc tout naturellement qu’arrive la troisième partie, « La portée idéologique de la ruse », annoncée à vrai dire depuis longtemps et impatiemment attendue (la démarche adoptée est très progressive, mais l’appui constant sur les textes, qu’on ne peut que louer, provoque parfois des redites). Elle se décompose en « la ruse entre felonie et corteisie », « la ruse comme support polémique de l’amour courtois », « ruse et transcendance » ; le premier chapitre replace l’aventure des amants dans le cadre de la société féodale, et le troisième souligne le décalage par rapport à la doxa religieuse ; c’est surtout le deuxième chapitre, qui s’appuie sur le remarquable article de R. Schnell, « L’amour courtois en tant que discours courtois sur l’amour » (Romania, t. 110, 1989, p. 72-126 et 331-363), qui a retenu notre attention, en ce qu’il montre comment chaque récit tristanien participe à sa manière au discours polyphonique sur l’amour. Le travail d’Insaf Machta a ceci de particulièrement stimulant que, tout en mettant en évidence les éléments qui distinguent chaque récit des autres, voire les antagonismes à l’œuvre à l’intérieur d’un même récit, il dégage la profonde unité du corpus. Cet ouvrage très riche renouvelle ainsi la réflexion sur la matière tristanienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Ott, « Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du xiie siècle », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/1558

Haut de page

Auteur

Muriel Ott

Professeur de littérature du Moyen Âge - Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page