Navigation – Plan du site
Études & travaux

L’édition scientifique des documents comptables médiévaux : enjeux et perspectives d’une entreprise pluridisciplinaire

Aude Wirth-Jaillard

Résumés

Bien que les documents comptables médiévaux soient particulièrement riches pour l’étude de la langue (lexique, anthroponymie, ponctuation, discours rapporté ou encore syntaxe), les éditeurs de textes, ne se préoccupant guère de représentativité linguistique, leur ont généralement préféré les textes littéraires. Pourtant, les comptes présentent un intérêt réel pour le linguiste, l’historien ou l’archéologue. Il paraît donc nécessaire de procéder à des éditions de ce type de sources selon des normes communes à l’ensemble des spécialistes du Moyen Âge, normes fondées principalement sur le respect du texte original. Ces éditions, informatisées, présenteront trois niveaux, du plus proche du texte au plus normalisé. Elles devront être l’occasion, dans leur réalisation comme dans leur exploitation, d’une interdisciplinarité effective.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Pour qui ne connaît pas les documents comptables médiévaux, leur édition peut sembler, à première vue, de bien peu d’intérêt pour le linguiste : que pourrait en effet trouver le spécialiste de la langue dans des successions de chiffres ? Mais ce serait là sous-estimer le contenu de ces sources : les données chiffrées n’en représentent en réalité qu’une part relativement réduite si on les compare à l’ensemble du texte. Quel qu’il soit, particulier, marchand ou prévôt, l’auteur du document devait nécessairement, au minimum, préciser la nature des recettes et des dépenses. Il pouvait également les justifier et les commenter, notamment s’il était responsable de sa gestion sur ses propres deniers comme c’était le cas pour la plupart des officiers (prévôts, receveurs, etc.). On trouve donc dans ces comptes des mentions d’achats de fournitures ou de ventes d’objets lorsqu’ils sont rédigés dans le cadre d’une activité commerciale. Les comptes d’officiers comprennent quant à eux des listes de contribuables ainsi que d’amendes et d’exploits de justice, tandis que les dépenses détaillent par exemple les matériaux employés pour la réfection du château ou les aliments cuisinés pour recevoir un hôte de marque.

2Cette variété et cette richesse ont depuis longtemps été saisies par les historiens, dont les études économiques et sociales s’appuient souvent sur ce type de sources. J. Rauzier les exploite ainsi dans son étude sur la fiscalité, la population et l’économie de la Bourgogne au xive siècle (Rauzier 2009). Depuis quelques années, les documents comptables sont également l’objet, de la part des médiévistes, de nouveaux travaux s’inscrivant dans le récent courant historiographique qui s’intéresse aux aspects matériels et à l’organisation des sources de la pratique. C’est ainsi que, sous l’impulsion de Patrice Beck (Université Lille 3) et Olivier Mattéoni (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), a été constitué en 2008 le groupe de recherche international « Comptables et comptabilités de la fin du Moyen Âge » et, autour d’Armand Jamme (CNRS, Lyon), un autre groupe qui, en 2010, a obtenu pour 4 ans le soutien de l’Agence nationale de la recherche pour son projet GEMMA « Genèse médiévale d’une méthode administrative. Formes et pratiques des comptabilités princières (Savoie, Dauphiné, Provence, Venaissin) entre le xiiie et le xvie siècle ». Enfin, les documents comptables sont également étudiés sous les angles de la justice, de la criminalité et des peines, comme dans les travaux de Xavier Rousseaux (2005 par exemple).

3Les recherches historiques sur ce type de sources se caractérisent donc à la fois par leur dynamisme et par la diversité de leurs approches. La situation est toute différente du côté des linguistes, où les travaux sont encore rares : outre quelques études ponctuelles telles celles de Charles-Théodore Gossen (1962) ou de Philippe Olivier et Jean-Claude Rivière (1992), on ne peut guère citer que les travaux sur l’anthroponymie des comptes bourguignons, dus à Maurice Monsaingeon (1999, 2001, 2009, 2010), les recherches de R. A. Lodge sur les comptes, en occitan, des consuls de Montferrand (Auvergne), éditions (1985, 2006, 2010, à paraître) et études (1981, 1997, 2009), et les nôtres, proposant une analyse des documents comptables lorrains sous différents angles : anthroponymie (Wirth 2010, à paraître), corpus (à paraître a, b), lexique (2011) ou encore discours rapporté (à paraître c).

4Ce nombre limité de travaux linguistiques amène à se poser la question des raisons de ce manque d’intérêt. Celui-ci ne peut être lié à une éventuelle pauvreté de ces sources : la vitalité renouvelée des études menées par les historiens en témoigne. Il ne peut pas non plus être dû à un manque d’outils d’analyse de la langue de cette période : la bibliographie est riche. En réalité, une des causes les plus importantes de ce manque d’intérêt est probablement l’insuffisance, sur le plan linguistique, des éditions existantes. Réalisés en fonction de problématiques historiques, souvent sans considération pour les formes graphiques, ces travaux, le plus souvent anciens, se prêtent difficilement à une étude fine de la langue (Wirth-Jaillard à paraître a).

5Pour que le linguiste puisse mener ses recherches sur ce type de sources également, il est donc indispensable que de nouvelles éditions soient réalisées, auxquelles devront être associés les autres spécialistes du Moyen Âge qui travaillent sur ces documents et qui pourraient être eux aussi intéressés par cette entreprise. Un travail d’une telle ampleur, impliquant des chercheurs d’horizons différents, ne peut cependant être entrepris sans que ses objectifs et les moyens de les réaliser n’aient été précisément établis ; une réflexion préalable est donc indispensable, non seulement sur les raisons rendant nécessaire l’édition de documents comptables ainsi que sur ses modalités, mais également sur l’apport d’une telle entreprise à l’interdisciplinarité.

2. Pourquoi éditer des documents comptables ?

6Le fait que les bonnes éditions de documents comptables soient si peu nombreuses incite à se poser la question : et si le manque d’intérêt, pour le philologue, d’une telle entreprise était la cause de cette rareté ? Cette dernière ainsi que la marginalité des études sur ces sources trouveraient alors leur explication. Il convient donc, dans un premier temps, d’examiner les raisons qui pourraient motiver la préparation de nouvelles éditions.

2.1. Intérêt, pour le linguiste, des documents comptables et de leur édition

7Jaquemin du Puy, bourgeois de Lyon du xive siècle, Jacme Olivier, marchand narbonnais du xive siècle, Colin de Lormoye, couturier parisien du xve siècle et Jean Petitprêtre, receveur du comté de Bar durant le xive siècle, nous ont tous quatre laissé des documents comptables ; le premier, un livre de raison (Guigue 1882), les deuxième et troisième, des comptes de leur activité professionnelle (Blanc 1899, Couderc 1911), et le quatrième le compte général des recettes et dépenses du comté de Bar pour les années 1321 à 1323 (Collin 1991, 2004). Ce ne sont là que quelques exemples témoignant de la variété et de la richesse des dizaines de milliers de documents comptables qui nous sont parvenus ; la dernière catégorie, celle des comptes d’officiers (receveurs, prévôts, argentiers, etc.) est de loin la plus représentée. Pour cette raison, cette étude portera principalement sur elle.

  • 1 Pour une présentation plus détaillée des documents comptables, cf. Wirth-Jaillard à paraître d.

8Précisément datées et localisées, très majoritairement conservées sous formes d’originaux, ces sources sont pour leur très grande majorité rédigées en français : le latin et l’occitan ne sont que rarement employés. Existant pour de nombreuses régions, elles couvrent une large période chronologique. Pour la Lorraine, les archives municipales et départementales conservent ainsi plusieurs milliers de comptes d’officiers (receveurs et prévôts principalement) datant de la fin du xiiie au xviiie siècle : passant de quelques dizaines pour les xiiie et xive siècles, puis à quelques centaines pour le xve, leur nombre explose à partir du xvie. Certains sont isolés, mais la plupart forment des séries : pour une même entité administrative ont ainsi parfois été conservés plusieurs dizaines de documents de même nature sur plusieurs siècles. Grâce à cette abondance dans l’espace comme dans le temps, ce sont donc des études aussi bien synchroniques que diachroniques qui sont rendues possibles1.

9Ces caractéristiques font des comptes un matériau de choix pour l’étude du lexique. Comme toutes les sources, ils permettent d’antédater certains types lexicaux ou d’étendre leur aire de diffusion ; on y trouve également des lexèmes non recensés dans la lexicographie. Mais, grâce à leurs particularités, ils permettent également de localiser et de dater avec précision ces lexèmes ; ils offrent en outre un accès à des champs lexicaux que l’on ne rencontre pas forcément ni de façon aussi variée dans les autres textes, comme celui du métier exercé par le professionnel rédigeant le document, ou, pour les comptes d’officiers, ceux de la construction, des métiers en général ou encore des différents types d’impositions (Wirth-Jaillard, 2011). Un nombre non négligeable des items les constituant est régional. L’abondance des comptes pour de nombreuses régions pourrait permettre de saisir leur répartition respective. Enfin, les séries de même nature sur plusieurs dizaines d’années voire sur plusieurs siècles autorisent des forages grâce auxquels on peut suivre le vocabulaire sur toute cette période, avec ses variantes grapho-phonétiques et morphologiques ainsi que ses synonymes.

10Les documents comptables sont également intéressants pour d’autres approches linguistiques. L’anthroponymiste y collectera de nombreuses attestations de noms propres : aux mentions isolées présentes dans l’ensemble du compte viennent s’ajouter les listes de contribuables se trouvant dans les recettes, la charge d’officier incluant souvent la perception de divers impôts.

11Notre connaissance de la ponctuation médiévale pourrait aussi être approfondie grâce à de nouvelles éditions de comptes. Celles-ci pourraient en effet tenir compte des travaux actuellement menés sur le sujet et transcrire très fidèlement la ponctuation du document sans la moderniser. Il serait alors possible de faire des comparaisons entre celle-ci, celle des documents littéraires et celles des autres documents non littéraires, permettant peut-être de saisir des particularités liées, par exemple, au genre textuel.

  • 2 « Nous n’insisterons naturellement pas sur le problème de l’absence de données orales pour cette pé (...)
  • 3 Pour davantage de précision sur l’oral dans les documents comptables, cf. Wirth-Jaillard à paraître (...)

12Un autre élément présent dans un grand nombre de comptes d’officiers, receveurs et prévôts notamment, se prête à des analyses linguistiques particulièrement originales : ce sont les amendes et les exploits de justice figurant parmi les recettes. Dans ces sources qui ne sont donc pas exclusivement judiciaires, on trouve en effet le relevé des amendes perçues par l’officier durant sa charge, avec leur montant et leur cause, qui peut être très variée : coups, blessure, alerte donnée à mauvais escient, pain trop petit pour un boulanger, animal divagant, vol, accusation mensongère, désobéissance, moquerie, insulte, etc. Souvent, mais pas systématiquement toutefois, les paroles qui ont donné lieu à une sanction sont transcrites. Il ne s’agit donc pas, comme dans les textes littéraires, d’un oral fictif, résultat d’une construction, mais de la mise à l’écrit, au discours direct ou indirect, de paroles telles qu’elles ont été formulées. Grâce à ces attestations, nous avons donc accès à l’oral « vrai » que certains linguistes regrettaient encore récemment de ne pouvoir saisir2 ; ce sont ainsi de belles perspectives de recherche qui s’ouvrent avec ces amendes et leur édition3.

  • 4 Une réflexion sur un tel corpus est menée dans Wirth-Jaillard à paraître b.

13La syntaxe est l’un des autres éléments méritant l’attention des linguistes. Pour pouvoir être réalisées, les études syntaxiques devront s’appuyer sur un corpus d’éditions de comptes d’officiers suffisamment large pour être représentatif4 : seul le traitement automatique d’un nombre important de textes permettra de saisir le degré de figement de ces documents. Ceux-ci présentent en effet des structures ou des formulations que l’on retrouve d’un document à l’autre pour une même série ou pour plusieurs, ou qui se caractérisent par des variations plus ou moins grandes. Ces passages introduisent des éléments qui, eux, sont adaptés en fonction des circonstances, comme la nature précise des dépenses pour cette année-là, etc. Ces textes sont donc la juxtaposition de formules plus ou moins figées et répétitives et d’éléments variant en fonction de la réalité décrite. Sur ce plan, on est donc légitimement amené à se demander dans quelle mesure ces documents sont représentatifs de la langue médiévale. Définir ce figement serait l’un des objectifs du traitement informatique de ce corpus et d’autres en parallèle, constitués de textes de natures différentes. Ce traitement, dont les modalités restent à établir précisément, devrait permettre d’évaluer précisément ce figement à la fois pour la syntaxe, la graphie et la morphologie.

14Enfin, l’ajout de ces nouvelles éditions de comptes aux corpus existants constituerait un apport quantitatif et qualitatif important pour ceux-ci.

2.2. Pourquoi éditer des documents comptables plutôt que d’autres types de sources ?

15Les caractéristiques internes des documents comptables en font donc des matériaux de choix pour le linguiste. Mais d’autres sources, littéraires et non littéraires, existent pour le Moyen Âge. Pourquoi faudrait-il donner la préférence aux comptes ?

16En France, le constat est aisé à faire : la majorité des travaux des linguistes portant sur le français médiéval s’appuie sur des sources littéraires. Plusieurs raisons expliquent ce fait. La longue tradition d’édition et d’étude de ce type de textes fait que de nombreuses éditions sont disponibles. Les textes sont donc faciles d’accès, en version papier et même, pour certains, en version électronique. En outre, les linguistes ont le plus souvent reçu, au début de leur cursus, une formation littéraire. Rares sont ceux qui par la suite sont initiés aux autres sources. Il est donc naturel que pour leurs travaux sur la langue, les jeunes chercheurs se dirigent, par goût, manque de curiosité ou facilité, vers les textes littéraires dont ils sont familiers, et délaissent des textes dont ils ignorent l’existence ou dont la connaissance trop imparfaite les met mal à l’aise pour entreprendre leur analyse.

17L’étude des œuvres littéraires peut par ailleurs sembler, au premier abord, plus aisée. Pour qui n’a que peu fréquenté ce genre de textes, comprendre l’expression de sentiments, une narration ou l’humour peut sembler faussement évident, surtout si l’on estime (à tort) que ces données font appel à un ressenti intemporel, à une logique ou à des traits toujours présents dans nos sociétés. Saisir le contexte juridique et économique de production des documents de la pratique suppose de son côté des connaissances et la maîtrise d’outils que ne possèdent généralement pas les chercheurs qui n’ont pas reçu de formation historique. Les thématiques présentes dans les textes littéraires peuvent également paraître plus intéressantes et plus nobles que celles que l’on trouve dans les documents de la pratique, plus concrètes et matérielles, surtout si la variété de ces derniers n’est pas connue des chercheurs.

18Il y a là un cercle vicieux : la méconnaissance de ces sources fait qu’elles ne sont que peu étudiées. Cette quasi-absence d’étude les maintient non seulement en marge des travaux linguistiques, mais également de l’enseignement universitaire et des concours. Il s’ensuit que, pour qui veut faire carrière à l’université, l’étude des sources littéraires est bien plus rentable pour la préparation de l’agrégation puisque les épreuves portent sur ces sources, mais également pour les concours de recrutement des maîtres de conférences, puisque ces derniers sont généralement choisis en fonction de leur capacité supposée à former au mieux les agrégatifs. Dans cette optique, la préférence n’ira que rarement à un candidat dont les travaux portent sur des sources de la pratique, réduisant d’autant les chances de voir celles-ci enseignées aux linguistes en formation.

19C’est du côté des chercheurs étrangers qu’il faut chercher un intérêt pour les documents de la pratique, parmi lesquels les chartes ont suscité le plus de travaux (ainsi Dees 1980). En effet, les chartes constituent souvent les plus anciens documents originaux en langue vernaculaire que l’on ait conservés pour une région. En raison de leur brièveté, leur édition pose moins de difficultés que celle d’autres types de documents. Il est donc relativement facile et rapide d’en constituer un corpus. Mais les chartes ont aussi leurs limites : étant brèves, elles ne sont pas systématiquement datées, encore moins localisées, et si l’on peut souvent les rattacher à un scriptorium, on ignore cependant presque toujours l’identité de leur scribe. Les noms de personnes que l’on y relève ne peuvent ainsi être localisés précisément. En outre, la masse de ces documents ne présente pas d’autre cohérence que celle de la consignation, par écrit, de donations, de ventes, de droits divers, etc.

20Il est essentiel de diffuser auprès des linguistes l’idée que la documentation médiévale ne se limite pas aux textes littéraires et aux chartes. Il faut réintégrer les autres sources, notamment les documents comptables, dans l’histoire de la langue et, plus largement, dans notre perception du Moyen Âge. Il est ainsi possible d’avoir une vision de ce qu’étaient vraiment la langue et la production écrite médiévales. Tous ces textes ignorés représentent eux aussi, au même titre que les autres qui jusqu’à présent ont eu la faveur des chercheurs, une facette de l’écrit médiéval.

21À ce titre, les documents comptables constituent un matériau de choix. Leur richesse et leur variété constituent un champ de recherche encore peu exploité, aussi bien en ce qui concerne la matière que ces documents proposent que les méthodes qu’ils requièrent. Avec leurs caractéristiques propres, que l’on ne retrouve pas dans les autres types de sources, ces sources donnent notamment accès à un vocabulaire peu attesté par ailleurs. Comme elles représentent également une partie tout sauf négligeable de la documentation médiévale, leur étude est indispensable pour qui veut embrasser la langue de cette période dans sa diversité.

22Un aspect pratique vient à l’appui de cette nécessité scientifique. Ces sources sont le plus souvent conservées dans des dépôts d’archives de province, départementaux ou municipaux, qui offrent souvent d’excellentes conditions de consultation et de photographie des documents. Les institutions dont ils dépendent ont pour certaines une réelle volonté de voir leur patrimoine mis en valeur : le Conseil général de la Meuse offre ainsi des bourses de recherche pour des travaux sur les archives du département.

2.3. Un public potentiel large

23L’édition de documents comptables n’intéresse cependant pas que les linguistes, mais également les autres spécialistes du Moyen Âge qui les exploitent déjà, le plus souvent dans des éditions anciennes et imparfaites, ou bien dans des éditions personnelles qui pour beaucoup ne seront pas diffusées. Les éditions qui seront réalisées pourront donc être « rentables » puisqu’elles pourront servir à un éventail de chercheurs étendu.

24Celui-ci comprend bien sûr les historiens dont les travaux portent sur l’histoire économique et sociale, mais également les historiens de la gestion, des techniques comptables et de leur évolution, les historiens des techniques et les archéologues, intéressés par exemple par les dépenses qui reprennent la liste des matériaux achetés pour les constructions et les rénovations en les datant et en les quantifiant. Ces derniers s’attacheront également aux aspects codicologiques de ces documents (dimensions du papier, filigranes, reliure, etc.). Les historiens de l’art y trouveront quant à eux des dessins, souvent des visages dans des lettrines ou des poissons (mais pas d’enluminures cependant, la présence de couleurs dans ces documents étant exceptionnelle). D’autres historiens enfin pourront y trouver des éléments sur la nourriture ou les métiers au Moyen Âge, tandis que les spécialistes de la justice relèveront dans les recettes des comptes des prévôts et des receveurs des listes de milliers d’amendes et d’exploits de justice leur donnant accès aux rapports sociaux conflictuels quotidiens et à leur sanction.

3. Comment éditer les documents comptables ?

25Cette diversité dans le profil des chercheurs susceptibles d’être intéressés par l’édition de documents comptables rend nécessaire une réflexion sur ses modalités afin qu’elle réponde au mieux aux perspectives des uns et des autres.

3.1. Sélection

26La masse de documents comptables conservés rend nécessaire la sélection des comptes à éditer. Parmi les critères à considérer figurent la lisibilité de l’écriture et l’état de conservation général du document. L’encre de certains registres a en effet été partiellement effacée par l’humidité ; d’autres ont été endommagés par des vers ou des rongeurs. Comme ces dégâts ne sont pas toujours précisés dans les descriptions des inventaires, ils peuvent n’être découverts que de façon tardive, lors de la première consultation du document. Sauf intérêt exceptionnel, les comptes présentant de telles dégradations seront écartés. Parmi les autres, le choix devra être fait de façon coordonnée entre les différents éditeurs, avec pour objectif que les comptes sélectionnés soient à la fois divers et représentatifs, en fonction de différents points qui seront combinés. Il faut en effet que le chercheur, qui ne connaîtra les documents comptables que par le biais de ces éditions, puisse se faire, par cette utilisation, une représentation des comptes conforme à la réalité. Dans ce cadre, les comptes présentant des particularités fortes et peu fréquentes devront pouvoir être identifiés comme tels aisément : les chercheurs ne doivent en effet pas penser qu’il s’agit de types canoniques alors qu’ils n’en constituent qu’un nombre très réduit.

27Les autres critères de sélection sont la géolinguistique, afin que différentes aires linguistiques soient couvertes, et la nature des comptes. Des comptes de prévôts, de receveurs, de villes, d’abbayes, de marchands, etc. devront être intégrés afin de donner un aperçu de leur variété et de permettre des études sur les différences et les similitudes, signes d’influences ou de tradition, pouvant y être relevées. L’identité de l’auteur devra aussi être prise en compte : plusieurs comptes rédigés par le même individu pour des entités différentes, mis en parallèle avec d’autres comptes de ces mêmes entités réalisés par d’autres personnes, pourraient permettre de mieux saisir la place de la tradition et la marge de liberté de l’auteur dans l’établissement de ces documents. Enfin, la date doit également jouer un rôle dans la sélection. À première vue, les comptes les plus anciens sont les plus intéressants pour le linguiste. En réalité, ce n’est pas forcément le cas car ils présentent souvent un contenu moins long, sont peu nombreux et parfois en mauvais état. Peut-être parce que le coût du papier était moins important et les chambres des comptes, en charge du contrôle des comptes d’officiers, plus exigeantes sur la précision, les documents plus récents offrent davantage de matériaux et de détails : le vocabulaire y est plus diversifié, la syntaxe s’y développe, les phrases y sont souvent plus longues.

3.2. Modalités d’édition

28Une fois cette sélection effectuée en fonction de la combinaison de ces critères, les documents pourront alors faire l’objet d’une édition. Celle-ci sera facilitée par les progrès de la technologie qui, avec un équipement peu onéreux et aisément transportable, permet de photographier les archives et de travailler sur ces photos sans avoir à se rendre continûment dans les dépôts où elles sont conservées.

3.2.1. Des normes communes à tous les spécialistes du Moyen Âge

29Comme on l’a vu, de nouvelles éditions de documents comptables pourraient intéresser des spécialistes d’horizons très différents. Il faut donc que tous y trouvent ce qu’ils y cherchent, et davantage encore. En travaillant sur des éditions tenant compte de perspectives autres que les leurs, ils découvriront peut-être des éléments ou des problématiques auxquels ils n’auraient pas pensé et qui sont habituellement ceux d’autres spécialistes. Ces éditions doivent par conséquent répondre aux exigences de tous, contrairement à ce que l’on constate trop souvent, les uns et les autres éditant leurs textes en suivant leurs propres règles et sans envisager un public plus large. Réalisées en suivant un modèle commun, ces éditions pourront être mutualisées, enrichissant d’autant la documentation des uns et des autres.

30Mais que prendre en considération dans les intérêts des uns et des autres ? Ce qui, au premier abord, peut sembler dénué d’intérêt pour l’un peut par la suite se révéler porteur de sens une fois les différents aspects et implications de cet élément bien compris. C’est donc à des allers et retours entre les disciplines qu’il faudra procéder pour pouvoir établir de façon définitive ces normes communes. Ainsi, la prise en compte des données prosopographiques, jugées peut-être inutiles dans un premier temps par le linguiste, pourrait lui donner accès à des informations sur l’origine et le parcours de l’auteur du compte, données essentielles pour la langue. Les aspects codicologiques pourront quant à eux lui fournir des indices sur de possibles liens entre plusieurs documents, liens qui peuvent eux aussi avoir des implications pour la langue. Mais seul un travail en commun sur les mêmes documents permettra ce dialogue, indispensable pour la mise au point définitive de ces normes. Quelques principes peuvent toutefois déjà être retenus.

3.2.2. Principes d’édition généraux

31Pour chaque document, plusieurs points devront être mentionnés ou établis : le lieu de conservation du document et sa cote, la période chronologique couverte, le nom de l’officier en charge de la gestion ainsi que celui du scribe s’il est différent et connu, la zone couverte (administrative et géographique), la présence de feuilles volantes ou d’annotations de contrôle de la part de la chambre des comptes avec précision de leur date si elle apparaît, etc. L’analyse codicologique tiendra compte du format du document, de la nature du support ainsi que de sa couverture s’il en possède une (parchemin, papier, reliure), des coutures, des marques de préparation du registre, de la numérotation des pages, des filigranes, des vergeures, des marges ainsi que de la présence de trous dans le parchemin (en précisant s’ils ont été faits avant ou après l’écriture), de lettrines, de dessins, de signes (accolades, croix), de blasons, de schémas ou de signatures. Les feuillets attachés par une épingle, les pièces justificatives glissées dans le registre ou les pages cousues en bas d’une autre parce que le scribe manquait de place devront également apparaître clairement comme telles dans l’édition. Tout ce qui sort de l’ordinaire, comme une couverture de réemploi avec des notations musicales, devra également être signalé.

32Une fois ces caractéristiques autres que linguistiques établies et décrites se pose la question d’une édition intégrale ou non du texte, question qui se justifie par la longueur des documents comptables. Mais à quelles parties se limiter ? Aux recettes ? Aux dépenses ? Aux paragraphes rédigés en excluant les listes ? Pour une recherche sur les anthroponymes, on pourrait ainsi envisager de n’éditer que les listes de noms de personnes. Mais une telle façon de procéder limite évidemment les travaux possibles. Il paraît donc préférable, même si une telle entreprise demande un investissement bien plus important, d’éditer les comptes dans leur intégralité.

33Le respect du texte original constituera le maître mot des critères d’édition retenus. Seront ainsi transposés, tels qu’ils apparaissent dans le document, les chiffres romains, présents dans les dates et les montants, la ponctuation dans son ensemble, les sauts de ligne, les lettres i/j, u/v, les minuscules et les majuscules, les séparations ou absence de séparation des mots. Des indications permettront aussi d’identifier les différentes mains (scribe, contrôleur, pagination plus récente), les mentions interlinéaires, les ratures, les passages grattés ou barrés, même si l’on ne parvient pas à lire ce qui avait été écrit auparavant, et les corrections diverses, témoins du travail du scribe. Les abréviations seront transcrites telles quelles et les passages posant des difficultés de lecture seront signalés afin que les chercheurs travaillant sur cette partie du texte identifient clairement ces lettres ou ces mots comme sujets à caution. Apparaîtront clairement les blancs, plus ou moins grands, laissés entre deux paragraphes, ou les cas où la moitié supérieure de la page est laissée vierge : ces espaces ne peuvent être réduits, dans l’édition, à une ligne vierge car leur taille varie. Nous proposons donc de les rapprocher le plus possible de ce qu’ils sont dans le document, afin de donner à lire également la structure de celui-ci. Certains de ces blancs permettent en effet de comprendre comment le registre a été réalisé à partir de cahiers, tandis que d’autres indiquent qu’une recette ou une dépense n’a pas été réalisée durant cet exercice.

3.2.3. Aspects informatiques

34Ce très grand respect pour le texte peut sembler excessif. Il est cependant essentiel, par exemple pour les linguistes qui travaillent sur les graphies, parce qu’ils pourront ainsi distinguer ce qui a été écrit en toutes lettres de ce qui est dû à l’éditeur qui a développé les abréviations. Toutefois, pour faciliter les travaux de l’ensemble des chercheurs, ce premier niveau d’édition très proche du texte sera doublé d’un deuxième qui proposera le développement systématique des abréviations ainsi qu’une normalisation de certains points, comme les majuscules, une partie de la ponctuation, les séparations de mots, etc. Les différentes mains y seront clairement distinguées par des couleurs différentes. Le troisième niveau sera celui, notamment, de la modernisation des graphies i/j et u/v. Comme pour l’édition à plusieurs niveaux de la Queste del saint Graal (http://textometrie.risc.cnrs.fr/​txm) qui nous sert de modèle, des photographies des comptes seront proposées en regard de la transcription.

35Afin que des recherches systématiques puissent être effectuées sur des aspects très divers des documents, les données établies pour chaque texte (cf. 3.2.2.) devront pouvoir faire l’objet de requêtes pour l’ensemble des éditions, tout comme les éléments suivants qui seront balisés : les mesures et les monnaies, les types de recettes et de dépenses, les dates, les noms de lieux et de personnes, le discours rapporté, les listes d’amendes et de contribuables ou encore un éventuel changement de langue au cours du texte. Dans le cas des passages dont la lecture est incertaine, la recherche devra également être possible en neutralisant ceux-ci. Les résultats de la requête devront alors indiquer clairement qu’il s’agit de passages douteux, tout comme le texte original se distinguera du texte rétabli (abréviations). Le balisage de la syntaxe, malgré sa durée et sa difficulté, devra également être effectué, selon des modalités qui restent à définir précisément. C’est en effet essentiellement grâce à ce balisage que le degré de figement de la langue des comptes pourra être défini. Dans la transcription, des liens devront aussi être créés avec les dictionnaires en ligne comme le Dictionnaire du moyen français (http://www.atilf.fr/​dmf), afin qu’en cliquant sur une forme l’utilisateur accède directement à la notice correspondante.

3.2.4. Édition électronique vs édition papier

36Le potentiel offert par l’édition électronique ne suffit cependant pas à écarter totalement l’édition papier. Certes, la première possède plusieurs avantages sur la seconde : l’on peut y apporter des corrections, des modifications, des commentaires, et rapidement. Elle est consultable aisément et dans le monde entier si elle est en ligne, et facilite la diffusion des textes qui peuvent ainsi faire l’objet de recherches plus nombreuses. Elle place tous les chercheurs sur un pied d’égalité si son accès est gratuit. Le risque est cependant grand qu’un chercheur diffuse des éditions en cours, non définitives, pensant y revenir par la suite pour les compléter ou les affiner, et que, pour une raison ou une autre (fin de financement, changement de sujet de recherche ou de priorités du laboratoire), il les laisse à ce stade. Si des chercheurs travaillent sur ces versions sans les avoir identifiées comme partielles ou provisoires, leurs données et leurs analyses peuvent s’en trouver faussées.

37L’édition papier exige au contraire des choix définitifs qui impliquent un plus grand soin. Elle assure également la pérennité du travail que les formats informatiques changeants ne garantissent pas, même à une échéance de quelques années. Elle jouit en outre d’un prestige plus grand et est davantage valorisable dans un parcours scientifique. Pour ces raisons, des éditions de ce type devront également être envisagées en parallèle.

3.2.5. Vers un corpus de documents comptables ?

38L’intérêt d’un tel corpus n’est plus à démontrer (Wirth-Jaillard, 2011). Il ne faut cependant pas que cette logique de corpus soit la seule et écrase toute autre perspective.

39L’engouement pour les travaux sur corpus a entraîné des excès : la nécessité de se procurer rapidement un grand nombre de sources pour que celui-ci soit représentatif a suscité chez certains chercheurs une course à l’armement et l’intégration d’éditions médiocres. Certains reconnaissent d’ailleurs le problème mais considèrent que ses conséquences en sont limitées. Il paraît cependant difficile, d’un point de vue scientifique, d’accepter cette marge d’erreur qui jette un doute non seulement sur le corpus mais aussi sur les analyses qui en sont tirées, et qui distille l’idée que le travail d’édition devra de toute façon être repris un jour. Il paraît donc préférable, même si l’investissement est tout autre, de partir dès le départ d’éditions répondant aux perspectives de l’ensemble des chercheurs pouvant être intéressés par leur exploitation en préférant ainsi la qualité à la quantité. Ce coût sans commune mesure avec celui d’une simple accumulation d’éditions existantes oblige cependant à se poser la question de sa rentabilité et de son utilité. Si celles-ci sont évidentes pour les documents comptables en raison du nombre de chercheurs travaillant ou pouvant travailler dessus, il n’en est peut-être pas de même pour toutes les sources.

40Cette logique de corpus ne doit toutefois pas être la seule : le plus généralement, on ne trouve dans cette perspective que ce que l’on cherche et qui n’est pas forcément nouveau ou fondamental. Le corpus ne peut être qu’un outil facilitant la démonstration d’une idée, pas un objectif en soi. Il ne doit pas non plus remplacer l’accès au texte et sa connaissance car ce n’est que de sa fréquentation et de son imprégnation que le chercheur peut tirer son inventivité.

3.3. Diffusion des éditions électroniques

41Une fois les éditions électroniques réalisées, se pose la question de leur diffusion. Différents types d’accès peuvent être envisagés : totalement libre, conditionné par une simple inscription ou par une contrepartie (échange de textes), réservé aux contributeurs, payant. Ce dernier pose cependant problème : les chercheurs déjà favorisés parce qu’en poste et dans un laboratoire ayant les moyens de payer cet accès seront de ce fait encore plus avantagés par rapport aux chercheurs indépendants. Un tel choix paraîtrait plus injuste encore si l’édition a été réalisée avec de l’argent public. De façon générale, un accès totalement libre est préférable si les personnes qui ont réalisé ces éditions ont été rémunérées pour le faire. Cette rémunération ne devrait pas autoriser que ce résultat soit considéré par certains comme leur bien propre et, en tant que tel, conservé jalousement alors que, s’il est de qualité, sa diffusion ne peut que le valoriser.

4. Vers une interdisciplinarité effective

42Impliquant des chercheurs de différentes disciplines, l’édition de documents comptables médiévaux est donc une entreprise pluridisciplinaire. Sa visée, en revanche, est interdisciplinaire, puisque ces éditions visent à susciter des recherches transcendant les disciplines : l’objectif qui y est poursuivi est le seul élément important. Les approches et outils des différentes disciplines y sont indifféremment convoqués.

4.1. Pourquoi l’interdisciplinarité ?

43L’interdisciplinarité est un mot à la mode depuis plusieurs années déjà, mais sa mise en pratique n’est pas aussi fréquente. En France, les linguistes en général subissent avec un certain décalage l’influence des sciences exactes et de leurs orientations : encouragement à effectuer un post-doctorat à l’étranger, importance des publications dans les revues internationales anglophones, etc. Or, dans ces disciplines, l’interdisciplinarité commence à être réellement pratiquée et valorisée. On peut donc espérer la même évolution, à plus ou moins long terme, pour la linguistique en France. Cette pratique semble en revanche davantage développée dans d’autres pays. Cette différence est sans doute à mettre en relation avec la formation des chercheurs, qui n’y est pas grandement conditionnée par des concours où la séparation des disciplines est stricte.

44Il n’est pas question ici d’exposer longuement les aspects généraux de l’interdisciplinarité mais de voir comment elle peut être utile et appliquée dans le cas des documents comptables. Elle y est en effet essentielle parce qu’elle ouvre les chercheurs à d’autres optiques que celles auxquelles ils ont été formés. Le figement linguistique des documents comptables peut ainsi donner des éléments sur la transmission et la circulation d’un modèle qui seront d’une extrême utilité aux historiens. À ce titre, le travail en commun sur des documents comptables pourrait constituer pour certaines la première phase d’une familiarisation avec d’autres pratiques.

4.2. Mise en œuvre

45Les linguistes doivent se familiariser avec les documents comptables et, plus largement, avec les documents de la pratique conservés dans les dépôts d’archives, qui ont depuis trop longtemps été considérés comme des sources non pour eux mais pour les historiens. En ne le faisant pas ou en n’envisageant que les chartes, ils se privent de sources variées. Plus largement, ils doivent se familiariser avec les travaux et les perspectives des historiens et des autres spécialistes. L’objectif n’est évidemment pas qu’ils deviennent eux-mêmes spécialistes de toutes ces disciplines, mais qu’ils sachent que ces perspectives existent, comment faire et où s’adresser pour les développer. Il faut à la fois qu’ils osent le faire tout en ayant recours aux compétences des autres spécialistes, recommandation valable pour l’ensemble de la communauté scientifique. Une telle attitude n’est malheureusement pas une question de moyens, mais surtout de bonne volonté et d’ouverture. Celles-ci impliquent par exemple que les chercheurs ne thésaurisent pas les éditions pour lesquelles ils ont été rémunérés, mais qu’ils les mettent en commun, qu’ils s’ouvrent non seulement aux autres chercheurs, de leur discipline ou non, mais également à d’autres perspectives, quelles qu’elles soient, mêmes si elles leur apparaissent de prime abord saugrenues.

46Toutes les bonnes volontés doivent être fédérées. Des partenariats avec les archives départementales devront ainsi être envisagés : un recensement de tous les documents comptables médiévaux, ou au moins des séries, devra être effectué afin d’obtenir un panorama des premiers et un état des lieux des secondes (état de conservation, intérêt général, etc.). Certains documents d’une même entité administrative étant conservés dans des sous-séries archivistiques distinctes voire dans des dépôts différents, des séries pourront ainsi être recréées. On saura ainsi de façon précise où faire porter prioritairement les efforts d’édition. Cette rationalisation est également indispensable parce que les moyens alloués à l’entreprise d’édition seront forcément toujours trop limités face à la masse de comptes qui nous ont été transmis. L’édition de l’ensemble n’est ni envisageable, ni même souhaitable, certains se ressemblant beaucoup.

5. Conclusion

47Éditer de façon scientifique les documents comptables médiévaux est donc une entreprise qui demande beaucoup de travail aux spécialistes des différentes disciplines impliquées. Mais, on l’a vu, elle est également « rentable », en raison justement de la diversité et du nombre des chercheurs qui trouveront un intérêt à leur exploitation, même si cette « rentabilité » ne peut être immédiate. Avant même de pouvoir envisager l’exploitation interdisciplinaire de ces sources, c’est donc une entreprise de longue haleine qui se dessine, avec de nombreuses étapes : établissement de normes d’édition communes, sélection des documents, édition, mise au point du traitement informatique, etc.

48C’est même un défi dans un contexte général scientifique qui s’oriente de plus en plus, depuis quelques années, vers des financements de quelques années seulement. Plus grave encore, cette logique de court terme semble se diffuser dans l’esprit même des chercheurs qui intègrent ce paramètre dans leurs travaux au point de considérer qu’un projet doit être terminé en trois à quatre ans pour pouvoir passer à un autre, totalement différent. Les résultats doivent donc être rapides et utilisables rapidement. Le nombre des bâtisseurs de cathédrales diminue parmi les chercheurs médiévistes. Certes, cette façon de pratiquer la recherche est compréhensible chez les chercheurs en contrat temporaire qui doivent s’adapter au projet sur lequel ils sont rémunérés et passer à un autre lorsque leur source de financement change. Elle est en revanche plus difficilement concevable chez les chercheurs en poste qui jouissent d’une liberté importante pour leurs travaux, dans leurs orientations et dans la durée qu’ils leur assignent. Comme on ne peut ou ne veut pas investir du temps pour effectuer des éditions, on collectionne, on herborise toutes celles que l’on trouve, même si elles sont médiocres et sans intérêt. Elles sont scannées en masse avec la conviction que les erreurs dues à cette opération seront limitées et qu’elles n’entacheront pas profondément les études qui s’appuieront dessus. La quantité prime sur la qualité.

49Il faut cependant être réaliste : les outils que l’on élabore doivent être utiles et avoir un sens. On a vu que ce serait le cas pour les éditions de comptes, et plus encore si les éditions en question sont de plus en plus nombreuses tout comme les chercheurs les utilisant. Pour cela, il faudrait, par exemple, inciter les étudiants travaillant sur ces sources à en faire une édition selon ces normes communes durant leur master et leur thèse, mais également les encourager à la diffuser, notamment s’ils bénéficient d’un financement pour mener leurs recherches. Il ne paraît en effet pas exagéré de demander cette contrepartie. Des exemples d’études sur différents aspects des comptes pourraient quant à eux donner envie aux autres chercheurs de faire de même : les encouragements ne peuvent suffire. C’est au prix de tous ces efforts que les documents comptables prendront la place qu’ils méritent dans la recherche.

Haut de page

Bibliographie

Alphonse Blanc, Le Livre de comptes de Jacme Olivier, marchand narbonnais du xive siècle, Paris, Alphonse Picard et fils, 1899.

Hubert Collin, « Les plus anciens comptes administratifs du Barrois. II. Le compte général de Jean Petitprêtre de Revigny pour le comté de Bar (1321–1328) », Lotharingia 3, 1991, p. 173-249.

Hubert Collin, « Les plus anciens comptes administratifs du Barrois. III. Le compte général de Jean Petitprêtre de Revigny pour le comté de Bar (1321–1328). Deuxième partie : les dépenses », Lotharingia 12, 2004, p. 33-151.

Camille Couderc, « Les comptes d’un grand couturier parisien du xve siècle », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France 38, 1911, p. 118-192.

Anthonij Dees, Atlas des formes et des constructions des chartes françaises du xiiie siècle, Tübingen, Niemeyer, 1980.

Charles-Théodore Gossen, « La langue du livre de comptes d’un curé normand du premier tiers du xve siècle », Revue de linguistique romane 26, 1962, p. 101-125.

Georges Guigue, Le Livre de raison d’un bourgeois de Lyon au xive siècle. Texte en langue vulgaire (1314–1344) publié avec des notes, Lyon, Meton, 1882.

Céline Guillot, Serge Heiden, Alexei Lavrentiev, Christiane Marchello-Nizia, « Constitution et exploitation des corpus d’ancien et de moyen français », Corpus 7, édition électronique, 2008, http://corpus.revues.org/index1494.html.

Anthony Lodge, « Les livres de comptes des consuls de Montferrand », Revue de linguistique romane 45, 1981, p. 323-340.

R. Anthony Lodge, Le plus ancien Registre de comptes des consuls de Montferrand en provençal auvergnat (1259–1272), Clermont-Ferrand, La Française d’édition et d’imprimerie, 1985.

R. Anthony Lodge, « The consular records of Montferrand (Puy-de-Dôme) », Stewart Gregory, David A. Trotter ed., De Mot en mot : aspects of medieval linguistics. Essays in honour of William Rothwell, Cardiff, University of Wales Press, 1997, p. 105-125.

R. Anthony Lodge, Les Comptes des consuls de Montferrand (1273–1319), Paris, École des chartes, 2006.

R. Anthony Lodge, « Le français et l’occitan en Auvergne au xive siècle : l’exemple de Montferrand », Luc Baronian, France Martineau éd., Le Français d’un continent à l’autre : mélanges offerts à Yves Charles Morin, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, p. 269-289.

R. Anthony Lodge, Les Comptes des consuls de Montferrand (1346–1373), Paris, École des chartes, 2010.

R. Anthony Lodge, Les Comptes des consuls de Montferrand (1376–1386), Paris, École des chartes, à paraître.

Maurice Monsaingeon, Anthroponymie de l’Auxois (Côte-d’Or) du xie au xviiie siècle, thèse inédite, 5 vol. , Dijon, 1999.

Maurice Monsaingeon, Les Noms de famille de l’Auxois (Côte-d’Or). Sens, localisation, variations. s. l., 2001.

Maurice Monsaingeon, Dijon au temps des ducs et des rois. La ville et ses habitants, son évolution, les quartiers et les rues de la cité à la fin du Moyen Âge, les métiers, les noms des Dijonnais et leurs conditions de vie dans les registres d’imposition de la ville (1356–1511), Ahuy, Dicolor groupe, 2009.

Maurice Monsaingeon, « Les registres d’imposition dijonnais de la fin du Moyen Âge », Cahiers de la Société française d’onomastique 2, 2010, p 3-14.

Philippe Olivier, Jean-Claude Rivière, « Le livre de recettes de la seigneurie d’Auteroche et de Couzans (Cantal) (1454–1470) », Travaux de linguistique et de philologie 30, 1992, p. 187-318.

Jean Rauzier, La Bourgogne au xive siècle : fiscalité, population, économie, Dijon, EUD, 2009.

Xavier Rousseaux, « De la criminalité à la pénalité. Les comptes du maire de Nivelles (1378–1550), sources d’histoire judiciaire », Jaak Ockeley, Jef Janssens, Frank Gotzen, Lucie Verbesselt, Vivian Boulpaep ed., Recht in Geschiedenis. Een bundel bijdragen over rechtsgeschiedenis van de Middeleeuwen tot de Hedendaagse Tijd, aangeboden aan Fernand Vanhemelryck, Leuven, Davidsfonds, 2005, p. 297-322.

Aude Wirth, « Note sur le surnom Blymont », Rivista italiana di onomastica 16/1, 2010, p. 63-69.

Aude Wirth-Jaillard, « Des sources pour appréhender le lexique dans sa dimension diachronique durant le Moyen Âge, les documents comptables », Lexic comun/lexic specializat / General Lexicon/Specialized Lexicon / Lexique commun/lexique spécialisé 5, 2011.

Aude Wirth, « L’anthroponymie de la seigneurie de Boves (Somme) au milieu du xve siècle », Michel Tamine éd., Actes du colloque Noms des champs, noms des villes organisé par la Société française d’onomastique (Arras, 15–18 octobre 2008), à paraître.

Aude Wirth-Jaillard, « Corpus de français médiéval et documents non littéraires : les registres de comptes », Céline Guillot éd., Actes du colloque DIACHRO V Le français en diachronie (ENS de Lyon, 20–22 octobre 2010), Berne, Peter Lang, à paraître a.

Aude Wirth-Jaillard, « Le Corpus de documents comptables médiévaux (CDCM) : genèse, caractéristiques et intérêts », Cahiers de praxématique, à paraître b.

Aude Wirth-Jaillard, « “De Estienne Husson pour ce qu’il dit à Jannon Morelot : ‘un filz de bastarde ne me puet valoir !’” : représentation de l’oral dans les documents comptables médiévaux », Dominique Lagorgette, Pierre Larrivée éd., Actes du colloque Représentations du sens linguistique V (Chambéry, 25–27 mai 2011), Chambéry, Éditions de l’Université de Savoie, à paraître c.

Aude Wirth-Jaillard, « Des sources médiévales méconnues des linguistes, les documents comptables », Actes du xxvie Congrès international de linguistique et de philologie romanes (Universitat de València, 6–11 septembre 2010), Berlin/New York, Walter De Gruyter, à paraître d.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation plus détaillée des documents comptables, cf. Wirth-Jaillard à paraître d.

2 « Nous n’insisterons naturellement pas sur le problème de l’absence de données orales pour cette période de l’histoire du français [ = le Moyen Âge], les seuls témoins que nous possédons – les passages au discours direct dans les textes narratifs ou les textes dramatiques – n’étant que des “représentations de l’oral” et donc à utiliser avec la plus grande prudence de ce point de vue » (Guillot, Heiden, Lavrentiev, Marchello-Nizia 2008, note 16).

3 Pour davantage de précision sur l’oral dans les documents comptables, cf. Wirth-Jaillard à paraître c.

4 Une réflexion sur un tel corpus est menée dans Wirth-Jaillard à paraître b.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Wirth-Jaillard, « L’édition scientifique des documents comptables médiévaux : enjeux et perspectives d’une entreprise pluridisciplinaire », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/1612 ; DOI : 10.4000/peme.1612

Haut de page

Auteur

Aude Wirth-Jaillard

Institut Émilie du Châtelet – LAMOP (CNRS & Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page